+ Répondre à la discussion
Page 3 sur 3 PremièrePremière 1 2 3
Affichage des résultats 21 à 22 sur 22

Discussion: "Comme convenu", l'histoire en bd d'une start up de jeux vidéo et de son atroce CEO

  1. #21
    Rakan Powa! Supreme Overlord Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Bal-Sagoth
    Date d'inscription
    September 2003
    Localisation
    Charleroi
    Messages
    53 737
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    25 762
    Remercié(e) 30 067 fois dans 14 250 messages

    Par défaut

    Chez moi, personne ne souffrait de calvitie. Mon père a 78 ans, il a encore ses cheveux. Bon, ils sont plus fins et moins nombreux qu'avant, mais il a une chevelure qui couvre tout son crâne.

    Et mon frère a une tignasse drue, y risque pas d'être chauve un jour.

    Mon grand-père avait des fins cheveux sur ses derniers jours, mais il n'a jamais été chauve non plus, same goes pour mon autre grand-père, dont le portrait plein de bonhommie toise ceux qui s'installent dans le fauteuil du salon chez moi : une bonne tête de cheveux, pas un seul trou.

    Même mes oncles n'ont aucun problème capillaire, même cette éponge à bière d'Edmond.

    Mon père n'a commencé à avoir ses premiers cheveux blancs qu'à 55 ans, après la mort de sa mère.

    On est comme ça dans la famille. Pas de problème cardiaques, pas de maladies génétiques, aucune tare héréditaire... Enfin, à part peut-être un certain penchant pour la bouteille... Tous les hommes des deux familles en sont atteints.

    Mon oncle préféré vide chaque soir une ou deux bouteilles de pinard et une demi bouteille d'alcool, l'oncle Edmond s'entonne un bac par jour, mon père a freiné sec mais un temps il était à un demi-bac par jour, plus de la goutte, mon frère est toujours rond comme une queue de pelle quand il est pas au taf ou au sport (au taf il est over sérieux, il vient d'avoir une promo de gros dirlo, c'est devenu un ponte mon bro. Pour ça que j'dirais pas où ni dans quoi il bosse, pas envie qu'il ait des ennuis), il passe autant de temps à visiter des expos / salons du vin / de la gnôle ou de se foutre vilain dans des restos qu'à faire du sport.

    Assez bizarre qu'il parvienne encore à combiner les deux.

    Le défunt frère de mon père était un alcoolique notoire, le père de mon père a été alcoolique à une époque aussi (après quand il a été vieux il pouvait plus, c'tait pas bon pour son coeur que le toubib disait), le père de ma mère, lui... Ca allait encore. Il buvait comme tout le monde mais moins que le reste de la famille. Ceci dit, ses fils compensent pour lui.

    Aussi, tous les membres de la famille portés sur la boisson tendent à partir en vrille sec une fois bien imbibés. Mon frère y compris. D'autant que lui y roule bourré... IL a déjà niqué deux bagnoles ainsi mais a réussi à faire passer ça pour un accident standard (collision avec des objets inanimés), c'qui fait que le taf lui a changé sa caisse.


    "Wijn is venijn, bier is plezier"

  2. #22
    Fantasm Soldier's fan Godslayer Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Archiveur
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Au pays de Heidi
    Messages
    6 067
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    0
    Remercié(e) 7 486 fois dans 2 761 messages

    Par défaut

    Voilà, j'ai suivi avec beaucoup d'attention les premières dizaines de pages de cette histoire. Sans être allez jusqu'au bout, j'ai bien apprécié son style plein de rondeur pour traité un sujet aussi sériez que l'expérience qu'elle a vécu.

    Par contre, sans avoir connu son vraie histoire, on ressent clairement que beaucoup de passages ou événements ont été romancés. Ce qui ne gâche en rien le vécu qu'elle essaie de partager.

    De mon point de vue personnel, je prends cela comme une fiction inspirée d'événements réels. Donc qu'il ne faut pas tout prendre à 100% car après tout, nous n'avons eu que "sa" vision (de Laurel donc) et pas des autres protagonistes. Comme celui de l'autre stagiaire par exemple sous la forme d'une petite paraphrase pour confirmer ses allégations.

    A l'exemple du fameux roman de Amélie Nothomb : Stupeur et Tremblements qui dépeint les tribulations d'une pauvre française dans la société japonaise.

    Certaines critiques ont eu la pertinence de remettre l'histoire dans leur contexte en se demandant plutôt si c'était son auteure qui n'avait pas réussi à s'adapter aux us et coutumes d'un pays hôte... ?


    Pour revenir sur la BD de Laurel, les manières dont elle dépeint son patron est assez proche de la description que d'autres témoignages font du pervers narcissique type : bon orateur, chaleureux au premier abord, sûr de lui, inspire la confiance, est très apprécié par son entourage, etc.

    ...sauf quand tu commences à vouloir faire valoir tes droits, là, tu découvres son autre côté : prédateur, manipulateur, sociopathe, a constitué un dossier sur toi depuis le début, tu retrouves ta signature sur des documents que tu as refusé de signer, etc.


    C'est pour cela que le combat juridique contre un pervers narcissique est souvent long et difficile car c'est très souvent parole contre parole.

    Sans aller dans le parano, au moment où on a la certitude d'être tombé sur un pervers narcissique et d'être devenue sa proie, il faut être prudent à 200%. Être très méthodique et ne pas hésiter à faire confiance à l'instinct.

    Dans ma situation, j'ai constaté que certains de mes courriels avaient été consultés. Sachant qu'il était Administrateur et très copain avec l'informaticien, j'ai donc créé un compte privé chez un autre fournisseur d'accès.

    Bien vérifier la caisse avant de partir chaque soir et d'en faire une copie en PDF.

    Lorsqu'il demandait d'exécuter les ordres, ne pas hésiter à faire le nigaud et le lui redemander quittance... par écrit en mettant toujours la boîte mail privé en copie.

    Ce sont toutes ces petites choses qui m'ont sauvé dans le procès au Prud'hommes et devant le tribunal de Police. Croyez-moi, dans les deux situations, le gars ne m'a pas fait de cadeau (accusation de détournement de caisse, retard au travail, erreurs de commandes, etc.) alors que c'est lui qui commandait et validait toutes les actions. Souvenez-vous, il a des tas de petits trucs sur vous qu'il a constitué depuis le départ.

    La différence avec un escroc ? L'escroc se sert de vous pour mieux vous plumer. Le pervers narcissique se sert de vous parce qu'il a besoins de vous ou plutôt de votre talent. A un moment, s'il estime avoir encore besoins de vous, il va vous embarquer dans son navire pour aller chercher une autre proie. Le danger ne vient donc plus du pervers lui-même mais de tout son entourage qui prend cause pour lui.

    Toutes les démarches juridiques deviennent compliquées car il va falloir compter sur la dizaine de soutien qu'il aura. Donc prendre le temps d'analyser chaque témoignage et regrouper chaque parole pour saper ses arguments défensifs car lui se présentera comme LA victime.

    Et donc, même si le choix de partir sur une bataille juridique au lieu d'un bon coup de poing semble long et pénible, je peux vous dire que le résultat en vaut vraiment la peine car la vérité sera rétablit. C'est là que le sens du dicton : "La plume est plus forte que l'épée" prend tout son sens

    En conclusion, par rapport à la BD de Laurel, j'ai deux jugements exécutoire qui attestent mes dires à propos de mes expériences. Un venant du Tribunal des Prud'hommes et un venant du Tribunal de Police (et non civil) car on parle de fraude et donc d'affaire criminelle.

    Laurel, sans mettre en doute la véracité son histoire, n'a que sa parole.


    Un extrait cinglant du Président du tribunal de Police souligne le petit monde dans lequel vit mon ex-patron. Même maintenant, il raconte à qui veut l'entendre (ou pas) qu'il a été victime d'une injustice...

    Lorsque je me fais prendre à partie dans la rue par ses groupies, je sors l'argument imparable : "J'ai des documents signés par le Ministère public qui a fait une enquête minutieuse. Lui, qu'est-ce qu'il a ?"



    ...
    Dernière modification par Archiveur ; 24/12/2017 à 12h13.

    ★★★♥★★★

  3. Les 7 membres suivants remercient Archiveur pour cet excellent message :

    ADN san (24/12/2017), Bal-Sagoth (24/12/2017), BaXter (24/12/2017), Corran (24/12/2017), darkkoeurby (24/12/2017), Giromu (24/12/2017), Lizandrya (29/12/2017)

+ Répondre à la discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages