+ Répondre à la discussion
Page 31 sur 31 PremièrePremière ... 21 29 30 31
Affichage des résultats 301 à 306 sur 306

Discussion: [Comics] Mes chroniques hebdo VO II

  1. #301
    [MOD] Futaba fan forever Supreme Overlord Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Giromu
    Date d'inscription
    January 2004
    Messages
    19 732
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    18 385
    Remercié(e) 30 256 fois dans 10 261 messages

    Par défaut

    Pauvre Fatalis. Aucun regret de pas avoir suivi les frasques de Bendis à son sujet dans les titres Iron man à ce que tu racontes. C'est que de la merde, comme prévu. Le même scénariste avait déjà fait de lui un sexiste dans le titre avengers, humiliant Captain Marvel au titre qu'elle était une femme. C'est nouveau ce trait de merde!
    Un auteur noir américain, Reginald Hudlin, avait fait de lui un raciste pendant Civil war I dans le titre Black panther. Là aussi, une caractérisation pourrie.
    Et que dire du chiatique run de Mark Millar sur Fantastic four, dans lequel Doom avait appris sa vilénie (oui oui) par le "master of Doom", le marquis of Death!!!
    https://comicvine.gamespot.com/the-m...th/4005-59172/


    De un, Doom est pas maléfique à proprement parler, donc c'est une idée de merde.
    De deux, Doom s'est fait lui même, c'est l'essence même du perso, l'égo exacerbé. Lui donner un maître était l'idée la plus conne qui soit.
    Le pauvre Victor a bien souffert des mains de mauvais scénaristes. Heureusement, Slott est un très bon. J'ai confiance en lui sur FF.

  2. Les 2 membres suivants remercient Giromu pour cet excellent message :

    Kilik (14/08/2018), Omage (14/08/2018)

  3. #302
    [MOD] Futaba fan forever Supreme Overlord Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Giromu
    Date d'inscription
    January 2004
    Messages
    19 732
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    18 385
    Remercié(e) 30 256 fois dans 10 261 messages

    Par défaut

    DC

    Catégorie « Excellent »

    RIEN

    Catégorie « Très bon »

    RIEN

    Catégorie « Bon »

    Harley Quinn 48

    Genre : Harley doit se refaire



    Harley revient d'Apokolips et ses dettes se sont accumulées en son absence. Il est temps de faire de l'argent très vite! Elle a 48h devant elle...

    Un numéro très chouette dans lequel la très instable Harley doit sauver ses locataires de l'expulsion, drôle et souvent surprenant. Alisson Borges est plus convaincante que lors de sa première prestation et on retrouve avec plaisir la très bizarre Lord Death man, le super méchant nippon.

    Scénario : 14/20
    Dialogues :14/20
    Dessins, encrage, couleur : 14/20
    Note finale : 14/20


    MARVEL

    Catégorie « Excellent »

    RIEN

    Catégorie « Très bon »

    Doctor Strange (Numérotation legacy 394)

    Genre : nouveaux horizons



    Doctor Strange vit des aventures trépidantes et retrouve peu à peu son énergie magique grâce à l'aide de son amie Kanna l'arcanologue. Il a cette fois-ci maille à partir avec un seigneur de la guerre qui souhaite récupérer Eoffren, un Nain forgeur d'armes magiques très talentueux.

    Encore un très bon numéro qui aborde la magie sous un angle différent de ce que nous lisons habituellement dans ces pages, puisque la Nain Eoffren est un mage forgeron qui va ouvrir les perspectives de Strange!
    Toujours du mal avec ce Stephen Strange assez odieux et loin de sa version classique mais Waid l'écrit de façon convaincante. Les planches de Saiz sont toujours aussi chouettes.

    Scénario : 16/20
    Dialogues :16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20

    Edge of Spider geddon 1

    Genre : le retour de "Spider-punk"



    Quelques années après le très chouette crossover inter-titres de Spidey intitulé "Spider-verse", on remet ça avec Spider geddon, dont ce titre constitue le coup d'envoi.
    Hobbie Brown est le Spider-man de Terre-138, un monde dans lequel il a vaincu le président des USA, Norman Osborn puis a participé au grand raout entre araignées précédent. Dans ce numéro qui lui est consacré, il reçoit la visite d'un visiteur temporel très étrange et d'une visiteuse dimensionnelle qu'il connait bien.

    Un numéro introductif intrigant et agréable, avec des dessins réussis de Sandoval (pour une fois). ça fait le café à défaut de révolutionner le genre du crossover.

    Scénario : 14/20
    Dialogues :15/20
    Dessins, encrage, couleur : 15/20
    Note finale : 15/20

    Catégorie « Bon »

    Maximum Carnage TPB

    Genre : Crossover typique des nineties



    Ce TPB rassemble les 14 numéros d'époque impliqués dans le crossover Maximum Carnage, à savoir Spider-man unlimited 1 et 2, Web of Spider-man 101 à 103, The amazing Spider-man 378 à 380, Spider-man 35 à 37 et Spectacular Spider-man 202 et 203.
    Carnage s'échappe de Ravencroft, asile prison abritant les psychopathes criminels, profitant de la méconnaissance crasse qu'on les gardes et médecins de son symbiote. Il rencontre une autre détenue, Shriek, une ancienne groupie de groupes de métal avec qui il décide de fonder une famille dysfonctionnelle très étrange constituée de super criminels très violents comme le bestial doppelganger de Spider-man crée par le mage durant le crossover Infinity war, Demogoblin, la part démoniaque de Hobgoblin (le super bouffon) et le malade Carrion pour ravager les rues de New York, leur "exemple" mettant la ville à feu et à sang.
    Spider-man, au bout du rouleau contre ces puissants adversaires, conduit une étrange alliance constituée de son ennemi Venom et de la chatte noire, auxquels s'ajouteront de façon chaotique des personnages aussi moralement troubles que le vampire Morbius, le très oublié Spaw...Nightwatch, la cape et l'épée et des personnages plus neutres et bienveillants comme Deathlok (Michael Collins) et Iron Fist puis Firestar et Captain America. Alors que la bande Carnage semble impossible à arrêter en l'absence de super-groupes disponibles, Peter Parker est partagé entre son sens du devoir, sa loyauté envers ses parents récemment revenus des prisons soviétiques, sa tante May et Mary-Jane, tous très éprouvés par la récente mort (pas la première!) d'Harry Osborn. Doit il ne pas faire de quartier pour arrêter les monstres de Carnage et une ville devenue folle?

    J'ai acheté ce TPB car j'ai perdu mes numéros en Français d'époque (ne prêtez pas vos bouquins à n'importe qui!) et cela m'a donné l'occasion de relire ce crossover qui a marqué mes jeunes années. Eh bien...c'est très allongé comme sauce. Le tout tient sur 14 numéros des séries Spider-man d'époque et aurait pu/dû tenir sur 6 numéros avec moins de personnages tant peu d'entre eux sont exploités à plein.
    Du côté de Carnage, graphiquement génialement flippant, on aperçoit les prémices de son passé, que nous découvrirons plus tard dans les one shots qui lui seront consacrés et le crossover Spider-man/Batman. On a peu à se mettre sous la dent en termes de profondeur de perso, y compris avec l'intéressante et oubliée Shriek, une super méchante dont DeMatteis tire le meilleur dans les épisodes qu'il écrit. Le doppelganger est une bête sauvage, Demogoblin un fanatique dément et Carrion un corrupteur muet. Pas une bande de méchants très charismatique à l'exception de ses deux leaders!
    Du côté des héros, c'est plus intéressant avec "bon flic" Spider-man et "méchant flic" Venom qui s'opposent dans les méthodes et l'idéologie et ont tous deux raison suivant le point de vue dont on se place. La chatte noire est entre les deux et tend vers la pensée de Venom dans l'ensemble comme Morbius et Nightwatch, qui sont dans la droite ligne de ce que voulait le lectorat à l'époque, des persos sombres et sans pitié. Spider-man va changer de point de vue au fil du récit et des interlocuteurs et aborder peu à peu les évènements selon des angles différents. Il est clairement le mieux écrit de tous, le plus attachant et le plus humain. Firestar et Captain America sont clairement, avec l'épée, les plus bienveillants du lot et permettent de souffler au coeur de cette histoire très noire. DeMatteis, encore lui, les exploite très bien et est le scénariste qui met le mieux en scène l'humanité des personnages (même des méchants). On note sa très bonne utilisation de Richard Parker, traumatisé par les geôles russes, qui voit tout en noir et dont les discours amplifient le côté désespéré d'une situation déjà sinistre. Son opposition avec Mary-Jane et May constituent les meilleurs moments d'un crossover très très très orienté baston de groupe sans fin.
    Pour les dessinateurs, on a le très décevant Alex Saviuk, l'honnête Sal Buscema, qui manque de variété dans les expressions de ses personnages, Tom Lyle, très à l'aise sur les monstres, moins sur les humains, un Mark Bagley en plutôt bonne forme et un Ron Lim toujours aussi efficace, qui dessine les meilleurs symbiotes du volume.
    Au final, un crossover dispensable, qui ajoute peu au vécu des personnages et qui vaut plus pour l'humour sinistre et foireux du personnage titre, sorte de Joker redneck et les atermoiements de notre héros que pour ses scènes de combat très confuses et ses personnages trop nombreux.

    Scénario : 14/20
    Dialogues :14/20
    Dessins, encrage, couleur : 14/20
    Note finale : 14/20

    UDON

    Catégorie « Excellent »

    RIEN

    Catégorie « Très bon »

    RIEN

    Catégorie « Bon »

    Street Fighter summer sports special 2018

    Genre : Mini art-book annuel



    Le mini art-book d'Udon revient pour la troisième année consécutive.
    On y retrouve les différents personnages de cet univers en train de faire du sport sur la plage, avec une pelletée d'illustrateurs que je trouve cette fois-ci peu inspirés et enthousiasmants pour une fois, à deux-trois images près.
    C'est du travail de qualité mais le niveau est en baisse cette année. Les 3 couvertures sont par contre très chouettes avec la première apparition de Menat, notamment.

    Scénario : Sans
    Dialogues : Sans
    Dessins, encrage, couleur : 14/20
    Note finale : 14/20

  4. Les 4 membres suivants remercient Giromu pour cet excellent message :

    Bal-Sagoth (18/08/2018), darkkoeurby (19/08/2018), Kilik (18/08/2018), Lizandrya (18/08/2018)

  5. #303
    [MOD] Futaba fan forever Supreme Overlord Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Giromu
    Date d'inscription
    January 2004
    Messages
    19 732
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    18 385
    Remercié(e) 30 256 fois dans 10 261 messages

    Par défaut

    DC

    Catégorie « Excellent »

    RIEN

    Catégorie « Très bon »

    RIEN

    Catégorie « Bon »

    Harley Quinn/ Gossamer

    Genre : Crossover peu marquant


    Harley rencontre Gossamer (alias "le monstre" en VF, un ennemi mineur de Bugs Bunny) dans deux histoires réalisées par des équipes différentes.
    Conner et Palmiotti, aidés de Pier Brito (inconnu de moi) aux dessins l'intègrent dans l'univers familier des lecteurs avec talent. Le problème réside dans la nature mutique de Gossamer, qui contraste avec la bavarde Harley et qui le rend assez initéressant faute de fond et du talent d'un Steve Gerber, par exemple. Les dessins de Brito sont peu convaincants hormis sur le monstre lui-même, qu'il rend particulièrement mignon et expressif tout en restant réaliste.

    La seconde histoire, plus toonesque, est écrite par Sholly Fisch et dessinée par Dave Alvarez. Elle utilise Harley version coiffure rouge et noire qui se réfugie dans le manoir de Gossamer et son anonyme savant fou de maître. Cette histoire comprend très peu de pages et est très légère.

    Curieuse idée d'avoir adjoint Gossamer à Harley Quinn, son mutisme ne lui permettant pas de former un duo très intéressant avec la clown. Aucune des deux histoires n'est marquante. Peut-être que ça se passe mieux dans les autres titres de cette seconde vague du crossover DC/ Looney tunes?

    Scénario : 12/20
    Dialogues :14/20
    Dessins, encrage, couleur : 12/20
    Note finale : 13/20



    MARVEL

    Catégorie « Excellent »

    RIEN

    Catégorie « Très bon »

    Venom 5 (Numérotation legacy 170)

    Genre : Un nouveau pouvoir pour Venom!

    Au contact de son puissant ennemi, Venom a gagné un nouveau pouvoir qui l'éloigne un peu de Spider-man. Mais comment lutter contre un ennemi invincible?
    Toujours aussi bon et beau (certaines planches sont à tomber), un vrai plaisir de lecture pour un perso qui a rarement été gâté. J'espère que Cates restera au moins 24 numéros!

    Scénario : 16/20
    Dialogues :16/20
    Dessins, encrage, couleur : 17/20
    Note finale : 16/20



    The Punisher 1 (Numérotation legacy 229)

    Genre : Le retour du Punisher

    Pupu est bien décidé à se venger de l'Hydra, dirigée en ce moment par le baron Zemo. Il monte une opération ambitieuse afin de lui mettre des bâtons dans les roues à lui ainsi qu'à son nouvel allié, le Mandarin, l'éternel ennemi d'Iron man!

    Un numéro 1 spectaculaire avec certaines planches superbes malgré un niveau global pas folichon mais convaincant et solide.
    Le cliffhanger vend du rêve sur la suite et certaines répliques sont franchement savoureuses.
    Un très bon numéro 1, même si un peu desservi par les dessins de Kudranski ou les couleurs de Fabela, c'est selon les pages. ça manque d'un encreur quand même.

    Scénario : 15/20
    Dialogues :15/20
    Dessins, encrage, couleur : 15/20
    Note finale : 15/20



    Catégorie « Bon »

    Web of Venom : Ve'nam 1

    Genre : un chapitre oublié de la saga des symbiotes

    Comme révélé par le retcon du titre Venom en cours, les symbiotes sont sur Terre depuis bien plus longtemps que celui apporté par Spider-man après les premières secret wars.
    Nous suivons dans les pages de ce one-shot une équipe loin d'être inédite puisqu'elle est composée de Nick Fury (le vrai) et Wolverine (qui ne semble pas encore conscient de posséder des griffes). Ensemble, ils enquêtent sur ce que sont devenus les membres d'une section expérimentale composée d'hybrides humains/symbiotes employés par l'armée américaine afin de peut-être mettre un terme à cette guerre interminable.

    Un one shot très sympa mais décevant pour du Donny Cates. On aurait bien plus préféré un numéro centré sur ces fameux soldats et la façon dont ils vivent avec leur symbiote que cette enquête qui en dit trop peu et qui sent l'histoire secrète pas bien passionnante et très dispensable dans le fil de l'histoire passionnante qui nous est racontée en ce moment dans le titre principal. Dommage mais ça demeure très agréable à lire et bien raconté.

    Scénario : 14/20
    Dialogues :14/20
    Dessins, encrage, couleur : 14/20
    Note finale : 14/20



    Edge of Spider geddon 2

    Genre : Le retour de "Spider-Eva"

    Peni Parker est la jeune pilote du robot géant SP//dr:, équivalent de Spider-man dans ce monde sans super-héros qui ressemble pas mal à celui d'un anime géant de mechas façon Evangelion. Elle vit sa petite vie tranquille après les évènements de Spider-verse et doit faire face à une nouvelle pilote, Addy Brock et son robot géant dur à contrôler, Ven#m.

    Rien que du classique et très agréable dans ce numéro. Les fans d'animation nipponne ne seront pas dépaysés et les autres auront la sensation de lire un What if au graphisme agréable malgré son manque d'audace.

    Scénario : 14/20
    Dialogues :14/20
    Dessins, encrage, couleur : 14/20
    Note finale : 14/20




    Catégorie « Sympa »

    Marvel two in one : the Thing and the Human torch 9

    Genre : Le retour des 4 Fantastiques...ou pas

    Ben et Johnny sont toujours cachés incognito dans le monde parallèle post apo dirigé par une version dégénérée de Spider-man et ils n'ont toujours pas de pouvoirs, avec Johnny qui est très remonté contre Ben de lui avoir caché la mort possible de Reed, Sue et des enfants.
    Quel meilleur moment pour une version déglinguée des FF dirigée par le penseur fou de débarquer?

    Comme le numéro précédent, une histoire racontée et lue mille fois qui gâche en prime le très bon cliffhanger du premier numéro (de tête) pour en faire un truc basique.
    Les dessins de Ramon K.Perez sont toujours aussi quelconques et pas aidés par les couleurs. Bref, autant le titre était vraiment chouette dans ses premiers numéros, autant c'est de plus en plus quelconque...

    Scénario : 12/20
    Dialogues :13/20
    Dessins, encrage, couleur : 12/20
    Note finale : 12/20

    Dernière modification par Giromu ; 02/09/2018 à 17h38.

  6. Les 4 membres suivants remercient Giromu pour cet excellent message :

    BaXter (02/09/2018), darkkoeurby (03/09/2018), Kilik (03/09/2018), Lizandrya (02/09/2018)

  7. #304
    Take Your Heart Supreme Overlord Kilik Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Kilik Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Kilik Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Kilik Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Kilik Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Kilik Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Kilik Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Kilik Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Kilik Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Kilik Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Kilik Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Kilik
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Sur le Thousand Sunny
    Messages
    18 019
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    26 231
    Remercié(e) 7 729 fois dans 3 773 messages

    Par défaut

    Enfin de la bonne lecture sur Venom, il était temps

  8. #305
    [MOD] Futaba fan forever Supreme Overlord Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Giromu
    Date d'inscription
    January 2004
    Messages
    19 732
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    18 385
    Remercié(e) 30 256 fois dans 10 261 messages

    Par défaut

    DC

    Catégorie « Excellent »

    RIEN

    Catégorie « Très bon »

    RIEN

    Catégorie « Bon »

    Harley Quinn 49

    Genre : Harley contre un immortel



    Suite et fin de l'affrontement entre Harley, qui cherche à se renflouer, et Lord Death man, le Japonais immortel dans une série de scènes réussies et amusantes où la belle aura bien du mal à parvenir à ses fins, son adversaire étant particulièrement retors. Le cliffhanger est extrêmement intrigant.

    Encore une bonne livraison d'Humphries et Borges qui signent un numéro amusant et très réussi. J'espère revoir Lord Death man dans ces pages.

    Scénario : 14/20
    Dialogues :14/20
    Dessins, encrage, couleur : 14/20
    Note finale : 14/20


    MARVEL

    Catégorie « Excellent »

    RIEN

    Catégorie « Très bon »

    Ben Reilly :the scarlet spider 23

    Genre : Le meilleur numéro jusqu'ici!



    Ben et Kaine ont récupéré l'antidote permettant de soigner la fille gravement malade de leur patronne tandis que le mystère de l'organisation angélique Diogenes est plus épais que jamais.

    Facilement le meilleur numéro jusqu'ici, avec des dialogues aux petits oignons, drôles, bien vus et surprenants, un scénario très réussi et même un Will Sliney un poil plus convaincant que d'habitude. C'est la fête! Scarlet spider 23 est un de ces numéros qu'on aimerait lire plus souvent dans la série.

    Scénario : 16/20
    Dialogues :16/20
    Dessins, encrage, couleur : 13/20
    Note finale : 16/20

    Cosmic Ghost rider 3

    Genre : Baston épique



    Le cosmic Ghost rider doit protéger bébé Thanos contre les gardiens de la galaxie, mais pas ceux que vous connaissez : quoi de plus dangereux qu'une équipe menée par Cable, le voyageur temporel, déterminé à tuer le futur tyran?

    Un très bon numéro de Cosmic Ghost rider, encore une fois, avec une mêlée géante riche en version alternatives très réussies de grands héros marvel et un anti-héros qui fait plus penser à Deadpool que jamais. Le cliffhanger est très amusant.

    Scénario : 14/20
    Dialogues :16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20

    Captain America 3 (numérotation legacy : 707)

    Genre : Cap infiltre la base de l'ennemi



    Steve Rogers, aidé par les forces du Wakanda qui enquêtent sur une menace nationale pour eux, infiltre une petite ville américaine typique qui était tenue par l'Hydra durant le crossover Secret wars, ce qui l'avait sauvé du chômage et de l'oubli. Une mystérieuse firme, Power enterprises, semble avoir pris le relais.

    Coates utilise une intrigue somme toute simple pour livrer un beau portrait de l'Amérique qui a voté massivement Trump et qui se sent abandonnée par les élites du pays. Sans les juger, il montre la réalité que les USA ne veulent pas voir et les campagnards pauvres du pays. On a aussi droit à de chouettes planches de Yu, assez en forme et à l'avancée de la trame de fond avec la sorcière Selene.
    Un numéro entre le récent et court run de Waid et celui de Spencer! Cap est entre de bonnes mains.

    Scénario : 14/20
    Dialogues :16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 15/20

    Catégorie « Bon »

    Thanos legacy 1

    Genre : Suite du court run de Cates sur Thanos




    Ce one shot qui fait partie intégrante du crossover cosmique en cours Infinity wars que je ne suis pas est composé de deux histoires. La première est écrite par Donny Cates et dessinée par un certain Brian Level. Elle fait directement suite aux évènements du run de Cates sur Thanos et montre ses actions pour éviter le futur qu'il a vu.
    La seconde est écrite par Gerry Duggan et dessinée par Cory Smith. Muette, elle raconte par les dessins une mission de Gamora enfant à l'époque où Thanos l'élevait: elle est envoyée sur une planète tuer une personne.

    La première histoire dispose de dessins assez quelconques, d'une narration superbe mais est très (trop!) cryptique. Elle ne révèle pas assez de choses et semble presque dispensable si on ne souhaite pas être plongé dans les pensées du titan fou. C'est un peu décevant après un si bon run mais je pense que j'attendais trop d'un one shot lié à un crossover en cours et ne pouvant être plus ou moins autosuffisant. ça reste bien exécuté.

    La seconde histoire est superbement bien dessinée mais un peu trop simple. Elle apporte peu de choses aux deux personnages impliquées, surtout marquante par son graphisme très expressif et académique.

    Scénario : 13/20
    Dialogues :16/20
    Dessins, encrage, couleur : 14/20
    Note finale : 14/20

  9. Les 4 membres suivants remercient Giromu pour cet excellent message :

    BaXter (08/09/2018), darkkoeurby (09/09/2018), Kilik (09/09/2018), Lizandrya (08/09/2018)

  10. #306
    [MOD] Futaba fan forever Supreme Overlord Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Giromu
    Date d'inscription
    January 2004
    Messages
    19 732
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    18 385
    Remercié(e) 30 256 fois dans 10 261 messages

    Par défaut

    DC

    Catégorie « Excellent »

    RIEN

    Catégorie « Très bon »

    Harley Quinn 50

    Genre : crise dans la continuité



    Harley se balade tranquillement avec sa mère quand l'ouverture d'un comic ressemblant étrangement à celui que nous sommes en train de lire provoque le chaos total dans la continuité des comics DC!
    Harley doit découvrir ce qui se cache derrière le créateur de la BD et faire revenir sa mère sans tout casser avec l'aide d'une policière de la continuité, Jonni DC!

    Un des meilleurs numéros de la série jusqu'ici! Visuellement somptueux, Ce numéro 50 est un bel hommage aux personnages de la firme dans des versions plus absurdes les unes que les autres (pirates, dinosaures...).
    L'histoire racontée est simple mais enlevée et on passe un très bon moment devant ce numéro 50.

    Scénario : 14/20
    Dialogues :15/20
    Dessins, encrage, couleur : 17/20
    Note finale : 16/20



    MARVEL

    Catégorie « Excellent »

    RIEN

    Catégorie « Très bon »

    Fantastic four 2

    Genre : Le vrai retour



    Que sont devenus les Richards, leurs enfants et les jeunes membres de la Future foundation depuis le dernier numéro de Secret wars? Comme on l'a vu dans le numéro précédent, ils sont vivants (quelle surprise!) et ont passé les derniers mois à créer des planètes et des peuples entiers à l'aide des pouvoirs conjugués de Franklin Richards (alias Powerhouse) et Owen Reece (alias Molecule man) pour reconstruire ce qui avait disparu avant la planète de Doom.
    Les enfants sont désormais des adolescents et tout va pour le mieux jusqu'à l'apparition d'une de ces ennemies surpuissantes que les FF ont l'habitude d'affronter et qui menace de destruction tout ce qu'ils ont créée récemment...

    Un numéro bien plus FF que le précédent, nous montrant enfin ces personnages perdus de vue depuis longtemps et avec quel talent! La dessinatrice est bien plus convaincante sur ces planches aux couleurs somptueuses (merci à la colorisation de Marte Gracia, qui embellit énormément les dessins) et Waid nous plonge dans le bain après le numéro introductif précédent. Les choses sérieuses commencent et les FF se retrouvent dans de bien difficiles conditions, un régal pour le lecteur.
    Si la suite est du même tonneau, ça va être un run mémorable!

    Scénario : 16/20
    Dialogues :16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20

    Defenders epic collection TPB 8 : the new Defenders

    Genre : Les Defenders deviennent un équipe classique



    Ce pavé de 500 pages regroupe les numéros 126 à 137 de defenders volume 1, rebaptisé New Defenders depuis le numéro 125. Il regroupe également les mini-séries "Iceberg" et "Beauty and the beast".
    Il couvre une période inédite en France et fait de la "non équipe" une team classique approuvée par le gouvernement et possédant des pouvoirs légaux similaires à ceux des Vengeurs, tout en vivant des aventures plus ancrées dans le quotidien et la magie en général.
    Namor, Hulk, le docteur Strange et le surfeur d'argent partis, l'équipe est composée des anciens encore présents (la gargouille, la valkyrie, le fauve), de Moondragon confiée par Odin à la valkyrie afin qu'elle apprenne l'humilité sur Terre et des deux anciens X men Angel et Iceberg, heureux de retrouver leur compagnon poilu après l'échec de l'équipe des Vengeurs.
    Dans les numéros 126 à 130, écrits par DeMatteis, l'équipe affronte une nouvelle itération de l'empire secret, groupe ennemi de Captain America et regroupé autour d'un nouveau chef assez charismatique et très intéressant créée par DeMatteis dans les pages de Marvel team-up.
    Avec l'aide de Nick Fury et du SHIELD, l'équipe fait ainsi ses premières armes contre des antagonistes réussis lors d'un arc très bien écrit et dessiné par Alan Kupperberg, Don Perlin et Sal Buscema avec Mike Zeck pour le numéro final de l'arc dans le 130.
    L'équipe graphique est extrêmement cohérente et même l'habituellement décevant Don Perlin est mis en valeur par l'encrage efficace de Kim Demulder.
    Cet arc est également l'occasion de changer la base d'opérations de l'équipe pour l'état du nouveau-Mexique avec Angel en généreux bailleur de fonds qui fait son Tony Stark.
    Peter Gillis, nouveau scénariste de la série après le départ de DeMatteis, exploite tout d'abord un script de son prédecesseur dans le numéro 131 et lance l'étrange menace du Morse (plus tard un ennemi attitré de Deadpool) dans les pattes de Défenseurs également bien embêtés par l'aide que veut leur apporter le minable Frog-man, bouffon tiré des aventures de Spider-man.
    Après ce numéro comique qui montre que l'équipe n'est pas aussi sérieuse que les vengeurs, par exemple, et bien plus "familiale", on enchaîne avec les 4 numéros de la mini-série Iceberg par DeMatteis et Kuperberg.
    Il s'agit du joyau de ce volume, une aventure intime du héros qui rend visite à ses parents. Il fait la rencontre d'une belle jeune femme mystérieuse qui va lui faire vivre des aventures incroyables et très métaphysiques typiques du scénariste, excellemment bien mises en scène par un Kupperberg inspiré. Cette histoire intimiste et humaine est belle, simple et profonde à la fois.
    On reprend le run habituel avec le numéro 132, toujours de Gillis au scénario et Kupperberg au dessin, dans lequel les Defenders affrontent un homme victime d'une mutation répugnante qui va les éloigner un temps de leur base avec le 133, dans lequel ils aident deux privés dans le Chinatown de San Francisco.
    Et ensuite, hop! on enchaîne avec la mini-série Beauty and the beast d'Ann Nocenti (dont c'est la seule incursion dans les pages de ce volume) et Don Perlin aux dessins.
    Elle est dédiée au fauve et à Dazzern récemment "outée" comme mutante et en recherche de travail et d'adulation après un passage à vide professionnel. Elle va trouver ce qu'elle cherche auprès d'un producteur très louche qui n'a pas peur des mutants et en emploie énormément mais pas franchement dans la branche qui intéresse Alison Dazzler. Le fauve va tout faire pour la mettre en garde et l'empêcher de gâcher sa vie, étant attiré par elle mais les deux héros se retrouvent vite au cœur d'une machination dans impliquant un certain Docteur Fatalis...
    Cette mini-série, c'est du Ann Nocenti dans ce qu'elle a de plus mauvais, lourd, pénible à lire et indigeste, avec des réactions qui ne sentent pas franchement le réalisme par moments. L'implication de Fatalis est complètement gratuite en plus. C'est dommage car tout le discours sur la façon dont sont perçus les mutants est passionnante. Pour la partie graphique, c'est du Don Perlin de qualité, très aidé par l'encrage de Kim Demulder.
    Retour au run de Gillis avec le 134, le meilleur numéro du volume pour ce qui concerne le run, qui voit un assassin doué, Manslaughter, lancé sur les traces des Defenders. Très bien écrit et dessiné, il est assez éprouvant car les personnages tombent comme des mouches de façon assez angoissante! Au contraire, le 135 est assez basique et confronte les personnages à un redneck incendiaire qui a le pouvoir de résister aux flammes. Les numéros 136 et 137 sont dédiés au meilleur personnage, de la bande, la gargouille, dont la nature démoniaque du corps le met à la merci d'un magicien afghan désireux d'employer son aide contre les soviétiques qui envahissent son pays. Ils sont bien menés et témoignent de la volonté de Gillis de ne laisser aucun personnage, fut il le plus mineur, sur le bas-côté, ses scripts ayant le don de donner un caractère humain et vivant aux héros et de rendre leurs interactions franchement passionnantes.

    L'un dans l'autre, un des meilleurs volumes des Epic collection consacrés aux Defenders et celui qui dispose des plus beaux dessins. Le choix d'avoir crée une équipe à la composition stable mais constituée de seconds couteaux pour la plupart (dans la BD, les gens confondent Iceberg avec le Silver surfer!) est judicieux car on s'attache plus à des personnages susceptibles de mourir qu'à des super-héros prestigieux.
    L'écriture de DeMatteis et Gillis, qui met l'accent sur l'Humain et ses doutes, est aussi une des grandes forces d'un volume passionnant malgré la faible portée des aventures de l'équipe, qui ne sauve pas le monde mais doit déjà parvenir à fonctionner comme un groupe.

    Scénario : 16/20
    Dialogues :17/20
    Dessins, encrage, couleur : 15/20
    Note finale : 16/20

    Doctor Strange 5 (numérotation legacy 395)

    Genre : Asgardian doc



    Le doc forge de nouveaux outils magiques pour venir en aide à son allié et à ses ennemis qui menacent de détruire la Terre.

    Encore un superbe numéro qui utilise parfaitement les superbes planches de Jesus Saiz. Le cliffhanger promet une suite intéressante après cette première séquence dans l'espace.

    Scénario : 15/20
    Dialogues :16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20

    Venom 6 (numérotation legacy 171)

    Genre : Venom s'en va t'en guerre



    S'équipant dans une armurerie, Venom part affronter son puissant ennemi avec son allié impromptu.

    Un numéro de pure action qui vaut par ses planches sublimes et son utilisation parfaite des symbiotes.

    Scénario : 14/20
    Dialogues :16/20
    Dessins, encrage, couleur : 17/20
    Note finale : 16/20

    The amazing Spider-man annual 1 (numérotation legacy 43)

    Genre : Les symbiotes aussi ont des sentiments!




    Cet annual dépeint la période post secret wars (premier crossover du nom) et la cohabitation involontaire de Peter avec le symbiote anonyme qu'il pense être un simple costume et qui va devenir Venom un peu plus tard. Le scénariste raconte essentiellement le point de vue du symbiote qui découvre la Terre et décide d'utiliser le corps de Peter à son insu pendant qu'il dort pour lui faire plaisir en terrorisant la pègre. Comme il est muet à cette époque, ceux-ci commencent à se demander si il s'agit bien de leur Spidey habituel...

    Une histoire simple qui a le mérite d'aborder la question de la symbiose avec Peter du point de vue du symbiote, qui se sent floué par la réaction finale de Peter qui décide de s'en séparer quand il découvre qu'il s'agit d'un être vivant. On a enfin un point de vue empathique avec la créature qui n'est plus juste un monstre inhumain shooté à l'adrénaline et aux endorphines, ce qui est appréciable.
    L'ambiance des années 80 est bien retranscrite dans la narration et la relation avec Black cat. Les dessins, très bien mis en valeur par les couleurs et l'encrage, sont un vrai plus pour ce comic qui fait très bien son job mais n'apporte aucune révélation fracassante ou retcon.
    Du bon boulot.

    Scénario : 14/20
    Dialogues :16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 15/20

    Catégorie « Bon »

    Journey into mystery : the birth of Krakoa 1

    Genre : Faire-part de naissance



    Krakoa est cette île vivante bien connue des lecteurs du célèbre Giant-size X-men 1 (1976) qui marquait l'arrivée des X-men nouvelle formule et internationaux (Cyclope, Wolverine, Colossus, Storm...).
    Ce one-shot dédié à une aventure inédite de Nick Fury et ses howling commandos nous montre comment elle est arrivée à cette forme de conscience et surtout comment elle a échappé aux investigations et à la découverte avant 1976!
    Dans un climat très "horreur", ce one-shot situé au printemps 1945 répond à nos questions tout en s'avérant au final aussi réussi que dispensable dans la continuité.
    Les dessins oscillent entre le franchement flippant (les hommes de mousse) et l'à peu-près un peu décevant (les visages manquent de détails).
    L'un dans l'autre, une lecture que j'ai apprécié en lecteur des X-men et de Nick Fury.

    Scénario : 14/20
    Dialogues :15/20
    Dessins, encrage, couleur : 14/20
    Note finale : 14/20

    Captain America annual 1 (numérotation legacy ...inconnue car non indiquée sur la couverture!)

    Genre : trop classique



    Durant la Seconde Guerre mondiale, Captain America et Bucky sont envoyés aider des prisonniers politiques en Allemagne, qui luttent contre les Nazis.

    Un annual agréable et assez réussi du point de vue de la cohérence graphique entre les nombreux dessinateurs et encreurs mais qui est d'un cliché achevé, du lu mille fois auparavant.

    Scénario : 12/20
    Dialogues :14/20
    Dessins, encrage, couleur : 15/20
    Note finale : 13/20

    Catégorie « Sympa »

    Edge of Spidergeddon 3


    Genre : décevant




    Dans un monde parallèle, Ben Parker vit avec une tante May hispanique dans un quartier de New York où cette population est majoritaire (ce qui nous vaut quelques dialogues non traduits en Espagnol). Il est devenu, en même temps que son jeune neveu de 13 ans Peter, le Spider-man de ce monde, un rôle qu'il ressent comme un poids contrairement à son neveu.

    Le postulat de départ vendait du rêve mais l'exécution chaotique et difficilement compréhensible du simple point de vue de la mise en page et de la narration, gâche tout.
    Le monde parallèle est peu exploité et les personnages ne sont pas l'objet d'une recherche de la part des arachnides qui ont combattu dans le conflit précédent, ce qui rend un peu inutile ce one shot. Heureusement que le scénariste mentionne le fait qu'ils seront dans le numéro 3 du crossover principal...
    En bref, une déception.

    Scénario : 12/20
    Dialogues :14/20
    Dessins, encrage, couleur : 14/20
    Note finale : 12/20

+ Répondre à la discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages