+ Répondre à la discussion
Page 3 sur 31 PremièrePremière 1 2 3 4 5 13 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 21 à 30 sur 301

Discussion: [Comics] Mes chroniques hebdo VO II

  1. #21
    [MOD] Futaba fan forever Supreme Overlord Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Giromu
    Date d'inscription
    January 2004
    Messages
    19 575
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    18 258
    Remercié(e) 29 818 fois dans 10 124 messages

    Par défaut

    On sait toujours pas à l'heure actuelle.

  2. Les 2 membres suivants remercient Giromu pour cet excellent message :

    Bal-Sagoth (30/06/2015), Kilik (30/06/2015)

  3. #22
    [MOD] Futaba fan forever Supreme Overlord Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Giromu
    Date d'inscription
    January 2004
    Messages
    19 575
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    18 258
    Remercié(e) 29 818 fois dans 10 124 messages

    Par défaut

    MARVEL

    Secret wars 4

    Les nouveaux venus attirent l’attention de Dieu. Tout risque de changer du tout au tout à partir de ce numéro pour le monde de Battleworlds.

    Un numéro d’une force toujours aussi impressionnante, quasi shakespearien par endroits. Dommage que le pauvre dessinateur commence à fatiguer, car ça commence à se voir, certaines pages étant superbes et d’autres donnant une impression de brouillon.

    Scénario : 17/20
    Dialogues : 18/20
    Dessins, encrage, couleur : 15/20
    Note finale : 18/20



    Future imperfect 2

    Le Maestro fait face à la chose, le leader de la résistance dans son domaine de Dystopia. Mais est-ce bien Ben Grimm ? Un combat de titans s’engage alors que nous découvrons un pan de l’histoire de ce domaine et des évènements qui y ont conduit.
    Le cliffhanger est un des plus magistraux de ce crossover et annonce du très lourd.

    Et je croyais pas dire ça un jour mais les dessins de Greg land sont pleins de force et assez dynamiques dans ce numéro étonnant !

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 17/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 17/20



    E is for extinction 1

    Après avoir abandonné Exctinction agenda, qui ne m’a guère convaincu à son premier numéro, le feuilletage du suivant semblant me donner raison (une grosse baston générale sur vingt pages), j’attaque le numéro 1 de cette série qui reprend le run de Grand Morrison tel qu’il l’avait laissé, c’est-à-dire sans les conséquences du crossover House of M, qui avait réduit les mutants à la portion congrue.

    Dans le domaine d’E is for extinction, les mutants sont en passe de remplacer les humains sur le plan mondial et occupent les principaux postes de pouvoir, à tel point que certains d’entre eux font tout pour avoir des enfants mutants, passant devant des généticiens renommés tels que le fauve.

    Xavier s’est suicidé pour éliminer définitivement sa sœur jumelle Cassandra Nova et Magneto a repris la direction des jeunes X men, tandis que Cyclope et Emma Frost, qui semblent avoir plus de la soixantaine, s’opposent à ses méthodes musclées visant à mettre le dernier clou dans le cercueil de l’homo sapiens.

    Encore un très bon numéro lié à Secret wars, allant au bout de ce que voulait faire Morrison si on l’avait laissé agir, avec un simili Quitely aux dessins.
    Un premier numéro qui résume très bien les thèmes classiques des mutants : évolution, racisme et lutte pour la paix, le tout dans un numéro très dense qui pourrait annoncer le meilleur pour la suite.

    Scénario : 17/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 15/20
    Note finale : 17/20



    Secret wars journal 3

    Ce nouveau très bon numéro nous livre deux histoires qui se déroulent dans deux domaines différents.
    Le premier voit un avatar de Wolverine mener l’enquête pour découvrir qui a tué Tony Stark dans un domaine qui pourrait être celui de 1872 ou un qui se déroule dans les années 20.
    C’est du thriller noir très efficace qui tire parti de la spécificité de Battleworld et livre un récit très bien construit.

    Le second est encore plus intéressant : dans un monde où chaque citoyen devient Hulk quand il s’énerve, le psychiatre à super pouvoirs gamma Leonard Samson bosse comme un damné pour tenter de conserver un semblant de civilisation à cette société où le moindre PV peut conduire à une catastrophe.
    Un jour, il reçoit dans son cabinet, un jeune homme dont l’oncle vient d’être assassiné par un cambrioleur. Un certain Peter parker…
    Ce deuxième récit est du what if comme je les aime, un peu fou et passionnant, tellement qu’on aimerait avoir la suite.
    Je me demande en revanche s’il s’agit du passé relativement récent du domaine de Planet Hulk.
    Encore un très bon numéro qui fait plaisir à lire !

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20




    Years of future past 2


    La fille de Kitty et le fils de Logan comparent pour le lecteur leur vie passée sous le joug des sentinelles du président humain et raciste Kelly, qui a mijoté un coup fumant pour se faire réélire au détriment de nos mutants parqués dans des camps de concentration.

    Un nouveau type de sentinelles est déployé et met à mal le cœur de la résistance mutante, géré par Angel tandis que Mystique et son allié, fraichement « déshibernés » par le président pour leur faire porter le chapeau font tout ce qui est en leur pouvoir pour aider nos mutants.

    Encore un très bon numéro qui met dans le mille, d’une belle constance tant scénaristique que graphique.Plus centré sur les X men que sur leurs ennemis et ce qui les menace, il permet de nous présenter en détail leurs relations amicales et familiales et de les rendre plus attachants.
    Une des meilleures minis du crossover.

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20




    Giant size little marvel 2

    Après une variation très réussie du générique du premier numéro, les petits vengeurs et les petits X men saluent comme il se doit l’arrivée de deux jumeaux tout à fait normaux (ce ne sont pas les Maximoff) dans le quartier et les invitent à choisir entre leurs deux pots d’arrivée et donc à choisir leur camp.
    Problème : ceux-ci sont tout sauf enthousiastes et les cabanes des deux bandes sont situées en face l’une de l’autre.

    Dans ce numéro, on verra une partie de ballon nawak, le papa et la maman enflammés du jeune Johnny Blaze, privé de vengeance par son maître d’école ou encore le jeune fauve empêché d’inventer le voyage dans le temps à cause de sa mère qui l’appelle pour le dîner.
    Encore un très bon numéro plein de fun, dont les dessins sont somptueux.
    Une réussite.

    Scénario : 15/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 17/20
    Note finale : 16/20



    Ultimate end 3

    Dans ce numéro, nous obtenons la vérité sur le combat qui a opposé deux Hulk, les vengeurs des deux terres tentent de dépasser leurs préjugés tout en continuant à se cacher des secrets et les Punisher des deux mondes se rencontrent enfin…

    Le numéro 3 est toujours aussi indigeste. Brillant du point de vue des dialogues très vivants, avec des dessins toujours aussi chouettes, il est malheureusement toujours aussi brouillon et chaotique, à tel point qu’on a hâte que ces 5(6 ?) numéros se terminent mais que la curiosité reste la plus forte.
    Vraiment dommage.

    Scénario : 12/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 12/20


  4. Les 5 membres suivants remercient Giromu pour cet excellent message :

    Bal-Sagoth (06/07/2015), BaXter (06/07/2015), darkkoeurby (14/12/2015), Kilik (06/07/2015), Lizandrya (06/07/2015)

  5. #23
    Great Old One Dragonslayer Lizandrya 4D Being Lizandrya 4D Being Lizandrya 4D Being Lizandrya 4D Being Lizandrya 4D Being Lizandrya 4D Being Lizandrya 4D Being Lizandrya 4D Being Lizandrya 4D Being Lizandrya 4D Being Lizandrya 4D Being Avatar de Lizandrya
    Date d'inscription
    September 2006
    Localisation
    La Comté
    Messages
    2 235
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    3 118
    Remercié(e) 2 705 fois dans 1 153 messages

    Par défaut

    Secret Wars et le Battleworld semble vraiment bin dommage qu'en ce moment en vf on se tape l'ignoble Axis...

  6. Les membres suivants ont remercié Lizandrya pour cet excellent message :

    Kilik (06/07/2015)

  7. #24
    [MOD] Futaba fan forever Supreme Overlord Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Giromu
    Date d'inscription
    January 2004
    Messages
    19 575
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    18 258
    Remercié(e) 29 818 fois dans 10 124 messages

    Par défaut

    Je sais pas si ils vous les publient mais la mini Hobgoblin est très bonne. Celle sur Carnage est bien aussi. Deadpool utilise bien le crossover aussi. Après c'est clair qu'Axis le crossover est assez pourri.

  8. Les membres suivants ont remercié Giromu pour cet excellent message :

    Kilik (06/07/2015)

  9. #25
    [MOD] Futaba fan forever Supreme Overlord Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Giromu
    Date d'inscription
    January 2004
    Messages
    19 575
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    18 258
    Remercié(e) 29 818 fois dans 10 124 messages

    Par défaut

    DC

    Gotham academy 8

    Un nouveau professeur enseigne à l’académie, on enterre la mère d’Olive et Maps nous montre les passages secrets de l’établissement.
    Gotham academy continue à intriguer mais vaut plus particulièrement par ses dessins et ses couleurs qui lui donnent un côté dessin animé japonais magnifique.
    Pour le reste c’est du tranche de vie bien fichu mais un peu lent.

    Scénario : 15/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 17/20
    Note finale : 15/20



    Secret six 4

    Relatif passage à vide pour la série au rythme de parution maudit. Notre bande de criminels déménage dans une banlieue paisible toujours dans l’optique de faire profil bas.
    Gail Simone en profite pour rameuter d’anciens et populaires membres de la formation pré new 52.

    Un numéro qui se lit sans déplaisir mais qui ne fait guère avancer l’intrigue. C’est un peu dommage.

    Scénario : 14/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 14/20
    Note finale : 15/20



    Harley Quinn 18

    Les harlettes sont toujours à la recherche de Captain « not Popeye » Strong. Celui-ci, gavé d’algues radioactives, sombre peu à peu dans la folie et obtient une force surhumaine. Après avoir donné une leçon de savoir-vivre à un gang qui veut lui piquer son portable, Harley affronte le captain pour la première fois et décide de manger elle aussi de l’algue.

    Encore un numéro bien fichu bien qu’un peu « de transition » qui permet de caser une vision d’Harley dessinée par un guest artist et le retour d’un personnage récurrent du supporting cast de l’arlequin.

    Scénario : 14/20
    Dialogues : 15/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 14/20



    MARVEL

    Silver surfer 13 (Last days)

    Sur la suggestion de sa dulcinée Dawn, le surfer décide de rendre visite à tous ses amis dans la galaxie, personnages qu’il a aidé à sauver ou anciens antagonistes avec lesquels il est resté en bons termes.
    La rencontre avec le dieu cosmique Eternité changé par les évènements survenus entre Secret wars 1 et 2 le contraint à remonter le temps pour échapper à la mort, fut-ce au prix de sa relation avec Dawn.

    Un numéro magnifique, quasi sublime, avec un dessinateur et une coloriste au sommet, de bons souvenirs en cascade et un cliffhanger qui laisse haletant. Pas de doute, Slott maîtrise désormais parfaitement son sujet et intègre le crossover actuel avec talent dans son mémorable run.

    Scénario : 18/20
    Dialogues : 18/20
    Dessins, encrage, couleur : 18/20
    Note finale : 18/20



    1872 n° 1

    Et si le monde Marvel classique se déroulait sans super pouvoirs dans un univers de cow boys?
    Dans cette baronnie très étrange, nous suivons les habitants d’une des bourgades qui la composent. Un indien est capturé alors qu’il tente de saboter les usines Roxxon qui privent sa tribu d’eau. Protégé par un avatar de Steve Rogers, un sheriff qui respecte scrupuleusement les lois, les hommes du maire, le corrompu Wilson Fisk, aimeraient bien lui mettre la main dessus pour le supprimer. Heureusement pour lui, le sheriff et ses amis l’inventeur alcoolique Anthony Stark et le savant énervé Bruce Banner veillent…

    Un coup de maître que ce premier numéro. Après une superbe carte sur une double page qui pose le décor de la petite ville de l’ouest sauvage dans laquelle se déroule l’action, on entre vite dans le vif du sujet, un superbe western avec ses figures locales typiques (le journaliste craintif ben Urich, le groupe de tueurs emmenés par Bullseye…), une narration brillante et des dessins somptueux. Une des nombreuses perles de Secret wars.

    Scénario : 17/20
    Dialogues : 17/20
    Dessins, encrage, couleur : 17/20
    Note finale : 17/20



    Captain Britain and the mighty defenders 1

    Dans une baronnie paisible et quasi utopique, deux domaines se partagent les lieux : l’un est une utopie menée par un professeur Yitsen devenu Iron man à la place de Tony Stark, avec un avatar de She Hulk comme Thor et des voisins fort discrets qui habitent le domaine voisin et ont construit un mur pour empêcher tout passage entre les deux territoires qui se partagent la baronnie.
    Mais que se passe-il lorsque Yitsen et ses amis commencent à douter de l’histoire officielle de Battleworlds, mais aussi de la divinité de leur dieu ?
    L’heure de la rébellion contre le maître de Battleworlds commence à sonner et ce numéro est un des lieux de sa manifestation. Alan Davis et Al Ewing rendent hommage à la BD anglaise avec leurs allusions à Captain Britain/Brian Braddock mais surtout à Judge Dredd.
    Cette mini-série en deux épisodes est très prenante.

    Scénario : 17/20
    Dialogues : 17/20
    Dessins, encrage, couleur : 17/20
    Note finale : 17/20



    Civil war 1

    Après le coup manqué de Captain America et ses troupes contre les forces d’Iron man, une catastrophe due aux deux camps entraîne la mort de millions d’Américains. Le pays est désormais partagé en deux étendues relativement désertiques. Dans « le Fer », domaine d’Iron man, les surhumains sont très vite repérés par la police dédiée à cet effet et envoyés dans des camps qui optimisent leurs capacités.
    Le camp du « Bleu » privilégie la liberté individuelle par-dessus tout, les héros n’étant pas encadrés mais surveillés de loin par les forces de Rogers.
    Chaque camp possède en outre des forces incontrôlables en son sein, les « Bullseye boys » dans le Fer et les Punishers dans le Bleu.

    A l’initiative de la seule femme qui habite une maison construite sur le pont enjambant le gouffre qui sépare les deux camps, une réunion de pourparlers de paix à lieu des dizaines d’années après les évènements, si on se fie aux cheveux gris de Stark.
    L’occasion pour Peter Parker de revoir sa femme et sa fille, coincées dans le Fer…

    Un début en fanfare qui plante superbement bien le décor et annonce du lourd. Un régal de lecture, comme prévu.

    Scénario : 17/20
    Dialogues : 17/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 17/20



    Siege 1

    Abigail Brand réalise le rêve de sa vie : devenir la superviseuse et la femme en charge du siège, ce colossal mur forteresse qui sépare les domaines civilisés des hordes de zombies à super pouvoirs et des robots d’Ultron (cf les très bons titre Marvel zombies et Age of Ultron vs Marvel zombies).

    Nous assistons à une journée de sa vie quotidienne faite de combats contre ces hordes et bien d’autres horreurs, comme les fourmis zombies géantes de Pym, au travers d’une journée pourrie et de flashbacks mémorables dans lesquels elle nous raconte sa vie de survivante tachant d’empêcher la fin de l’humanité.
    Un jour, un prétendant à son « trône » lui apporte une très mauvaise nouvelle, qui annonce rien moins que la fin de la civilisation.

    Un numéro prenant et assez déprimant qui nous raconte la vie des héros inconnus qui permettent aux baronnies de vivre et de gérer leurs conflits de territoire mesquins.
    Ce titre permet de mesurer les énormes limites du monde construit de toutes pièces par son dieu, qui n’est pas si omnipotent qu’il voudrait le faire croire.
    Les auteurs montrent très bien le pessimisme des défenseurs et ce titre est une bonne claque dans le beignet. J’ai en revanche du mal avec les personnages féminins d’Andrade.

    Scénario : 17/20
    Dialogues : 17/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 17/20



    The amazing Spider-man : renew your vows 2

    Spider-man est hanté par les conséquences de ses actes dans le numéro 1. Sa priorité reste la protection de sa femme et de sa fille, pour lesquelles il fait profil bas.
    Payé par le Bugle pour ne pas publier les photos qu’il prend des rares opposants politiques au règne du super criminel qui dirige désormais la ville, son petit monde va être chamboulé quand on annonce l’arrestation imminente d’un enfant à super pouvoirs dans l’école dans laquelle étudie sa fille.

    Toujours une sans-faute, cette mini-série qui fait honneur à son protagoniste. Les dessins sont superbes, très vivants.

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 17/20
    Note finale : 17/20



    Ghost racers 2

    Dans ce numéro, nous plongeons dans le passé de notre héros, le Ghost rider actuel Robbie Reyes et ce qui l’a conduit à devenir un ghost racer.
    Nous en apprenons également plus sur son hôte, Arcade et celui qui lui sert à contrôler les coureurs, l’ange déchu Zadkiel.

    Mini-série basée sur une ambiance noire, des secrets sordides et des courses endiablées, Ghost racers est une des séries les plus dynamiques graphiquement de ce crossover.
    Elle a le mérite de montrer la part sombre de la capitale de Battleworlds et fait honneur à tous les Ghost riders, passés ou présents. Un régal.

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 17/20
    Note finale : 17/20



    Secret wars 2099 n°3

    Les vengeurs de la firme d’Alchemax contre les Défenseurs de la ville basse !
    David continue à décrire tranquillement sa baronnie futuriste et la déchéance d’un ancien héros. Il fait également le lien entre Battleworlds et les plus sombres puissances mystiques de l’unievrs Marvel. Qui est le mystérieux « Dweller » ? Les paris sont ouverts et les candidats ne manquent pas. Dommage que les dessins de Sliney soient juste sympas.

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 17/20
    Dessins, encrage, couleur : 13/20
    Note finale : 16/20



    Mrs Deadpool and the howling commandos 2

    La superbe Shiklah apprend la vérité sur les motivations de ses howling commandos et agit en conséquence. Le fantôme de Deadpool, doit interrompre sa lecture de l’excellent Daredevil de Waid pour tenter d’intervenir lui-même dans l’action !

    Encore un très bon numéro d’une série drôle et décalée qui n’oublie jamais la progression de son intrigue et se moque même de son équipe qui n’est pas faite pour être parfaitement huilée (voir le rôle de Man-thing, plus dangereux pour ses alliés qu’utile !)

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20



    Planet Hulk 3

    Après un combat contre un terrifiant hulk marin,l’avatar de Captain America, son Devil dinosaur et le mystérieux Doc Green approchent enfin de Mudland, la capitale du roi rouge qu’ils doivent déposer sur ordre direct du dieu de Battleworld.
    Ce qu’ils découvrent à son approche glace le sang du captain, au contraire de Docteur Green, revenu de tout, pour qui le domaine de Green land peuplé de Hulks est l’état le plus naturel de l’homme quand il est tout entier dévolu à la guerre…

    Un très bon numéro qui offre une bonne réflexion sur l’action des rayons gamma sur l’Homme. Un magnifique combat entre Devil dinosaur et le Hulk marin est l’autre point fort de cette série toujours aussi bien dosée à chaque numéro.

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20



    Heil Hydra 1

    Ian Rogers, le fils adoptif de Captain America/Steve Rogers, a survécu aux évènements d’All new Captain America. Alors qu’il se pose moult questions sur ce qu’aurait été sa vie si il était resté le fils d’Arnim Zola et n’avait pas été sauvé par le Captain, il est transporté dans le New York fondé par une Hydra qui régit ce domaine de Battleworld en maître absolu. Après avoir fait connaissance avec la violente police locale, il est confronté au Captain America de ce monde…

    Un très bon début très conspirationiste et oppressant, rendant très bien le cauchemar qu’est le New York d’Hydra. Très bons dessins.

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20



    Where monsters dwell 3

    Nos deux explorateurs sont prisonniers de mystérieuses amazones. Alors que notre protagoniste femme s’accommode facilement de ce nouvel environnement, le fantôme eagle découvre très vite l’envers du décor…qui ne semble pas dérouter sa compagne.
    On retrouve plus le Ennis d’il y’a dix ans dans ce numéro qui reste tout de même très sage. Très bonne réflexion sur les rapports hommes/femmes dans l’histoire de l’humanité et toujours très bonne ambiance pulp.

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20



    Years of future past 3

    Un numéro riche en révélations sur le passé des deux mutants qui doivent sauver leur espèce des sentinelles des humains, un rôle taillé sur mesure pour Diablo/Nightcrawler et un cliffhanger qui annonce du potentiellement très bon pour la suite.

    Bref, encore un très bon numéro pour une des très bonnes surprises liées aux titres X men de Secret wars.

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20



    Spider Island 1

    Dans cette baronnie, les super héros ont en grande partie été vaincus par la reine araignée, qui a transformé tous les habitants de Manhattan en monstres mi hommes mi araignées qui lui obéissent aveuglément. Captain America et plusieurs héros ont succombé à ce virus et exécutent les volontés de la reine. Venom et ses rares alliés ont bien du mal à renverser la vapeur, même en rassemblant les reliques magiques ou scientifiques des héros tombés. Mais le soldat a un plan…

    Très bon premier numéro qui sait surprendre dans son déroulement. Il y’a un côté « Marvel zombies » dans les monstres arachnides affrontés, bien flippants.
    Une histoire back up s’intéresse à la Spidergirl du MCU 2, qui prend la suite directe de ce qui lui est arrivé durant le crossover Spider-verse. De la belle ouvrage, par ses créateurs.

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 15/20
    Dessins, encrage, couleur : 15/20
    Note finale : 16/20



    Armor wars 3

    Arno Stark décide d’affronter dans un duel au finish le baron Tony, son frère mais rien ne se déroule comme prévu.
    Pendant ce temps, le Thor de ce domaine décide d’arrêter le caïd du crime, Wilson Fisk.

    Un numéro qui lève le voile sur les pouvoirs du défunt Spyder-man. On devrait avoir bientôt des pistes sur l’origine du mal qui frappe les habitants du domaine du baron Stark et ce numéro de transition reste très divertissant, avec notamment des combats bien fichus et de trs belles couleurs.

    Scénario : 15/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 15/20
    Note finale : 15/20



    Inhumans Attilan rising 3

    Confrontation entre les troupes de Medusa et celles de Black bolt pour la maîtrise d’Attilan. Un numéro de baston, oui, mais qui fait un peu avancer le schmilblick donc ça reste très agréable. Un cran en dessous des nuémros précédents.

    Scénario : 15/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 15/20
    Note finale : 15/20



    Spider-verse 3

    Osborn envoie les sinister six affronter les spider-men et leur fait une offre qu’ils ne peuvent pas refuser…
    Suite de cette série bien mais pas top centrée sur Spider Gwen et ses alliés. Le cliffhanger est intéressant et il semble qu’on va bientôt en savoir plus sur ceux qui tirent les ficelles.
    Bonne utilisation de Spider ham, rendu assez flippant, un comble pour le perso.

    Scénario : 14/20
    Dialogues : 14/20
    Dessins, encrage, couleur : 14/20
    Note finale : 14/20



    Secret wars Battleworld 3

    Ouh là, un peu piteux, ce numéro.
    La première des histoires voit Mojo, le présentateur TV interdimmensionnel, organiser une baston générale entre plein d’avatars de Wolverine. Problème, l’un d’eux est un moine zen opposé à toute violence…

    La seconde histoire est un peu meilleure et voit un avatar cow boy de Deadpool juché sur le chien téléporteur des inhumains, Lockjaw, sur la piste du Devil dinosaur, dont il veut faire sa nouvelle monture. Ni lui, ni son ami le singe Moonboy ne lentendent de cette oreille.

    Enfin, une histoire humoristique d’une page confronte les trois Ant men dans un combat de fourmi.


    La baston générale des Wolverine est assez mauvaise et graphiquement moche. Une résolution de « l’intrigue » ? Malheureux ! Il n’y en a point et rien n’est expliqué.

    La seconde est la seule bonne histoire du numéro et encore. Une simple tentative de rodéo par Deadpool et sa rencontre avec deux créations de Jack Kirby. Chouette graphiquement mais ultra anecdotique.

    La dernière histoire est du genre raté question humour, cliché et anecdotique.
    Un numéro assez piteux, donc.

    Scénario : 7/20
    Dialogues : 13/20
    Dessins, encrage, couleur : 14/20
    Note finale : 10/20




    AVATAR

    Uber TPB 4

    Ce TPB démarre par un excellent numéro dans lequel nous sommes plongés dans les pensées d’un agent surhumain chargé d’annihiler le projet Manhattan. Une entrée en matière magistrale et prenante, qui annonce de bien mauvaises choses pour les alliés. Entrée en scène de la terrifiante super-héroïne russe, aux pouvoirs tellement surhumains qu’ils pourraient changer le sort du front de l’est et l’Angleterre fait face à un traître mais a une redoutable carte à jouer, tandis que les USA semblent enfin sortir la tête de l’eau.
    Du côté allemand, un plan incroyable est mis en place.

    Un excellent numéro toujours plombé par certains dessinateurs très moyens tandis que d’autres sont plus convaincants, pour une des meilleures uchronies en comics sur la Seconde guerre Mondiale de ces dernières années.

    Scénario : 17/20
    Dialogues : 17/20
    Dessins, encrage, couleur : 10/20
    Note finale : 17/20



    IMAGE

    Jupiters’ circle 4

    Fin du mini arc dans lequel un des héros sort avec une jeune fille.
    Un Millar surprenant de politiquement correct dans ce numéro très bien exécuté.

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 15/20
    Note finale : 16/20


  10. Les 4 membres suivants remercient Giromu pour cet excellent message :

    Bal-Sagoth (17/07/2015), BaXter (17/07/2015), darkkoeurby (14/12/2015), Kilik (17/07/2015)

  11. #26
    [MOD] Futaba fan forever Supreme Overlord Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Giromu
    Date d'inscription
    January 2004
    Messages
    19 575
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    18 258
    Remercié(e) 29 818 fois dans 10 124 messages

    Par défaut

    Deux semaines de lectures!

    DC

    Batgirl annual 3

    Hormis du point de vue des dialogues et des dessins des 4 artistes (notamment et très bon Bengal et ses inspirations manga ou encore la nouvelle dessinatrice attitrée de Gotham academy) qui se relaient pour raconteur l’histoire très bateau de la traque par Batgirl d’une organisation criminelle aux buts mystérieux, c’est une petite cuvée estivale pour une fois.
    On croise tout de même avec un certain plaisir les filles de Gotham academy, Grayson et sa comparse la huntress du new 52, Batwoman et Spoiler.

    Scénario : 12/20
    Dialogues : 15/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 14/20



    Batgirl 42

    Batgirl aide le nouveau Batman à mettre Livewire hors d’état de nuire…et on s’ennuie tant c’est bateau. Ne seraient les très bons dialogues et dessins, il n’y a pas grand-chose à se mettre sous la dent dans ce numéro.

    Scénario : 12/20
    Dialogues : 15/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 13/20



    MARVEL

    Weirdworld 2

    Arkon le seigneur de guerre est prisonnier des étranges singes sous-marins et se fait un allié TRES inattendu, tiré d’une série Marvel carrément oubliée depuis (quel surprise excellente !).

    Pendant ce temps, Morgane Le Fay, baronne du domaine de Weirdworld entend bien faire plier le dragon d’Arkon…

    Ce numéro 2 de Weirdworld est bien plus convaincant que le premier, qui était déjà très bon.
    Les dessins sont toujours aussi beaux mais un peu plus dynamiques. Surtout, on a l’impression d’être devant un récit de Fantasy des années 80 façon Slaine, ce qui est très plaisant.
    Outre la narration très convaincante, le récit ménage avec talent ses surprises et ses effets., tant et si bien qu’on a hâte de lire la suite !

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 18/20
    Dessins, encrage, couleur : 18/20
    Note finale : 17/20



    Captain America epic collection TPB 16: Streets of poison

    Ce beau volume de l’excellente collection m’a enfin permis de lire le célèbre arc “Streets of poison” qui relate la lutte du Captain contre la drogue de synthèse « Ice ».
    Il n’y a pas que ça dedans et ce volume est un des meilleurs des 4 parus jusqu’ici.

    Nous sommes en pleine période Mark Gruenwald, à la fin des années 80, tandis qu’Ann Nocenti est en train de conclure tranquillement sone excellentissime run sur Daredevil (un indispensable dont une partie va paraître bientôt dans la collection Epic) et on trouve forcément des allusions aux évènements qui s’y passent car l’arc Streets of poison est un mini crossover avec les personnages de DD.
    Mais ne mettons pas la charrue avant les bœufs : ce gros volume débute par Captain America volume 1 annual n°9 dans lequel Cap partage la vedette avec Iron man. Dans la tradition de l’époque, il s’agit du premier chapitre d’un crossover reliant les numéros annuels de chaque héros marvel de l’époque, lié à un énième retour de ce super craignos qu’est Terminus, titan extraterrestre surtout ennemi des Fantastiques à la base.
    Rien de marquant dans ce numéro sitôt lu, sitôt oublié, pas même les dessins de Valentino. On apprécie tout de même l’initiative de Marvel qui nous raconte en prose, comme à son habitude dans la collection Epic le déroulement du crossover ainsi entamé et le moins qu’on puisse dire est que c’est aussi quelconque que l’antagoniste utilisé.
    On a aussi une histoire très réussie même si très classique qui nous relate la vie et la mort d’un soldat qui a combattu aux côtés de Cap pendant la guerre et a vaincu sa peur, devenu politicien victime d’une attentat ou encore un chapitre qui change la vie du héros Nomad, plutôt sympa par Nicieza.

    Nous entrons ensuite dans le vif du sujet, qui donne son titre au volume : le relativement célèbre arc narratif « Streets of Poison » (Cap America volume 1 n°372 à 37 dessiné par ce bon artisan qu’est Ron Lim, qui se charge des ¾ de la partie graphique de ce volume.. Après avoir découvert que l’un des ingénieurs au service des vengeurs se drogue pour supporter la pression, Cap décide, après l’avoir orienté vers un médecin, d’en apprendre plus sur l’un des fléaux majeurs de l’Amérique et d’y consacrer un peu de son temps pour la première fois.
    Lors d’une intervention contre des dealers, il est empoisonné à son insu par l’Ice qui se mêle au sérum du super soldat présent dans son sang et le rang instable, impulsif et paranoïaque. Sa copine de l’époque, l’ancienne criminelle Diamondback de la société des serpents, ainsi que son chauffeur et pilote John Jameson, mais aussi la réceptionniste des vengeurs Peggy carter s’en inquiètent et décident de tenter de le faire soigner malgré ses dénégations.
    Pendant ce temps, le Caïd du crime, l’imposant ennemi de Daredevil, s’inquiète de l’arrivée de l’ice et de ses « promoteurs » qui dézinguent ses revendeurs. C’est en fait une opération du Crâne rouge pour prendre le contrôle de New York et faire vaciller l’Amérique en sapant ses fondations…

    Le 379 est un bouche trou assez honnête malgré les dessins de Marinnan.

    Après ces très bons numéros, Diamondback est capturée par la société des serpents (Cap America volume 1 n°380 à 382), qui l’accuse de les avoir trahis en sortant avec le Captain et en lui révélant leurs secrets, ce qu’elle n’a jamais fait. Un conflit éclate en son sein quant à son sort, qui va mettre pour la première fois Captain America sur leur piste…

    On a ensuite le Cap volume 1 n°383, spécial 50ème anniversaire, dans lequel Cap rencontre les figures mythiques de la construction de l’Amérique comme Johnny Appleseed, John Henry, Paul Bunyan et Uncle Sam ! Ce numéro inclut parmi des back up plus ou moins bonnes la très notable première rencontre entre Red skull, Arnim Zola et Crossbones.

    Ensuite, encore un numéro stand alone très sympa dessiné par Lim, le 384, qui voit Cap partir à la recherche de son allié D-Man et permet un caméo de Jack Frost, membre méconnu de la célèbre équipe des Invaders et le retour dans les numéros 385 et 386 des pensionnaires d’Anna Kappelbaum, issus du génial run de Stern et repris avec talent par De Matteis (voir le Captain America epic collection TPB 9: Dawn’s early light) qui oppose Cap aux watchdogs, des paramilitaires qui veulent imposer leur morale aux USA.

    Enfin, on trouve un nouvel annual plus intéressant que le premier, le n°10, qui héberge le très oubliable dernier chapitre du crossover entre Pupu, DD et Cap, « The Von Strucker gambit » écrit par Chichester, un court chapitre pas inoubliable des aventures de Nomad (toujours de Nicieza) mais aussi et surtout des épilogues très réussis de Gruenwald à l’arc du procès de Diamondback dédiés à l’émouvant Bushmaster et au presque sympathique Sidewinder, deux membres de la société des serpents.

    N’oublions pas que le volume est parsemé de back ups souvent dessinées par un Mark Bagley qu’on a connu plus inspiré et dédié au point de vue et au destin de personnages secondaires comme la paire Battlestar/U.S agent, Diamondback et quelques autres, qui permettent de nous donner leur point de vue et un côté plus humain. C’est d’ailleurs toute la force des dialogues de Gruenwald : ses personnages sont crédibles et faillibles, même les plus forts d’entre eux et nous rentrons dans leurs pensées, ce qui nous permet de mieux les comprendre.
    King Cobra, Diamondback, Bushmaster U.S Agent et bien sûr Captain America sont les personnages qui profitent le plus de ce traitement. Il n’y a guère que le Red skull qui soit vraiment méprisable.

    En résumé, c’est encore un très bon volume Epic collection dédié au bon captain et j’ai hâte de lire la suite du run de Gruenwald. Je n’en ai pas causé, mais le volume dédié à la création de la society of serpents (Captain America epic collection TPB 12: Society of serpents) est aussi très réussi, bien qu’un peu inférieur à celui-ci.
    Si vous aimez les comics bien racontés, aux dialogues vivants et aux personnages humains, le run de Gruenwald est pour vous.

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 17/20
    Dessins, encrage, couleur : 15/20
    Note finale : 17/20



    E is for extinction 2

    Les plans de cet incorrigible bourreau des cœurs qu’est Magneto, qui a toujours son succès auprès des petites jeunes, le canaillou, sont dévoilés au vu et au su de ses élèves par les X men historiques et vieillissants.
    Mais le fauve découvre une catastrophe qui menace le monde.

    Un numéro très convaincant et souvent surprenant qui fait honneur aux célèbres mutants et à la période Grant Morrisson, avec un très bon respect des personnalités de chacun et de leur évolution prévisible. Peut-être le top de Secret wars pour ce qui concerne les X men

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 17/20
    Dessins, encrage, couleur : 15/20
    Note finale : 17/20



    Marvel zombies 2

    Suite des aventures d’Elsa Bloodstone et sa protégée, perdues au fin fond des Wastelands peuplées de zombies qui veulent dévorer Battleworld. Après avoir dépecé un MODOK zombifié pour tenter de lui prendre ses armes, la chasseuse de monstres est enfin repérée par un agent du siège venue la sauver. Est-ce la fin du périple ?

    Encore un très bon numéro qui nous montre l’ampleur des dangers des wastelands et qui nous plonge avec talent dans les pensées de son héroine et sa relation avec son père.
    Que du bon !!!

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20



    Loki agent of Asgard 16 (Last days)

    Loki contre Loki, dernière! Ce numéro qui conclut la série de belle manière est souvent surprenant, offrant un ragnarok très réussi et un nouveau départ pour le personnage, dont une des facettes mythologiques est mise en avant pour la première fois à ma connaissance.
    Le Loki « historique » de Lee et Kirby semble définitivement enterré et le cliffhanger fait référence à un des meilleurs arcs de Thor période pré civil war.

    Un clap de fin de qualité pour une série qui ne se sera pas hissé aux sommets des Journey into mystery de Gillen mais qui a de nombreuses qualités, notamment narratives.

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20



    Punisher 20 (Last days)

    Franck tire lui aussi sa révérence avec ce numéro! C’est sa dernière confrontation avec un de ces groupes armés terroristes tristement à la mode au moyen-orient et il ne compte pas partir seul !

    Une bonne conclusion au run d’Edmonson et Gerards, qui ont opéré avec talent la fusion entre sa version très « action » des années 80/90 façon Mike Baron et celle plus récente et réaliste de Greg Rucka.
    C’est du très bon comic de guerre avec des aspects de thriller et une fin aussi sombre que son personnage. Comme pour Loki, je suis curieux de savoir ce qui l’attend dans l’ère post Secret wars.

    Scénario : 14/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20



    Age of Ultron vs Marvel zombies 2

    Le trio de vengeurs historiquement liés à Ultron qui dirige la ville de Salvation, dernier espoir pour les humains au milieu des zombies et des hordes de robots tueurs, présentent la technologie stupéfiante de leur ville au nouveau venu, le Henry Pym de 1872, dans l’espoir qu’il pourra renverser la vapeur en trouvant une solution contre son « fils » cybernétique.

    Pendant ce temps, l’impensable se produit dans le conflit entre zombies et robots…

    Un numéro très convaincant qui nous plonge bie dans le bain et semble bien parti pour avoir une influence majeure sur l’histoire de Battleworlds si ça continue comme ça.
    Très bon résumé des liens complexes qui unissent la vision, la torche humaine d’origine et Wonder man.
    Il y’a même un caméo de la Nomad de l’univers crée par Franklin Richards !

    Scénario : 15/20
    Dialogues : 15/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 15/20



    Deadpool’s secret secret wars 3

    Où l’on apprend l’influence qu’a eu Deadpool sur le symbiote de Spidey, comment il a été essentiel pour faire ressusciter les héros après l’acte de toute-puissance de Fatalis et comment il a tenté de psychanalyser à l’arrache ce dernier.
    C’est toujours aussi réussi et drôle, ce retcon du célèbre crossover dans lequel Deadpool pourrit la vie de nos héros et est derrière toutes les avancées de scénario ! J’ai beaucoup aimé la réaction de Magneto quand Deadpool drague la guêpe.

    Scénario : 15/20
    Dialogues : 15/20
    Dessins, encrage, couleur : 15/20
    Note finale : 15/20



    Thors 2

    Le Thor ultimate continue de mener l’enquête qui a causé la mort de son équipier et ami avec toute la force et l’autorité de l’ordre. Il va faire la connaissance d’un Thor déchu de son statut et de ses pouvoirs et d’un suspect idéal…

    Ce numéro est assez inférieur au très bon premier numéro. Il ne s’y passe fondamentalement pas grand-chose, l’intrigue avançant trop lentement et les dialogues étant moins réussis.
    Espérons qu’Aaron va remonter la pente.

    Scénario : 14/20
    Dialogues : 15/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 15/20



    Future imperfect 3

    Les rebelles infiltrent le palais du Maestro, aidés de Layla Miller, afin de libérer leur leader des griffes du tyran, sans savoir qu’une surprise de taille les attend.
    Un numéro bien mais pas top et le plus faible jusque-là. Il est inutilement décompressé (un comble pour une série et un auteur d’ordinaire convaincants) et aurait eu mérite, tant il est lent à faire avancer le scénario, à …être résumé en 4 pages dans le prochain numéro !
    Même Greg Land retombe alors qu’il avait convaincu dans le numéro 2 pour une de ses rares fois.
    Allez, on oublie tout et vivement la suite des évènements

    Scénario : 14/20
    Dialogues : 15/20
    Dessins, encrage, couleur : 15/20
    Note finale : 15/20



    Old man Logan 3

    Le vieux Logan s’échappe du domaine dirigé par le baron Apocalypse et parvient dans celui du baron Stark, Technopia, déjà décrit dans le titre Secret wars « Armor wars ».
    Le baron et son Thor sont fascinés par les capacités de régénération du vieil homme, y voyant la possibilité d’éradiquer le virus qui les oblige à porter des armures en tout temps et en tout lieu. Stark, qui est moins informé des choses qui se passent sur battleworlds que son Thor, découvre qu’il est bien ignorant et y voit une opportunité d’en apprendre plus.

    Ce numéro d’Old man Logan revient presque aux niveaux du premier numéro, toujours servi par les superbes dessins de Sorrentino, bien plus convaincant sur les habitants de Technopolis que l’artiste du titre Armor wars.
    Il rend également mieux que lui la mélancolie qui se dégage de ce domaine. Bémol de taille sur le début du numéro et la fuite de Logan du domaine d’Apocalypse, assez chaotique narrativement parlant. Il est par contre agréable de voir pour la première fois un personnage parvenir à parcourir les frontières de plusieurs domaines et commencer à percevoir les failles du monde du dieu de Battleworlds.
    La série étant appelée à continuer après Secret wars, il sera intéressant de voir ce que va en faire l’équipe suivante. Ou pas, ça va dépendre de la conclusion de Secret wars.


    Scénario : 14/20
    Dialogues : 15/20
    Dessins, encrage, couleur : 17/20
    Note finale : 14/20



    MODOK assassin 3

    MODOK et Angela font face aux meilleurs tueurs de la guilde : le Punisher, Elektra, Screaming Mimi et bien d’autres qui menacent de les submerger. MODOK est de plus en plus attiré par la Thor, sa violence et sa capacité à ôter la vie. La belle succombera elle à son charme ? Vu le cliffhanger, ça semble compromis. Pendant ce temps, les Thors recherchent la disparue.
    Baisse de qualité avec ce numéro quasi 100% baston malgré de très bons dialogues, qui se contente d’aligner les bastons et les bons mots tout en manquant d’inventivité. L’humour et les clins d’œil pour connaisseurs sont eux aussi assez limités, même si j’ai souri quand à l’identité du mari d’Elektra.

    Scénario : 12/20
    Dialogues : 15/20
    Dessins, encrage, couleur : 15/20
    Note finale : 13/20


  12. Les 5 membres suivants remercient Giromu pour cet excellent message :

    Bal-Sagoth (31/07/2015), darkkoeurby (14/12/2015), jonathferri (31/07/2015), Kilik (31/07/2015), Lizandrya (31/07/2015)

  13. #27
    Fantasm Soldier's fan Godslayer Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Archiveur
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Au pays de Heidi
    Messages
    6 067
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    0
    Remercié(e) 7 487 fois dans 2 761 messages

    Par défaut

    J'aime beaucoup suivre tes chroniques sur les comics. Cela donne un bon résumé sur les titres que tu suis et ton feedback est souvent juste et pratique. Notamment pour un lecteur occasionnel comme moi.

    Et parfois, même si je suis paumé à cause des différents arcs scénaristiques individuels (pour chaque persos ou groupes de superhéros) ou encore des gros arcs où tout le monde se croise (genre Axis ou encore Battleworld actuellement). Ça relance mon intérêt et je me remets à lire des comics

    ...voir même aller sur Rule34, Hentai Foundry ou carrément dessiner moi-même les parodies si un perso me plaît


    Ce week-end, en suivant tes chroniques, je me suis mis à lire :

    Catégorie bien/sympa à suivre :
    - MODOK assassin (bien sympa)
    - Old man Logan 2 (bien aimé même si un cran en dessous du 1er pour l'instant)
    - Marvel Zombies (bien aimé et à suivre)

    Le gros coup de cœur :
    - Mrs Deadpool and the howling commandos (Génial. En fait, la jolie démone est beaucoup plus proche de Deadpool mentalement que je ne le pensais (CF le truc avec la tête de Médusa ou encore avec le Passeur du Styx)

    La curiosité à suivre :
    Spider Island (moi qui adore les araignées autant que Bal les requins, cette nouvelle franchise m'a fait frissoner).

    Pour ce dernier, en cherchant d'autres infos sur le net, j'ai découvert qu'il s'agissait qu'en même d'un arc assez majeur que Marvel avait lancé (reconnaissable quand plusieurs franchises en parlent et/ou les héros s'entrecroisent).

    Si tu l'as lu, Giromu, est-ce que tu nous conseillerais de lire les autres titres liés à Spider Island pour mieux comprendre l'histoire ? Genre : The Amazing Spider-Girl - Spider Island, etc. ?

    ...

    ★★★♥★★★

  14. Les membres suivants ont remercié Archiveur pour cet excellent message :

    Kilik (03/08/2015)

  15. #28
    [MOD] Futaba fan forever Supreme Overlord Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Giromu
    Date d'inscription
    January 2004
    Messages
    19 575
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    18 258
    Remercié(e) 29 818 fois dans 10 124 messages

    Par défaut

    J'ai pas lu Spider island à part les épisodes de la défunte série Venom qui en était une partie du tout. Désolé. Venom étant un des persos les plus décisifs du scénario, j'ai tout de même eu un bon apperçu et le crossover avait l'air très sympa.

  16. Les membres suivants ont remercié Giromu pour cet excellent message :

    Kilik (03/08/2015)

  17. #29
    [MOD] Futaba fan forever Supreme Overlord Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Giromu
    Date d'inscription
    January 2004
    Messages
    19 575
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    18 258
    Remercié(e) 29 818 fois dans 10 124 messages

    Par défaut

    MARVEL


    Siege 2

    La fin de la forteresse du siège s’approche peu à peu, inéluctable tandis que sa commandante doit faire face à un drame qui l’affecte personnellement. Elle se remémore pour nous d’autres grandes étapes de sa carrière avec des envahisseurs bien loin d’être simplement limités aux robots d’Ultron ou aux marvel zombies. Face aux difficultés, elle se souvient d’une discussion qu’elle a eu avec l’ancien chef de la place forte, une certain Nick Fury.

    Siege est un des titres les plus impressionnants de Secret wars, avec ce puissant sentiment d’inéluctabilité qui le traverse. Le lecteur ne peut qu’assister impuissant aux batailles inconnues de leurs semblables des domaines, bienheureux en comparaison.
    Les dessins d’Andrade sont superbes, particulièrement les double pages représentant l’assaut des murailles. La série Siege me fait penser au clan du crabe dans le jeu de rôles papier « la légende des cinq anneaux »
    Un must.

    Scénario : 17/20
    Dialogues : 17/20
    Dessins, encrage, couleur : 17/20
    Note finale : 17/20



    Civil war 2

    Chaque camp décide d’envoyer un espion pour saborder les efforts du camp adverse et découvrir la vérité sur les évènements qui ont mené à l’échec des négociations de paix entre les deux camps.
    Le Bleu a un atout de taille de son côté, capable de renverser la cours de la guerre. Mais il doit s’emparer de ressources seulement disponibles dans le Fer, le domaine de Stark…

    Une de mes séries favorites de Secret wars, qui parvient toujours à surprendre et à étonner. Un très beau what if sur le très bon crossover Civil war, avec des personnages finement brossés.

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 17/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 17/20



    Amazing Spider-man renew your vows 3

    Spidey est placé face à un choix cornélien pour sauver la vie d’un enfant tandis que le mystérieux et puissant Regent le pousse à la faute, souhaitant absolument s’octroyer ses pouvoirs.

    Toujours un des meilleurs titres du crossover malgré quelques cases pas géniales rattrapées par la très bonne qualité des autres. Parmi les meilleures histoires du tisseur de ces dernières années, montrant contrairement à ce que disait Quesada à l’époque de one more day, qu’il est possible de rendre intéressant et même passionnant un Peter père de famille.
    Le méchant manque quand même diablement de charisme, mais j'ai hâte de savoir le fin mot le concernant.

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20




    Spider-island 2


    L’équipe de l’agent Venom est constituée ou presque, avec plein de clins d'oeil aux savants fous du spiderverse ou à des périodes...spéciales en comics (comme Capwolf) mais deux créatures qui furent autrefois Iron man et Iron fist leur barrent la route.

    Dans la back up, Spider girl fait face à l’agressivité d’une partie des vengeurs à son encontre, qui veulent la tuer. Heureusement, l’autre partie débarque pour en découdre.


    Un numéro rondement mené et riche en évènements forts. Un What if dystopique qui tend vers une issue plus grise au fur et à mesure des numéros mais reste très sombre.

    La back up est toujours aussi sympathique mais pâlit de la comparaison.

    Scénario : 15/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20



    Future imperfect 4

    Le maestro et sa petite équipe bravent l’interdit de la sortie de leur domaine à la recherche d’un puissant artefact, croisant la route d’Ulik le troll et ses troupes.

    Encore un numéro « de transition » dans lequel il ne se passe pas grand-chose. Ce numéro nous offre tout de même de superbes dialogues entre les alliés contre nature et on a hâte de voir les conséquences de la quête plutôt que son déroulement.
    Greg Land est au niveau des numéros 1, 3 et 4, c’est-à-dire bien sans plus et figé.

    Scénario : 14/20
    Dialogues : 17/20
    Dessins, encrage, couleur : 14/20
    Note finale : 15/20



    Red skull 1 et 2

    Les troupes de Fatalis envoient des êtres à super pouvoirs issus de différents domaines par-delà le siège dans les territoires occupés par les zombies et les troupes d’Ultron. Ces criminels contre leur dieu ont pour mission de retrouver et ramener une preuve de la mort du Red skull, présumé décédé. Celui-ci avait été exilé dans ces domaines pour avoir tenté de renverser le dieu de Battleworlds. Magneto et ses "amis" pénètrent ce territoire et découvrent que malgré son absence de pouvoirs, il est encore vivant…

    Cette mini-série a des dessins qui ne m’ont guère emballés (ils font le boulot) mais a le mérite de ressusciter brièvement le titre « supervillain team up », à travers une alliance forgée entre deux grandes figures du mal (ou de l’égocentrisme si vous préférez) de marvel contre une autre.
    Outre le fait que ce titre nous permet d’explorer encore un peu plus le monde au-delà du siège, plus terrifiant à chacune de nos incursions, c’est une exacte définition du mal ultime de l’univers Marvel, le Red skull étant montré pour ce qu’il est, un être retors et pervers, extrêmement dangereux pour ses alliés comme ses ennemis, le tout sans super pouvoirs…
    J’espère que le troisième et dernier numéro sera aussi convaincant.

    Scénario : 15/20
    Dialogues : 15/20
    Dessins, encrage, couleur : 13/20
    Note finale : 15/20



    Giant size little Marvel avengers vs X men 3

    Les jumeaux visitent les QG des X men puis des vengeurs. On apprend pourquoi la Danger room est si cool, pourquoi Skottie Young a été puni pour ne pas avoir réussi à renouveler son générique de début de numéro ou encore que le casting des vengeurs est extensible à l’infini.
    Encore un petit numéro bien fun et divertissant, excellemment bien dessiné, dont on regrette juste l’humour pas assez fendard, juste amusant. Je suis curieux de lire la fin au numéro suivant.

    Scénario : 14/20
    Dialogues : 15/20
    Dessins, encrage, couleur : 17/20
    Note finale : 15/20



    Ultimate end 4

    Je ne comprends plus rien à ce qui se passe : une alliance entre les Stark des mondes 616 et Ultimate associés un Banner (lequel ? Celui de 616 à priori) d’une part, qui veulent terraformer leurs zones de domaine respectives pour éviter les conflits entre les factions d’une part et l’ensemble des héros des deux zones d’autre part, qui veulent les arrêter avant que ça attire l’attention de Doom lui-même.

    Pendant ce temps-là, un Punisher (lequel ?) veut tuer tous les héros (pourquoi ?) et on nous annonce que seul un « élu » (Spider-man ultimate/Miles Morales, seul du monde ultimate appelé à survivre à priori) pourra résoudre les problèmes du domaine.

    Franchement c’est de pire en pire. Les dessins de Bagley sont beaux mais parfois bâclés et difficiles à déchiffrer (qui est qui ? C’est dur à savoir) et le scénario nous sort une sorte de gros deux ex machina vie fait mis en place au numéro précédent dont les tenants et aboutissants sont nébuleux (franchement, en quoi l’instabilité du domaine due à la cohabitation entre Ultimate et 616 est-elle si contestée par les Stark et Banner à part le fait que le Stark 616 ne veut pas obéir au Fury ultimate par principe, comme un gamin de six ans ?)

    Le dernier numéro devrait être bien fini à la truelle, vu les numéros qui l’ont précédé. Sur la couv’ alternative du 1 par Skottie Young, on voyait Bendis un petit sourire en coin laisser tomber son micro par terre l’air de dire « avec cette mini-série, j’aurais dit tout ce que j’avais à dire sur l’univers Ultimate ». En fait, il disait « Débrouillez-vous sans moi. Je me casse ».

    Scénario : 09/20
    Dialogues : 15/20
    Dessins, encrage, couleur : 14/20
    Note finale : 09/20



    IMAGE

    Jupiter’s circle 5


    Après deux numéros sur un super-héros gay quand c’était interdit et deux autres sur un super père de famille tenté par le démon de midi, on s’attaque aux deux derniers qui n’ont pas eu le droit à leur coup de projo, le Batman du groupe, qui tient aussi de Johnny Storm jeune par ses frasques et son insouciance et son rival en amour, le très sérieux surhomme appelé à devenir un dangereux traqueur dans Jupiter’s legacy (la suite de Circle).

    Ce numéro est définitivement peu original et cliché, avec le lourdingue beau gosse richard envié par tous qui pourrit la vie du gars trop sérieux et une belle donzelle entre les deux. On a vraiment assisté à une chute progressive de l’intérêt de Jupiter’s circle, devenu de moins en moins intéressant à chaque numéro.
    Ajoutons à cela le nouveau dessinateur pas du tout enthousiasmant (au contraire de la couv’ de Quitely) et on se retrouve avec l’envie que ça finisse vite et un goût amer dans la bouche.

    Scénario : 11/20
    Dialogues : 15/20
    Dessins, encrage, couleur : 12/20
    Note finale : 13/20

    Dernière modification par Giromu ; 10/08/2015 à 19h20.

  18. Les 4 membres suivants remercient Giromu pour cet excellent message :

    Bal-Sagoth (10/08/2015), darkkoeurby (14/12/2015), Kilik (10/08/2015), Lizandrya (10/08/2015)

  19. #30
    [MOD] Futaba fan forever Supreme Overlord Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Giromu
    Date d'inscription
    January 2004
    Messages
    19 575
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    18 258
    Remercié(e) 29 818 fois dans 10 124 messages

    Par défaut

    DC


    Catégorie « Excellent »

    RIEN

    Catégorie « Très bon »

    Secret six 5 et 6

    Mockingbird et le traître qu’il a placé auprès des secret six passent à l’attaque et nous apprenons ses motivations somme toutes assez fidèles au personnage bien connu.
    Avec la fin du premier arc, nos anti-héros sont devenus une équipe soudée dont nous suivrons les aventures avec plaisir, d’autant plus que Simone a introduit une partie des personnages qui ont fait les riches heures du titre pré new 52 (Scandale Savage, Catman, Rag doll…) et de nouveaux pour l’instant très bien exploités, comme à l’habitude de la scénariste (notamment Black Alice, Big shot et Strix).

    Ajoutons à cela les dessins qui sont parfaits et on regrette seulement ce démarrage un peu mou du genou par rapport aux autres fois (les six numéros auraient pu objectivement tenir sur 3 ou 4). J’espère que Simone va s’améliorer à l’avenir.

    Scénario : 15/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20



    Harley Quinn road trip special 1

    Harley apprend une bien triste nouvelle. Son oncle adoré est décédé et sa mère lui demande de ramener les cendres de la côte ouest à New York, où la belle réside désormais et où sa femme est enterrée.

    Pour entreprendre ce périple, rien de mieux que de chercher ses copines des Gotham sirens, Catwoman et Poison Ivy, pour une folle virée sur la fameuse route 66 et ses trous paumés (dont l’un comporte la plus grosse pelote de laine du monde) ou ses villes célèbres (Chicago).
    Les auteurs parviennent à trouver le ton juste, entre coups de folie attendus et coups de blues liés au décès, pour une histoire qui n’est jamais originale mais qui parvient parfaitement à faire passer les sentiments qui animent notre fofolle favorite.
    Pour une fois, les dialogues font mouche et sont même parfois drôles sans être trop téléphonés. Une réussite que ce numéro qui montre encore une fois qu’Harley est désormais plus une anti-héroïne qu’une méchante stricto sensu!

    Scénario : 15/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 15/20
    Note finale : 16/20



    DC comics bombshells 1

    Une histoire de DC qui commence pendant la Seconde guerre Mondiale et rassemble trois super-héroïnes emblématiques de la firme, Batwoman, Wonder Woman et Super woman (à priori), dans un monde où elles sont les seuls êtres à super pouvoirs.
    Dans ce numéro graphiquement joli, nous assistons à leurs origines et leurs motivations pour lutter contre l’Axe.

    Quelques bonnes idées (Batwoman en joueuse de baseball pro, jeu de mots sur l’Anglais), une Amanda Waller conforme à sa définition pré new 52 et un premier numéro très sympathique à défaut d’être original. C’est un Elseworlds mais verra-il une histoire du monde alternative ? Nous verrons à l’usage.

    Scénario : 15/20
    Dialogues : 15/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 15/20



    Catégorie « Bon »


    Gotham academy 9 et 10

    Les jeunes élèves de l’académie gothamite partent sur les traces de mystérieux évènements ayant trait à la troupe de théâtre de l’établissement et le fantôme de la mère d’Olive plane sur leur enquête.
    Toujours aussi graphiquement magnifique, toujours aussi peu original ou surprenant mais toujours une bonne lecture rafraîchissante et agréable. Avec en plus une guest star du who’s who batmanien, ça reste fidèle aux débuts.

    Scénario : 14/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 17/20
    Note finale : 14/20



    Batgirl 43 et 44

    Batgirl enquête sur des assassinats de talentueux programmeurs par…des tigres !
    Avec l’aide de la nouvelle Oracle (même si elle ne le sait pas), Babs va devoir contribuer à innocenter l’un de ses prétendants et va solliciter pour cela Batwing (dont le titre est à l’arrêt semble-il). Le casting autour de la belle est très vivant et vit sous nos yeux, ce qui est la grande force du titre avec ses dessins (le numéro 44 par Bengal, notamment)

    Pour l’instant, cette histoire non terminée est un peu plan plan par rapport au niveau habituel du titre.

    Scénario : 13/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 13/20



    Harley Quinn 19 et 20

    Fin de l’arc du Captain Strong, sorte de Popeye DC drogué, qui va être vaincu par les Harlettes mais surtout par un personnage extérieur très remonté!
    Ensuite, on enchaîne avec une enquête de la clown en Californie, ce qui permet aux scénaristes de régler quelques comptes (notamment sur les critiques des fans de la Harley pré New 52 sur la post New 52 et actuelle), de tailler un costard aux gros lourds en général et de ramener sur le devant de la scène un des alliés malgré lui de la belle.

    Ces deux numéros sont au niveau habituel de la série : des blagues et références faciles et pas super drôles, de beaux dessins et surtout de la bonne humeur et un casting de persos secondaires très sympathiques.

    Harley Quinn est très loin d’être la meilleure série DC mais son enthousiasme et sa légèreté sont communicatifs.

    Scénario : 13/20
    Dialogues : 15/20
    Dessins, encrage, couleur : 15/20
    Note finale : 13/20



    MARVEL

    Catégorie Excellent

    Weirdworld 3 et 4

    Suite des aventures d’Arkon, seigneur de la guerre perdu dans un royaume dont les contours changent sans cesse. Il devra affronter une star marvel des années 70 un peu oubliée et affronter le marais des Man-things !

    Weirdworld est une des perles qui a émergé de Secret wars. Le titre semble mettre un point d’honneur à rajeunir les vieilles gloires passées, notamment celles des années 70, et à leur faire honneur.
    Les dessins sont somptueux (ce marais de folie !) mais surtout, le titre excelle à nous faire ressentir la folie qui émane du plus bizarre des domaines de Battleworlds. Le cliffhanger du 4 est de la folie douce pour toutes les lois de la physique.

    Scénario : 17/20
    Dialogues : 17/20
    Dessins, encrage, couleur : 19/20
    Note finale : 18/20



    Siege 3

    Les défenseurs du siege pourront ils repousser l’ultime assaut des troupes des wastelands qui ne rêvent que de piller, tuer et dévorer les habitants des domaines ? Le compte à rebours est inéluctable, qui annonce la chute de la forteresse, mais un espoir semble se dessiner grâce à de mystérieux alliés. Abigail Brand fait flèche de tout bois pour survivre mais peut-on survivre au destin inexorable ?

    Les auteurs sont de retour avec des scènes de bataille grandioses, n’ayant rien à envier à, disons, un champ de bataille de Warhammer 40 000.
    L’ambiance poisseuse et déprimante est parfaite : il n’y qu’une issue et les domaines protégés par Fatalis semblent sur le point de sombrer, surtout quand on nous présente le dernier clou dans le cercueil qu’est le cliffhanger.

    Siege est l’un des titres majeurs du crossover et une petite merveille pour qui aime, par exemple, le clan du crabe dans le jeu de rôles et de cartes La légende des cinq anneaux ou de manière générale, les titres de guerre désespérés.

    Scénario : 17/20
    Dialogues : 17/20
    Dessins, encrage, couleur : 18/20
    Note finale : 18/20



    Silver surfer 14

    Mais comment font-ils ? Chaque numéro ou presque est une claque dans le museau!
    Après les évènements de Secret wars 1, le surfeur et Dawn se voient proposer rien moins que de recréer l’univers disparu !
    Comment vont-ils réagir à cette demande qui va en faire les nouveaux démiurges ?

    Un numéro assez extraordinaire qui exploite parfaitement l’univers du surfeur pour notre plus grand plaisir, rendant encore une fois hommage aux numéros précédents et n’oubliant personne avec des dessins parmi les plus beaux jusque-là. On ne regrette pas d’être restés aussi longtemps.
    Je pense que ce run est un des meilleurs jamais faits sur le perso et qu’on en parlera longtemps. Enfin du cosmique qui a de la gueule !

    Scénario : 17/20
    Dialogues : 17/20
    Dessins, encrage, couleur : 18/20
    Note finale : 18/20




    1872 n°2 et 3

    Rien ne va plus dans la petite bourgade de Timely ! Une bande de mercenaires sans foi ni loi menés par le tireur d’élite Bullseye vient d’arriver et entend bien faire respecter la justice du maire Wilson Fisk, ce qui n’annonce rien de bon pour le shériff Rogers et ses amis ou l’indien qu’ils ont capturé.

    Fisk dévoile sa vision du monde à ses hommes et se pose en opposant à la compagnie Roxxon qui l’emploie. Alors que tout semble perdu, les suffragettes de Carol Danvers montent au créneau.

    1872 est une des perles qui ont émergé du crossover Secret wars et un What if qui exploite parfaitement son concept. Il y’a de la tension, la mort de personnages majeurs et même un lien avec le titre Age of Ultron vs Marvel zombies. La mécanique est très bien huilée chez les « editors »

    J’ai hâte de lire le 4. Si vous aimez les westerns un peu barrés à la Deadlands ou the sixth gun, foncez !

    Scénario : 17/20
    Dialogues : 17/20
    Dessins, encrage, couleur : 17/20
    Note finale : 17/20



    Loki agent of Asgard 17

    Je pensais que le numéro 16 était le dernier tant il bouclait la boucle mais force est de constater que ce numéro 17 apporte vraiment un plus et en rajoute une couche bien méritée sur le thème de la série : le changement et les histoires, les mythes, la force qu’ils ont sur les Hommes.
    On est pas au niveau des Journey into mystery de Gilen et encore moins des écrits de Neil Gaiman, mais c’est de très bon niveau quand même.

    Avec en plus une très bonne exploitation de l’excellent arc « Ragnarok » de Thor, les dieux cachés.
    Loki agent of Asgard fut un titre inégal selon les numéros mais dont je pense que la relecture du run s’imposera un jour, pour mieux l’apprécier.

    Scénario : 17/20
    Dialogues : 17/20
    Dessins, encrage, couleur : 15/20
    Note finale : 17/20



    Secret wars 5

    Enfin, le dernier pan de la création de Battleworlds nous est révélé ainsi que les circonstances de la mort d’Owen Reece, alias Molecule man, allié de Fatalis.

    Les forces qui s’opposent à lui se font de plus en plus menaçantes et la fin de son règne s’annonce.

    Encore un numéro grandiose avec des dessins revenus au niveau des trois premiers opus.
    Un vrai bonheur de lecture qui rend justice à Fatalis. Et avec tout ce qu’il a pris dans les gencives depuis les années 2000 en termes de respect du personnage et de bonne exploitation de ses facultés, c’est pas cher payé.

    Scénario : 17/20
    Dialogues : 17/20
    Dessins, encrage, couleur : 17/20
    Note finale : 17/20



    Catégorie « Très bon »


    Howard the duck 5

    Bataille finale entre notre detective de choc et son mystérieux employeur aux desseins bien sombres. Heureusement, la cavalerie des super-héros est là. Mais même leur puissance combinée ne parvient à rien. C’est là que notre palmipède abat ses cartes et révèle à son alliée médusée qu’il sait tout de son secret…

    C’est déjà la fin de ce volume d’Howard, secret wars oblige. A l’issue du crossover, on recommencera au numéro 1.
    En tout cas, c’est une très beau final, bien troussé et surprenant et une vraie réussite. Les auteurs ont compris en grande partie l’esprit Steve gerber, créateur d’Howard.

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 17/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20



    Marvel zombies 3

    Boudiou que c’est glauque ! Très bonne exploitation du personnage d’Elsa Bloodstone pour cette mini désespérée, à travers une introspection prenante et qui fait réfléchir.

    Le dernier numéro nous dira si les auteurs veulent nous faire broyer du noir mais j’espère une idée de renouveau pour la fin de cette histoire centrée sur les notions de survie et de transmission des valeurs.

    Les zombies sont carrément flippants sous le trait du dessinateur, très en forme et aidé par les coloristes.

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20



    E is for extinction 3

    Avant-dernier numéro de la meilleure mini-série consacrée aux X men pendant Secret wars à mon avis.
    L’affrontement final entre les mutants et un ennemi très bizarre vaut son pesant de cacahuètes tant il est riche en surprises de tout ordre.

    Le cliffhanger ne surprendra pas les fans de Morrisson tant il est dans la droite lignée de ce qu’il aime.

    Et un bon imitateur de Quitely aux dessins, c’est à signaler.

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20



    Captain Britain and the mighty defenders 2

    Un bien bel hommage à Judge Dredd que cette BD, mais aussi au côté « modèle bienveillant » des super héros.
    C’est également une ode réussie à la paix. Une réussite à tous niveaux que ce dernier numéro aussi bon que le premier. Très bonne surprise.

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 17/20
    Note finale : 16/20




    Spider island 3 et 4

    A un numéro de la fin, on peut dire que cette mini est une de celles qui m’ont le plus convaincu sur le Spider-verse. C’est également un bel hommage au Venom Flash Thomson, ma mouture favorite du personnage, du temps où il n’était pas chez les gardiens !

    Flash démontre contre vents et marées qu’il a l’étoffe d’un super-héros de premier plan. L’ambiance de fin du monde et sa troupe de choc valent également le coup d’œil. Nul doute que l’affrontement contre la reine sera épique !

    Les back up consacrées à l’univers de Spider girl m’enthousiasment beaucoup moins mais c’est sûrement dû au fait que je connais peu son univers.

    L’un dans l’autre, du très bon, ce Spider Island, et garanti sans sexisme !

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20




    Amazing Spider-man renew your vows 4 et 5

    Fin des aventures de la famille Parker, qui annoncent bien ce à quoi devrait ressembler les aventures de celui qui sera bombardé « plus grand héros du monde » après le final de Secret wars.
    Spider-man n’est pas qu’un super-héros, c’est une famille soudée et solidaire, comme va l’apprendre l’étrange Régent à ses dépens.
    C’est bien là que le bât blesse : Régent a des motivations presque honorables et intéressantes mais reste un méchant très plat et unidimensionnel.
    Dommage car tout le reste est ultra convaincant, particulièrement le personnage de MJ, très à l’honneur.
    Une mini qui aura tenu ses promesses.

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20





    Civil war 3 et 4

    Ça bouge tellement que je n’ai pas trop envie de vous poiler. Disons simplement que nous rejoignons l’histoire du monde marvel classique avec l’apparition d’ennemis dangereux qui ont tiré les manettes dans l’ombre.
    Le scénariste rend une très bonne copie sur les virées de Spidey et She Hulk dans les camps de leurs ennemis et montre la lassitude des combattants.

    Le final promet de belles choses.

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20




    Howard the human 1


    Howard est le seul singe sans poils de sa ville peuplée d’animaux parlants. Il se retrouve mêlé à une histoire sordide. Acculé dans un bar avec les pires criminels, il leur raconte comment il en est arrivé là.
    Ce one shot est une très bonne surprise, avec une ambiance de série noire très réussie et une narration aux petits ognons, pleine de surprises.

    Rien de révolutionnaire mais une bonne surprise.

    Scénario : 15/20
    Dialogues : 17/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20



    Hank Johnson agent of Hydra 1

    Dur dur d’être un homme de main d’organisation criminelle terroriste! Entre la femme, les enfants, les matchs de baseball contre le SHIELD et Madame Hydra qui veut vous mettre dans son lit et se moque de votre dulcinée sous vos yeux, le quotidien est loin d’être facile.

    Ce numéro one shot se déroule peut-être dans le domaine de Hail Hydra, mais j’en doute. On dirait presque un autre domaine avec ce ton humoristique et cet anti-héros qui a bien du mal à joindre les deux bouts et veut juste finir sa journée vivant et s’occuper de sa petite vie pépère.

    En tout cas, une bonne surprise dans le genre comique.

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20



    Planet Hulk 4 et 5

    Le Captain et Doc Green arrivent enfin au domaine du roi rouge, but de leur voyage pour sauver Bucky tout en obéissant aux ordres de Fatalis. Mais une surprise de taille les attend.

    Fin de cette mini-série dynamique et euphorisante, qui exploite parfaitement le mythe de Captain America et celui de Hulk.
    Avec des dessins superbes et une bonne dose d’action et de surprises, c’est un vrai plaisir.

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20



    Age of Ultron vs Marvel zombies 3 et 4

    Ça fait plaisir de lire des mini-séries qui respectent autant les caractères de personnages et Robinson livre un sans-fautes sur trois personnages liés historiquement, la vision, le Human torch originel et Wonder man.
    Très beau boulot aussi sur leurs relations de couple et leurs compagnes, mais aussi sur la résolution du conflit entre le camp retranché d’humains, les troupes d’Ultron et celles de Magneto zombie.

    Une mini convaincante de bout en bout, pleine d’espoir.

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20



    Secret wars 2099 n°4 et 5

    Vengeurs d’Alchemax contre Defenseurs protecteurs de la ville basse ! Dans la grande tradition marvel, ils devront s’allier pour affronter un Mal ancien et terrifiant, bien connu de Docteur Strange et de Loki…

    David conclut avec efficacité sa mini-série qu’il conclut de façon classique mais très convaincante. Le personnage de Miguel O’Hara est parfaitement bien employé et ça fait bien plaisir de revoir les héros de 2099 et les nouveaux crées pour l’occasion.
    Hercules est magistralement écrit.

    Scénario : 14/20
    Dialogues : 17/20
    Dessins, encrage, couleur : 14/20
    Note finale : 16/20



    Years of future past 4 et 5

    Fin de cette mini-série consacrée au future glauque de Days of future past et très bonne résolution de l’intrigue. Les camps en présence, troupes du président xénophobe Kelly, mutants pro co-existence et mutants pro guerre s’affrontent dans un final qui ne manque ni de panache ni de surprise, avec bien des traîtres et des personnages torturés et complexes.

    Si la fin n’apporte que peu d’originalité, on admirera la maîtrise de l’univers, le rôle de l’église de Fatalis (bonne petite trouvaille scénaristique) et des retournements de situation bien fichus. Les dessins n’étant pas en reste, cela reste une des meilleures séries liées aux X men de Secret wars

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20



    Future imperfect 5

    Pétard mouillé ou respect du personnage jusqu’au bout ? En tout cas, la fin de cette mini-série un peu décevante dédiée au Maestro (malgré de bons dessins de Land, ce qui est rare) m’a bien plu. Encore une fin surprise et très réussie pour une mini de Secret wars, dont cela semble être la marque de fabrique et ce n’est pas pour me déplaire.

    David livre une honnête copie avec cette mini, même si on pouvait en attendre encore mieux, le connaissant.

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 15/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 15/20



    Giant size little marvel AvX 4

    C’est la fin de la mini-série. Quel camp les convoités jumeaux vont-ils rejoindre ? Pas…les gardiens de la galaxie quand même ?

    Cette pochade fun et dynamique a tenu toutes ses promesses malgré un humourun peu trop basique par moments. Toujours de superbes dessins.

    Scénario : 15/20
    Dialogues : 15/20
    Dessins, encrage, couleur : 17/20
    Note finale : 15/20



    Red skull 3

    Dernier numéro de la mini. Le Red skull parviendra il à percer une faille dans le siège avec ses puissants alliés ? Magneto deviendra il le nouveau Red skull ?

    Un final très bien foutu (ce qui est habituel avec les mini de Secret wars, quelle très bonne qualité globale !) qui respecte totalement les caractères des personnages et offre un très bon aperçu de la dangerosité de cet homme sans super pouvoirs.

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 15/20
    Dessins, encrage, couleur : 14/20
    Note finale : 15/20



    Armor wars 4 et 5

    Final de cette mini-série sous-estimée, sûrement à cause d’un pitch qui semble cliché et des dessins parfois figés.

    La guerre des armures aura bien lieu, mais leur nature va vous surprendre. Le secret du domaine du baron Stark est enfin révélé et des têtes vont tomber.
    On est limite dans une ambiance cyberpunk tant c’est sombre mais les auteurs n’oublient pas de laisser une note d’espoir.
    Une des mini de Secret wars que j’ai beaucoup aimées.

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 14/20
    Dessins, encrage, couleur : 14/20
    Note finale : 15/20



    Secret wars battleworld 4

    Deux histoires assez réussies dans ce dernier numéro du titre.
    Dans la première, nous suivons la chasse d’un étrange Silver surfer parti chasser un crocodile mythique pour nourrir terrifiant maître. Mais une surprise l’attend à son retour.

    Dans la seconde, le surfer d’argent du titre Secret wars 2099 vient récupérer un objet qui lui appartient dans le domaine du Maestro. Une grosse baston s’ensuit et on apprend qu’ils étaient alliés au sein des défenseurs.

    La première histoire est assez mémorable grâce au contexte quasi mythologique et aux superbes dessins. La seconde est très classique mais bien réalisée.
    Un numéro final très honnête.

    Scénario : 15/20
    Dialogues : 15/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 15/20




    Catégorie « Bon »

    Where monsters dwell 4

    Ennis tire en longueur son histoire pour coller dans un TPB de cinq numéros, ça commence à se voir. Car fondamentalement, cette histoire qui démarrait très bien n’a pas vu des masses de progression de l’intrigue ou d’évolution des personnages pour l’instant.
    J’espère qu’il va redresser la barre au dernier numéro et nous épater, il est tout à fait capable de nous épater.

    Pour le reste, l’aigle et sa cliente pratiquent toujours un humour noir réussi et les dessins restent très beaux.

    Scénario : 14/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 14/20



    Thors 3

    Tout ça pour ça ? je me suis un peu ennuyé à la lecture de ce numéro, malgré les très bons dialogues de l’interrogatoire de Loki et les allusons de celui-ci au monde marvel réel.

    Si le coupable révélé dans ce numéro est bien le bon, on aura vraiment affaire à un pétard mouillé pour le coup.
    Dommage car l’idée du commissariat de Thors était bien exploitée jusque-là.

    Scénario : 14/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 14/20



    Hail Hydra 2

    Ian est toujours piégé dans le domaine de Battleworlds gouverné par l’Hydra. Il fait la connaissance du Steve Rogers de ce monde et en apprend plus sur les évènements de l’Histoire qui ont provoqué ces changements, devant affronter un Venom aux couleurs de l’organisation terroriste…

    Ce titre est un peu trop plan plan pour vraiment convaincre. On s’ennuie un peu avec la narration un peu pénible de Remender qui s’appuie un peu trop sur ses poncifs habituels pour faire progresser l’intrigue, mais c’est peut-être mon ressentiment pour son Captain America qui parle.

    Les dessins sont très réussis et transcrivent très bien le caractère angoissant de ce New York métamorphosé. On attend surtout un peu d’originalité et d’éprouver de l’empathie pour le héros.

    Scénario : 14/20
    Dialogues : 14/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 14/20



    Secret wars journal 4 et 5

    Quatre histoires dans ces deux numéros qui concluent cette anthologie par divers auteurs.

    Dans le 4, le Punisher d’Egypte doit former la jeune recrue Iron fist à garder le siège contre les envahisseurs. Une menace inédite menace leur secteur et ils doivent violer la seule règle à respecter sur la terrible muraille : protéger l’édifice et quitter son poste.

    La deuxième histoire voit deux personnages du domaine de Years of future past partir à la recherche de leur comparse Psylocke dans un autre domaine. Celle-ci a utilisé ses pouvoirs psy pour se cacher des sentinelles et se concoter un cocon protecteur et n’a pas du tout envie de les suivre…

    Dans le 5, l’infirmière de nuit Linda Carter est une spécialiste de la lutte contre les symptômes des marvel zombies et leur contagion. Mais que se passe il le jour où elle est elle-même infectée ?

    La deuxième histoire est consacrée à un robot de propagande de Doom, Mill-E, chargée de convertir les domaines récalcitrants à le vénérer.
    Mais ses méthodes sont jugées trop douces et inadaptées par les doombots qui la reprogramment.

    L’histoire du punisher d’Egypte et d’Iron fist est très réussie bien que classique et offre un bon aperçu de la vie au siège.
    Celle sur Psylocke est encore plus classique et moins réussie.

    L’histoire de Linda Carter fait très « film d’horreur » aidée en cela par les dessins réalistes. Une histoire de bonne facture bien que là aussi assez bateau pour le genre. Elle a l’intérêt de montrer le point de vue du corps médical sur les marvel zombies.

    De même l’histoire de Mill-E (une version robotique de la top modèle des années 70 Millie) nous montre que certains domaines ne savent pas que Doom est le Dieu du monde et que certains ressemblent curieusement à notre Terre.
    On a également un aperçu de la « vie » des Doombots.


    En bref, deux derniers numéros de bonne facture et très agréables à lire pour qui veut voir à quoi ressemblent les sous domaines et héros mineurs de Battleworlds.

    Scénario : 14/20
    Dialogues : 14/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 14/20



    Secret wars : secret love 1

    4 histoires signées par différents artistes consacrées à plusieurs histoires d’amour ayant lieu dans des domaines de Secret wars.

    L’une se déroule au moment où Daredevil fait la connaissance de Typhoid Mary et nous palce à travers les yeux de karen Page.

    Une autre fait se rencontrer le héros de Ghost racers et Miss Marvel, qui est ici une fille d’épicier amenée à le rencontrer après une victoire, au grand dam de leurs actuels respectifs.

    Iron Fist et Misty night tentent de ranimer la flamme de leur couple après la naissance de leurs enfants et le train-train quotidien dans la troisième histoire. Et vous connaissez la manière Marvel de faire renouer le dialogue…
    Squirrel girl gagne un concours dont le premier prix est une soirée en tout bien tout honneur avec Thor et ne se sent plus de joie.

    Une dernière histoire est consacrée à des versons insectes de célèbres vengeurs, dont al guêpe à la recherche d’Ant man.

    C’est très plan plan question histoire. Seule celle de Robbie et Kamala sort vraiment du lot et est un peu mémorable.
    Celle de DD est une madeleine de Proust pour les fans du run mythique Nocenti.Romita Jr dans les années 80 et fonctionne plutôt bien.
    Le reste m’a semblé vraiment anecdotique mais les dessins sont variés et beaux.

    Scénario : 14/20
    Dialogues : 14/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 14/20



    Ghost racers 3

    Arcade et son ange déchu veulent se débarrasser de leur ghost rider champion qui devient trop menaçant pour leurs carrières.

    Ça commence à tourner en rond après deux excellents numéros.
    Alors certes, c’est toujours aussi beau et les courses sont assez spectaculaires mais ça sent le décompressé. Même le cliffhanger, première réelle menace pour notre héros Robbie Reyes, sent un peu trop le cliché.
    Dommage que ça dégénère peu à peu. Peut-être que 3 numéros bien tassés auraient été préférables.

    Scénario : 14/20
    Dialogues : 14/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 14/20



    Inferno 4

    Le Darkchylde conquiert le domaine du baron Cyclope avec ses démons, malgré l’opposition de la reine démon Madelyne Pryor.
    Quand tout est perdu, un Mister Sinister aux pouvoirs décuplés fait enfin son apparition.

    Ça sent la fin pour les héros de ce domaine, qui n’ont jamais été aussi mal barrés. Je suis très curieux de voir comment la série va se conclure, malgré le fait qu’elle a été trop décompressée au final.

    Scénario : 14/20
    Dialogues : 14/20
    Dessins, encrage, couleur : 15/20
    Note finale : 14/20



    Inhumans Attilan rising 4 et 5

    Baston générale et finale entre Inhumains suivant Flèche noire et sa rébellion d’une part et loyalistes à Doom d’autre part.

    Nul génie dans ces derniers numéros, bien troussés mais avec une unique surprise. C’est un peu dommage.

    Scénario : 14/20
    Dialogues : 14/20
    Dessins, encrage, couleur : 15/20
    Note finale : 14/20




    Mrs Deadpool and the howling commandos 3
    et 4

    Shiklah et ses hommes s’emparent de l’artefact qui va leur assurer la victoire contre Dracula, le monstre de Frankenstein en profitant pour faire l’acquisition d’une très seyante cape.
    La confrontation avec le comte ivre de sang commence…et le fantôme de Deadpool se morfond de voir Jack Russel draguer sa veuve !

    Cette mini-série se termine moins bien qu’elle n’avait démarré, la faute à un numéro 3 un peu poussif. Le final est assez réussi dans le genre nawak un peu Monty python.

    Scénario : 14/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 15/20
    Note finale : 14/20



    Deadpool’s secret secret wars 4

    Fin de cette réécriture à la sauce “Histoire secrète” du crossover Secret wars de 1984.
    Deadpool renverse la vapeur avec l’aide de Reed Richards pense même au sort d’un personnage secondaire emblématique de cette histoire pour un joli final.

    Une mini-série réussie bien que pas indispensable, que ce soit au crossover de 1984 ou aux fans de Deadpool.

    Scénario : 14/20
    Dialogues : 14/20
    Dessins, encrage, couleur : 14/20
    Note finale : 14/20



    Spider-verse 4 et 5

    Les araignées passées du coté d’Osborn s’emploient à l’aider, séduites par son discours bienveillant. Pendant ce temps, Spider Gwen fait la connaissance du Peter Parker de ce domaine, poursuivi par un Venom furax…

    Un final qui relève le niveau de la plus décevante des séries de Secret wars ou presque. Agréable surprise ! Si on se demande bien comment Osborn, personnage somme toute faible, y compris de hommes de main, a pu devenir maître de ce domaine (c’est encore moins crédible que le Régent de renew your vows, c’est dire), le final est surprenant et intéressant, même si on ne voit pas super bien la menace pour Doom.

    Au final, une série qui démarrait mal mais qui s’est un peu rattrapée mais qui déçoit si on attendait un titre de l’intensité du crossover éponyme.

    Scénario : 14/20
    Dialogues : 14/20
    Dessins, encrage, couleur : 13/20
    Note finale : 14/20



    Old man Logan 4

    Après avoir erré dans le domaine d’Apocalypse puis dans celui du baron Stark, Logan se retrouve à présent sur les terres des marvel zombies et y retrouve une She Hulk qui en est prisonnière malgré ses pouvoirs.

    Parviendra il à faire du tourisme ailleurs ?
    C’est ce que vous saurez enlisant l’épisode 4 du guide du routard griffu.
    En résumé, c’est beau mais c’est bateau.

    Scénario : 12/20
    Dialogues : 14/20
    Dessins, encrage, couleur : 17/20
    Note finale : 13/20



    Catégorie « Sympa »

    Deadpool vs Thanos 1 et 2

    Situé pendant le dernier run pré Marvel now (que je n’ai pas lu), cette mini-série reprend l’histoire de la malédiction lancée par Thanos sur Deadpool pour l’empêcher de fréquenter Dame Mort. Celle-ci a disparu et ne veut parler qu’à Deadpool via des visions qu’il a.
    De plus aucun être vivant ne meurt !

    Je sais pas si c’est parce que je prends le train en marche mais j’ai trouvé cette histoire laborieuse, avec un Deadpool franchement pénible.
    J’ai apprécié le relatif respect du personnage de Thanos et de son histoire mais c’est pas folichon tout ça. A voir si ça sera meilleur dans les deux derniers numéros.

    Scénario : 14/20
    Dialogues : 12/20
    Dessins, encrage, couleur : 14/20
    Note finale : 12/20




    MODOK assassin 4


    Avant-dernier numéro qui tire trop sur la corde !!!
    Dans le genre décompressé, il est dommage d’assister à la déliquescence d’une mini qui avait pourtant très bien démarré. Le numéro 4 n’est qu’une grosse baston redondante de celle du 3 avec juste un ennemi plus puissant.

    Encore une série inutilement décompressée.

    Scénario : 12/20
    Dialogues : 14/20
    Dessins, encrage, couleur : 13/20
    Note finale : 12/20



    Empire of the dead act III n° 4 et 5

    Le maire se taille de la ville et les forces en présence déclenchent leur révolution.

    Tout ça pour ça ! ça valait bien le coup de nous pondre trois arcs de cinq épisodes chacun pour bâcler le tout en un final rushé.
    Empire of the dead est au final un titre bancal avec de bonnes idées mal exploitées et le seul premier dessinateur (Maleev) qui se débrouille comme un chef.

    Scénario : 12/20
    Dialogues : 13/20
    Dessins, encrage, couleur : 13/20
    Note finale : 12/20



    IMAGE

    Catégorie “Excellent”

    RIEN

    Catégorie “Très bon”

    RIEN

    Catégorie “Bon”

    RIEN

    Catégorie “Sympa”

    Jupiter’s circle 6

    - Ouiiiin! Il m’a piqué ma copine! Je vais le dire au maître !
    - Ce n’est pas bien, il faut savoir partager. Ta copine a le droit de choisir qui elle veut comme amoureux

    C’est à cette situation digne d’une cours de maternelle que vous convie ce numéro qui conclut le premier arc de Jupiter’s circle. Ce résumé est vraiment ce qui va conduire un honorable super-héros à devenir un méchant de premier plan, ne riez pas. En fait, c’est la première étape de sa « transformation » et il semble qu’il va y’en avoir d’autres, sans compter que le personnage en cause est un alcoolique égocentrique et milliardaire.

    Vous l’aurez compris, Jupiter’s circle est loin de ses deux premiers numéros, tous deux très bons.

    Scénario : 11/20
    Dialogues : 14/20
    Dessins, encrage, couleur : 14/20
    Note finale : 12/20


    Dernière modification par Giromu ; 29/09/2015 à 21h11.

  20. Les 4 membres suivants remercient Giromu pour cet excellent message :

    Bal-Sagoth (29/09/2015), BaXter (29/09/2015), darkkoeurby (14/12/2015), Kilik (02/10/2015)

+ Répondre à la discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages