+ Répondre à la discussion
Page 31 sur 31 PremièrePremière ... 21 29 30 31
Affichage des résultats 301 à 302 sur 302

Discussion: [Comics] Mes chroniques hebdo VO II

  1. #301
    [MOD] Futaba fan forever Supreme Overlord Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Giromu
    Date d'inscription
    January 2004
    Messages
    19 616
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    18 295
    Remercié(e) 29 936 fois dans 10 158 messages

    Par défaut

    Pauvre Fatalis. Aucun regret de pas avoir suivi les frasques de Bendis à son sujet dans les titres Iron man à ce que tu racontes. C'est que de la merde, comme prévu. Le même scénariste avait déjà fait de lui un sexiste dans le titre avengers, humiliant Captain Marvel au titre qu'elle était une femme. C'est nouveau ce trait de merde!
    Un auteur noir américain, Reginald Hudlin, avait fait de lui un raciste pendant Civil war I dans le titre Black panther. Là aussi, une caractérisation pourrie.
    Et que dire du chiatique run de Mark Millar sur Fantastic four, dans lequel Doom avait appris sa vilénie (oui oui) par le "master of Doom", le marquis of Death!!!
    https://comicvine.gamespot.com/the-m...th/4005-59172/


    De un, Doom est pas maléfique à proprement parler, donc c'est une idée de merde.
    De deux, Doom s'est fait lui même, c'est l'essence même du perso, l'égo exacerbé. Lui donner un maître était l'idée la plus conne qui soit.
    Le pauvre Victor a bien souffert des mains de mauvais scénaristes. Heureusement, Slott est un très bon. J'ai confiance en lui sur FF.

  2. Les 2 membres suivants remercient Giromu pour cet excellent message :

    Kilik (14/08/2018), Omage (14/08/2018)

  3. #302
    [MOD] Futaba fan forever Supreme Overlord Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Giromu
    Date d'inscription
    January 2004
    Messages
    19 616
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    18 295
    Remercié(e) 29 936 fois dans 10 158 messages

    Par défaut

    DC

    Catégorie « Excellent »

    RIEN

    Catégorie « Très bon »

    RIEN

    Catégorie « Bon »

    Harley Quinn 48

    Genre : Harley doit se refaire



    Harley revient d'Apokolips et ses dettes se sont accumulées en son absence. Il est temps de faire de l'argent très vite! Elle a 48h devant elle...

    Un numéro très chouette dans lequel la très instable Harley doit sauver ses locataires de l'expulsion, drôle et souvent surprenant. Alisson Borges est plus convaincante que lors de sa première prestation et on retrouve avec plaisir la très bizarre Lord Death man, le super méchant nippon.

    Scénario : 14/20
    Dialogues :14/20
    Dessins, encrage, couleur : 14/20
    Note finale : 14/20


    MARVEL

    Catégorie « Excellent »

    RIEN

    Catégorie « Très bon »

    Doctor Strange (Numérotation legacy 394)

    Genre : nouveaux horizons



    Doctor Strange vit des aventures trépidantes et retrouve peu à peu son énergie magique grâce à l'aide de son amie Kanna l'arcanologue. Il a cette fois-ci maille à partir avec un seigneur de la guerre qui souhaite récupérer Eoffren, un Nain forgeur d'armes magiques très talentueux.

    Encore un très bon numéro qui aborde la magie sous un angle différent de ce que nous lisons habituellement dans ces pages, puisque la Nain Eoffren est un mage forgeron qui va ouvrir les perspectives de Strange!
    Toujours du mal avec ce Stephen Strange assez odieux et loin de sa version classique mais Waid l'écrit de façon convaincante. Les planches de Saiz sont toujours aussi chouettes.

    Scénario : 16/20
    Dialogues :16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20

    Edge of Spider geddon 1

    Genre : le retour de "Spider-punk"



    Quelques années après le très chouette crossover inter-titres de Spidey intitulé "Spider-verse", on remet ça avec Spider geddon, dont ce titre constitue le coup d'envoi.
    Hobbie Brown est le Spider-man de Terre-138, un monde dans lequel il a vaincu le président des USA, Norman Osborn puis a participé au grand raout entre araignées précédent. Dans ce numéro qui lui est consacré, il reçoit la visite d'un visiteur temporel très étrange et d'une visiteuse dimensionnelle qu'il connait bien.

    Un numéro introductif intrigant et agréable, avec des dessins réussis de Sandoval (pour une fois). ça fait le café à défaut de révolutionner le genre du crossover.

    Scénario : 14/20
    Dialogues :15/20
    Dessins, encrage, couleur : 15/20
    Note finale : 15/20

    Catégorie « Bon »

    Maximum Carnage TPB

    Genre : Crossover typique des nineties



    Ce TPB rassemble les 14 numéros d'époque impliqués dans le crossover Maximum Carnage, à savoir Spider-man unlimited 1 et 2, Web of Spider-man 101 à 103, The amazing Spider-man 378 à 380, Spider-man 35 à 37 et Spectacular Spider-man 202 et 203.
    Carnage s'échappe de Ravencroft, asile prison abritant les psychopathes criminels, profitant de la méconnaissance crasse qu'on les gardes et médecins de son symbiote. Il rencontre une autre détenue, Shriek, une ancienne groupie de groupes de métal avec qui il décide de fonder une famille dysfonctionnelle très étrange constituée de super criminels très violents comme le bestial doppelganger de Spider-man crée par le mage durant le crossover Infinity war, Demogoblin, la part démoniaque de Hobgoblin (le super bouffon) et le malade Carrion pour ravager les rues de New York, leur "exemple" mettant la ville à feu et à sang.
    Spider-man, au bout du rouleau contre ces puissants adversaires, conduit une étrange alliance constituée de son ennemi Venom et de la chatte noire, auxquels s'ajouteront de façon chaotique des personnages aussi moralement troubles que le vampire Morbius, le très oublié Spaw...Nightwatch, la cape et l'épée et des personnages plus neutres et bienveillants comme Deathlok (Michael Collins) et Iron Fist puis Firestar et Captain America. Alors que la bande Carnage semble impossible à arrêter en l'absence de super-groupes disponibles, Peter Parker est partagé entre son sens du devoir, sa loyauté envers ses parents récemment revenus des prisons soviétiques, sa tante May et Mary-Jane, tous très éprouvés par la récente mort (pas la première!) d'Harry Osborn. Doit il ne pas faire de quartier pour arrêter les monstres de Carnage et une ville devenue folle?

    J'ai acheté ce TPB car j'ai perdu mes numéros en Français d'époque (ne prêtez pas vos bouquins à n'importe qui!) et cela m'a donné l'occasion de relire ce crossover qui a marqué mes jeunes années. Eh bien...c'est très allongé comme sauce. Le tout tient sur 14 numéros des séries Spider-man d'époque et aurait pu/dû tenir sur 6 numéros avec moins de personnages tant peu d'entre eux sont exploités à plein.
    Du côté de Carnage, graphiquement génialement flippant, on aperçoit les prémices de son passé, que nous découvrirons plus tard dans les one shots qui lui seront consacrés et le crossover Spider-man/Batman. On a peu à se mettre sous la dent en termes de profondeur de perso, y compris avec l'intéressante et oubliée Shriek, une super méchante dont DeMatteis tire le meilleur dans les épisodes qu'il écrit. Le doppelganger est une bête sauvage, Demogoblin un fanatique dément et Carrion un corrupteur muet. Pas une bande de méchants très charismatique à l'exception de ses deux leaders!
    Du côté des héros, c'est plus intéressant avec "bon flic" Spider-man et "méchant flic" Venom qui s'opposent dans les méthodes et l'idéologie et ont tous deux raison suivant le point de vue dont on se place. La chatte noire est entre les deux et tend vers la pensée de Venom dans l'ensemble comme Morbius et Nightwatch, qui sont dans la droite ligne de ce que voulait le lectorat à l'époque, des persos sombres et sans pitié. Spider-man va changer de point de vue au fil du récit et des interlocuteurs et aborder peu à peu les évènements selon des angles différents. Il est clairement le mieux écrit de tous, le plus attachant et le plus humain. Firestar et Captain America sont clairement, avec l'épée, les plus bienveillants du lot et permettent de souffler au coeur de cette histoire très noire. DeMatteis, encore lui, les exploite très bien et est le scénariste qui met le mieux en scène l'humanité des personnages (même des méchants). On note sa très bonne utilisation de Richard Parker, traumatisé par les geôles russes, qui voit tout en noir et dont les discours amplifient le côté désespéré d'une situation déjà sinistre. Son opposition avec Mary-Jane et May constituent les meilleurs moments d'un crossover très très très orienté baston de groupe sans fin.
    Pour les dessinateurs, on a le très décevant Alex Saviuk, l'honnête Sal Buscema, qui manque de variété dans les expressions de ses personnages, Tom Lyle, très à l'aise sur les monstres, moins sur les humains, un Mark Bagley en plutôt bonne forme et un Ron Lim toujours aussi efficace, qui dessine les meilleurs symbiotes du volume.
    Au final, un crossover dispensable, qui ajoute peu au vécu des personnages et qui vaut plus pour l'humour sinistre et foireux du personnage titre, sorte de Joker redneck et les atermoiements de notre héros que pour ses scènes de combat très confuses et ses personnages trop nombreux.

    Scénario : 14/20
    Dialogues :14/20
    Dessins, encrage, couleur : 14/20
    Note finale : 14/20

    UDON

    Catégorie « Excellent »

    RIEN

    Catégorie « Très bon »

    RIEN

    Catégorie « Bon »

    Street Fighter summer sports special 2018

    Genre : Mini art-book annuel



    Le mini art-book d'Udon revient pour la troisième année consécutive.
    On y retrouve les différents personnages de cet univers en train de faire du sport sur la plage, avec une pelletée d'illustrateurs que je trouve cette fois-ci peu inspirés et enthousiasmants pour une fois, à deux-trois images près.
    C'est du travail de qualité mais le niveau est en baisse cette année. Les 3 couvertures sont par contre très chouettes avec la première apparition de Menat, notamment.

    Scénario : Sans
    Dialogues : Sans
    Dessins, encrage, couleur : 14/20
    Note finale : 14/20

  4. Les 4 membres suivants remercient Giromu pour cet excellent message :

    Bal-Sagoth (18/08/2018), darkkoeurby (19/08/2018), Kilik (18/08/2018), Lizandrya (18/08/2018)

+ Répondre à la discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages