Discussion fermée
Page 17 sur 17 PremièrePremière ... 7 15 16 17
Affichage des résultats 161 à 169 sur 169

Discussion: [Comics] Mes chroniques hebdo VO

  1. #161
    [MOD] Futaba fan forever Supreme Overlord Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Giromu
    Date d'inscription
    January 2004
    Messages
    19 575
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    18 258
    Remercié(e) 29 818 fois dans 10 124 messages

    Par défaut

    Pauvres titans! Pour les curieux, des images du crossover Shingeki no kyojin/ Marvel movieverse qui apparait dans les pages de Secret wars 0 (seule parution aux USA à ce jour)








  2. Les 3 membres suivants remercient Giromu pour cet excellent message :

    BaXter (17/05/2015), jonathferri (10/05/2015), Kilik (10/05/2015)

  3. #162
    [MOD] Futaba fan forever Supreme Overlord Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Giromu
    Date d'inscription
    January 2004
    Messages
    19 575
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    18 258
    Remercié(e) 29 818 fois dans 10 124 messages

    Par défaut

    MARVEL

    Secret wars 2

    Après un numéro 1 apocalyptique, nous faison la connaissance du nouvel univers Marvel, dont il parait que les fans de Game of thrones ne vont pas être dépaysés en le découvrant tant il en est, parait il inspiré.

    Secret wars est un crossover parti pour nous occuper au moins six mois à priori, voir plus. Il est prévu que l'univers Marvel sera remodelé à la fin de celui-ci, incluant des héros d'univers parallèles connus (comme le Spider-man de la terre Ultimate) mais étant relativement mystérieux pour l'instant malgré d'étranges rumeurs.

    Pour ce qui est de ce numéro 2, c'est du grand art mais comme je n'ai pas envie de vous spoiler, on va faire ça bien. Cliquez à vos risques et périls!!!
    Spoiler:

    - Fatalis est devenu (pour la 4ème fois à ma connaissance) le maître du monde et même de l'univers. Dieu parmi les hommes, il préside aux destinées d'un monde marvel composite, qui héberge des morceaux de mondes what if anciens (comme celui d'Inferno) ou nouveaux (celui de 1872).


    Spoiler:
    - Sa police chargée de faire régner l'ordre est composée de Thors, sorte d'ordre de chevalerie qui rend la justice


    Spoiler:
    - chaque monde est dirigé par un baron qui règne en seul maître après Fatalis. En cas de non respect des règles de celui-ci, il est amené à sa cour pour être jugé. c'est ce qui arrive ici au baron Sinister, ennemi bien connu des X men, accusé par Captain Britain, allié bien connu des X men, de trahison contre la couronne


    Spoiler:
    - les barons peuvent se défier en duel sous l'oeil du nouveau dieu Fatalis, le perdant étant envoyé armé dans une sorte de No man's land peuplé de créatures aussi dangereuses que les marvel zombies, les légions d'Ultron ou encore Venom

    Spoiler:

    - Strange est devenu le porte-parole de Fatalis et son shérif. Il est la garant de la magie dans cet univers, tandis que la Future fondation de Valeria Richards est garante de sa science. Un jour, un des hommes de Valéria, Alex Powers, découvre un étrange vaisseau dont l'existence même remonte à avant la création du monde Doom. Le jugeant hérétique, Strange le met en quarantaine. Ses dangereux occupants parviendront ils à changer le monde?


    Un numéro 2 franchement grandiose, excellemment bien découpé et raconté. On se délecte de chaque page et l'attente entre chaque numéro va s'avérer bien longue. Pour l'instant, mon crossover favori depuis Civil war. Il me passionne!

    Scénario : 17/20
    Dialogues : 18/20
    Dessins, encrage, couleur : 18/20
    Note finale : 18/20



    Howard the duck 3

    Le péril vieux! Avec le vieillissement de la population des USA et si on se réfère aux chiffres japonais, qui sont en avance sur les autres pays les plus développés dans le domaine, la criminalité des personnes âgées va exploser dans les vingt prochaines années, ce qui va conduire les gouvernements à adapter leurs prisons, notamment.

    Howard fait la rencontre d'une certaine May Parker, responsable d'une série de braquages de banques! Qu'est ce qui la conduit à agir ainsi? Le problème majeur est qu'elle l'a personnellement braqué et lui a volé un collier que l'avait chargé de récupérer son mystérieux client.

    Nageant dans la misère, Howard est réduit à se déguiser en canard commun pour e nourrir de miettes de pain dans une séquence très drôle!
    Notons également que le scénariste connait ses classiques et rend hommage au numéro 3 de la première série d'Howard, dans laquelle son créateur se moquait de la mode du Kung Fu (on était dans les années 70, en pleine folie Bruce Lee).

    Encore un très bon numéro pour une série dont on sait qu'elle continuera son bonhomme de chemin pendant Secret wars, le 5 ayant été sollicité.

    Ce numéro 3 se conclut par une histoire bonus durant laquelle Howard est chargé par un group de sosies de super-héros d'apprendre ce qui est advenu de plusieurs d'entre eux, leur gagne pain étant menacé. Il fait ainsi la connaissance du sosie de Wolverine et surtout de celui du Punisher, qu'il vaut mieux ne pas énerver...

    Scénario : 15/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20




    Spider-man 2099 n°12


    Que vaut il ce dernier numéro? ben oui, après, Secret wars bouleverse tout et le titre prend fin ici. Ben c'est la suite directe du 11, un combat entre Spider-man et l(étrange créature qu'il a involontairement crée et qui se trouve être son love interest.
    L'enjeu est donc fort classique et la conclusion un peu décevante. ça sent la fin bâclée à cause du crossover. Ceci dit, les dialogues sont de qualité pour un numéro de baston et on évite les clichés du genre, comme avec le personnage de la flic, rafraichissant.

    Pendant Secret wars, le titre sera remplacé par une série spéciale sur des vengeurs de 2099 et David et des éditeurs promettent une tonne de clins d'oeil à l'univers original de 2099. J'ai hâte!

    Scénario : 12/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 14/20
    Note finale : 14/20



    IMAGE

    Chrononauts 3

    La course-poursuite temporelle occupe l'essentiel de ce très dynamique numéro, toujours aussi peu surprenant question scénario (presque une enfilade) mais toujours aussi fun à lire, avec des dessins majestueux.

    La série se conclue au numéro suivant et on peut craindre le pire, tant il y'a de choses à régler en peu de pages, surtout si on veut une conclusion intéressante, très certainement ouverte pour permettre une suite.
    Une série vraiment bien foutue.

    Scénario : 15/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 17/20
    Note finale : 16/20


  4. Les 7 membres suivants remercient Giromu pour cet excellent message :

    Bal-Sagoth (17/05/2015), BaXter (17/05/2015), darkkoeurby (07/06/2015), jonathferri (17/05/2015), Kilik (17/05/2015), Lizandrya (17/05/2015), Valthognir (17/05/2015)

  5. #163
    [MOD] Futaba fan forever Supreme Overlord Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Giromu
    Date d'inscription
    January 2004
    Messages
    19 575
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    18 258
    Remercié(e) 29 818 fois dans 10 124 messages

    Par défaut

    MARVEL

    Entrons en plein Secret wars!
    Pour piger un peu plus les chroniques qui vont suivre pendant quelques mois, voici la carte de Battleworlds, le nouveau monde Marvel de référence, constitué d'amas de domaines de style "What if?"



    Les séries siglées "Last days of..." suivent les derniers jours de héros ou d'équipes avant les évènements de Secret wars 1

    Celles siglées "Battleworld" nous présentent les différents domaines qui se cotoient voir se combattent.

    Enfin, celles siglées "Warzones" présentent les batailles et évènements qui vont préparer le monde Marvel de l'après crossover.


    Planet Hulk 1

    Pendant les évènements de Secret wars, nous suivons les aventures d’un avatar de Captain America qui est devenu gladiateur dans les arènes construites par le pouvoir en place au plus haut niveau pour divertir les foules, en compagnie du T rex rouge Devil dinosaur.
    Après avoir échoué à convaincre le grand maître des jeux du cirque, le criminel Arcade, de lui révéler où est son compagnon d’armes Bucky, il se voit confier une mission extrêmement dangereuse par le dieu de ce monde en échange de la réalisation de ce souhait et d’une vie paisible : renverser le maître Greenland, le roi rouge. Problème : ce pays est uniquement peuplé de Hulks de diverses couleurs. Aidé de Devil dinosaur, Steve s’engage dans sa mission la plus dangereuse, faisant une rencontre en chemin.

    La back up explique comment Greenland s’est peuplée de Hulks : une erreur d’appréciation d’un certain Amadeus Cho, travaillant pour Bannertech sous la supervision d’un célèbre savant mondialement connu. Dessinée par Miyazawa, dessinateur du très bon Mary-Jane loves Spider-man et co-créateur du personnage, elle montre l’origine de la fin d’une civilisation.

    Planet Hulk, malgré un titre trompeur (aucun rapport avec le célèbre et excellent cycle de Greg Pak) est pour l’instant mon spin off favori de Secret wars. C’est simple, beau, prenant, avec des dessins superbes et du punch. Le cliffhanger intriguant donne en plus une meilleure chance de vaincre à Rogers. Vraiment très bon. Et puis bon, Captain America et un T rex contre un peuple de Hulk, quoi !

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20




    Ultimate end 1

    J’ai du mal à situer ce scénario. Au début, j’ai cru que ça se déroulait avant les évènements de Secret wars 1, les héros de l’univers classique et de la terre Ultimate cherchant une solution commune au rapprochement de leurs planètes respectives mais n’y parvenant pas, ce qui pourrait expliquer la baston du titre susdit. Problème : ça contredit apparemment les évènements du Avengers de Hickman et ceux de la terre Ultimates. En tout cas, ça contredit déjà ceux de Secret wars 1, où on sent la précipitation qui prend tout le monde de cours.

    Et puis vient le cliffhanger et on sait qu’on est déjà après les évènements de Secret wars 2. Donc, comment pourrait ce vraiment être « Ultimate end », c’est-à-dire la fin de l’univers Ultimate, vu qu’il n’existe déjà plus ? Non, il s’agit en fait d’un des royaumes de Battleworlds qui abrite certains avatars des héros des deux terres qui complotent pour trouver une solution à la fin de leurs terres respectives. Du moins c’est ce que j’en déduis.

    Graphiquement, c’est du Bagley très en forme, avec notamment une superbe séquence dans laquelle le Punisher (de Marvel 616 il me semble) vise tour à tour plusieurs membres de deux groupes de héros des deux terres qui s’apprêtent à se rentrer dedans.
    Le reste du scénario est du très bon Bendis, très bavard avec plein de vannes et avec très peu d’action ou de progression de l’intrigue. Perso, j’aime bien ce qu’il fait mais il est sûr que tout le monde ne sera pas de cet avis.

    Bémol : j'ai mis du temps à piger quel Stark était celui de la terre 616 lors de leur conversation.

    Au final, un numéro très agréable à lire malgré la confusion qu’il génère chez ce lecteur.

    Scénario : 14/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20



    Deadpool’s secret secret wars 1

    Oui, on est en plein Secret wars. Mais l’actuel crossover est une référence directe à l’un des tous premiers crossover géants de Marvel, qui rassemblait des héros qui ne se côtoyaient pas forcément à l’époque, entre 84 et 85.
    Bunn imagine que Deadpool en était, même si le personnage a été créé dans les années 90 !
    Il reprend donc tel quel le déroulement de l’intrigue, avec certaines cases directement reprises par le nouveau dessinateur, qui les redessine, tout de même. Deadpool se retrouve donc au milieu des héros rassemblés par le Beyonder pour affronter l’équipe de super villains rassemblée dans un autre vaisseau, le vainqueur voyant tous ses souhaits réalisés. Problème : Deadpool a une morale bien plus lâche que celle des héros de l’époque, qui étaient eux aussi bien moins gris qu’aujourd’hui. Forcément, ça va provoquer des tensions, le mercenaire devant notamment se réprimer de tuer.

    En back up, Deadpool participe à l’encore plus ancien crossover Contest of champions. Il se plaint auprès du grand maître et de la Mort qu’il n’a pas été choisi pour y prendre part, vexé notamment qu’on lui ait préféré un, obscur personnage comme Peregrine. Excédés, ceux-ci décident de organiser rien que pour lui et les autres personnages qui l’accompagnent (Howard the duck, Doop, Frog man mais aussi une création parodique, She Man-thing !) un tournoi bis.


    Si cet opus ne brille pas par son originalité, il faut lui reconnaître une certaine drôlerie, notamment dans la confrontation entre les dialogues d’époque, assez grandiloquents et descriptifs et ceux de Deadpool, forcément irrévérencieux et brouillant les frontières morales.

    La seconde partie du numéro est même meilleure que la première, les blagues faisant mouche en série.
    J’espère que ça va continuer dans cette très bonne veine pour les 3 numéros qui suivent.

    Scénario : 14/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 15/20
    Note finale : 16/20




    Loki agent of Asgard 14

    La guerre des Loki couve! Le sinistre roi Loki, venu d’un futur apocalyptique et qui manipule le destin de notre héros depuis le numéro 1a déclare la guerre à Asgard de manière frontale !

    Il sent en effet que les évènements qui se déroulent en même temps sur Terre pendant Secret wars 1 sonnent le glas d’un cycle et qu’il doit jouer son va-tout.
    Pendant ce temps, notre (anti) héros très changé par les évènements du numéro précédent se pose des questions existentielles et ne semble pas des masses affecté par Secret wars, tandis que Odin fait face aux dieux cachés qui président aux destinées d’Asgard et sont censés avoir été détruits par Thor, mettant fin au cycle du recommencement éternel de Ragnarok (pendant les évènements du cycle du même nom, un très bon cycle de Thor).

    Heureusement, l’épouse d’Odin a un arsenal secret contre tout ça…
    Un numéro un peu décousu qui comporte un peu trop de choses et ne prend pas assez la peine de s’intéresser à ses personnages pour l’instant à mon avis. La série est devenue un peu trop chaotique depuis quelques numéros, c’est dommage.

    Scénario : 14/20
    Dialogues : 15/20
    Dessins, encrage, couleur : 15/20
    Note finale : 14/20



    Secret wars : Battleworld 1

    Un premier numéro un peu décevant qui raconte les histoires de personnages plus ou moins mineurs en quelques pages au sein du battleworld.
    Nous suivons tout d’abord le Punisher qui a hérité des pouvoirs de Doctor Strange dans What if Wolverine had become lord of the vampires (What if ? volume 2 n°24).
    Celui-ci fuit des new fantastic four (Wolverine, Hulk, Spidey et Ghost rider) qui ont récupéré les pouvoirs de démons et le traquent pour le compte du dieu de ce monde.

    La deuxième histoire est consacrée à MODOK et ses troupes de l’AIM. Le ridicule mais dangereux personnage a créé un portail lui permettant de faire venir auprès de lui tous ses doubles alternatifs issus d’autres pays de Battleworld comme un Spider Modok, un enfant MODOK, un MODOK qui semble être issu du futur de la récemment finie série Secret avengers et même un MODOK vintage qui se déplace dans une montgolfière et ne connait pas l’électricité domestique !
    Le(s) personnage(s) étant ce qu’il est (sont), forcément, l’alliance tourne vite court pour le plus grand bonheur de la police du maître de ce monde, les Thors.

    Ces deux petites histoires sont divertissantes mais un peu trop légères, semblant ne pas apporter de nouveaux éléments importants au monde de Secret wars.
    Mention spéciale pour l’utilisation de la magie par Frank castle, qui matérialise une grenade de Watoomb et un bazooka du Raggadorr !

    Scénario : 14/20
    Dialogues : 14/20
    Dessins, encrage, couleur : 14/20
    Note finale : 14/20



    Spider-verse 1

    Pour l’instant ma plus grosse déception du crossover.
    Spider Gwen se retrouve sur Battleworld dans ce qui ressemble à la ville de New York mais qui est dirigé par le maire Norman Osborn, qui semble en savoir long sur la nouvelle employée de sa mairie. Elle croise également le chacal, en train de déterrer une tombe anonyme, le mettant hors d’état de nuire.

    En furetant dans la mairie, elle découvre un étrange prisonnier, Spider-Ham. Comme elle ne le connait pas alors qu’elle l’a cotoyé durant les évènements de du crossover Spider-verse, j’en déduis qu’elle n’est pas celle qu’on connaît.

    En back up, nous apprenons d’où vient Spider Ham et la façon dont il a survécu avant d’être capturé par Norman Osborn. C’est fait dans une veine assez cartoon et absurde par une autre équipe créative.

    Un numéro où il ne se passe pas grand-chose et qui est en plus dû, pour la partie principale, à un dessinateur que je n’aime guère.
    Les dessins de la back up sont déjà plus honnêtes. Espérons que la série va voir son intérêt se redresser.

    Scénario : 14/20
    Dialogues : 14/20
    Dessins, encrage, couleur : 13/20
    Note finale : 14/20



    IMAGE

    The walking dead TPB 23

    2ème tome situé quelques années dans le future, dans la lignée directe du précédent, avec une communauté importante en nombre divisée en trois « villages » interconnectés.
    Nous y suivons celle dans laquelle son fils étudie pour devenir forgeron et qui est dirigée par Maggie.
    La communauté fait face à la menace de ceux qui murmurent, aperçus dans le tome 22. Parvenant à capturer l’une d’entre eux après la mort de plusieurs de leurs compagnons, ils vont vite comprendre l’ampleur de la menace et se confronter à des mœurs étranges, ce qui va bouleverser leur existence tranquille, d’autant plus que les tensions abondent au sein du groupe, l’ancien maire rongeant son frein.

    Ça fait deux tomes que j’ai retrouvé la qualité des débuts, avant le cycle de Negal et ça fait un bien fou. Ceux qui murmurent sont des ennemis originaux et bien pensés. J’ai hâte de lire la suite.

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20

    Dernière modification par Giromu ; 22/05/2015 à 19h23.

  6. Les 5 membres suivants remercient Giromu pour cet excellent message :

    Bal-Sagoth (22/05/2015), BaXter (22/05/2015), darkkoeurby (07/06/2015), Kilik (22/05/2015), Lizandrya (22/05/2015)

  7. #164
    Fantasm Soldier's fan Godslayer Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Archiveur
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Au pays de Heidi
    Messages
    6 067
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    0
    Remercié(e) 7 487 fois dans 2 761 messages

    Par défaut

    Merci pour tes feedbacks, Giromu

    Secret Wars 2 m'intéresse bien et à l'air d'être un très très gros morceau. Au moins autant que Secret Invasion ou encore Civil War. En plus de fusionner les différents monde de Marvel dont Ultimate.

    Je me suis posé une question au sujet de la série Spider Gwen que tu nous as présenté précédemment. Tu sais si c'est la Gwen du monde Marvel de Ultimate ?

    Dans la série Spider-man d'origine, elle se faisait tuer par le Bouffon vert normalement puis elle se faisait cloner (j'avais le comic).

    Par contre, je sais que dans Ultimate Spider-man, Gwen avait survécu et avait des pouvoir après. Du coup, je mélange un peu


    Sinon, j'ai également lu la mini-série Sixis Carnage (trois tomes en vo) parlé par Giromu et je vous encourage à le découvrir aussi



    La journaliste est vraiment une garce carriériste et sa leçon "finale" donnée à Carnage renforcera encore plus la folie du personnage je pense.

    En tout cas, j'ai bien apprécié.


    ...
    Dernière modification par Archiveur ; 25/05/2015 à 00h25.

    ★★★♥★★★

  8. Les 3 membres suivants remercient Archiveur pour cet excellent message :

    BaXter (24/05/2015), Giromu (24/05/2015), Kilik (24/05/2015)

  9. #165
    [MOD] Futaba fan forever Supreme Overlord Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Giromu
    Date d'inscription
    January 2004
    Messages
    19 575
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    18 258
    Remercié(e) 29 818 fois dans 10 124 messages

    Par défaut

    Yep, la mini Axis Carnage est très bien mais je te conseille la mini Hobgoblin, encore meilleure. Clairement, ce sont les deux seuls trucs à vraiment lire du crossover Axis, assez mauvais selon moi.

    Pour Spider Gwen, elle vit dans un monde où elle est devenue "Spider-man" à la place de Peter. En gros, son vrai titre c'est Spider woman mais Marvel l'a appelé Spider Gwen pour la différencier de la série Spider woman avec celle d'origine de la terre 616, Jessica Drew.

    La Gwen d'Ultimate est une fille normale qui est morte une fois, a été le Carnage de cet univers (les symbiotes n'existant pas dans cet univers, elle porte en fait une combinaison anti cancer comme celle de Venom, un projet qui a mal tourné). Après elle perd ce "costume" et redevient une fille normale même si c'est un clone.

  10. Les membres suivants ont remercié Giromu pour cet excellent message :

    Kilik (24/05/2015)

  11. #166
    Fantasm Soldier's fan Godslayer Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Archiveur Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Archiveur
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Au pays de Heidi
    Messages
    6 067
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    0
    Remercié(e) 7 487 fois dans 2 761 messages

    Par défaut

    Axis et non Sixis...

    Ok, je vais suivre ton conseil pour lire l'autre série avec le Hobgoblin.

    Citation Envoyé par Giromu
    Yep, la mini Axis Carnage est très bien mais je te conseille la mini Hobgoblin, encore meilleure. Clairement, ce sont les deux seuls trucs à vraiment lire du crossover Axis, assez mauvais selon moi.
    Oui, j'ai aussi lu des critiques qui allaient dans ce sens. C'est pourquoi, je ne m'étais pas trop intéressé à cet arc.

    En un sens, le résumé m'avait un peu fait penser au fameux arc avec le virus qui transformait les X-men en mutant. J'en attendais avec beaucoup de curiosité pour finalement être déçu. Mais je le relirai sûrement prochainement maintenant que j'ai amélioré mon anglais

    Et toi, qu'en as-tu pensé de cet arc "vampiresque" ?

    ...

    ★★★♥★★★

  12. Les membres suivants ont remercié Archiveur pour cet excellent message :

    Kilik (25/05/2015)

  13. #167
    [MOD] Futaba fan forever Supreme Overlord Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Giromu
    Date d'inscription
    January 2004
    Messages
    19 575
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    18 258
    Remercié(e) 29 818 fois dans 10 124 messages

    Par défaut

    Pas lu l'arc sur les X men vampires. En fait je suis fan des X men jusqu'à à peu près le début années 90. Après, ça perd à mort dans les scénarios, je trouve. Faudrait que je fasse un topic sur les mutants un jour. Là, je viens de récuperer en VO les 23 premiers épisodes des années 60. Je les avais lus en VF et ça a très bien vieilli, même si on est en dessous de certaines séries de l'époque (le top à lire pour les amateurs du Marvel des débuts c'est le trio Captain America/Spider-man/Fantastic four : étonnant comme les séries sont fluides et passionnantes encore de nos jours!)

  14. Les membres suivants ont remercié Giromu pour cet excellent message :

    Kilik (25/05/2015)

  15. #168
    [MOD] Futaba fan forever Supreme Overlord Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Giromu
    Date d'inscription
    January 2004
    Messages
    19 575
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    18 258
    Remercié(e) 29 818 fois dans 10 124 messages

    Par défaut

    DC/VERTIGO

    The Sandman Overture 5

    Avant-dernier numéro de ce préquel de la série culte, à la parution érratique. Ce numéro 5 nous présente la mère des infinis, à la fois surpuissante et très étrange.
    On aperçoit également Destiny et on évoque les querelles de famille.
    Pendant ce temps, le Sandman chat met à l’abris de nombreuses personnes en prévision du grand final.

    Un numéro qui raccroche Dream à sa famille, les évoquant à plusieurs reprises. Première apparition de leur mère et évocation de leur père. Un numéro graphiquement somptueux et aux dialogues très réussis mais qui fait un peu « numéro de transition ».
    Il faudra que je relise les 6 numéros à la suite quand tout ça sera fini.

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 17/20
    Dessins, encrage, couleur : 18/20
    Note finale : 17/20




    MARVEL


    Secret wars 2099 n°1

    Le mot clé de ce numéro est “faux semblant”. Dans le domaine de 2099, les vengeurs sont des employés de la firme Alchemax, dont le dirigeant est le baron du domaine, appliquant les lois du dieu de Battle world.
    Nous découvrons tout au long de ce volume les pouvoirs et surtout la nature de ces champions, l’identité de leur employeur puis celle de la menace à venir.

    Voilà pour moi la plus grande réussite de la semaine. Nonobstant les dessins assez laids de Sliner (c’est pire que ses numéros de Spider-man 2099, je trouve), David parvient à étonner et intriguer le lecteur à chaque page, parvenant même à utiliser avec une grande réussite le personnage d’Hercules, qui est ici très humain.
    Pour l’instant, une très bonne mini-série dont le seul défaut est que chaque page est un mini spoiler, ce qui m’empêche d’en parler sereinement.

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 17/20
    Dessins, encrage, couleur : 11/20
    Note finale : 16/20



    M.O.D.O.K assassin 1

    Quelle surprise ! Je pensais faire l’impasse, Yost n’étant pas ma tasse de thé et les dessins n’étant pas spécialement enthousiasmants mais j’ai été rendu curieux par la qualité globale des tie ins Secret wars.

    Killville est le domaine régi par le baron Mordo et sa femme Cléa. Les gens normaux y vivent dans la terreur des assassins de la guilde et les super-héros n’existent pas. Modok y est le chef de l’AIM et une des principales forces politiques en présence, le baron ne pouvant se passer de l’aide qu’il apporte, sauvegardant les frontières de ce domaine qui côtoie celui de 2099 et est tout ce qui sépare celui de la maison de M, paradis mutant, de celui des sentinelles qui voudraient les exterminer…

    Nous suivons le ridicule super ennemi de Captain America dans sa vie de tous les jours faite de meurtres et de…meurtres jusqu’à ce qu’il croise le chemin d’un Thor écrasé dans « son » domaine.
    Yost réussit avec ce numéro à rendre son lustre à un méchant ridiculisé depuis des années comme un grosse blague. Il rappelle la signification de son acronyme (« Mental organism designed only for killing ») en montrant son côté surarmé, relativement indestructible, comme l’apprend très vite le plus populaire que lui Bullseye. Modok est même carrément flippant, avec ses illusions de grandeur et sa facilité à ôter la vie pour un rien. Il m’a fait penser à Chucky la poupée de sang : un truc qui semble inoffensif mais qui est carrément flippant par son attitude d’enfant terrible sanguinaire.

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 14/20
    Note finale : 16/20



    Old man Logan 1

    C’est beau! Je suis pas fan de Sorrentino d’habitude mais son style pourtant réaliste et faisant pas mal penser à du Jae Lee est ici curieusement dynamique. C’est un vrai bonheur à voir, notamment les planches muettes.

    Nous suivons le vieux Logan dans ce qui semble être le domaine dont il est le baron bien que nous ne soyons pas sûrs à 100% que ce soit le cas. De la même manière, ce numéro semble suivre la fin du très bon arc de Mark Millar du même nom mais ma mémoire peut me jouer des tours.
    Ce domaine quasi désertique est le résultat de la guerre finale qu’a gagné une coalition de super criminels menée par le Red skull contre les super héros. Ils se sont ensuite partagés les USA, Logan étant devenu pacifique suite à un évènement traumatique impliquant la mort de nombre de ses amis. Il est ici associé à des rejetons de Bruce Banner, qu’il a lui-même tué et vole au secours d’une Emma Frost vieillissante dont la ville a été attaquée par le gang des punishers.

    Bendis livre ici une très bonne copie, parvenant à conserver l’essence du run de Millar et intriguant suffisamment le lecteur pour lui donner envie de lire la suite mais son gros point fort, c’est les dessins.

    Scénario : 15/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20



    Where monsters dwell 1

    La mini-série de Garth Ennis est un très bel hommage aux titres pulps de l’entre-deux-guerres ! Nous y suivons le phantom Eagle, pilote de la Première guerre Mondiale d’ascendance germano américaine qu’il avait déjà mis en scène avec bonheur dans un contexte très réaliste, au sein de la ligne Max comics.
    Rien de tout cela ici : le phantom eagle est un pilote reconverti dans le civil, libidineux et coureur de jupons invétéré, toujours dans les dettes jusqu’au cou. Après avoir engrossé la mauvaise fille de chef de tribu, il est contraint de décoller de façon précipitée avec celle qui se présente comme la femme d’un riche bourgeois perdue fortuitement et qui souhaite être convoyée auprès de lui. Le truc, c’est qu’elle cache bien des secrets. A cause d’une tempête spectaculaire, ils sont tous deux détournés sur une île peuplée de dinosaures…

    Un très bon premier numéro, enlevé et bouffon. Les provocations d’Ennis (outrances et gore) sont ici inexistants, ce qui ne gâche rien, bien au contraire. Vivement la suite !

    Scénario : 15/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20



    Inferno 1

    Dans ce domaine de Battleworlds, les démons se sont installés en plein Manhattan, sous la férule du démon N’astirh et du Darkschylde, l’avatar démoniaque de la belle Ilyana.
    Les mutants résistent vaille que vaille avec l’aide de la magie de docteur Strange et son équipe de mages et des machines de Forge et du Fauve.
    Colossus est membre de la police de Cyclope. Avec sa partenaire et compagne Domino, il a obtenu de son chef l’autorisation de mener, une fois par an, une expédition au cœur du domaine des démons pour sauver sa sœur Ilyana. La dernière s’étant déroulée de façon catastrophique, Colossus doit faire avec les moyens du bord, en infériorité numérique et physique totale… C’est à ce moment qu’interviennent deux vieilles connaissances.

    Ce premier numéro ravive la nostalgie de l’un des meilleurs crossovers mutants (dont les répercussions avaient été génialement bien exploitées par Ann Nocenti dans son Daredevil !)
    Mes pires craintes se sont confirmées : il n’y a pas que la couverture qui a été censurée : les tenues de la reine démon et de son prince sont devenues tout aussi passe-partout.
    Il me semble que ces costumes n’ont pas été modifiés dans le numéro de Secret wars (le deuxième) dans lequel ils apparaissent. Je n’y comprends plus rien.
    Bref, le dessinateur rend une copie honnête mais pas transcendante. En revanche, Hopeless a axé sa narration sur Colossus, un de mes X men favoris donc je vais pas m’en plaindre.

    Une série intrigante dont j’espère le meilleur.

    Scénario : 15/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 14/20
    Note finale : 15/20



    Inhumans Attilan rising 1

    Soule reprend ses personnages habituels et nous raconte leurs mésaventures dans le monde de Battleworlds.
    La reine Medusa a été placée comme femme de confiance à la tête du royaume d’Attilan, au cœur de Manhattan (elle côtoie notamment le domaine d’Ultmate end) par le dieu de ce monde lui-même, qui l’estime d’un intérêt primordial pour l’équilibre du monde.

    Nous faisons la connaissance de notre groupe de jeunes héros habituels, à la personnalité changée, en pleine mission à la frontière du domaine de Planet Hulk pour une raison secrète. Accompagnés d’un Ghost rider qui semble un ancien exécuteur des gangs du Chicago des années 20, ils rencontrent très vite plus forte partie en la présence de hulks sauvages et sans cervelle mais aussi des chasseurs de la reine.
    Celle-ci obtient une piste sur leurs motivations, le nom d’un club mal famé que semblent fréquenter les barons de plusieurs domaines…

    Ce premier numéro est du bon Soule, intriguant comme il faut. Il profite du passage à un autre monde pour se faire plaisir en bouleversant nos idées préconçues.
    Le cliffhanger, notamment, est bien frappant ! Le dessinateur, beaucoup moins dans le style de ce que j’aime en revanche.

    Scénario : 15/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 14/20
    Note finale : 15/20



    Secret wars journal 1

    Ce premier numéro est compose de deux récits indépendants : le premier raconte les aventures d’Hawkeye 2 dans le monde de 1602 (un monde marvel bloqué à la renaissance) : elle y’est une Robin des bois en lutte contre un sheriff impitoyable surnommé le Punisher.
    Ce petit récit bien dessiné et agréable est une sorte de prologue à la série Siege à venir.

    Le deuxième suit un royaume égyptien dédié à la déesse (oui) Khonshu que souhaitent destituer les X men. Avec l’aide d’un de ses anciens moon knights repentis, la partie semble bien engagée mais ils auront fort affaire avec ses werewolves by night…
    Ce deuxième récit est plus sombre et relativement dispensable, n’étant pas appelé à connaitre une suite. Reste d’agréables dessins.

    Ce premier numéro de Secret wars journal déçoit un peu. J’en attendais plus que de son homologue « bastonisant », Secret wars battleworld, dont le premier opus est sorti la semaine dernière.

    Scénario : 14/20
    Dialogues : 14/20
    Dessins, encrage, couleur : 15/20
    Note finale : 14/20



    AVATAR

    Uber TPB 1 à 3

    Fin mai 1945 : la guerre est à deux doigts de finir en Europe. Soudain, le suicide d’Hitler est interrompu : un général a réussi à concrétiser le projet de surhommes nazis, quasi indestructibles.

    Grâce à une espionne anglaise, le secret de la création des super soldats va se répandre peu à peu chez les alliés, continuant la guerre par d’autres moyens, plus destructrice que jamais.

    Uber utilise le thème rebattu des wunderwaffen allemandes et du crépuscule des dieux wagnérien qu’appelait Hitler de ses vœux. Gillen se saisit de ce thème et en fait une petite merveille de narration et de dialogues, l’idée de génie de ce comic étant de ne pas habiller les nouveaux venus comme des super héros (façon Invaders par exemple) mais de les considérer comme des bâtiments de guerre, une nouvelle arme encore plus destructrice que les précédentes (la bombe atomique n’a pas encore fait son apparition) qui permet à une Allemagne exsangue de poursuivre sa guerre, renversant le cours de l’Histoire.

    Gillen nous fait pénétrer l’esprit d’un Churchill épuisé mais vaillant, la Grande-Bretagne étant le principal adversaire montré dans ces volumes, n’oubliant pas son fameux « chien noir ».
    Peu à peu, nous ferons connaissance avec le fameux Alan Turing, après rencontré les trois plus puissants surhommes nazis dont l’un seulement est un monstre fanatique, les deux autres gardant une part d’humanité.

    Les Russes font aussi très vite leur apparition et tout particulièrement le premier d’entre eux, le sinistre et calculateur Staline, dont Gillen montre très bien le cynisme et le froid glaçant, comme il le fait avec l’enthousiasme fanatique d’Hitler.
    L’auteur ne perd jamais une occasion de s’intéresser à l’homme de la rue autant qu’aux super soldats et aux dirigeants : nous nous trouvons ainsi souvent rallié au point de vue de simples soldats américains sur le front pacifique, de partisans ou d’anciens koulaks russes…

    La suite des évènements nous montre que la guerre va être rallongée plusieurs années encore, les destructions occasionnées par les panzermensch étant comparables à celles des bombardements aériens. Le dessinateur a d’ailleurs cette qualité : il ne nous cache rien des destructions et des corps éparpillés de leurs victimes, le gore souvent éprouvant me semblant ici particulièrement justifié.
    Il est juste dommage qu’il soit pour le reste très moyen, les portraits des personnages historiques étant parfois méconnaissables.

    Autre qualité majeure de la narration de Gillen, la volonté de souligner les premiers engagements et évènements liés aux panzermensch d’un point de vue historique, amplifiant le sentiment que ces évènements vont laisser une trace majeure dans l’Histoire du monde : ces trois tomes oscillent grâce à ça entre le récit de guerre romancé (dans le sens de pas aussi rigoureux qu’un ouvrage scientifique) et livre d’Histoire illustré.

    Personnellement, je trépigne en attendant le prochain TPB, malgré le dessinateur qui gâche un peu la fête.

    Scénario : 17/20
    Dialogues : 17/20
    Dessins, encrage, couleur : 10/20
    Note finale : 17/20


  16. Les 6 membres suivants remercient Giromu pour cet excellent message :

    Bal-Sagoth (28/05/2015), darkkoeurby (07/06/2015), jonathferri (29/05/2015), Kilik (29/05/2015), Lizandrya (29/05/2015), Valthognir (28/05/2015)

  17. #169
    [MOD] Futaba fan forever Supreme Overlord Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Giromu
    Date d'inscription
    January 2004
    Messages
    19 575
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    18 258
    Remercié(e) 29 818 fois dans 10 124 messages

    Par défaut

    MARVEL


    Secret wars 3

    Ce numéro approfondit le monde nouveau au travers de plusieurs discussions importantes nous révélant tout un tas de non-dits et de vérités cachées. En fait, 8 ans ont passé entre les évènements du 1 et du 2, ce qui explique bien certains changements drastiques de caractère chez certains personnages.
    On découvre que certains personnages savent encore qu’il y’a eu un monde avant celui-ci et l’origine de Battleworlds. Les antagonistes ont rarement été aussi pluridimensionnels. Un vrai bonheur d’écriture.

    Encore un numéro passionnant !

    Scénario : 17/20
    Dialogues : 18/20
    Dessins, encrage, couleur : 18/20
    Note finale : 18/20



    Spider-man : renew you vows 1

    Dans ce domaine de Battleworlds, Spider-man s’est marié avec Mary-Jane et n’a jamais perdu la mémoire à cause de Mephisto et son stupide contrat de One more day.
    Un jour, les vengeurs et la majeure partie des super-héros se rassemble à la tour de la super équipe : un riche industriel a fait tuer les héros sans pouvoirs et de nombreux autres, dont les X men, ont subi des expériences dans ses laboratoires. S’appropriant leurs pouvoirs, rien ne semble pouvoir l’arrêter, pas même une énorme coalition de héros. Apprenant l’évasion de Venom de la prison des super criminels, Spider-man ne participe pas à ce combat, car il sait qu’Eddie Brock va s’en prendre à sa femme et son bébé…

    Ce premier numéro est doté d’un scénario classique mais très efficace et bien mené. Il est axé sur les responsabilités nouvelles qui incombent à Spider-man en tant que père. Assez dramatique, il bénéficie d’une superbe réalisation : dessins magnifiques, dialogues réussis. On se passionne pour le destin du tisseur placé face à des choix cornéliens.
    La suite dans deux semaines déjà. Vivement !

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 17/20
    Note finale : 17/20




    Years of future past 1


    Ce domaine continue le scenario du célèbre arc des X men “Days of future past” avec quelques points de divergence vis à vis des évènements d’origine. Nous suivons Christina Pryde, fille de Kitty et Peter Raspoutine (Colossus) qui est considérée comme le meilleur espoir des mutants dans ce mond sinistre. Le sénateur Kelly, politique raciste, a fait plusieurs mandats et parqué les mutants dans des camps de concentration (qui portent bien sûr un nom moins effrayant), des sentinelles parcourant les rues en ruine des villes depuis plus de quinze ans... Mutants, humains et « anomalies » (des super héros humains ?) doivent arborer en permanence des vêtements identifiant par une lettre leur nature.
    Des affiches sont partout placardées sur les murs, appelant les humains à vérifier annuellement si leurs enfants sont des mutants et à préserver la « pureté » de la race humaine.

    A la veille des élections présidentielles, Kelly craint une victoire des libéraux pro-mutants qui amènerait seol lui la déchéance de l’humanité ets urtout le courroux de Dieu, qui lui a donné mission, comme à la baronne Grey (cf X tinction agenda 1 plus bas dans la page) de circonscrire les mutants et d’empêcher qu’ils se rendent où ils veulent sur Battle worlds.
    Quoi de mieux qu’un petit incident filmé ? C’est au même moment que Christina, sa mère et leurs alliés découvrent un moyen de se libérer de leurs colliers inhibiteurs de pouvoirs.

    Un premier numéro assez magistral dans le genre ! ça a vraiment le goût et la couleur du célèbre crossover, y compris dans la narration et les dessins.
    Pour l’instant, le titre le plus convaincant de Secret wars sur les mutants.

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 17/20
    Note finale : 17/20



    Thanos : the infinity relativity OGN

    Suite directe de l’excellent Thanos : the infinity revelation et du nettement moins bon et assez mal nommé Thanos vs Hulk, ce nouvel original graphic novel de Jim Starlin se situe en fait entre les deux.

    Face à la menace représentée par un Annihilus plus puissant que jamais et aux pouvoirs encore inconnus de la nouvelle incarnation de Warlock, Thanos se voit contraint de sortir de sa retraite.
    Il s’adjoint l’aide de ses alliés traditionnels, le téléporteur Pip et sa pupille Gamorra, désormais membre des gardiens de la galaxie, qui partagent ici la vedette avec l(’anti) héros titre.

    Ce deuxième numéro de la trilogie est de bonne facture : nous avons droit à notre dose de cosmique starlinien avec un mélange toujours aussi réussi des éléments qu’il a créé dans les années 70 et poursuivi dans les années 90 mais également les ajouts réussis de l’ére Abnett et Laning (la vague d’Annihilation, les alliances entre empires, les gardiens modernes).

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 16/20
    Note finale : 16/20



    Future imperfect 1

    Ce domaine désertique du nom de Dystopia est régi par le cruel Maestro, célèbre avatar de Hulk, seul super-héros à avoir survécu à une guerre mondiale nucléaire, devenu tyran de l’unique ville existante. Nous suivons une mutante qui sauve du désert un Odin ayant perdu ses pouvoirs.

    Très bon premier numéro exploitant très bien l’univers futuriste éponyme de son créateur, qui parvient à nous surprendre et à nous divertir à chaque page.
    Même le dessinateur Greg land est plutôt en forme par rapport à ses habitudes !
    Très bon premier numéro qui donne diablement envie de lire la suite.

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 15/20
    Note finale : 16/20



    Armor wars 1

    Le domaine de Technopolis est une métropole gigantesque ravagée par un mystérieux virus. Toute la population doit porter une armure faite par la firme du baron Stark ou par son frêre, Arno.
    Stark a promis à son père de sauvegarder une certaine indépendance et liberté à la ville, qui obéit aux règles du dieu de Batlleworlds mais qui a son propre Thor (Jim Rhodes, War machine dans d’autres univers) et relègue le plus loin possible les affaires d’Etat.

    Nous faisons connaissance avec quelques grandes figures de ce domaine, toutes prisonnières d’un carcan d’acier, notamment le baron Stark, qui gère le domaine, Pepper Potts ou en core la petite amie d’un certain Spyder-man (vi vi)., qui gère sa compagnie en nom propre.
    Problème : les deux frères sont en conflit armé et Arno est prêt à tout …

    Un très bon premier numéro qui présente les enjeux, les forces en présence et le domaine, évoquant certaines figures influentes pas encore apparues (le Caïd du crime, par exemple).
    Les dessins sont simples mais très efficaces, avec de l’impact, malgré quelques défauts. La progression du scénario est efficace et ce domaine est un desplus intéressants jusque là, notamment parcequ’il ne se limite pas à bêtement mettre les super héros en armures et va jusqu’au bout du concept d’Iron man.

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 15/20
    Note finale : 16/20



    Giant size little avengers vs X men 1

    Le domaine de Marville (oui, comme la courte série du même nom, que je n’ai pas lue) est l’un des rares où la mort semble ne pas exister !
    Cette ville typiquement « banlieue américaine » est le cadre de jeux gentiment conflictuels entre deux bandes d’enfants à super pouvoirs : les X men de Cyclope, qui aime les jeux de mots pourris et les vengeurs de Captain America. D’autres bandes de gamins regardent tout ça d’un œil interrogatif, comme la bande des midnight sons ou encore Kid MODOK.

    Dans ce numéro, nous suivons la dérouillée infligée par Magyk à un Tony Stark déjà doté d’un système pileux, nous apprenons qu’en matière de stand de bouffe, il faut être prêt à tout pour attirer le client et assistons à l’arrivée de célèbres jumeaux dans le quartier.

    Avec son petit générique chanté très réussi de début de numéro et ses dialogues légers, ce premier numéro est une franche réussite pour Skotte Young, qui sort pour une fois le nez de ses bien connues couvertures alternatives.
    Légère et belle, très amusante à défaut d’être franchement drôle, cette série s’annonce sous de très bons auspices.

    Scénario : 14/20
    Dialogues : 15/20
    Dessins, encrage, couleur : 17/20
    Note finale : 15/20




    X-tinction agenda 1


    Ce domaine est une uchronie qui imagine que plusiuers X men et nouveaux mutants sont restés à Gensoha pour rebâtir la ville après la bataille qui a opposé cet état humain génocidaire et eclavagiste aux mutants. Malheureusement, l’île est sous quarantaine depuis qu’un mystérieux virus menace la survie des esclaves mutants survivants, pouvant se transmettre aux mutants comme aux humains.

    Le baron du domaine est Jean Grey, une mutante saine qui supervise à la fois Genosha et le reste du pays au-delà de la zone de quarantaine. Elle est limitée dans sa mission par les consignes de Dieu, qui considère les mutants comme un fléau qui doit être circonscrit à certaines zones (on repart dans les délires de certains scénaristes qui le rendaient tour à tour raciste dans Black panther ou encore misogyne dans Mighty Avengers…).

    Un titre un peu trop décompressé et bavard, servi par des dessins qui m’ont fait penser aux nineties. Pas franchement hyper marquant. On se demande comment Guggenheim va transformer l’essai.

    Scénario : 14/20
    Dialogues : 14/20
    Dessins, encrage, couleur : 14/20
    Note finale : 14/20



    Secret wars battleworld 2

    Deux récits composent ce numéro. Le premier fait se rencontrer le Blade des années 70 et un Howard the duck qui n’a jamais quitté Duckworld.
    Malgré les clins d’œil à la série originale d’Howard, il est très oubliable car un peu balourd, aussi bien dans l’humour que dans l’exécution.

    Le deuxième se déroule dans les arènes de gladiateurs d’Arcade, que nous avions déjà vues dans Planet Hulk 1. Un avatar du taskmaster est très dépité de voir que sa protégée n’a pas grand succès aux yeux du public comme du dieu de Battleworlds et suit avec jalousie l’ascension fulgurante du cyborg Warmachine, un avatar du général Ross à la recherche des hulks qui ont tué sa fille.
    Réalisé par la même équipe que celle de la mini Planet Hulk, cette courte histoire est de bonne facture.


    Scénario : 14/20
    Dialogues : 14/20
    Dessins, encrage, couleur : 14/20
    Note finale : 14/20



    IMAGE


    Jupiter’s circle 3

    Nous suivons dans ce numéro l’un des super-héros de l’équipe des années 50. Ayant arrêté une attaque du Toyman de cet univers, il lie connaissance avec une jeune fille du trou où a eu lieu l’attaque. Celle-ci rêve de devenir une super-héroïne et d’échapper à son bled. Notre héros, marié et père de plusieurs enfants, connaît des problèmes de couple avec sa femme et se sent pousser des ailes au contact de sa nouvelle alliée…

    Après l’homosexualité illégale du héros précédent, Millar dépeint cette fois un homme en pleine crise de la quarantaine qui va vivre une « May-december romance ». Toujours aussi beau, simple et réussi, décrivant efficacement les années 50 et des héros qui sont avant tout des êtres humains, ce numéro est très agréable et assez fin dans la manière dont il traite son sujet.
    Apparemment, les 12 numéros de la série seront constitués de courts arcs de deux numéros chacun.

    Scénario : 16/20
    Dialogues : 16/20
    Dessins, encrage, couleur : 17/20
    Note finale : 16/20


  18. Les 5 membres suivants remercient Giromu pour cet excellent message :

    Bal-Sagoth (04/06/2015), BaXter (04/06/2015), darkkoeurby (07/06/2015), Kilik (05/06/2015), Lizandrya (04/06/2015)

Discussion fermée

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages