+ Répondre à la discussion
Page 1 sur 30 1 2 3 11 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 10 sur 296

Discussion: [Comics] Mes chroniques hebdo VO II

  1. #1
    [MOD] Futaba fan forever Supreme Overlord Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Giromu
    Date d'inscription
    January 2004
    Messages
    19 419
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    18 115
    Remercié(e) 29 401 fois dans 9 982 messages

    Par défaut [Comics] Mes chroniques hebdo VO II

    Cette feignasse de Smith ayant pas jugé bon de créer un nouveau topic après avoir fermé l'ancien, celui-ci en est la suite!!!

    MARVEL


    Secret wars 3

    Ce numéro approfondit le monde nouveau au travers de plusieurs discussions importantes nous révélant tout un tas de non-dits et de vérités cachées. En fait, 8 ans ont passé entre les évènements du 1 et du 2, ce qui explique bien certains changements drastiques de caractère chez certains personnages.
    On découvre que certains personnages savent encore qu’il y’a eu un monde avant celui-ci et l’origine de Battleworlds. Les antagonistes ont rarement été aussi pluridimensionnels. Un vrai bonheur d’écriture.

    Encore un numéro passionnant !

    Scénario : 17/20
    Dialogues : 18/20
    Dessins, encrage, couleur : 18/20
    Note finale : 18/20



    Spider-man : renew you vows 1

    Dans ce domaine de Battleworlds, Spider-man s’est marié avec Mary-Jane et n’a jamais perdu la mémoire à cause de Mephisto et son stupide contrat de One more day.
    Un jour, les vengeurs et la majeure partie des super-héros se rassemble à la tour de la super équipe : un riche industriel a fait tuer les héros sans pouvoirs et de nombreux autres, dont les X men, ont subi des expériences dans ses laboratoires. S’appropriant leurs pouvoirs, rien ne semble pouvoir l’arrêter, pas même une énorme coalition de héros. Apprenant l’évasion de Venom de la prison des super criminels, Spider-man ne participe pas à ce combat, car il sait qu’Eddie Brock va s’en prendre à sa femme et son bébé…

    Ce premier numéro est doté d’un scénario classique mais très efficace et bien mené. Il est axé sur les responsabilités nouvelles qui incombent à Spider-man en tant que père. Assez dramatique, il bénéficie d’une superbe réalisation : dessins magnifiques, dialogues réussis. On se passionne pour le destin du tisseur placé face à des choix cornéliens.
    La suite dans deux semaines déjà. Vivement !

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 17/20
    Note finale : 17/20




    Years of future past 1


    Ce domaine continue le scenario du célèbre arc des X men “Days of future past” avec quelques points de divergence vis à vis des évènements d’origine. Nous suivons Christina Pryde, fille de Kitty et Peter Raspoutine (Colossus) qui est considérée comme le meilleur espoir des mutants dans ce mond sinistre. Le sénateur Kelly, politique raciste, a fait plusieurs mandats et parqué les mutants dans des camps de concentration (qui portent bien sûr un nom moins effrayant), des sentinelles parcourant les rues en ruine des villes depuis plus de quinze ans... Mutants, humains et « anomalies » (des super héros humains ?) doivent arborer en permanence des vêtements identifiant par une lettre leur nature.
    Des affiches sont partout placardées sur les murs, appelant les humains à vérifier annuellement si leurs enfants sont des mutants et à préserver la « pureté » de la race humaine.

    A la veille des élections présidentielles, Kelly craint une victoire des libéraux pro-mutants qui amènerait seol lui la déchéance de l’humanité ets urtout le courroux de Dieu, qui lui a donné mission, comme à la baronne Grey (cf X tinction agenda 1 plus bas dans la page) de circonscrire les mutants et d’empêcher qu’ils se rendent où ils veulent sur Battle worlds.
    Quoi de mieux qu’un petit incident filmé ? C’est au même moment que Christina, sa mère et leurs alliés découvrent un moyen de se libérer de leurs colliers inhibiteurs de pouvoirs.

    Un premier numéro assez magistral dans le genre ! ça a vraiment le goût et la couleur du célèbre crossover, y compris dans la narration et les dessins.
    Pour l’instant, le titre le plus convaincant de Secret wars sur les mutants.

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 17/20
    Note finale : 17/20



    Thanos : the infinity relativity OGN

    Suite directe de l’excellent Thanos : the infinity revelation et du nettement moins bon et assez mal nommé Thanos vs Hulk, ce nouvel original graphic novel de Jim Starlin se situe en fait entre les deux.

    Face à la menace représentée par un Annihilus plus puissant que jamais et aux pouvoirs encore inconnus de la nouvelle incarnation de Warlock, Thanos se voit contraint de sortir de sa retraite.
    Il s’adjoint l’aide de ses alliés traditionnels, le téléporteur Pip et sa pupille Gamorra, désormais membre des gardiens de la galaxie, qui partagent ici la vedette avec l(’anti) héros titre.

    Ce deuxième numéro de la trilogie est de bonne facture : nous avons droit à notre dose de cosmique starlinien avec un mélange toujours aussi réussi des éléments qu’il a créé dans les années 70 et poursuivi dans les années 90 mais également les ajouts réussis de l’ére Abnett et Laning (la vague d’Annihilation, les alliances entre empires, les gardiens modernes).

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20



    Future imperfect 1

    Ce domaine désertique du nom de Dystopia est régi par le cruel Maestro, célèbre avatar de Hulk, seul super-héros à avoir survécu à une guerre mondiale nucléaire, devenu tyran de l’unique ville existante. Nous suivons une mutante qui sauve du désert un Odin ayant perdu ses pouvoirs.

    Très bon premier numéro exploitant très bien l’univers futuriste éponyme de son créateur, qui parvient à nous surprendre et à nous divertir à chaque page.
    Même le dessinateur Greg land est plutôt en forme par rapport à ses habitudes !
    Très bon premier numéro qui donne diablement envie de lire la suite.

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 15/20
    Note finale : 16/20



    Armor wars 1

    Le domaine de Technopolis est une métropole gigantesque ravagée par un mystérieux virus. Toute la population doit porter une armure faite par la firme du baron Stark ou par son frêre, Arno.
    Stark a promis à son père de sauvegarder une certaine indépendance et liberté à la ville, qui obéit aux règles du dieu de Batlleworlds mais qui a son propre Thor (Jim Rhodes, War machine dans d’autres univers) et relègue le plus loin possible les affaires d’Etat.

    Nous faisons connaissance avec quelques grandes figures de ce domaine, toutes prisonnières d’un carcan d’acier, notamment le baron Stark, qui gère le domaine, Pepper Potts ou en core la petite amie d’un certain Spyder-man (vi vi)., qui gère sa compagnie en nom propre.
    Problème : les deux frères sont en conflit armé et Arno est prêt à tout …

    Un très bon premier numéro qui présente les enjeux, les forces en présence et le domaine, évoquant certaines figures influentes pas encore apparues (le Caïd du crime, par exemple).
    Les dessins sont simples mais très efficaces, avec de l’impact, malgré quelques défauts. La progression du scénario est efficace et ce domaine est un desplus intéressants jusque là, notamment parcequ’il ne se limite pas à bêtement mettre les super héros en armures et va jusqu’au bout du concept d’Iron man.

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 15/20
    Note finale : 16/20



    Giant size little avengers vs X men 1

    Le domaine de Marville (oui, comme la courte série du même nom, que je n’ai pas lue) est l’un des rares où la mort semble ne pas exister !
    Cette ville typiquement « banlieue américaine » est le cadre de jeux gentiment conflictuels entre deux bandes d’enfants à super pouvoirs : les X men de Cyclope, qui aime les jeux de mots pourris et les vengeurs de Captain America. D’autres bandes de gamins regardent tout ça d’un œil interrogatif, comme la bande des midnight sons ou encore Kid MODOK.

    Dans ce numéro, nous suivons la dérouillée infligée par Magyk à un Tony Stark déjà doté d’un système pileux, nous apprenons qu’en matière de stand de bouffe, il faut être prêt à tout pour attirer le client et assistons à l’arrivée de célèbres jumeaux dans le quartier.

    Avec son petit générique chanté très réussi de début de numéro et ses dialogues légers, ce premier numéro est une franche réussite pour Skotte Young, qui sort pour une fois le nez de ses bien connues couvertures alternatives.
    Légère et belle, très amusante à défaut d’être franchement drôle, cette série s’annonce sous de très bons auspices.

    Scénario : 14/20
    Dialogues : 15/20
    Dessins, encrage, couleur : 17/20
    Note finale : 15/20




    X-tinction agenda 1


    Ce domaine est une uchronie qui imagine que plusiuers X men et nouveaux mutants sont restés à Gensoha pour rebâtir la ville après la bataille qui a opposé cet état humain génocidaire et eclavagiste aux mutants. Malheureusement, l’île est sous quarantaine depuis qu’un mystérieux virus menace la survie des esclaves mutants survivants, pouvant se transmettre aux mutants comme aux humains.

    Le baron du domaine est Jean Grey, une mutante saine qui supervise à la fois Genosha et le reste du pays au-delà de la zone de quarantaine. Elle est limitée dans sa mission par les consignes de Dieu, qui considère les mutants comme un fléau qui doit être circonscrit à certaines zones (on repart dans les délires de certains scénaristes qui le rendaient tour à tour raciste dans Black panther ou encore misogyne dans Mighty Avengers…).

    Un titre un peu trop décompressé et bavard, servi par des dessins qui m’ont fait penser aux nineties. Pas franchement hyper marquant. On se demande comment Guggenheim va transformer l’essai.

    Scénario : 14/20
    Dialogues : 14/20
    Dessins, encrage, couleur : 14/20
    Note finale : 14/20



    Secret wars battleworld 2

    Deux récits composent ce numéro. Le premier fait se rencontrer le Blade des années 70 et un Howard the duck qui n’a jamais quitté Duckworld.
    Malgré les clins d’œil à la série originale d’Howard, il est très oubliable car un peu balourd, aussi bien dans l’humour que dans l’exécution.

    Le deuxième se déroule dans les arènes de gladiateurs d’Arcade, que nous avions déjà vues dans Planet Hulk 1. Un avatar du taskmaster est très dépité de voir que sa protégée n’a pas grand succès aux yeux du public comme du dieu de Battleworlds et suit avec jalousie l’ascension fulgurante du cyborg Warmachine, un avatar du général Ross à la recherche des hulks qui ont tué sa fille.
    Réalisé par la même équipe que celle de la mini Planet Hulk, cette courte histoire est de bonne facture.


    Scénario : 14/20
    Dialogues : 14/20
    Dessins, encrage, couleur : 14/20
    Note finale : 14/20



    IMAGE


    Jupiter’s circle 3

    Nous suivons dans ce numéro l’un des super-héros de l’équipe des années 50. Ayant arrêté une attaque du Toyman de cet univers, il lie connaissance avec une jeune fille du trou où a eu lieu l’attaque. Celle-ci rêve de devenir une super-héroïne et d’échapper à son bled. Notre héros, marié et père de plusieurs enfants, connaît des problèmes de couple avec sa femme et se sent pousser des ailes au contact de sa nouvelle alliée…

    Après l’homosexualité illégale du héros précédent, Millar dépeint cette fois un homme en pleine crise de la quarantaine qui va vivre une « May-december romance ». Toujours aussi beau, simple et réussi, décrivant efficacement les années 50 et des héros qui sont avant tout des êtres humains, ce numéro est très agréable et assez fin dans la manière dont il traite son sujet.
    Apparemment, les 12 numéros de la série seront constitués de courts arcs de deux numéros chacun.

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 17/20
    Note finale : 16/20


  2. Les 4 membres suivants remercient Giromu pour cet excellent message :

    Bal-Sagoth (04/06/2015), BaXter (04/06/2015), darkkoeurby (28/06/2015), Kilik (05/06/2015)

  3. #2
    Moderateur Daemonslayer BaXter Most fuckin' badass in the entire multiverse ever BaXter Most fuckin' badass in the entire multiverse ever BaXter Most fuckin' badass in the entire multiverse ever BaXter Most fuckin' badass in the entire multiverse ever BaXter Most fuckin' badass in the entire multiverse ever BaXter Most fuckin' badass in the entire multiverse ever BaXter Most fuckin' badass in the entire multiverse ever BaXter Most fuckin' badass in the entire multiverse ever BaXter Most fuckin' badass in the entire multiverse ever BaXter Most fuckin' badass in the entire multiverse ever BaXter Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de BaXter
    Date d'inscription
    June 2005
    Messages
    4 960
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    7 801
    Remercié(e) 5 935 fois dans 2 652 messages

    Par défaut

    Spider Girl est de retour ! \o/ (Peter... N'échange pas la vie de ta fille avec celle de ta tante, cette fois... Bouffon ! XD)

  4. Les membres suivants ont remercié BaXter pour cet excellent message :

    Giromu (04/06/2015)

  5. #3
    [MOD] Futaba fan forever Supreme Overlord Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Giromu
    Date d'inscription
    January 2004
    Messages
    19 419
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    18 115
    Remercié(e) 29 401 fois dans 9 982 messages

    Par défaut

    Le vrai bouffon, c'est Mephisto! Il s'est fait grarve enfler!!!

  6. #4
    Moderateur Daemonslayer BaXter Most fuckin' badass in the entire multiverse ever BaXter Most fuckin' badass in the entire multiverse ever BaXter Most fuckin' badass in the entire multiverse ever BaXter Most fuckin' badass in the entire multiverse ever BaXter Most fuckin' badass in the entire multiverse ever BaXter Most fuckin' badass in the entire multiverse ever BaXter Most fuckin' badass in the entire multiverse ever BaXter Most fuckin' badass in the entire multiverse ever BaXter Most fuckin' badass in the entire multiverse ever BaXter Most fuckin' badass in the entire multiverse ever BaXter Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de BaXter
    Date d'inscription
    June 2005
    Messages
    4 960
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    7 801
    Remercié(e) 5 935 fois dans 2 652 messages

    Par défaut

    Il a annihilé d'existence de Spidergirl (la nana possédant les pouvoirs et l'intelligence de Spidey et la beauté de MJ... la super-héroïne ultime quoi !O_o) ce jour là... et par ricochet tout ceux qu'elle aurait sauvé. En échange de la vie de Tante May... SPIDERGIRL putain !!!*_*
    Je trouve au contraire qu'il s'en est franchement bien tiré.

  7. #5
    Rakan Powa! Supreme Overlord Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Bal-Sagoth
    Date d'inscription
    September 2003
    Localisation
    Charleroi
    Messages
    53 631
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    25 669
    Remercié(e) 29 929 fois dans 14 185 messages

    Par défaut

    Cette feignasse de Smith ayant pas jugé bon de créer un nouveau topic après avoir fermé l'ancien, celui-ci en est la suite!!!
    J'ai toujours dit qu'il était vil!

    Howard the duck qui n’a jamais quitté Duckworld.
    HOWARD THE DUCK???? REALLY? Je croyais qu'en tant que proto-Jar Jar Binks ça faisait MINIMUM dix ans qu'il avait été enterré

    Sérieux le film a été un supa-dupa four

    Buddy, aussi, je suis perturbé car tu mets ta cover après ton paragraphe.

    Du coup j'ai toujours l'impression que la cover a un rapport avec un truc qui n'en a pas

    A l'avenir, tu pourrais mettre ta cover avant le descriptif que tu fais pour ce volume?

    Oh, si pas, c'pas BIEN grave, c'juste parfois... Troublant.


    "Wijn is venijn, bier is plezier"

  8. #6
    [MOD] Futaba fan forever Supreme Overlord Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Giromu
    Date d'inscription
    January 2004
    Messages
    19 419
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    18 115
    Remercié(e) 29 401 fois dans 9 982 messages

    Par défaut

    Howard the duck est en train de redevenir tendance depuis quelques années (le crossover Secret invasion).
    Le film sorti dans les eighties est une trahison de l'esprit de la BD d'origine des années 70. Il faudrait vraiment que je me bouge pour écrire un article sur cette série géniale. Le film est une honnête petite comédie, loin de la bouse sans nom dont on l'a traité.
    Pour les images, je préfère les mettre dans cet ordre.

  9. Les 2 membres suivants remercient Giromu pour cet excellent message :

    Bal-Sagoth (05/06/2015), Kilik (05/06/2015)

  10. #7
    [MOD] Futaba fan forever Supreme Overlord Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Giromu
    Date d'inscription
    January 2004
    Messages
    19 419
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    18 115
    Remercié(e) 29 401 fois dans 9 982 messages

    Par défaut

    C'est reparti !

    DC


    Catégorie "Excellent"


    Rien


    Catégorie "Très bon"


    Gotham academy 7

    Le crossover Convergence passé (je ne l’ai pas suivi), on reprend le cours des séries habituelles avec, parfois, une nouvelle direction artistique.

    Ce numéro stand alone intègre le fils de Batman, le froid et très sûr de lui Damian Wayne, à l’académie que nous connaissons depuis quelques temps déjà. Pour son plus grand malheur, il attire l’œil de la fantasque geekette (et meilleur perso de la série selon moi) « Maps » Mizoguchi, en train de constituer une équipe idéale de camarades de classe pour participer à un jeu de rôle grandeur nature. Problème : elle écrit dans un grand cahier avec une plume dérobée au proviseur, dont les effets sont très ennuyeux puisqu’il semble bien que tout ce qui est écrit avec cet objet devient réalité…

    Un retour en cours très réussi pour une série qui souffrait jusque-là d’une certaine inconstance dans la progression des intrigues, certains numéros étant presque dépourvus d’enjeux et uniquement tranche de vie.
    Ce premier numéro post convergence est en tout cas très dynamique, notamment grâce aux dessins de qualité de la nouvelle venue. Ça a un style un peu cartoon qui colle bien à l’intrigue.
    Le couple Damian/Maps fonctionne très bien et ce numéro est divertissant de bout en bout. Espérons qu’on tient le bon.

    Bémol de taille : les titres DC contiennent pour ce mois et peut-être les suivants une ingénieuse page de pub au centre du numéro qui court sur le bas des deux pages. Elle est immanquable et inzappable, gâchant bien la lecture mais réussissant à capter l’attention du lecteur sur le produit qu’elle vente : une barre chocolatée anciennement appelée Raiders.

    Scénario : 15/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20



    Catégorie "Bon"

    Harley Quinn 17

    Retour d’Harley et sa toute récente équipe de « Harlettes » nouvellement constituée. Avec un objectif clairement affiché : combattre le crime, de quelques nature que ce soit pourvu que l’intéressé puisse payer quelque chose, de préférence beaucoup d’argent.
    Problème : Harley doit convaincre monsieur le maire de New York de ne pas arrêter ses filles et celui-ci n’est guère enthousiaste.
    Autre problème : un certain marin bourru et costaud, le capitaine Strong, a mystérieusement disparu après avoir mangé une algue phosphorescente…

    Un numéro de transition pas désagréable qui nous montre les premières missions des Harlettes et continue à nous décrire le changement de mentalité de la belle arlequin.

    Oh ! Et la pub immanquable est là aussi !

    Scénario : 14/20
    Dialogues : 15/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 14/20



    MARVEL

    Catégorie "Excellent"

    Secret wars 2099 n°2

    Mais après quoi court le PDG d’Alchemax? Ses diverses manipulations génétiques ou hypnotiques commencent à être peu à peu mieux connues du lecteur et ses vengeurs sont bien troubles : entre les frasques sordides de la veuve noire et la dette de faucon envers celui qui lui a donné ses pouvoirs, le puissant personnage est de plus en plus trouble.

    Après une tentative d’assassinat déjouée sur l’alter égo de Captain America, il ordonne à ses troupes d’enquêter sur un suspect mais ils tombent sur un os en la personne d’Hulk 2099…

    Ça fait bien plaisir de revoir le Hulk de 2099 et bien d’autres allusions toujours aussi bien employées par le scénariste. Chaque page est impressionante de surprises et de maîtrise dans la narration et même le dessinateur est meilleur que sur le numéro 1.

    Indispensable pour les fans de Peter David, de secret wars ou de l’univers 2099. Si vous êtes les trois à la fois, ce titre est fait pour vous.

    Scénario : 17/20
    Dialogues : 17/20
    Dessins, encrage, couleur : 12/20
    Note finale : 17/20



    Catégorie "Très bon"

    Ghost racers 1

    Dans ce titre nous retrouvons le Killiseum d’Arcade, maître des spectacles du dieu de ce monde et situé dans sa capitale mondiale.
    Toutes sortes de spectacles sanglants sont produits dans ce colisée, des combats de gladiateurs comme ceux montrés dans Planet Hulk 1 et Secret wars battleworld 2 mais surtout l’épreuve reine, la course entre ghost riders de tous horizons, rebaptisés les Ghost racers !

    Dans ce titre, nous suivons l’actuel champion en titre (et actuel ghost rider du monde marvel), Robbie Reyes, mécano et spécialiste des voitures de course se défiant dans des courses illégales en ville. Tout semble sourire à celui qui a vaincu l’ancien champion, Johnny Blaze et qui tient tête à des pointures comme Danny Ketch ou Carter Slade dans l’arène de la mort, ou des éléments extérieurs comme des zombies à superpouvoirs ou des batteries de canons font tout pour empêcher les compétiteurs.
    Mais Arcade reste ce qu’il est dans tous les mondes et entend bien rester le seul maître du jeu…

    On pourrait craindre une certaine répétition dans ce numéro mais il n’en est rien car il est très bien découpé et présente très efficacement les enjeux.
    Ce premier numéro véhicule une extraordinaire sensation de vitesse et de danger au travers des très belles images de la première course dans laquelle nous sommes projetés. On pense aux épisodes du rugball de Cobra, du motorball de Gunnm et à quelques pointures du sport violent et imaginaire comme le jeu vidéo Speedball.

    Mention spéciale à Carter Slade en terrifiant centaure zombie surarmé !
    Un démarrage en trombe pour un titre qui promet le meilleur.

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 17/20
    Note finale : 16/20



    Mrs Deadpool and the howling commandos 1

    Ce numéro est une uchronie qui se déroule peu après le très bon arc durant lequel le mercenaire intarissable a rencontré sa femme, le magnifique (sous forme humaine) démone Shiklah, promise de Dracula qu’il devait lui amener pour un mariage politique unissant les monstres et les vampires sous son égide.

    Il se déroule au royaume souterrain des monstres, sous le domaine « new yorkais » unissant les villes du même nom des terres 616 et Ultimate, elles-mêmes surplombées par la cité volante des Inhumains, Attilan.

    Dans le domaine présenté par ce titre, Deadpool a été tué par Dracula qui l’a découpé en morceaux et jeté dans de l’acide, épousant Shiklah. Vous croyez que la mort l’empêche d’assurer la narration de ce numéro ? Nenni ! Vous subirez ses logorrhées incessantes tout au long du volume, jouant au narrateur omniscient qui ne se prive jamais de donner son point de vue sur ce qui se déroule sous nos yeux, avec comme toujours beaucoup d’humour.
    Prétextant un pèlerinage pour enterrer les cendres de ses frères tués par le maître des vampires, Shiklah entame un voyage pour les venger, accompagnée par les gardes du corps que lui a assignés son mari, Werewolf by night, Living mummy, Man-thing, le monstre de Frankenstein et bien sûr Marcus le centaure symbiote diabétique, qui n’ont dans ce monde rien de sympathique…

    Un premier numéro enthousiasmant et ultra fun, parmi les plus drôles et les mieux vus du run de Duggan et Posehn pour une série qui promet d’être l’une des meilleures de Secret wars.

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 17/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20



    Daredevil TPB 2

    Ce nouveau TPB de la deuxième “saison” de Daredevil est constitué du numéro special 1.5, numéro anniversaire écrit et dessiné par plusieurs équipes dont certaines devenues très marquantes, de l’arc qui se déroule durant le crossover Original sin et de celui sur les enfants du sinistre Purple man, qui ont hérité ses pouvoirs (numéros 6 à 10 en singles de la série actuelle).

    Le numéro 1.50 est très agréable à défaut d’être indispensable :
    - la première histoire nous montre un futur possible dans lequel tout le monde est devenu aveugle sauf Daredevil qui a perdu ses pouvoirs. On y croise la fille de son vieil adversaire, le hibou, qui a des pouvoirs similaires
    - la deuxième est de la prose de Bendis accompagnée d’illustrations de Maleev. N’étant pas fan de leur run, elle ne m’a pas transcendé.
    -la dernière revient sur le personnage de Mike Murdock, le frère jumeau imaginaire de Matt, inventé à une époque très ancienne du comic par lui pour brouiller les pistes de son identité secrète. Là encore une histoire bien fichue qui conclut ce premier numéro du TPB très agréable à défaut d’être très bon.

    L’arc qui se déroule durant Original sin revient sur la mère de Daredevil. Suite aux évènements du décevant crossover, Matt retrouve un souvenir caché lié à sa mère, qui est également activiste politique avec d’autres nonnes, qui va être victime d’un sinistre « échange » entre le gouvernement du Wakanda et les USA. DD va devoir trouver un moyen de se rendre dans le pays africain et de négocier leur libération, ce qui n’est pas chose aisée.
    On retrouve dans cet arc l’équipe habituelle aux commandes pour un résultat très réussi.

    Le meilleur du volume vient enfin : le Purple man, ce criminel qui peut contrôler la volonté de ses victimes, vient chercher les enfants qu’il a eu avec plusieurs femmes pour les manipuler. Il faut dire qu’ils ont hérité de ses pouvoirs !
    Rien ne se passe comme il le souhaite et ceux-ci s’échappent, semant un certain chaos sur leur passage, avec Daredevil à leurs trousses.

    Ce deuxième tome est un peu inférieur au premier et aux sept de l’ancienne série, restant tout de même d’une très bonne tenue. J’ai adoré l’arc des enfants de l’homme pourpre, très bien dessiné et très original, DD ne pouvant pas blesser ses adversaires pour les arrêter et ceux-ci agissant de façon à la fois réaliste et par moments surprenante pour un adulte.
    L’arc Original sin est très réussi car il change une nouvelle fois notre héros de cadre, le privant de ses repères urbains. Sur le même thème, son association avec les howling commandos du HC 7 ou sa captivité chez Fatalis dans le HC 3 étaient tout de même plus convaincantes.

    Le numéro 1.50 est plus une agréable introduction bonus au volume qu’un facteur décisif chez le lecteur pour lui donner envie d’acheter celui-ci.
    L’un dans l’autre, un très bon TPB tout de même.

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 17/20
    Note finale : 16/20



    Silver surfer 12

    La nouvelle vie de Norrin Radd, qui n’emploie plus ses pouvoirs et doit se nourrir comme un être vivant normal, réconcilié avec Dawn et vivant en harmonie avec les survivants des planètes dévorées par Galactus qu’il a sauvés à plusieurs reprises, notamment de la boucle temporelle du superbe numéro 11. Un numéro qui respire le bonheur…La fin ?

    La vie de super-héros étant ce qu’elle est, vous vous doutez bien que Norrin va encore en baver des ronds de chapeau : à partir du numéro 13, il vivra ses « last days » et devra affronter les derniers jours avant la fin du monde qui a conduit aux évènements de Secret wars 2.

    Un numéro bien mené bien qu’on sente le côté « transition ».

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 17/20
    Note finale : 16/20



    Secret wars journal 2

    Ce numéro 2, bien meilleur que le premier, est compose de deux récits :

    Le premier se déroule à Killville, la charmante ville ou officie MODOK dans le titre MODOK assassin. Nous y suivons deux avatars de personnages connus pour être héroïques mais roublards, Paladin et Misty Knight, ici des flics normaux (dont, dans ce domaine ripou, cherchant à arrondir leurs fins de mois) qui apprennent l’existence d’un challenge qu’ils décident de relever : quiconque parviendra à ramener à un certain Kraven sa pièce fétiche sera récompensé au-delà de tous ses désirs ! Ils décident d erelever le défi, bientôt poursuivi par toute la pègre à super pouvoisr ou non de la ville.

    Ce récit est très bien fichu, avec ses dessins et son ambiance très blaxploitation seventies, sans compter un final à la fois bien pensé et surprenant. Voilà des hauteurs qui savnet raconter une histoire courte.

    Le second récit se déroule dans le domaine du maître cloneur Mister Sinister. Ce généticien charmant et grand ennemi des X men d’ordinaire est la maître d’un domaine seulement peuplé de clones de lui-même, pensant comme lui ou dévolus à ses désirs. Seuls quelques clones disposent de leur libre arbitre, parmi eux, son cusinier Matt Murdock, capable de créer des merveilles culinaires qui font la renommée de son domaine auprès des ambassadeurs qui le visitent ou encore Collektra, sa chasseuse émérite et grande rassembleuse d’ingrédients.

    Dans ce contexte, s’en suit le récit le plus noir que j’ai pu lire jusqu’ici dans ce formidable crossover, porté par des dessins et une narration inquiétantes et un final marquant.

    Secret wars journal 2, c’est de la bonne !

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 15/20
    Note finale : 16/20



    Inhumans Attilan rising 2

    Dans ce numéro, le propriétaire très “faucon maltais” du bar de prestige the quiet room révèle la nature de l’endroit à une envoyée de la reine Medusa, omettant bien sûr de lui parler de certaines pièces plus…secrètes.

    Soule continue à expliquer l’influence des Inhumains sur le monde de Battleworlds. Après Atillan, surplombant Manhattan et domaine spécial sur lequel le dieu veille tout particulièrement, nous visitons le seul lieu où les barons des différents domaines peuvent régler les affaires inter baronnies de manière moins officielle.
    Le maître des lieux est mystérieux et charmant comme il ne l’a été dans aucune incarnation jusque là, ayant de petits airs d’uncertain Bruce Wayne.

    Un numéro meilleur que le précédent pour une série qui mérite la lecture.

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 14/20
    Note finale : 16/20



    Marvel zombies 1

    Elsa Bloodstone est la fille du célèbre chasseur de monstres éponyme et quasi immortel, qui l’a élevée à la dure pour garantir sa survie. Elle est une des commandantes du SHIELD, l’organisme juché sur une grande muraille qui protège l’ensemble du monde de Battleworlds contre les hordes de zombies qui ne rêvent que de dévorer ses habitants.
    Un jour, un des monstres qui mènent la horde la téléporte contre son gré bien loin de la muraille. Là, elle rencontre une enfant humaine sans pouvoirs qui s’attache à ses pas. Elle décide de marcher pour revenir au SHIELD, dût-elle affronter les hordes cannibales ou mourir, comme son code de l’honneur l’exige. Mais il existe une autre alternative que la mort certaine que cela représente.

    Road movie avec des super zombies, ce titre présente la vie loin des domaines, au contact de l’une des deux forces qui aimeraient les détruire, l’autre étant les armées d’Ultron.
    Spurrier parvient à nous faire nous attacher à la très dure Elsa, qui revit avec la jeune fille la relation difficile qu’elle a entretenue avec le père qui l’a élévée et formée comme une arme mue par le devoir. Marvel zombies nous montre l’envers du décor de Batlleworlds et ce qui le menace, repaire de morts vivants et de condamnés à mort.

    Scénario : 15/20
    Dialogues : 15/20
    Dessins, encrage, couleur : 15/20
    Note finale : 15/20



    Weirdworld 1

    Où l’on retrouve Arkon, ancien ennemi et parfois allié des vengeurs, personnage un peu oublié de nos jours crée par Roy Thomas et John Buscema, seigneur régnant sur les autres seigneurs de guerre de son monde, Polemachus.

    A cause des évènements de Secret wars, il se retrouve dans un mystérieux domaine rassemblant un maximum de bizarreries qui font que ce maître stratège ne peut s’échapper et commence à doucement atteindre ses limites. C’est à ce moment que la baronne qui règne surce domaine, du nom de Weirdworld, manifeste son intérêt pour cet étranger.

    Le premier numéro de Weirdworld est assez intriguant : on y croise des orcs munis d’armes futuristes, des singes sous-marins, des dragons…C’est du gros fourre-tout assez réjouissant, d’autant plus que les dessins très statiques ont un rendu peint qui fait un peu penser à du Bisley des années 80, par exemple.
    Potentiellement un titre très intéressant car les challenges qui attendent le maître de Polemachus est largement à la hauteur de ses aptitudes martiales et de ses dons de stratège.

    Scénario : 15/20
    Dialogues : 15/20
    Dessins, encrage, couleur : 15/20
    Note finale : 15/20



    Inferno 2

    La goblyn queen (bien plus vêtue qu’à son apparition dans les années 80) fait à Colossus une offre qu’il ne peut pas refuser afin de s’emparer du trône de sa sœur et de son acolyte N’astirrh. Et on revoit le démon S’ym !
    Pendant ce temps, sa compagne Domino fait la connaissance du fils de la reine, le jeune Nathan Summers, plus connu sous le nom de Cable, déjà à moitié cyborg et nanti d’un énorme flingue des années 90 à son jeune âge !

    Dans la droite ligne du numéro 1, une bonne série un peu desservie par ses dessins efficaces mais un peu basiques. Il lance quelques pistes intéressantes pour la suite de l’histoire, concernant le devenir de Nightcrawler et de Boom Boom, notamment.

    Scénario : 15/20
    Dialogues : 15/20
    Dessins, encrage, couleur : 14/20
    Note finale : 15/20




    Catégorie "Bon"

    Spider Gwen 5

    Fin des aventures de Gwen pour l’instant, l’après Secret wars étant pour l’instant un peu brumeux pour la suite des aventure de la belle.
    Nous retrouvons Gwen et son groupe de rock, fort marris en voyant arriver leur grande rivale, Felicia Hardy, la chatte noire, sur la scène où elles se produisent. D’autant que la chanteuse française est poursuivie par les troupes du caïd emmenées par l’assassin Matthew Murdock, qui ne s’appelle pas Daredevil dans ce monde…

    Un clap de fin un peu en dessous de ce qui l’a précédé à cause de la certaine confusion qui règne dans ce numéro mêlant intrigue simple voir cliché (la rock star avec une identité secrète rivale d’une autre qui a le même pédigrée) à des combats un peu confus, surtout pour un dernier numéro censé clore la série ou du moins amener des pistes pour la suite.
    Il est amusant de constater que les multiples phrases en Français qui émaillent le texte sont dans l’ensemble exactes (Sacrebleu ! dirait le maître de la savate) mais ce numéro a des carences.

    Scénario : 14/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 14/20



    Ultimate end 2

    Le moins qu’on puisse dire est que c’est un peu confus : Le dieu de Secret wars manifeste via la police des Thors sa volonté que les héros des terres 616 et Ultimate survivants n’unissent pas leurs forces pour trouver une solution à la situation de Battleworlds, Peter Parker rend visite à tante May et à la Gwen de l’univers Ultimate et une bataille entre Hulks (le gris de l’univers Ultimate et un vert qui ne semble pas être celui que nous connaissons actuellement) croisent la route du Punisher.

    C’est un numéro de transition pas désagréable qui vaut essentiellement par les bons dialogues typiques du scénariste et les dessins de Bagley mais du diable si je comprends grand-chose aux enjeux de ce titre.

    Scénario : 13/20
    Dialogues : 15/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 14/20



    Spider-verse 2

    Nous retrouvons le domaine d'Arachnia, régi par le maire de New York, Norman Osborn. Gwen fait face à Osborn qui l’a démasquée, fuyant avec Spider Ham et un nouveau prisonnier qui ne semble pas lui vouloir du bien.
    Elle fait la connaissance d’autres arachnides , comme les Spider-men indien, britannique, celui de la terre pulp « Noir » ou une mystérieuse Spider-woman.

    Ils se demandent bien pourquoi ils se sont vus dans leurs rêves depuis leur enfance et ce qu’ils vont faire de leur association. Très sympa, d’ailleurs, le clin d’œil à la série Spider Gwen, celle-ci y parlant à un Spider ham imaginaire dès qu’elle est en déroute.

    Encore un numéro guère folichon après un 1 peu convaincant et toujours le titre le plus faible de ceux que je lis actuellement dans Secret wars. Problème majeur : l’action est très lente à se mettre en place et ça sent le récit décompressé sur plusieurs numéros.
    Les dessins sont toujours aussi plats : il faut voir Carnage pour comprendre, Tombstone étant plus gâté par l’artiste.
    Que veut Osborn ? Que vont faire les Spider-men ? On en sait toujours pas plus au bout de deux numéros…

    Scénario : 14/20
    Dialogues : 14/20
    Dessins, encrage, couleur : 12/20
    Note finale : 14/20



    IMAGE

    Catégorie "Excellent"

    Rien

    Catégorie "Très bon"

    Chrononauts 4

    Fin des aventures des premiers explorateurs temporels du monde. Traqués par les leurs, trahis pars leurs hommes de main, comment diable vont-ils s’en tirer ?

    Un dernier numéro pensé comme un final de film. On voit très bien que Millar a créé un synopsis pour ce faire, éliminant ses séquences gores gratuites et ses provocations égocentriques habituelles depuis ses dernières séries, ce qui n’est pas plus mal. Il retombe très bien sur ses pattes en divertissant le lecteur et en le surprenant malgré quelques clichés, tout de même bien employés.
    Le dessin a toujours autant de pêche et claque bien. Je serais pas contre une suite.

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 17/20
    Note finale : 16/20



    Catégorie "Bon"

    Rien
    Dernière modification par Giromu ; 12/06/2015 à 15h40.

  11. Les 4 membres suivants remercient Giromu pour cet excellent message :

    Bal-Sagoth (12/06/2015), darkkoeurby (28/06/2015), Kilik (12/06/2015), Lizandrya (12/06/2015)

  12. #8
    [MOD] Futaba fan forever Supreme Overlord Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Giromu
    Date d'inscription
    January 2004
    Messages
    19 419
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    18 115
    Remercié(e) 29 401 fois dans 9 982 messages

    Par défaut

    DC

    Secret six 3

    Après des mois d’attente, voici enfin la suite de cette très bonne série qui a le malheur d’avoir un début éditorial chaotique.

    Ce numéro très tranche de vie voir les six réfugiés dans une banlieue anonyme de Gotham, afin de s’y faire oublier du mystérieux Mockingbird, commanditaire auquel ils viennent d’échapper (certes il y’a 4 mois en temps réel…).

    Etant donné leurs caractères instables et leurs conflits internes (saura-on jamais les actes décrits comme innomables qui se sont déroulés sur ce canapé ?), la cohabitation n’est pas de tout repos, surtout quand les voisins sont aussi craignos qu’un flic corrompu et arrogant martyrisant son chien en public (rien de tel pour énerver Catman) ou un dragueur musculeux et stupide. Comme toujours dans les équipes de super criminels liés au secret six, il y’a une taupe et celle-ci nous est révélée de manière un peu abrupte en fin de numéro.

    Un numéro toujours de très bonne tenue mais au rythme un peu lambin, qui vaut surtout par l’approfondissement bienvenu des relations entre personnages.
    Les dessins d’Eaglesham sont franchement idéaux pour le récit de Simone.

    Scénario : 15/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20



    MARVEL

    Thors 1


    Les domaines sont régis par les barons. Mais seuls les Thors sont fondés à faire respecter la Loi de leur maître partout où il le juge bon, leur pouvoir étant au dessus de celui des barons.

    Nous suivons le Thor de l’univers Ultimate, flic d’élite, et de ses amis Beta Ray Bill, Thor- Groot, la Tornade Thor et quelques autres comme le médecin légiste Throg, la grenouille digne du marteau de Thor, qui peut ici parler et intéragir avec les humains contrairement à sa première apparition dans les années 80 (c’était alors le vrai Thor transformé en grenouille par Loki).

    Ils remontent la piste du meurtre d’une femme dont plusieurs avatars ont été tués dans plusieurs domaines.


    Ce numéro m’a beaucoup plu car le contexte est inédit : Thor en flic « du FBI » !!!
    On y trouve les rades pour flics esseulés, les indics, le commissaire qui gueule (ici le Thor de la fin des temps), l’humour des buddy movies (l’échelle de colère de 1 à Fin Fang Foom en passant par les noms d’autres monstres géants est une tuerie !) et bien sûr le côté noir.
    J’ai été conquis par le numéro 1 de cette mini série aux dialogues percutants et espère un mystère bien dosé et surprenant car on commence avec tous les poncifs du suspect idéal et tout.
    En tout cas, un très bon premier numéro.

    PS : pauvres Ghost riders condamnés aux arènes des ghost racers! ;_;

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 17/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20



    Deadpool’s secret secret wars 2

    Deadpool, totalement soigné, tombe sur le lézard et parvient à le convaincre de le suivre pour sauver le monde d’un Fatalis devenu omnipotent.
    En chemin, il lui raconte comment il s’est accaparé un bouclier holographique (les jouets qui accompagnaient les figurines, à l’époque) à son image qui peut annoncer l’avenir, comment il a assisté à la décision des X men de rallier Magneto à l’insu des autres héros mais aussi comment il a été d’une aide cruciale pour énerver suffisamment Hulk afin que sa force décuple et libère les héros prisonniers de la montagne.

    Et on découvre que non brûlé, il ressemble à Magnum version blond.
    Bon après, cette mini-série est peut-être hors continuité et c’est peut-être juste pour coller à l’époque décrite (1984-85). En tout cas, c’est toujours aussi fun et bien fait.

    En exclusivité pour John, l'amateur de blondes, le vrai(?) visage de Deadpool!!!

    Spoiler:


    Scénario : 16/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 15/20
    Note finale : 16/20



    Armor wars 2

    Suite de ce tranche de vie suivant les habitants de Technopolis. Jim Rhodes, le Thor de ce domaine, autopsie Spyder-man avec le docteur Druid. Pour cela, ils vont devoir enlever son armure…

    Nous suivons également les transactions armées entre Arno Stark et le caïd, bien conscients que leur existence dépend seulement du bon vouloir de leur baron, Tony Stark.

    Enfin, Jim Rhodes demande à sa nièce de veiller sur sa collègue, petite copine de Spyder-man très marquée mais qui ne veut rien laisser voir.

    On est au niveau du 1, moins le plaisir de la découverte. Ça reste de très bonne facture, avec de très belles couleurs (sur des dessins quand même un cran en dessous).
    Le scénariste parvient à nous intéresser à son domaine et on a hâte de découvrirl’origine et la nature du terrifiant virus qui contraint ses habitants à s’enfermer dans leurs armures…

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 15/20
    Dessins, encrage, couleur : 15/20
    Note finale : 16/20



    Empire of the dead act III n°3

    Le commissaire chargé de faire respecter les lois de la ville trouve des preuves des crimes du maire et décide de le l’arrêter.

    Ce numéro annonce le grand final et est très plaisant à lire même si il est un peu décevant en soi. Empire of the dead n’est pas trop fait pour être lu en singles à mon avis et doit méchamment gagner à être lu sous la forme de trois albums complets.
    Les dessins sont également un peu en dessous de la norme du dessinateur. Une bonne lecture bien que non dénuée de défauts au final.

    Scénario : 15/20
    Dialogues : 15/20
    Dessins, encrage, couleur : 15/20
    Note finale : 15/20



    Old man Logan 2

    Le vieux Logan a décidé d’escalader la muraille qui enserre son domaine des wastelands mais une membre de la police divine des Thor lui explique qu’il n’a pas le droit de se trouver là.

    Après quelques turpitudes, il parvient à pénétrer le domaine d’Apocalypse…

    Le numéro 1 était trop beau pour y croire. Bendis DEVAIT rallonger la sauce, aidé en cela des très beaux dessins de Sorrentino, qui s’étale un peu trop sur les pages souvent quasi muettes.
    Concrètement ce numéro est vide. Il ne se passe pas grand-chose en 20 pages et on a une impression de trop peu à la fin de la lecture.
    Espérons que l’équipe va redresser très vite la barre.


    Scénario : 14/20
    Dialogues : 15/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 14/20

    Dernière modification par Giromu ; 20/06/2015 à 20h13.

  13. Les 5 membres suivants remercient Giromu pour cet excellent message :

    Bal-Sagoth (20/06/2015), BaXter (20/06/2015), darkkoeurby (28/06/2015), Kilik (20/06/2015), Lizandrya (21/06/2015)

  14. #9
    Moderateur Daemonslayer BaXter Most fuckin' badass in the entire multiverse ever BaXter Most fuckin' badass in the entire multiverse ever BaXter Most fuckin' badass in the entire multiverse ever BaXter Most fuckin' badass in the entire multiverse ever BaXter Most fuckin' badass in the entire multiverse ever BaXter Most fuckin' badass in the entire multiverse ever BaXter Most fuckin' badass in the entire multiverse ever BaXter Most fuckin' badass in the entire multiverse ever BaXter Most fuckin' badass in the entire multiverse ever BaXter Most fuckin' badass in the entire multiverse ever BaXter Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de BaXter
    Date d'inscription
    June 2005
    Messages
    4 960
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    7 801
    Remercié(e) 5 935 fois dans 2 652 messages

    Par défaut

    On a déjà vu le visage de Deadpool non niqué. Que ce soit dans "Il faut sauver le soldat Wilson" (ensuite, faut prendre ce comics pour ce qu'il est...) mais aussi dans "La mort de Deadpool" où Deadpool retrouve sa beauté d'avant le programme Arme X.
    Sinon, Deadpool dit plusieurs fois à qui il ressemble. A Ryan Reynolds. Si tu veux voir le visage de DP avant que son facteur régénérant ne lui ravage la face, faut prendre une photo de Ryan Reynolds et c'est bon.

  15. Les membres suivants ont remercié BaXter pour cet excellent message :

    Kilik (22/06/2015)

  16. #10
    Fantasm Soldier's fan Godslayer Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Archiveur
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Au pays de Heidi
    Messages
    6 042
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    0
    Remercié(e) 7 425 fois dans 2 742 messages

    Par défaut

    Une fois n'est pas coutume, j'ai suivi tes chroniques et je me suis intéressé à Old Man Logan 2.

    Pour mieux comprendre l'histoire, j'ai lu la première partie avec le duo Millar/McNiven et j'ai adoré. Il y a quelques passages avec des "suggestions" qui donnent un côté glauque à l'histoire. Mais dans l'ensemble j'ai bien aimé et c'était une lecture indispensable pour bien démarré cette deuxième partie qui commence.

    En tout cas pour ceux qui n'auraient pas encore lu cette première partie de Old man Logan, je vous le recommande. L'écriture est très mature et la violence dessiné par Millar est justifié dans ce monde post-apocalyptique (en tout cas à des années lumière de Nemesis qui était de la violence gratuite, je trouve).

    Sinon, le Marvel Zombies nouveau m'intéresse aussi

    ...

    ★★★♥★★★

  17. Les 2 membres suivants remercient Archiveur pour cet excellent message :

    Giromu (22/06/2015), Kilik (22/06/2015)

+ Répondre à la discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages