+ Répondre à la discussion
Page 28 sur 28 PremièrePremière ... 18 26 27 28
Affichage des résultats 271 à 278 sur 278

Discussion: [Comics] Mes chroniques hebdo VO II

  1. #271
    [MOD] Futaba fan forever Supreme Overlord Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Giromu
    Date d'inscription
    January 2004
    Messages
    19 137
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    17 792
    Remercié(e) 28 836 fois dans 9 783 messages

    Par défaut

    3 semaines de retard, je crois et j'ai pas les news de la semaine. Promis, j'essaie de faire un effort la semaine prochaine pour être plus régulier!

    DC

    Catégorie « Excellent »

    RIEN

    Catégorie « Très bon »

    RIEN

    Catégorie « Bon »

    Harley Quinn 42

    Genre : Old woman Harley



    Ce numéro, c'est exactement ce qu'on voit sur la couverture, pas plus pas moins. Une parodie d'Old man Logan et de Mad Max.
    Dans un futur indéterminé, Harley est capturée par Red Tool, habillé comme un punk de Mad Max et qui la balade comme un trophée façon Mad max fury road.
    Il a été commandité par les résidents de Coney Island, qu'elle a abandonnée depuis bien des années et qui est devenu un havre de folie dans un désert post nucléaire...

    Un scénario one shot sympathique et réussi, dans la lignée des numéros Deadpool 2099 chez le concurrent marvélien. On retrouve le supporting cast et ses descendants plus ou moins en forme et c'est plutôt réussi dans l'ensemble, dans la lignée des numéros précédents.

    Scénario : 14/20
    Dialogues :14/20
    Dessins, encrage, couleur : 14/20
    Note finale : 14/20

    Catégorie « Sympa »

    RIEN

    Catégorie « Moyen »

    Action comics 1000


    Genre : numéro anniversaire raté



    Il y'a 80 ans paraissait le premier numéro d'Action comics avec Superman au menu. Le premier des super-héros tels qu'on les entend aujourd'hui méritait bien un numéro exceptionnel pour fêter ça. DC a donc rameuté des scénaristes et dessinateurs qui ont bossé sur le perso pour pondre chacun une petite histoire hommage one shot et y'ont adjoint le premier numéro des aventures de Supes telles que vues par Bendis et Lee, la nouvelle équipe créatrice.

    Le résultat m'est tombé des mains. J'ai eu bien du mal à finir ce numéro assez quelconque si ce n'est du point de vue graphique et encore, car Cassaday est pas foufou cette fois-ci.
    Les scénarios ont le mérite de définir le personnage pour ceux qui ne le connaissent pas (ses parents, sa mission, ses ennemis, sa façon de penser et de faire...) mais pour le reste, c'est très bateau et dispensable, sans rien de vraiment remuant.
    Une déception, pour ma part.

    Scénario : 10/20
    Dialogues :13/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 10/20


    MARVEL

    Catégorie « Excellent »

    Captain America 700

    Genre : Numéro anniversaire réussi



    Dernier numéro de Waid et Samnee aux manettes, le dessinateur partant vers d'autres cieux. On trouve deux récits dans ce numéro qui n'en fait pas spécialement des tonnes pour rendre hommage au perso et à ce 700ème numéro.

    Le premier est la suite du numéro précédent. Cap est bloqué dans le futur et s'affaire à reconstruire les USA, dont chaque pays veut un morceau maintenant qu'il est affaibli. On lui offre de repartir dans le passé pour empêcher cette période sombre d'advenir? Il refuse, tentant de sauver ce qui peut l'être et de reconstruire un état digne de ce nom malgré les difficultés. Mais un jour, l'impensable survient...

    Ce premier récit est absolument superbe, utilisant à la perfection le personnage dans un scénario et une configuration assez rares pour lui. La fin est simple mais dans la droite ligne de ce qui s'est fait ces derniers temps. La grande classe.

    Le second récit est totalement anecdotique. Sur des planches apparemment réarrangées de Jack Kirby, co-créateur du personnage, Waid livre une histoire très oubliable à base de LMD et de Red Skull. Aussitôt lu, aussitôt oublié.
    Mais dans l'ensemble, l'effort de mettre du Kirby dans ce numéro anniversaire est sympathique.
    Un excellent numéro en tout cas.

    Scénario : 16/20
    Dialogues :17/20
    Dessins, encrage, couleur : 17/20
    Note finale : 17/20

    Catégorie « Très bon »

    The despicable Deadpool 298

    Genre : Suicidaire



    Pooly a mis une prime de 20 millions de dollars sur sa tête et compte bien se faire tuer par un super méchant comme le fléau ou par des mercenaires avides comme le maître de corvée ou le tireur. Le principal est de mourir!

    Un numéro enlevé et superbement bien construit, entre humour (l'handicapé des jambes est excellent) et drame, qui nous fait profiter de superbes scènes d'action et nous permet de comprendre l'état mental de Deadpool.
    Plus que deux numéros avant la fin d'un run de 5 ans!

    Scénario : 16/20
    Dialogues :16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20

    Doctor Strange 388 (Damnation)

    Genre : Dans la tête de Docteur Strange




    Strange est dans une bien mauvaise posture dans sa bataille contre Mephisto, malgré l'aide de ses alliés super héroïques. Heureusement, son fidèle chien fantôme Bats va pouvoir lui donner un coup de patte!

    Un numéro aussi bien raconté que fait, avec de superbes essins d'Henrichon. Autant je suis circonspect sur l'utilité de la mini série Damnation, autant le titre Doctor Strange en profite à plein. La fin fait envie.

    Scénario : 16/20
    Dialogues :16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20


    Ben Reilly : the scarlet spider 17 (Damnation)

    Genre : Combat d'araignées



    Ben est toujours pris dans évènements de Damnation et doit cette fois affronter les conséquences de ses actes, notamment un Kaine possédé par Méphisto!
    Un combat difficile s'engage alors et une superbe résolution du numéro précédent également. David est décidément très fort. Dommage qu'il soit épaulé par un dessinateur de second rang comme Sliney. Dans le prochain numéro, on revient à la normale.

    Scénario : 16/20
    Dialogues :16/20
    Dessins, encrage, couleur : 12/20
    Note finale : 16/20

    Catégorie « Bon »

    Excalibur epic collection TPB 2 : the cross-time caper

    Genre : décousu



    Ce TPB regroupe les épisodes 12 à 30 de le première série et reprend là où on avait laissé nos héros dans l'excellent volume précédent.
    Pour résumer, de l'épisode 12 au 24, nos héros sont toujours coincés dans le temps et à travers les dimensions à cause du train d'une dimension parallèle qu'ils ont capturé après avoir vaincu leurs homologues nazis d'une Angleterre qui a perdu contre Hitler.
    Avec un dragon dans le moteur et le mystérieux robot widget et Phénix pour le faire fonctionner, ils tentent de parvenir à regagner leur monde et leur continuum espace-temps sans trop de succès.
    En chemin, ils perdent Kitty, rencontrent des homologues et des héros d'Angleterres plus ou moins intéressantes (mention spéciale à l'Angleterre façon Judge Dredd, la meilleure de loin.). Souvent moins que plus et c'est bien le problème car les sauts sont aléatoires et les Angleterres parallèles ne sont pas des masses décrites. On trouve pèle-mêle un monde où la technologie n'existe pas et est remplacée par la magie et les créatures de contes de fées, un monde parallèle parodique de l'univers marvel bouffon et pas folichon, un monde façon John Carter warlord of Mars...
    Que du classique et pas follement bien exploité, le ton général restant très léger. Trop léger pour moi, la progression de l'intrigue étant d'une lenteur infinie.
    Heureusement pour nous, il y'a les technets, toujours chargés de capturer Phénix et qui vivent leur petites missions et tendent leurs pièges dans leurs coins. Leurs histoires sont souvent plus intéressantes que la trame principale mais ils ne sont pas assez développés et les personnages qu'ils rencontrent non plus (Qui est ce Doc Croc? Pourquoi l'intéressant antagoniste Jamie Braddock, qui sauve pas mal cet epic collection à lui tout seul est il devenu fou?).

    La seconde partie de l'epic collection, du numéro 25 au 30 nous montre de petites aventures sans grandes conséquences de l'équipe, revenue sur Terre. Déjà, on perd la raison principale de lire le titre, le dessinateur extraordinaire Alan Davis, qui s'était déjà fait remplacer 3 ou 4 fois lors des épisodes précédents à mon grand dam (les remplaçants étant incapables de se hisser à sa hauteur, malgré les efforts d'un Ron Lim)
    On assiste à un affrontement contre Galactus manquant de panache, au retour d'un antagoniste oublié de Thor et à celui, plus réussi, d'un méchant connu des X men mais pas incroyable non plus. Seul le combat attendu contre Jamie (numéro 27), dessiné par le fabuleux Windsor-Smith sauve la partie graphique mais est très dur à suivre, rempli de personnages et de situations confuses. Du 28 au 30, ce sont des historiettes sans intérêt.
    Et il faut voir ce qu'on se tape comme dessinateurs pour certains numéros! Du Wozniak à ses débuts, Collen Doran, du Denis Jensen... Davis doit assurer seulement la moitié des numéros et Claremont les 3/4 du scénario mais en mode automatique et loin de ses meilleurs moments.

    En bref, je suis très déçu ce tome après les promesses du premier. J'en ai sûrement trop attendu mais j'attendais un scénario moins décousu, avec plus d'enjeux (surtout quand on a Phénix dans son équipe!).

    Scénario : 14/20
    Dialogues :14/20
    Dessins, encrage, couleur : 14/20 (c'est une moyenne)
    Note finale : 14/20

    The falcon 7

    Genre : Vampires en folie

    Sam est toujours aux prises avec les vampires de Deacon Frost. Et qui dit ce nom appelle forcément celui de son ennemi mortel, Blade!

    Un numéro bien écrit, aux dessins toujours aussi peu engageants mais efficaces pour un titre qui remplit sa mission de divertissement tout en ne convaincant jamais totalement.

    Scénario : 13/20
    Dialogues :14/20
    Dessins, encrage, couleur : 13/20
    Note finale : 13/20

    Dernière modification par Giromu ; 28/04/2018 à 13h43.

  2. Les 4 membres suivants remercient Giromu pour cet excellent message :

    darkkoeurby (28/04/2018), Kilik (30/04/2018), Lizandrya (19/05/2018), Omage (28/04/2018)

  3. #272
    [MOD] Futaba fan forever Supreme Overlord Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Giromu
    Date d'inscription
    January 2004
    Messages
    19 137
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    17 792
    Remercié(e) 28 836 fois dans 9 783 messages

    Par défaut

    DC

    Catégorie « Excellent »

    RIEN

    Catégorie « Très bon »

    RIEN

    Catégorie « Bon »

    Harley loves Joker 1

    Genre : La suite des back up d'il y'a un an



    Une mystérieuse nouvelle super criminelle dérobe les richesses que convoite le Joker. Harley a quand à elle bien du mal à trouver l'argent pour payer le nouveau nid d'amour qu'elle compte lui offrir...

    Suite des histoires back up d'il y'a quelques années, le premier numéro de cette mini série reprend là où celle-ci nous avait planté et ne laisse que peu de surprises aux anciens lecteurs. Les nouveaux ne devraient pas être perdus car c'est à la fois simple et accessible.
    Joli retour aux sources du personnage par l'un des co-créateurs de la belle, Paul Dini, et un dessinateur assez rare de nos jours, Bret Blevins.
    Une agréable suprise.

    Scénario : 14/20
    Dialogues :14/20
    Dessins, encrage, couleur : 15/20
    Note finale : 14/20

    MARVEL

    Catégorie « Excellent »

    The new mutants epic collection 5 : curse of the valkyries

    Genre : Inferno et acts of vengeance en un volume!



    Ce TPB rassemble les 4 numéros de la mini-série X-terminators et les épisodes 71 à 85 de New mutants volume 1.

    Les nouveaux mutants de la période (dont mes favoris, Magyk et Warlock) vont affronter les démons d'Inferno dans ce volume et concourir bien malgré eux à ouvrir une porte de l'enfer occupé par N'astirh et Sym, deux des anciens bourreaux d'Illyana, à New York même, provoquant un événement majeur de la vie de la blonde russe.
    L'équipe des X-terminators, les jeunes mutants protégés par X factor (les premiers X men, qui se font passer pour des chasseurs de mutants à l'époque) les rejoint bien vite dans leur lutte contre les démons, étant également responsables de l'invasion de New York qui animera des objets aussi inoffensifs qu'un téléphone public ou un métro...

    Dans la deuxième partie, pas de repos pour les braves, car la nouvelle équipe fusionnant les new mutants (moins deux membres dont une, Gosamyr, qu'on ne reverra jamais) et les X-terminators doit faire face à la folie destructrice d'une de ses membres fondatrices, Mirages. Etant devenue une valkyrie suite à leur premier voyage en Asgard, elle est victime de la malédiction d'Hela, qui a corrompu cet ordre en profitant de la fatigue d'Odin. C'est forcément une mission pour notre nouvelle équipe de New mutants qui vont y retrouver leurs amis et lutter contre la déesse de la mort.


    Je n'avais jamais lu les aventures des nouveaux mutants sauf le premier tome epic collection. On a ici un volume assez exceptionnel, qui fait un bien fou à la lecture. C'est de la grande bd des années 80, dont on a encore tous les codes marvéliens (notamment les monologues intérieurs, les personnages d'arrière plan qui ont le droit de raconter leur vie avant d'être happés par l'intrigue...) exploités avec talent par Louise Simonson au scénario (Claremont ne s'occupe que d'un épisode du volume, d'ailleurs très chouette, avec Magma et un de mes persos favoris, Hercules).
    L'arc Inferno débute par la mini-série X-erminators, qui voit l'émancipation des jeunes membres d'X factor (dont certains deviendront plus tard des mauvais mutants, comme Skids ou Rusty). On retrouve un Jon Bogdanove très convaincant sur les démons et dans l'ambiance générale crépusculaire du titre. J'ai beaucoup aimé le personnage Takashi "Taki" Matsuya alias Wizkid, un jeune mutant paralysé des jambes et capable de transformer tout élément technologique qui l'entoure en une machine fantasmagorique de son choix, une aptitude que semblait apprécier Louise Simonson si on se réfère aux capacités d'un autre de mes personnages favoris, Warlock ou sous une autre forme ou encore aux capacités étranges d'une des premières ennemies de X factor, qui pouvait amplifier les pouvoirs d'autrui ou leur en donner mais les déformait physiquement tout en limitant leur durée de vie car ils étaient consumés par leurs pouvoirs.
    La fin d'Illyana est en tout cas superbement bien réussie et ça a dû être un choc pour les lecteurs de l'époque, un peu comme la première mini sur le personnage avait dû aussi le faire.
    Les épisodes incluant Magneto, leader de l'équipe en l'absence de Xavier, sont également superbes. C'est au moment du second arc, avec la folie de Mirage, que l'on sent une légère baisse de niveau, essentiellement car on a l'impression d'assister à une redite en moins bien de ce qu'on vient de lire (personnage corrompu, méchant qui détruit tout, équipe qui tente de limiter les pots cassés...) mais Asgard a l'avantage d'être un cadre qui change de New York. En plus, ça se passe pendant le run mythique de Walt Simonson sur Thor dont on ressent les effets à la lecture, donc on va pas se plaindre. C'est lors de ce voyage que l'on verra fleurir les macarons "Acts of vengeance" qui indiquent la participation du titre à ce crossover qui avait surtout pour intérêt de faire se croiser des personnages qui n'y étaient pas habitués (on était loin à l'époque de l'univers marvel actuel dans lequel tous les méchants et gentils se connaissent ou presque).
    Vivement que les volumes 2 à 4 paraissent car c'est un régal de lecture. Le tome 6 verra les débuts de Rob Liefield aux dessins mais aussi les premiers pas de Deadpool et Cable, tout comme. Ce sera sûrement le dernier car un epic collection X force 1 est déja paru et reprend la série avec l'équipe telle que je l'ai connue plus jeune.
    En tout cas, ne laissez pas échapper cet epic ollection. C'est du lourd. Surtout pour les fans d'Inferno, comme moi (et même si je trouve que ce sont Ann Nocenti et John Romita jr qui en ont tiré le le meilleur parti dans Daredevil).

    Scénario : 18/20
    Dialogues :18/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 18/20

    Catégorie « Très bon »

    The despicable Deadpool 299

    Genre : Bientôt la fin



    Deadpool décide de se cacher au milieu des vengeurs, sous l'identité d'Hawkeye. Qu'est ce qui peut rater?
    Pendant ce temps, Captain America rassemble une équipe pour l'attraper, dont pas mal de ses anciens acolytes.
    Pas de super criminels cette fois-ci, place aux gentils, eux aussi décidés à attraper Deadpool pour le livrer à la justice.

    Un numéro très bien construit, avec un combat réussi entre Deadpool et les deux Hawkeye.
    Le final du run devrait être impressionnant parti comme c'est.

    Scénario : 16/20
    Dialogues :16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20

    Doctor Strange 389 (Damnation)

    Genre : La grand évasion



    Strange et 5 vengeurs sont prisonniers de Mephisto, coincés avec Dormammu et des créatures démoniaques comme Shuma-Gorath entre autres...
    Dormammu propose un pacte à nos héros pour rejoindre la grande baston qui se déroule à Las Vegas...

    Un numéro superbe graphiquement, qui confirme que la série régulière de Strange sous la direction de Cates aura été une réussite de bout en bout. C'est prenant, plein d'action et de dialogues réjouissants. Ce numéro situé chronologiquement avant Damnation 4 est une perle.

    Scénario : 16/20
    Dialogues :16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20

    Captain America 701

    Genre : Futur possible



    Dans un lointain futur, les idéaux de Captain America ont essaimé à travers le monde et même l'espace, les Krees étant devenus les plus proches alliés de l'Amérique. Tout le monde à dans son sang une variante du sérum du super soldat, qui empêche les maladies de survenir et garantit une santé optimale malgré l'absence de super aptitudes martiales.
    Nous suivons l'arrière arrière petit fils de Steve Rogers, un historien réputé, très inquiet que son fils ne réagisse pas bien au sérum, ce qui menace sa vie.

    Pour ce pénultième numéro du run de Waid (sans Samnee, donc), on a une espèce de What if bien fichu dans la droite lignée des numéros précédents avec des pages dessinées par des pointures comme Romero, Hugues et Jones. L'hamonie graphique est très bonne et ce numéro ce lit avec plaisir. Encore un numéro et on passe à la nouvelle équipe créative.

    Scénario : 16/20
    Dialogues :16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20

    Doctor Strange : damnation 4

    Genre : La fin de Mephisto



    La plan de Wong pour virer Mephisto de Las Vegas voit son aboutissement dans ce numéro et il est simple comme un jeu de chaises musicales.
    On termine ce petit crossover bien fichu avec le sourire aux lèvres mais c'est surtout parce que Rod Reis est de retour aux dessins et ça a enfin de la gueule.
    Rien que du très classique mais les dialogues sont vraiment réussi et pleins d'humour bienvenu. La fin est assez originale pour être marquante.
    Un bon crossover, quoi, mais surtout grâce aux numéros de la série régulière Doctor Strange.

    Scénario : 15/20
    Dialogues :16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20

    You are Deadpool 1

    Genre : Livre dont vous êtes le héros



    Deadpool vous cause en début de numéro. Il a créé un dé à son image et vous demande de décider de chacun de ses mouvements. Pour ce premier numéro, il doit infiltrer une base de la corporation Roxxon et voler un casque permettant de voyager dans le temps au profit de l'homme de demain, un vieil ennemi oublié de Thor.

    Une bonne surprise que ce titre qui reprend fidèlement les codes des livres dont vous êtes le héros. Selon vos décisions, vous lirez la suite de l'histoire dans le numéro 2, le 3 ou le 4, rien que ça!
    Le scénario est simple mais très bien découpé. Il devrait comporter pas mal d'hommages à de vieilles périodes des comics si on se fie aux previews.

    Scénario : 14/20
    Dialogues :16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20

  4. Les 4 membres suivants remercient Giromu pour cet excellent message :

    BaXter (06/05/2018), darkkoeurby (08/05/2018), Kilik (07/05/2018), Lizandrya (19/05/2018)

  5. #273
    [MOD] Futaba fan forever Supreme Overlord Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Giromu
    Date d'inscription
    January 2004
    Messages
    19 137
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    17 792
    Remercié(e) 28 836 fois dans 9 783 messages

    Par défaut

    MARVEL

    Catégorie « Excellent »

    RIEN

    Catégorie « Très bon »

    The despicable Deadpool 300

    Genre : Fin d'un run long et satisfaisant



    Deadpool est donc résolu à se faire prendre par les vengeurs mais son esprit n'entend pas se rendre facilement. Il se souvient d'une arme dévastatrice et inimaginable (oui, vraiment inimaginable) qu'il pourrait ingérer pour faire du dégât sans vraiment de raison (mais en a il besoin puisqu'il est fou?).
    Après une séquence aussi drôle qu'inattendue, il est temps pour lui de rencontrer celui qui écrit ses histoires depuis 5 ans, façon Steve Gerber ou Grant Morrisson...

    Duggan conclut son run avec beaucoup de style et d'humour dans ce numéro spécial final d'une série qui aura quand même réussi à nous vendre 5 ou 6 spéciaux à 10 dollars (celui-ci est à 6, peut-être parce qu'il compte moins de pages).
    Le premier combat contre les héros marvel est aussi inattendu que drôle, la rencontre avec Duggan dispose de superbes dialogues et encore on est à ce moment qu'à la moitié de ce grand final aussi épique que riche en rebondissements et ...en mélancolie. Le scénariste (et les très bons dessinateurs qui l'accompagnent) nous rappellent en effet cette nouveauté apportée au personnage en masse par Duggan et Posehn quand ils ont pris les rênes du perso il y'a quelques années (5 et demi quand même).
    Comme d'habitude désormais, le scénariste range ses jouets pour faire place nette au prochain run mais il le fait de très belle manière. On a même la larme à l'oeil devant ce que Deadpool s'inflige pour protéger sa famille et ses amis.
    En bref, une conclusion qui a vraiment de la gueule et valait l'attente, avec un balayage de la vie de l'ensemble des seconds rôles de la série (pas tous, contrairement à ce qu'indique la couverture) et même...de Deadpool 2099.

    Scénario : 16/20
    Dialogues :17/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20

    Avengers epic collection TPB 21 : the collection obsession

    Genre : Les Fratres sont un des meilleurs groupes ennemis des vengeurs




    Dans ce TPB rassemblant pas mal de numéro variés, ça va du bon au très bon, avec une qualité globale éminemment satisfaisante. Il couvre les années 1991 et 92/
    On commence par le graphic novel Avengers : death trap - the vault. Les vengeurs et la freedom force (les mutants menés par Mystique qui travaillent à l'époque pour le gouvernement) doivent empêcher une évasion massive de prisonniers de la prison pour super criminels the vault (traduit en VF par la Voûte dans les mensuels semic, ce qui me faisait déjà tiquer. Normal, on devrait plutôt écrire "la chambre forte" ou éventuellement "le caveau", ce qui est plus raccord avec l'idée d'une place imprenable emprisonnant des super dangers).
    Curieusement, c'est le déjà très populaire Venom qui mène l'insurrection. On ne le voit pourtant pas en leader, mais pourquoi pas. Sa rivalité avec l'intelligent Thunderball ("Boulet" en VF) pour tenter de faire pression sur les autorités sans savoir que la prison est à deux doigts de sauter et de tuer tout le monde à cause du directeur à la psyché fragile fonctionne bien et le scénariste Danny Fingeroth livre une intrigue 50% tension, 50% action qui fonctionne comme un très bon film du genre, simple mais bien raconté. Il est bien aidé par le très efficace Ron Lim, un des meilleurs dessinateurs du symbiote qui rend parfaitement son aspect monstrueux et intimidant. Le personnage était si populaire qu'il vola la vedette aux vengeurs lors de la réimpression du graphic novel d'origine, qui devint "Venom : death trap - the vault". Et le pire, c'est que le titre n'est pas mensonger car l'histoire est racontée à 50% du point de vue des vengeurs et à 50% de la sienne.

    Deuxième gros morceau de cet epic collection, le crossover Subterranean wars sur un concept très sympa de Paul Ryan : les leaders des 3 grands groupes qui se disputent les royaumes sous-terrains (Mole man, ennemi historique des FF, Tyrannus, le Romain immortel ennemi de Hulk et le peu connu Grotesk, ennemi oublié des X men) sont menacés par un ennemi inédit, un Deviant qui a pris le pouvoir chez son peuple (ennemis mortels des Eternels, dont Sersi/Circé, membre des vengeurs à l'époque) et entend bien conquérir tout avant de s'attaquer à la surface.
    L'idée de génie, c'est de crédibiliser l'armement futuriste de Mole man et Tyrannus, qui sortait un peu de nulle part jusque-là et d'expliquer qu'il s'agit d'armes anciennes et destructrices abandonnées par les Deviants lors de leur première chute, ce qui est très bien expliqué dans une back up de l'annual des vengeurs qu'on trouve dans ce volume.
    Pour le reste, c'est du très classique mais très efficace, avec une alliance contre-nature entre héros et tyrants des mondes sous-terrains et un final réussi.
    Le crossover court dans tous les annuals de l'année 91 liés aux vengeurs, avec deux numéros indispensables à lire car concentrant toute l'intrigue (Avengers annual 20 et West coast avengers annual 6), un numéro peu utile au crossover mais bien écrit et étoffant le titre qui l'abrite (Incredible Hulk annual 17), un numéro qui n'apporte pas grand chose au crossover non plus mais qui est assez fort du point de vue narratif ( Namor the sub-mariner annual 1) et un autre assez bouche-trou (Iron man annual 12) mais qui a le mérite de se concentrer sur une souveraine oubliée du monde souterrain.

    On passe ensuite au gros morceau de cet epic collection, qui lui donne son titre et pour lequel on est venus : les épisodes 334 à 339 d'Avengers volume 1, qui composent les 6 chapitres de l'histoire "the collection obsession", parus en VF dans le magazine Strange et qui m'avaient fait forte impression : de dangereux "spécimens" se sont échappés de la collection de Taneleer Tivan, le doyen de l'univers connu sous le nom de "The Collector" ("le collectionneur") : les Brethren (traduits de façon ingénieuse et très jolie par le terme latin "Fratres" en Français), des conquérants fiers et surpuissants qui ont jadis ravagés la galaxie avant d'être capturés sont de retour et leur prochaine cible, après avoir vaincu les Inhumains sur la Lune n'est autre que notre bonne vieille Terre!
    L'équipe des vengeurs se divise en deux groupes : les intellos (Black Panther, Beast, Hank Pym avec Quasar comme garde du corps) tentent de retracer l'histoire des Fratres et de trouver un moyen de les vaincre en questionnant entre autres un Collector sénile tandis que les membres plus centrés action tentent de contenir ces super guerriers qui semblent aussi invincibles que leur chef, Thane Ector, est noble et cruel... (petit aparté, "Thane" peut se traduire par "baron" en Français, mais Semic avait gardé le nom d'origine à l'époque de la traduction dans Strange.
    Avec l'âge, ces épisodes sont toujours une très bonne cuvée malgré quelques ficelles un peu grosses quand je le relis, ceci étant surtout dû au charismatique personnage de Thane Ector, chef torturé d'un peuple orgueilleux et impitoyable à qui il doit cacher un effroyable secret. Encore ajourd'hui, je relis ces épisodes en admirant l'écriture de ce personnage et d'une autre (qu'on ne citera pas pour ne pas spoiler). Voilà un méchant aussi crédible qu'intéressant et marquant, qui n'a rien à envier à des pointures comme Doctor Doom ou Magneto, malgré la brièveté de son arc narratif. Bref, du bon Bob Harras au scénario et des dessins très convaincants d'Andy Kubert puis d'un Steve Epting qui n'avait pas encore la qualité actuelle qu'on lui connait, mais qui était déjà en bonne voie (malgré quelques pages fill in qui ne sont pas de lui par ci par là).

    L'épisode 340 est inédit en France et raconte une aventure indépendante de Captain America et the Wasp (la guêpe) qui traite d'enfants soldats, de trafic d'armes, de libération des camps de la mort et de survivalisme. On comprend sans peine pourquoi elle avait été mise de côté (sûrement trop sombre pour une publication jeunesse de l'époque). Les dessins un peu vintage de Paul Abrams ne sont pas désagréables et le script de David Michelinie narré par Scott Lobdell est classique mais efficace.

    Les épisodes 341 et 342 sont un mini crossover entre les vengeurs et les new warriors centré sur le personnage de Rage, membre récent des vengeurs qui nous dévoilera son secret étonnant dans ses pages. Nicieza livre un scénario intéressant et bien écrit autour des fils du serpent (un groupe suprémaciste oublié, ennemi des vengeurs) et une nouvelle mouture du Hatemonger
    http://www.marvunapp.com/Appendix2/animushatemonger.htm

    Ces deux numéros font écho à la première apparition des Sons of serpent (Avengers volume1 n° 32 de 1966 quand même!) et ont le mérite d'ancrer les vengeurs dans le monde contemporain et de les sortir de leurs sempiternelles menaces cosmiques et temporelles, ce qui les rend plus humains. Le personnage de Rage y gagne aussi en épaisseur et je serais curieux de lire la première série des New warriors à l'occasion. Steve Epting est en tout cas au top dans ces deux numéros, absolument superbes du point de vue graphique.
    On termine avec les numéros 343 et 344, qui marquent le retour du Black night, appelé à une prolifique carrière dans les nineties (il devient en quelque sorte le Gambit des Vengeurs). L'équipe accueille aussi la belle Crystal et la version Eric Masterson de Thor. Ces deux numéros sont la première apparition d'un méchant qui va devenir la Némésis des Vengeurs pendant un certain temps, Proctor.
    On retrouve le très efficace Bob Harras au scénario et toujours Steve Epting, très à l'aise.

    En résumé, un très bon volume dédié à l'équipe, qui vaut surtout pour la série principale qu'elle abrite, qui était à l'époque dans une bonne phase.

    Scénario : 16/20
    Dialogues :17/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20

    You are Deadpool 2

    Genre : Livre-jeu dans les années 60



    Deadpool est donc coincé dans les années 60 depuis son saut impromptu dans le temps à la fin du numéro précédent. Pour recharger le casque qui le fait voyager et repartir vers son époque, il a des solutions aussi variée qu'amusantes : faire le voyage dans la navette dérobée par les FF au début de leur carrière (dialogues hilarants sur la sécurité de la base et l'absence de Reed et Sue des cases), assister au largage de la première bombe gamma, se lancer dans le monde de l'art en créant le pop art avant Andy Warhol (qui en prend pour son grade) ou encore révolutionner le monde prétentieux de la poésie en clubs (où tout le monde porte des bérets et des rayures so french).

    Encore un très bon numéro assez drôle qui parvient à renouveler l'exercice ultra usité de la parodie des premiers titres de l'éditeur. Prochain numéro :les seventies et Man-thing!

    Scénario : 14/20
    Dialogues :16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20

  6. Les 4 membres suivants remercient Giromu pour cet excellent message :

    BaXter (13/05/2018), darkkoeurby (12/05/2018), Kilik (13/05/2018), Lizandrya (19/05/2018)

  7. #274
    Iron Maiden Vampireslayer Omage Overlord Omage Overlord Omage Overlord Omage Overlord Omage Overlord Omage Overlord Omage Overlord Omage Overlord Omage Overlord Omage Overlord Omage Overlord Avatar de Omage
    Date d'inscription
    September 2009
    Messages
    1 624
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    456
    Remercié(e) 1 616 fois dans 777 messages

    Par défaut

    Juste une question Giromu: les comics hebdo que tu nous cites, tu les achètes? Ou tu les lis sur des sites de comics en ligne?

    Parce que je vois qu'ils sont tous en Vo, et souvent c'est des séries qui viennent tout juste de sortir (comme les numéros de Deadpool, en général t'en fais un commentaire à peine une semaine après leur sortie aux USA). Mais si tu les achètes tous, comment tu fais? Tu les commandes? Ou alors t'as une librairie qui te fournit des comics aussi rapidement qu'à leur sortie aux USA?

  8. #275
    [MOD] Futaba fan forever Supreme Overlord Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Giromu
    Date d'inscription
    January 2004
    Messages
    19 137
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    17 792
    Remercié(e) 28 836 fois dans 9 783 messages

    Par défaut

    Je passe par une librairie qui vend de la VO. On en trouve pas mal. Avec internet, les moyens se sont démultipliés et les facilités aussi. Il y'a de plus en plus de lecteurs sur tablette. Perso, je lis sur papier.

  9. Les 2 membres suivants remercient Giromu pour cet excellent message :

    Kilik (13/05/2018), Omage (12/05/2018)

  10. #276
    Great Old One Dragonslayer Lizandrya 4D Being Lizandrya 4D Being Lizandrya 4D Being Lizandrya 4D Being Lizandrya 4D Being Lizandrya 4D Being Lizandrya 4D Being Lizandrya 4D Being Lizandrya 4D Being Lizandrya 4D Being Lizandrya 4D Being Avatar de Lizandrya
    Date d'inscription
    September 2006
    Localisation
    La Comté
    Messages
    2 215
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    3 014
    Remercié(e) 2 696 fois dans 1 148 messages

    Par défaut

    C'est repartis les FF ? Parce que je vois passer plein de travaux de dessinateurs sur Instagram mais je n'arrive pas à savoir si quelque chose est sortis...

  11. #277
    [MOD] Futaba fan forever Supreme Overlord Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Giromu
    Date d'inscription
    January 2004
    Messages
    19 137
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    17 792
    Remercié(e) 28 836 fois dans 9 783 messages

    Par défaut

    Non, c'est pour cet été.

  12. #278
    [MOD] Futaba fan forever Supreme Overlord Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Giromu
    Date d'inscription
    January 2004
    Messages
    19 137
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    17 792
    Remercié(e) 28 836 fois dans 9 783 messages

    Par défaut




    DC

    Catégorie « Excellent »

    RIEN

    Catégorie « Très bon »

    RIEN

    Catégorie « Bon »

    Harley loves Joker 2

    Genre : The once and future Harley Quinn

    Harley est depuis peu en passe d'être évincée par le grison, la nouvelle super criminelle qui a attiré l'attention du Joker en lui passant devant lors de chacun de ses derniers casses!
    La pauvre se réfugie de plus en plus dans les méandres de son esprit, psychanalysée par la très sérieuse Harleen Quinzel et devant faire face à sa mère et surtout...à elle-même.
    Tout est il perdu? Non, car le Joker est tout sauf prévisible...

    Fin de cette petite histoire bien sympathique qui permet une plongée dans le passé de la belle en compagnie d'un de ses créateurs, Paul Dini, et d'un Brett Blevins agréable.
    Rien de foufou mais de la belle ouvrage qui fait énormément penser à la mythique série Batman de 1992 et c'est bien normal.

    Scénario : 14/20
    Dialogues :14/20
    Dessins, encrage, couleur : 15/20
    Note finale : 14/20




    MARVEL

    Catégorie « Excellent »

    You are Deadpool 3

    Genre : 1974 en force!

    Deadpool est coincé dans la meilleure décennie pour les comics Marvel, les seventies! On est en 1974, Abba chante Waterloo, Daniel Guichard chante "mon vieux", Giscard joue de l'accordéon, Steve Rogers a jeté son uniforme de Captain America sous l'influence d'Engleheart, les monstres comme Dracula, Ghost rider, Werewolf by night et Man-thing marchent bien dans les comics, Judge Dredd règne en maître en Angleterre, j'en passe et des meilleures.
    Deadpool se retrouve coincé dans le marais des Everglades qui abrite le nexus de toutes les réalités et doit trouver assez de *gems (oui, avec une *astérisque) pour activer le portail magique (pour faire simple).
    C'est l'occasion pour un Al Ewing super en forme de rendre un hommage magnifique aux comics de ces années-là en nous faisant rire (le costume et les actions de Steve Rogers, qui parodie son comportement suite aux évènements du très beau run d'Engleheart), réfléchir (dans une des scènes les plus difficiles à passer pour les millenials prompts au LOL dans ce numéro, avec Rufus Carter du titre Shang Chi!
    http://www.marvunapp.com/Appendix/rufusc.htm) mais aussi rêver à la magie de ces années-là pour les comics marvel, reprenant parfaitement l'ambiance insufflée par Steve Gerber dans le titre Man-thing de cette époque (qui se dirige doucement vers sa fin en 1975, sans qu'on le sache à cette époque) et tout en livrant encore une fois une des meilleures séries limitées dédiées à Deadpool jamais faites. Il sera difficile d'égaler l'excellence de ce numéro car on sent qu'Ewing les aimes, les seventies Marvel!

    Scénario : 16/20
    Dialogues :18/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 17/20




    Catégorie « Très bon »

    Venom 1

    Genre : Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Eddie Brock et son autre

    Donny Cates s'attaque à Venom! Il m'a convaincu sur Doctor Strange, donc je vais le suivre dans ses autres titres, Thanos en TPB pour voir et sa future mini-série spin off à venir mais aussi Venom, personnage au potentiel énorme et rarement exploité dans les comics qui lui sont dédiés!
    Eddie Brock a donc regagné son symbiote depuis quelques temps déjà. Il utilise des médicaments pour faire taire son "autre" pour éviter de sombrer dans la folie et reçoit la visite d'un militaire énigmatique qui le prend au début pour son prédécesseur, Flash Thomson (le meilleur Venom selon moi). Il a bien sûr une mission surprenante à lui confier.

    Et si tout ce que nous savions sur Venom et les symbiotes était fragmentaire? Et si Spidey n'avait pas été le premier terrien à porter un symbiote sur Terre? Après des premières pages alléchantes qui impliquent une présence ancienne des klyntars sur notre planète, on en apprend de plus en plus sur un sombre secret caché jusqu'ici, qui pourrait même remettre en cause la nature même de ce peuple, qui avait déjà été retconné par Bendis dans le titre "les gardiens de la galaxie".
    On a hâte de lire la suite de ce titre graphiquement superbe (même si la colo est pas super top selon moi, un peu fadasse).

    Scénario : 16/20
    Dialogues :16/20
    Dessins, encrage, couleur : 17/20
    Note finale : 16/20




    Captain America 702

    Genre : Le nouveau Captain America?

    Jack Rogers a découvert un énorme complot qui menace l'humanité et l'utopie qu'elle a construit à partir du sérum du super soldat utilisé par son aïeul. Il continue d'enquêter et de chercher une solution à cette situation désespérée auprès de ses confrères historiens et pourrait bien trouver un début de solution autour du plus fou d'entre eux...

    Deuxième partie de cet arc décrivant les aventures d'un descendant ordinaire de Steve Rogers dans un futur possible et c'est toujours aussi bien écrit, avec des dessins très chouettes de Romero, Chaykin et Reis et un scénario très sympathique de Waid. Tout va reposer sur le dernier numéro du run de celui-ci car cet arc certes très réussi laisse énormément de choses en suspens pour l'instant.

    Scénario : 15/20
    Dialogues :16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20



    Ben Reilly : the scarlet spider 18

    Genre :La couverture ment!

    Ben fait la rencontre de Misty Beck, la fille de Mysterio, engagée par sa patronne pour un grand numéro de prestidigitation qui tourne mal, très mal. Mais alors vraiment très mal.

    Un numéro qui lance un nouvel arc plutôt intéressant et riche en surprises. La page cliffhanger vend du rêve par exemple.
    Dommage par contre que les créateurs des récentes couvertures du titre, que j'adore, ne se chargent pas des intérieurs, car Daniel Araujo, c'est juste pas possible. Un des rares dessinateurs qui me fasse regretter Will Sliney, c'est dire. C'est statique, c'est pas attirant, ça gâche l'histoire de David encore plus que le dessinateur habituel.

    Scénario : 15/20
    Dialogues :17/20
    Dessins, encrage, couleur : 11/20
    Note finale : 16/20




    Catégorie « Bon »

    The Punisher 224

    Genre : Pupu's homecoming

    Frank rentre au pays avec sa jolie armure quasi neuve et son nouveau statut de terroriste international. Son premier réflexe est de dézinguer les clients du bar sans nom, refuge des super criminels qui veulent boire un coup et repérer les futurs coups.
    Problème : les vengeurs ont décidé de le poursuivre. Il est "un peu" devenu persona non grata depuis son rôle pendant le crossover Secret empire, il faut dire. Une certaine Captain Marvel, accompagnée de pointures comme Daredevil, Hawkeye et d'autres qui sont révélés en splash page finale du numéro lui court donc après...

    Un numéro pur action, bien mené mais avec malheureusement un nouveau dessinateur, Stefano Landini, qui manque de punch et de détails dans ses dessins. ça gâche mais ça reste très agréable. Et puis le postulat de base est énorme.

    Scénario : 14/20
    Dialogues :15/20
    Dessins, encrage, couleur : 13/20
    Note finale : 14/20

    Dernière modification par Giromu ; 19/05/2018 à 17h25.

  13. Les 4 membres suivants remercient Giromu pour cet excellent message :

    BaXter (19/05/2018), darkkoeurby (21/05/2018), Kilik (19/05/2018), Lizandrya (20/05/2018)

+ Répondre à la discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages