+ Répondre à la discussion
Page 191 sur 209 PremièrePremière ... 91 141 181 189 190 191 192 193 201 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 1 901 à 1 910 sur 2082

Discussion: Cinéma #11

  1. #1901
    [MOD] Futaba fan forever Supreme Overlord Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Giromu
    Date d'inscription
    January 2004
    Messages
    19 572
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    18 253
    Remercié(e) 29 814 fois dans 10 122 messages

    Par défaut

    Vu Mary et la fleur de la sorcière du studio Ponoc, fondé par des anciens de Ghibli.
    C'est du réalisateur du relativement chiant (selon moi) Arietty, le petit monde des chapardeurs.

    Vous me connaissez, je suis bon public. Ben, étant fan du château ambulant et du voyage de Chihiro, j'ai été comblé tant cette histoire, relativement classique (peu de surprises dans l'ensemble) reprend les codes des personnages à la physiologie instable, à travers les golems, le monstre de fin surtout (l'animation de la séquence est fabuleuse) mais aussi l'héroïne, qui évolue au long du film, dans la coiffure et l'attitude notamment.
    Les méchants sont intéressants en cela que ce sont plus des chercheurs dépassés par leur passion pour leur science que de vrais méchants stricto sensu (bon, ils ont une morale assez discutable du point de vue éthique quand même).

    Décors absolument superbes d'Angleterre de carte postale, séquence de vol sublimes et la star du film, le chat noir!!!
    Je l'ai surveillé d'un coin de l’œil à chaque séquence où il apparait et il est extraordinaire dans ses attitudes, ses mimiques, ses regards. On sent que les animateurs sont gagas des matous vu le soin et le réalisme de la bête.

    Franchement, je n'ai pas vu le temps passer même si le film aurait gagné à être amputé de 20 minutes. Vous me connaissez, je préfère les films à l'ancienne d'une heure et demi bien montés!

    Un bon 16/20 bien mérité. ça doit être nickel pour des enfants à partir de 7/8 ans je dirais.


  2. Les 7 membres suivants remercient Giromu pour cet excellent message :

    ADN san (04/03/2018), Bal-Sagoth (10/03/2018), BaXter (11/03/2018), darkkoeurby (05/03/2018), Lizandrya (08/03/2018), Moira (05/03/2018), Valthognir (04/03/2018)

  3. #1902
    Rakan Powa! Supreme Overlord Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Bal-Sagoth
    Date d'inscription
    September 2003
    Localisation
    Charleroi
    Messages
    53 737
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    25 762
    Remercié(e) 30 067 fois dans 14 250 messages

    Par défaut



    Vu "I Know You're in There"

    TRAD : "Je sais que tu es [sous-entendu : "quelque part"] là-dedans". Titre prononcé deux fois dans le film. Ca s'appelle un "title drop".

    Un film avec une idée d'intrigue simple qui pourrait être développée de façon intéressante, hélas, accident de parcours, la pâte ne lève pas.

    Déjà parce que le pitch ne fonctionne pas.

    Pour arriver à son but, le scénario prend des raccourcis qui ménagent mal notre suspension of disbelief.

    Ca commence comme un found footage façon Paranormal Activity, un gars avec une caméra, filme sa femme, toussa...

    Coup de fil : sa mère s'est suicidée.

    Bon, le mec, sa mère l'a abandonné quand il avait 6 ans, il est pas over ému quoi.

    Il découvre qu'il y a un héritage. Une grande baraque perdue au trou du cul de l'univers au cube.

    Genre même à la cambrousse, dans les tréfonds des Ardennes où mes darons avaient leur résidence secondaire dans le temps, y'avait plus de peuple que ça.

    Bon, c'est du au budget de lacet de chaussure du film qui se paye 4 acteurs et une dizaine de figurants qui sont là pour une scène de deux minutes (le money shot du film est une scène d'exposition, c'est assez marrant quand on y pense).

    L'homme découvre aussi qu'il a une soeur. Comme ça. On ne sait jamais si c'est VRAIMENT sa soeur ou juste sa demi-soeur, le père n'est même JAMAIS évoqué.

    Et sa soeur est en chaise roulante, elle est catatonique, donc elle bouge pas, elle cause pas, et pour la faire bouffer faut y aller mécaniquement. On dirait un vrai légume sauf qu'elle est pas un légume, on sait juste pas pourquoi, elle est comme ça.

    Et alors, c'est là que je dis que le film nous prend pour des cons.

    Le mec, attention :

    - N'a jamais rencontré cette fille de toute sa vie ;
    - N'a aucune formation pour la prise en charge des personnes handicapées et très fortement dépendantes ;
    - Va aller se terrer au trou du cul de l'univers à des années-lumière du moindre humain et du moindre hosto.

    ET : Il demande la garde de sa soeur.

    Le médecin dit non.

    S'ensuit ce qu'on pourrait résumer par :

    - Confiez-moi ma soeur
    - Non
    - Mais allez hein!
    - Non
    - Sivouplaît
    - Non
    - MaaaaaaaaaaaaaaIIIiiiiiiSSSS euh!
    - Non
    - MAIS MOI JE DIS QUE OUI!
    - Bon d'accord. Mais vous m’appelez une fois de temps en temps hein.
    - Ca roule.

    WTF. Comment? Je veux dire... Nique la police quoi! Les dossiers administratifs, c'pour les pédés! Hop, une soeur à emporter!

    Faut que le docteur remette un rapport, qui sera analysé par une commission qui octroyera la garde ou pas à son frère, sachant que le frère n'avait pas d'obligation d'entretien pour sa soeur bizarrement (je ne connais aucune institution qui s'amuse à garder des patients gratos. Si elle a un parent, on essayera de la caser là...)

    D'un côté, on a l'irréalisme de la situation car :

    - On accepte que le frère emmène la fille sans contrôle, sans rien ;
    - L'hôpital ne dit pas "écoutez, nous, on la garde, et comme vous êtes son plus proche parent, vous avez une obligation alimentaire envers elle"

    J'ai regardé, le code civil français et belge parle de subvenir aux besoins les plus basiques d'un proche en argent ou en nature. Même de frère à soeur.

    Mais ici, que dalle.

    Y'a pas de dossier introduit, de procédure, d'enquête pour voir à qui on va confier la vie d'une personne dépendante... Ca m'a sorti du film. C'est un raccourci pour éviter de s'appesantir sur des détails qui alourdiraient le truc, mais je dis, même pour adopter un animal, on demande plus de garanties, et se casser avec sa soeur à pétaouchnoque loin de toute surveillance alors qu'on a pas la queue d'une idée de ses besoins, laisser faire ça, c'est presque de la non-assistance à personne en danger!

    Jamais ça passe au niveau légal. Z'imaginez si y lui arrive une bricole à la fille? L'hosto va être dans la marde. Et le docteur qui a donné son accord? Sa carrière est foutue!

    Jamais ça passe un truc pareil. Les docteurs c'est des flippés, sans avoir signé 3.600 autorisations, le mec, y te parle même pas.

    C'est pas un kebab à emporter, c'une fille catatonique!

    Même pas un extrait de casier judiciaire? Et si le mec est un repris de justice et qu'il la viole jour et nuit? Elle va faire quoi? Elle est catatonique! Dans leur maison au bout de l'univers, personne remarquera que dalle.

    Je suis désolé, ça ne passe pas.

    Ca partait donc déjà très mal.

    Et donc, crème, y vont s'établir dans la baraque au bout de l'univers.

    Et le mec en fait veut réaliser un "film", une "expérience"... Mais on sait même pas le but du truc! Je veux dire, tout ce qu'il fait, c'est filmer sa vie avec sa soeur à pétaouchnoque jour après jour! Je veux bien que YouTube et l'éthique ça fait deux, mais c'est le genre de mec qui après va aller se filmer tirant sur des bites de pendus en forêt en se fendant la gueule.

    Il est malsain son vlog.

    Et donc, la maison est un peu chelou mais pas foncièrement creepy.

    On a aussi un foreshadowing à deux balles qui sera à-demi exploité du toubib qui dit "ouais, elle est catatonique schizophrène. Non, on sait pas ce qui a déclenché, mais ça peut être lié à un traumatisme inconnu ou même *tadadadam* être héréditaire *wink wink*"

    Laissant sa femme là où elle était à la base, le mec s'en va à la cambrousse, sa soeur sous le bras, et on assiste au frère qui filme, nourrit sa soeur, la promène...

    Et au fur et à mesure, le frère essaye de faire réagir sa soeur. Allant même jusqu'à péter un câble et lui coller une tarte pour pas de raison.

    Apparemment elle aurait téléporté une cuillère.

    Du coup le frère devient obsédé à l'idée de faire réagir sa soeur, sa femme déboule comme un chien dans un jeu de quille, sans raison, y se met à péter un plomb façon Nicholson...

    Se pourrait-il que la petite Chloé soit en fait une psyker (ou qu'elle soit possédée. Le film n'est jamais clair là-dessus)? Le journal de la mère semble dire que Chloé l'aurait poussée dans un escalier sans qu'elle ait bougé de sa chaise...

    Sauf que le film se tire une balle dans les couilles, car il fait un twist sans en faire!

    Au fil du film, la soeur commence à parler, bouger, même se déplacer, après que son frère oublie vingt jours de suite de lui filer ses médocs.

    C'est pas clair non plus si ces médocs étaient vraiment sensés inhiber ses pouvoirs psy.

    Mais on se rend compte que tout ça pourrait être un délire du frère... Parce que, c'est là que vient s'immiscer le foreshadowing... Il serait devenu schizophrène!

    Mais pas catatonique?

    OK, oui, c’est héréditaire, mais il n'a vécu aucun évènement traumatisant, et 20 jours, c'est trop rapide, ça prend des mois pour développer ce genre de condition psychologique! Ca prend des années pour s'installe, pour glisser dedans, et ça peut se repérer très vite et se soigne très bien, même si parfois il faut un peu réviser le traitement pour rétablir l'équilibre chimique dans les neurotransmetteurs.

    Et donc tout ça serait dans sa tête, sa soeur ne serait pas un démon psyker.

    Il nous fait un Nicholson, hache à l'appui, sa fiancée fuit, le docteur se ramène juste pour se faire kill (le film a un très faible bodycount, 1 ou 2, on est pas sûr)

    Et la fiancée parvient à stopper le fou-furieux.

    Cut.

    Et c'est là que les roustons du film se font exploser.

    Tout ce foreshadowing pour dire que le mec en fait il est devenu fou car c'est héréditaire, et y'a jamais eu de paranormal, OK...

    Mais après le cut, la scène reprend, avec la fiancée qui dit à mi-mot que des trucs se sont passés avec son mec, sans dire si elle l'a tué ou pas.

    Apparemment, être impliquée dans un homicide potentiel ou avoir salement estourbi son mec (même pour se défendre) n'amène aucune enquête policière d'aucune sorte, puisqu’elle a obtenu la garde TROIS MOIS PLUS TARD de la petite soeur!!!

    On ne confie pas la garde à quelqu'un qui a été mêlé à un homicide potentiel y'a trois mois! Même en légitime défense!

    Elle dit qu'elle veut finir la vidéo, qu'elle sent bizarrement qu'elle doit bien ça à son mec... MAIS FINIR QUOI BORDEL??????

    C'était quoi le but PRIMAIRE DE CETTE VIDEO????????

    Le mec s'est juste cassé à la cambrousse avec une meuf catatonique qu'il s'est mis à filmer!

    Y'avait aucun projet! Le surnaturel est venu APRES, à la base, quand il a créé le projet, il était pas question de ça, donc, c'était pas le but.

    ALORS, C'ETAIT QUOI???

    Filmer sa vie avec une catatonique? Mais ça intéresse qui?

    ...

    .....

    Oh, après tout, si une vidéo "j'essaye de ne pas rire" ou "je me suis téfri avec un clown tueur" d'un gamin de 14 ans décérébré peut faire 200.000 vues, j'imagine que "ma vie avec ma soeur catatonique schizophrène à la cambrousse" peut trouver son public, entre deux vidéos de Panda Moqueur ou d'un autre jeune trisomique efféminé...

    Donc... Elle veut finir la vidéo.

    Et là on voit la femme, chelou, comme possédée, et puis le film se termine sur la sister qui fait un simili-screamer à la caméra.

    DONC, c'était bien la soeur qui était un psyker / possédé. Et qui s'est rabattue sur la femme de son frère.

    DONC, l'histoire de la schizophrénie express héréditaire, c'était du flan! Ca servait à rien!

    Quand on réécrit un scénar, les mecs, on pense à enlever tous les éléments morts qui ne mènent plus nulle part!

    Le film se laisse regarder, et son économie de moyen instaure une petite atmosphère sympa, mais rapidement foutue en l'air dès que ça se met à loucher sur Shining.

    Ah, oui, le titre fait référence au frère qui "sait" que "quelque part", au fond de son enveloppe physique, l'esprit de Chloé existe réellement.
    Dernière modification par Bal-Sagoth ; 04/03/2018 à 21h56.


    "Wijn is venijn, bier is plezier"

  4. Les 3 membres suivants remercient Bal-Sagoth pour cet excellent message :

    BaXter (05/03/2018), darkkoeurby (05/03/2018), Giromu (05/03/2018)

  5. #1903
    Rakan Powa! Supreme Overlord Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Bal-Sagoth
    Date d'inscription
    September 2003
    Localisation
    Charleroi
    Messages
    53 737
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    25 762
    Remercié(e) 30 067 fois dans 14 250 messages

    Par défaut

    Vu "The Void". Enfin. Revu.



    C'est un peu difficile de parler de ce film.

    Ce n'est pas un film facile, il n'explique pas tout.

    Enfin, si, y'a une grosse explication du "méchant" à la fin,mais... Bear with me.

    On débute par une maison, perdue dans une nuit froid en lisière d'une forêt. Deux hommes achèvent deux femmes, les brûlent.

    Presque aucune parole n'est échangée et aucune motivation n'est apparente.

    L'agent Daniel Carter faisait sa ronde, tranquille, comme d'hab. Alors qu'il rentre, il voit en bordure de forêt un homme, passablement éméché en apparence, qui rampe péniblement.

    L'officier alpague le gars, qui est couvert de sang, et l'emmène à l’hôpital le plus proche, un petit hôpital qui est sur le point d'être déménagé et qui fonctionne avec un staff très réduit.

    Le gars qu'il a amené est assez rebelle, et doit être sédaté. Tandis que tout cela se déroule, le flic est un rien confus et se dirige vers une autre chambre, où il trouve une infirmière... Elle a enfoncé un bistouri dans l'oeil d'un patient alité et s'est coupée toute la peau du visage avec des ciseaux.

    Alors qu'il essaye de la calmer, elle se jette sur lui et il est forcé de l'abattre. Elle n'arrêtait pas de dire "ce n'est pas mon vrai visage".

    Assez choqué par ce qu'il a été obligé de faire, le flic fait un malaise. Quand il revient à lui, un ranger est arrivé, apparemment pour le gars que le flic a chopé.

    Il s'avère qu'a 20 miles de là, ce type aurait transformé sa baraque en véritable boucherie...

    Alors qu'il essaye de reprendre ses esprits sur le parking, la lumière vacille, alors qu'un homme étrange en robe blanche et encapuchonné se jette sur lui (c'est pas sa nuit) et tente de le poignarder...

    C'est alors que la réalité elle-même s'effondre et que des choses impossibles commencent à se produire, tandis qu'un étrange culte semble se regrouper aux abords de l'hôpital, et qu'il y'a plus d'une personne dans cet hôpital qui va être bien plus que ce qu'elle ne semble être.

    Je ne peux pas en dire plus, j'en ai même déjà dit trop, le film réussit à avoir un pacing parfait, ni trop lent, ni trop rapide, qui pèse sur vous comme une nuit froid et brumeuse seul dans les bois.

    Le film a ses moments gore, mais le gore n'est pas gratuit, il sert l'ambiance, l'atmosphère. Il y a toute cette vieille lumière jaunie et sinistre de l'hôpital, peu de musique d'ambiance, plutôt des sons d'ambiance, comme le bruit lointain d'une ville endormie à trois heures du mat' quand tu t'en grille une à la fenêtre (souvenir du temps où je fumais).

    Ce film est pesant, et crispant, il sape votre vitalité, il est déprimant juste par son ambiance.

    J'adore l'atmosphère.

    Et, rien qu'à la cover, tu comprends que ça va être lovecraftien. Et ça l'est, en quelque sorte. Pas directement, mais l'inspiration est flagrante.

    Ca rappelle aussi From Beyond, une adaptation de Lovecraft faite par Brian Yuzna.

    Je ne saurai trop conseiller de regarder ce film, tard, seul, dans le noir.

    On est un peu hagard à la fin.

    Il y a bien une explication des motivations à un moment, mais, de manière générale, on se retrouve comme les personnages du film, à se demander ce qui se passe.

    Ce sont juste des gens ordinaires qui n'avaient rien demandé à personne, vivaient une vie ordinaire, mais vont basculer de l'autre côté de la réalité.

    Ils n'ont pas les outils pour comprendre ce qui arrive, ni pourquoi ça arrive. Et nous non plus.

    C'est un film qui sait quoi utiliser, et quand l'utiliser, dans quelles proportions l'utiliser, surtout.

    Ca sent le truc millimétré.

    Peu de films parviennent encore à me faire de l'effet, mais celui-là, ce n'est pas tant ce qu'il montre que son ambiance, qui est glaçant.

    Il y a une ambiance. Je ne parviens pas à mettre le doigt exactement sur les éléments qui la constituent, autre qu'un bon agencement d'éléments dans des proportions idéales, mais il y a quelque chose...

    Je crois que je n'en avais pas parlé après ma première vision parce que... J'en avais juste pas envie. Je voulais juste rester dans le noir, et penser au film. Il n'offre pas beaucoup de pistes sur lesquelles réfléchir ou beaucoup de matière à cogiter après coup, mais... C'est un peu comme quand tu claque ta langue pour agiter les fantômes d'un arôme qui commence à s'estomper et profiter jusqu'à la dernière particule de saveur de ce que tu viens de boire ou manger.

    Après coup, t'as juste envie de prolonger l'état d'esprit introspectif et froid dans lequel te plonge le film.

    Il y a du Prince of Darkness, du From Beyond et du Hellraiser dans ce film. Il est vraiment fascinant.
    Dernière modification par Bal-Sagoth ; 10/03/2018 à 01h24.


    "Wijn is venijn, bier is plezier"

  6. Les 6 membres suivants remercient Bal-Sagoth pour cet excellent message :

    ADN san (10/03/2018), BaXter (10/03/2018), darkkoeurby (10/03/2018), Giromu (10/03/2018), Lizandrya (12/03/2018), Moira (10/03/2018)

  7. #1904
    Illegal Lolistep Vampireslayer Abdul Eternal Champion Abdul Eternal Champion Abdul Eternal Champion Abdul Eternal Champion Abdul Eternal Champion Abdul Eternal Champion Abdul Eternal Champion Abdul Eternal Champion Abdul Eternal Champion Abdul Eternal Champion Abdul Eternal Champion Avatar de Abdul
    Date d'inscription
    May 2011
    Localisation
    GRENOBLE
    Messages
    1 682
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    493
    Remercié(e) 2 015 fois dans 870 messages

    Par défaut

    Tu veux pas balancer la fin ? Moi ce que je kiff, c'est la fin des films d'horreur
    Necrobestial Sadobreaks

  8. #1905
    Rakan Powa! Supreme Overlord Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Bal-Sagoth
    Date d'inscription
    September 2003
    Localisation
    Charleroi
    Messages
    53 737
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    25 762
    Remercié(e) 30 067 fois dans 14 250 messages

    Par défaut

    Citation Envoyé par Abdul Voir le message
    Tu veux pas balancer la fin ? Moi ce que je kiff, c'est la fin des films d'horreur
    La fin n'a aucun sens sans savoir le reste. Vraiment.

    Le film vaut pour son ambiance et son sens de la colorimétrie.

    Au début tout est d'un jaune suranné dans l'hôpital, dans les ténèbres, ils sont plongés dans une sorte de pénombre verdâtre, pour émerger dans
    Spoiler:
    un temple de chair
    où le rouge domine, avant de passer vers un bleu glacial
    Spoiler:
    symbolisant la renaissance
    vers des ténèbres de plus en plus sombres.

    Spoiler:
    Ye sure 'bout that, mate?
    Spoiler:
    Ye can't be serious, c'mon!
    Spoiler:
    Don't do that t'yerself
    Spoiler:
    Don't say I didn't warn ye
    Spoiler:
    This is yer last chance
    Spoiler:
    One more fer the road
    Spoiler:
    Le flic et son ex-femme se retrouvent pris au piège dans une dimension négative où le vieux médecin, qui voulait ramener sa fille à la vie, est devenu une sorte de dieu façon Mammon dans Hellraiser II ou evil Dr Manhattan. Alors qu'ils contemplent avec effroi les pyramides noires du lointain obscur... The end.


    Regardez plutôt le film. Apparemment y'a pas de VF, je n'ai vu que des VOSTFR.

    Il est sur ZT en bonne qualité.
    Dernière modification par Bal-Sagoth ; 10/03/2018 à 12h59.


    "Wijn is venijn, bier is plezier"

  9. Les membres suivants ont remercié Bal-Sagoth pour cet excellent message :

    Abdul (10/03/2018)

  10. #1906
    Rakan Powa! Supreme Overlord Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Bal-Sagoth
    Date d'inscription
    September 2003
    Localisation
    Charleroi
    Messages
    53 737
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    25 762
    Remercié(e) 30 067 fois dans 14 250 messages

    Par défaut

    Boo.

    Je dois être dans une période "films".

    Et j'en tiens un bon.

    Un comme je les aime, bénéficiant de visuels criant de vérité, d'un jeu d'ombre et de lumières soigneusement étudié, et d'une colorimétrie à l'épreuve des balles.

    Encore qu'apparemment je suis plutôt bon public en ce genre, dans la mesure où j'aimais beaucoup Vidocq, alors que de l'aveu de toute personne de cinéma, la colorimétrie était criarde et si ridiculement poussive qu'on aurait pu croire qu'un gremlin était venu niquer le réglage couleur et le contraste de ta télé pendant que t'étais parti pisser...

    Mais moi j'aime ça, jouer sur les tons et sur le jeu d'ombre et de lumière pour installer des ambiances.

    Mais par-delà tout ça, il y a aussi un jeu d'acteur très propre, et un acteur très charismatique dans le rôle principal masculin.

    Bill Nighy. J'adore son air ultra sévère et over sérieux.

    On le connaît pour des rôles dans Harry Potter et les Reliques de la Mort (Rufus Scrimgeour), un petit rôle de maître d'exposition dans un épisode de Dr Who (celui avec Van Gogh), l'inspecteur en chef au début de Hot Fuzz, Davy Jones dans Pirate des Caraïbes (ouais, dur à dire avec le maquillage), Viktor le Staline des vampires dans Underworld, Philip le beau-père chiant et non-nonsense dans Shaun of the Dead, Naberius dans I Frankenstein (là aussi, sous le maquillage, dur à dire), il est aussi voice actor et double le High King Emeric dans Elder Scrolls Online et apparemment sera une des voix américaines du film Pokémon qui sortira en 2019.

    Bon, le film, c'est The Limehouse Golem



    Au départ j'ai pris ça par hasard, jamais entendu parler, et j'ai pas lu le synopsis.

    Je croyais que ce serait une merde de chez Asylum avec un bestiau juif qui tue des nazis ou un truc ainsi

    M'en fait non.

    Prenez From Hell, fusionnez avec Seven, tadaaam. A noter que c'un film indé anglais. Pour de l'indé, putain, ça défonce.

    Nous commençons par la fin.

    Un auteur et dramaturge anglais a été retrouvé mort chez lui. Suicidé manifestement. Sa femme est rapidement accusée de son meurtre, la théorie du suicide semblant trop rpatique, et comme nous sommes en 1800 et des pétotes au début de l'ère victorienne (donc après 1837 et avant 1888, puisque c'est avant Jack l'Eventreur), c'est déjà bien qu'elle ait droit à un procès.

    En parallèle, il y a cette vague de crimes immondes qui retournent le slip des angliches attribués à celui que la presse à nommé "Le Golem de Limehouse".

    Parce qu'un de ses crimes a consisté à buter un rabbi et de se servir de sa bite comme marque-page d'un bouquin juif, pile-poil au chapitre du golem.

    Ce sont des gens différents qui ont été tués : une pute, un rabbi, un riche, un pauvre tailleur et sa femme, un nabot, un vieux perv', ...

    On en vient à croire que le mari de la femme accusée aurait pu être le Golem... On a les aveux complets dudit Golem, rédigés de manière théâtrale et selon un style populaire alors grâce à un artiste comique de théâtre du nom de Dan Leno. Mais impossible de comparer les deux écritures : tous les documents manuscrits de John Cree, mari de Lizzie Cree (premier rôle féminin du film), ont été brûlés par lui-même avec qu'il se suicide.

    Un inspecteur de la répression des fraudes est drafté spécialement au lieu du remarquable inspecteur de la criminelle, parce que celui-ci ne veut pas de tache de merde sur son palmarès et que selon les rumeurs, l'inspecteur John Kildare (Bill Nighy) serait pédé. Ce qui a suffit à le bloquer dans son avancement.

    Parenthèse : on sait jamais si les rumeurs étaient vraies ou pas, et Bill Nighy a pas trop une tête de tante dans ce film, donc c'pas le propos, c'pas exploité, c'juste l'explication de comment un mec aussi malin n'est jamais resté qu'un petit inspecteur des fraudes.

    Ergo, si Kildare se foire, et il va se foirer, selon toute évidence, c'est un pédé qui prend, et pas le brillant inspecteur de Scotland Yard au palmarès immaculé.

    Mais Kildare est pas un tocard. Alors que l'échafaud se rapproche de plus en plus de Lizzie, ancienne star montante du music-hall et protégée du comédien à succès Dan Leno, il en vient à trouver de plus en plus de preuves que John Cree aurait été le Golem... Mais il y'a d'autres suspects, dont un écrivain amateur de fumeries d'opium, Karl Marx (qui était juif (et allemand). Je ne le savais pas. Ca m'avait semblé bizarre qu'ils lui filent un accent yiddish à couper au couteau m'en fait son daron était juif), Dan Leno et quelques autres...

    On assiste à une enquête effrénée à la From Hell, mais les crimes et les milieux parfois un poil glauques des bas-fonds londoniens du quartier de Limehouse me font penser à Seven. Qui ne se passait pas en Angleterre, mais bon, vous me comprenez.

    On assiste à la succession des évènements qui ont fait de Lizzie Cree celle qu'elle est, comment sa mère est morte, comment elle a rencontré Dan Leno, comment elle est devenue comédienne, sa rivalité avec la danseuse Aveline Ortega, sa rencontre avec John Cree, ...

    Le film tient en haleine, mais parfois tire un peu trop sur l'élastique, au risque qu'on lâche l'autre bout et qu'il se la prenne dans la gueule. A plusieurs moments je me suis dit "a y'est? C'est bon? T'accouche?"

    La fin pourrait être prévisible, si ce n'est que, bon... Le film "fausse" les scènes.

    Certains flashbacks ne sont en fait que des extrapolations issues de l'esprit des enquêteurs, notamment ceux où il lit les lettres du tueur. Chaque scène est tournée avec un autre acteur, celui que l'inspecteur soupçonne à ce moment.

    Ce qui fait que le film veut nous faire croire que chacun des suspects peut être le tueur.

    Et il en va de même pour certains flashbacks de la vie de Lizzie, qui en fait ne sont pas narrés par elle...

    Spoiler:
    A la fin, quand Lizzie narre enfin sa propre histoire, on voit les différences de récit et on comprend que depuis le début, elle était le Golem, et mérite d'être pendue.

    L'inspecteur refuse de donner à Lizzie la notoriété qu'elle désirait, et fait porter le chapeau à son défunt mari, comme prévu.

    Il va jusqu'à brûler l'échantillon d'écriture de Lizzie disant "Je suis le Golem".

    Tout le film on se demande pourquoi Lizzie n'a jamais tué Aveline, alors que depuis le début, elle a fait sa pute avec Lizzie.

    On comprend à la fin, durant la représentation de la mort de Lizzie par Aveline au théâtre, lorsque malheureusement la sécurité qui devait retenir la corde et empêcher Aveline d'être vraiment pendue ne fonctionne pas...

    Et Dan Leno reprend le rôle de Lizzie...


    IMDB a mis 6.3/10 à ce film. Pour qu'IMDB ne pète pas un film qui ne soit pas un Tripe A, faut le faire (c'est des branleurs ceux qui votent sur IMDB)

    J'adore ce film pour sa lumière, son intrigue, ses couleurs, son jeu d'acteur, mais surtout les interactions bien calibrées et crédibles entre ses personnages.

    Puis, rater une atmosphère dans un environnement victorien, faut le faire, quand même.

    Je ne dis pas que ce film est un super chef d'oeuvre immortel, mais vous ne l'oublierez pas. Il a son identité. Et il vaut bien un bon gros sept sur 10, pas loin du 8.

    J'ai vraiment beaucoup aimé et je le regarderais à nouveau avec plaisir, dans un certain temps.

    La fin ne gâche rien, que du contraire. Une conclusion sobre, peut-être prévisible, bien sûr, mais diablement satisfaisante.

    Ce que j'aime dans ce genre de film, c'est que l'univers présenté paraît plus grand qu'il n'est.

    Tout ce jeu d'ombre et de lumière donne une dimension, une aura, au film, on a l'impression que le film vit par lui-même et que si on avait tourné la tête à gauche au lieu de droite dans un plan, on aurait pu assister à des évènements tout aussi passionnants.

    Karim Debbache parlait du non-dit au cinéma dans sa chronique de Highlander II, disant que ce qu'on ne montre pas est aussi important que ce qu'on montre dans la façon dont le spectateur construit le monde du film dans sa tête et je suis tout à fait d'accord.

    C'est très flagrant ici. On a pas l'impression d'être dans le cadre serré d'un décor, on a vraiment l'impression d'être dans une zone spécifique de quelque chose de beaucoup plus grand que notre propre imaginaire remplit pour nous.

    Le film a ses moments d'action, de choc, établit bien et ancre bien ses personnages, mais il a aussi ses moments d'introspection.

    A part qu'à un moment l'intrigue n'en finissait pas d'être longue, je n'ai vraiment rien de mal à dire de ce film.

    Tous les acteurs m'ont semblé très bon, mais généralement, je suis assez pauvre critique sur le jeu des acteurs, à moins qu'ils soient aussi mauvais que ceux de chez Asylum, bien sûr.
    Dernière modification par Bal-Sagoth ; 10/03/2018 à 19h28.


    "Wijn is venijn, bier is plezier"

  11. Les 5 membres suivants remercient Bal-Sagoth pour cet excellent message :

    Abdul (10/03/2018), ADN san (10/03/2018), BaXter (10/03/2018), Giromu (10/03/2018), Lizandrya (12/03/2018)

  12. #1907
    Illegal Lolistep Vampireslayer Abdul Eternal Champion Abdul Eternal Champion Abdul Eternal Champion Abdul Eternal Champion Abdul Eternal Champion Abdul Eternal Champion Abdul Eternal Champion Abdul Eternal Champion Abdul Eternal Champion Abdul Eternal Champion Abdul Eternal Champion Avatar de Abdul
    Date d'inscription
    May 2011
    Localisation
    GRENOBLE
    Messages
    1 682
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    493
    Remercié(e) 2 015 fois dans 870 messages

    Par défaut

    Spoiler:


    Ah ça Mammon on kiffe dans les trucs d'horreur en mode "The Craft". BWHAHAHAHAHAHA
    Mais sinon c'que je kiffe c'est genre savoir pourquoi l'hôpital est un portail vers une dimension parallèle d'horreur cosmique. C'que je préfère, ouais, c'est les temples de chaire et les pyramides noires et j'adore les "explications". C'est un cimetière indien. Le mec a trouvé le Necromicon à la bibliothèque. Etc. Genre comment le gars en essayant de ressusciter sa fille a crée une genre de dimension des ténèbres ? Qui sont les infâmes sectateurs vétus de blanc ? C'est de loin c'que je préfère dans Lovecraft, c'est les séides au service du mal cosmique ou les bestioles qui chantent dans des langues inconnues dans des grottes sous-marine. Ou alors l'histoire avec les oiseaux qui harcèlent un homme dans sa maison en piaillant des cris dissonants.
    Spoiler:

    Celui qui lit ça est stupide.




    ça m'étonne de toi que tu saches pas que Karl Marx fait parti de la juiverie internationale. Attention, ce n'est PAS un golem pour autant. Mais comme tout les grands penseurs juifs de l'époque, il prenait ses distances avec la communauté pour pas voir sa science comme cataloguée "juive". Donc uniquement pour les juifs. Et puis l'antisémitisme... Comme si l'anti-coco-muniste ne suffisait pas !
    Sinon j'ai pas compris pourquoi Lizzie s'amusait à tuer tout le monde ? Y'a un rapport avec le Golem mis à part le pénis-marque-page ?
    J'adore les histoires de Golem ! T'as vu "La forteresse noire" ? J'adore les châteaux forts sans fenêtre. Un vieux juif corrompu qui extermine une bande de nazis sur fond de musique psyché, j'achète.
    Et j'adore le coup de l'histoire en huit-clos, d'la bête qui si on la laisse s'échapper va exterminer l'humanité genre The Thing.
    Dernière modification par Abdul ; 10/03/2018 à 22h07.
    Necrobestial Sadobreaks

  13. Les 2 membres suivants remercient Abdul pour cet excellent message :

    Bal-Sagoth (10/03/2018), Giromu (11/03/2018)

  14. #1908
    Rakan Powa! Supreme Overlord Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Bal-Sagoth
    Date d'inscription
    September 2003
    Localisation
    Charleroi
    Messages
    53 737
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    25 762
    Remercié(e) 30 067 fois dans 14 250 messages

    Par défaut

    Citation Envoyé par Abdul Voir le message
    Spoiler:


    Ah ça Mammon on kiffe dans les trucs d'horreur en mode "The Craft". BWHAHAHAHAHAHA
    Mais sinon c'que je kiffe c'est genre savoir pourquoi l'hôpital est un portail vers une dimension parallèle d'horreur cosmique. C'que je préfère, ouais, c'est les temples de chaire et les pyramides noires et j'adore les "explications". C'est un cimetière indien. Le mec a trouvé le Necromicon à la bibliothèque. Etc. Genre comment le gars en essayant de ressusciter sa fille a crée une genre de dimension des ténèbres ? Qui sont les infâmes sectateurs vétus de blanc ? C'est de loin c'que je préfère dans Lovecraft, c'est les séides au service du mal cosmique ou les bestioles qui chantent dans des langues inconnues dans des grottes sous-marine. Ou alors l'histoire avec les oiseaux qui harcèlent un homme dans sa maison en piaillant des cris dissonants.
    Spoiler:

    Celui qui lit ça est stupide.


    Spoiler:
    Je l'ai dit. Le film ne dit pas tout.

    Le vieux docteur a tout perdu quand il a perdu sa fille.

    Apparemment, le fait qu'il ait rejoint ce culte étrange dont l'origine n'est jamais évoquée lui a permis d'acquérir des pouvoirs, mais il a d'abord du mourir pour ça.

    Il se fait suriner par un des ennemis.

    Oui parce que y'a des mecs qu'ont tout perdu à cause du culte, qui a retourné sa famille contre lui, famille qu'ils exécutent en début de film.

    Le "prisonnier" est un ancien cultiste qui sert à révéler un peu d'infos sur eux et leur trip.

    Le bon docteur, dans une maison où on a retrouvé des tas de cadavres, a pratiqué des expériences de chirurgie ésotériques et s'est planté un nombre de fois incroyable.

    Et donc, remis dans l'ordre, on a :

    - Le flic qui arrive avec son prisonnier ;
    - L'infirmière qui tue un mec et se trucide ;
    - Le ranger qui débarque ;
    - L'infirmière morte mute en monstre tentaculaire et essaye de tuer le prisonnier ;
    - Le docteur qui se fait suriner par le prisonnier ;
    - Le père et le fils bien remontés qui arrivent pour faire cracher le morceau sur le docteur au prisonnier ;
    - L'ex-femme du flic, infirmière, disparaît ;
    - Le flic essaye de la retrouver et découvre un passage qui mène sous le sous-sol, que personne n'avait jamais vu ;
    - Ils aboutissent dans le temple de chair où beaucoup d'expériences de mutants à qui la mort est refusée sont entreposés ;
    - Pendant ce temps le vieux Docteur fraîchement résurrecté engrosse mystiquement l'ex-femme du flic qui avait perdu son bébé par le passé (raison pour laquelle elle et le flic sont plus ensemble), en vrai elle ressemble à un résultat de gang-bang Hentai tentaculaire ;
    - Le Docteur envoie l'esprit de l'ex-femme au-delà de la réalité et propose au flic de la lui rendre et lui rendre son enfant, il suffit juste de mourir...
    - Twist : la petite adolescente enceinte et son gentil grand-père qui étaient aux urgences depuis le début, ben... La petite tue le papy et révèle être un membre du culte, le père étant le vieux Docteur...
    - Elle rejoint le Doc qui prie devant un mur avec le signe du culte, qui ouvre un passage dimensionnel... Le docteur utilise l'enfant de la petite pour ramener sa fille à la vie... La fille en cloque explose, et la chose informe qu'elle enfante grandit jusqu'à peser une tonne en dix secondes, une chose faite de muscles hypertrophiés étirés sur une structure osseuses décadente, avec un faciès tentaculaire et des sabots qui font éclater des têtes comme des pastèques sous une presse hydraulique ;
    - Le flic met un coup de hache au doc, mais ça sert à rien, il est réincarné en evil Dr Manhattan et s'en tape. Le flic meurt et se retrouve de l'autre côté de la réalité dans un paysage de ténèbre avec de grandes pyramides noires, avec son ex-femme...
    - Pendant ce temps-là, le prisonnier est le seul survivant, il réussit à fuir alors que la "fille" du doc le poursuit, et les murs de la réalité se referment autour de lui. Il réussit à sortir de justesse du conduit menant au sous-sous-sol, désormais disparu, tandis que la chose-fille est broyée entre ces murs.
    - Seuls survivants : l'infirmière-stagiaire chinoise et le prisonnier junkie ancien cultiste.
    - Le doc, lui, est devenu un dieu et n'a plus que faire de ce plan d'existence.


    Ca n'a pas l'air génial mais c'est une présentation chronologique de ce qui arrive. Tu n'as pas les infos dans cet ordre forcément dans le film.

    Tu aurais du le regarder au lieu de me lire...

    ça m'étonne de toi que tu saches pas que Karl Marx fait parti de la juiverie internationale
    Je me suis jamais intéressé ni aux juifs, ni au communisme...

    -- Spoil pour les humains, Gabe --

    Spoiler:
    Sinon j'ai pas compris pourquoi Lizzie s'amusait à tuer tout le monde ? Y'a un rapport avec le Golem mis à part le pénis-marque-page ?
    Elle avait lu une satire d'un auteur qui présentait le meurtre comme un art en reprenant une série de meurtres dans le style de Jack l'Eventreur, mais bien avant lui, au XVIIIème siècle. On apprend d'ailleurs dans le film que 'l’auteur dudit livre est déjà mort depuis 20 ans à l'époque des meurtres du Golem.

    Et à l'époque, le théâtre Grand Guignol est apparemment très à la mode en Angleterre, les gens veulent voir du sang. Et elle veut donner un spectacle sanglant au peuple.

    Elle met en scène ses meurtres de façon à ce qu'elle passe à la postérité, comme si c'étaient des oeuvres d'art et que la scène de crime racontait une pièce.

    Mais certains sont de la vengeance.

    Le nain était un satire qui essayait d'abuser d'elle alors qu'elle n'avait pas 14 ans. Il a été le premier.

    "Tonton", le vieux pervers, a compris qui elle était et essayé de la faire chanter... Il aimait prendre des photos (à l'époque c'était rare) de lui en train de se faire fesser par les plus belles actrices nues, et a forcé Lizzie à faire de même... Elle l'a étouffé dans son sommeil.


    J'adore les histoires de Golem ! T'as vu "La forteresse noire" ? J'adore les châteaux forts sans fenêtre. Un vieux juif corrompu qui extermine une bande de nazis sur fond de musique psyché, j'achète.
    Très bon film avec un Ian McKellen qui débutait au cinéma.

    Grosse ambiance, mais en cours de route, le film se perd et la fin est pouet-pouet.

    Je l'avais critiqué à l'époque et avec Gir on en avait parlé, le film avait eu de gros soucis durant le tournage.

    Dommage.

    Et j'adore le coup de l'histoire en huit-clos, d'la bête qui si on la laisse s'échapper va exterminer l'humanité genre The Thing.
    J'adore les huis-clos aussi. J'avais fait un topic là-dessus.

    http://forumhentai.net/showthread.ph...ight=l%27huche
    Dernière modification par Bal-Sagoth ; 10/03/2018 à 22h19.


    "Wijn is venijn, bier is plezier"

  15. #1909
    Illegal Lolistep Vampireslayer Abdul Eternal Champion Abdul Eternal Champion Abdul Eternal Champion Abdul Eternal Champion Abdul Eternal Champion Abdul Eternal Champion Abdul Eternal Champion Abdul Eternal Champion Abdul Eternal Champion Abdul Eternal Champion Abdul Eternal Champion Avatar de Abdul
    Date d'inscription
    May 2011
    Localisation
    GRENOBLE
    Messages
    1 682
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    493
    Remercié(e) 2 015 fois dans 870 messages

    Par défaut

    Ouais mais j'préfère le coté Thriller en fait, plus qu'horreur. Genre The thing c'est hyper thriller. C'est hercule poirot le truc. Les trucs gore c'est pas trop mon délire
    Dernière modification par Abdul ; 10/03/2018 à 22h39.
    Necrobestial Sadobreaks

  16. #1910
    Rakan Powa! Supreme Overlord Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Bal-Sagoth
    Date d'inscription
    September 2003
    Localisation
    Charleroi
    Messages
    53 737
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    25 762
    Remercié(e) 30 067 fois dans 14 250 messages

    Par défaut

    Citation Envoyé par Abdul Voir le message
    Ouais mais j'préfère le coté Thriller en fait, plus qu'horreur. Genre The thing c'est hyper thriller. C'est hercule poirot le truc. Les trucs gore c'est pas trop mon délire
    Gore pour gore, ça m'a fait poiler pendant des années, mais depuis 3-4 ans, ça me pompe un peu.

    Après, le gore au service du scénario et de l'ambiance, ça, ouais, j'aime bien.

    Il faut qu'y ait une finalité, et une intensité proportionnelle


    "Wijn is venijn, bier is plezier"

  17. Les membres suivants ont remercié Bal-Sagoth pour cet excellent message :

    Giromu (11/03/2018)

+ Répondre à la discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages