+ Répondre à la discussion
Page 1 sur 2 1 2 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 10 sur 13

Discussion: Quind l'huche est serrée, ça s'appelle un huis clos.

  1. #1
    Rakan Powa! Supreme Overlord Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Bal-Sagoth
    Date d'inscription
    September 2003
    Localisation
    Charleroi
    Messages
    53 738
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    25 763
    Remercié(e) 30 069 fois dans 14 252 messages

    Par défaut Quind l'huche est serrée, ça s'appelle un huis clos.

    Oui, le wallon est encore très proche de l'ancien français, c'est pourquoi porte, "huis", en wallon, ça donne "huche". Une huche serrée, c'est une porte fermée. Un huis clos.

    A noter que huis est masculin, alors que huche en wallon est féminin.

    Mais je ne suis pas là pour vous parler d'ancien français (on dit Aurélien) ou de wallon.

    Ni même des portes hein, on est pas à Brico Dépôt ici.

    Je vais vous parler de films. Oui, basiquement, c'est juste comme le topic cinéma, en plus ciblé.

    Ce afin de présenter une chiée de films se passant dans un périmètre défini et restreint dont le but est de concentrer le suspense en lui offrant le minimum de possibilités de s'échapper. C'est pourquoi, on ferme tout et on ne laisse rien sortir.

    Je ne suis pas un pro du huis-clos et je ne vais pas vous sortir une définition académique dont on a rien à foutre. Si c'est ce que vous voulez vous pouvez en trouver n'importe où en tapant sur Google. (pas trop fort ceci dit, leurs avocats sont féroces)

    Pour moi, donc, c'est un environnement clos avant tout. Un peu comme un D-RPG : tu as le donjon en lui-même, un village attenant, et c'est généralement tout. Le principe de Diablo 1 en plein (même si c'est un D-RPG avec un déroulement hack'n'slash, et que le terme technique exact est Rogue-like, m'enfin bon, on est pas là non plus pour parler JV).

    Ca ne veut donc pas dire que pour qu'il y ait huis clos, il faille forcément qu'il y ait des portes. Et qu'elles soient fermées. Il faut que l'action soit cantonnée dans un endroit, un périmètre très limité. Idéalement une demeure, une bâtisse quelconque, dont on ne peut / ne veut pas s'échapper, mais ce n'est pas tant la porte fermée qui compte, que les murs infranchissables qui refusent de relâcher les protagonistes.

    Le mur peut être purement symbolique.

    Pour moi, Blair Witch, bien que se déroulant à ciel ouvert, est un huis clos, car se déroulant en "vase clos", dans un périmètre restreint et délimité dont les personnages sont prisonniers.

    Vous me direz "ouais mais alors TOUT est un huis-clos à ce compte-là! Après tout nous vivons sur une planète que nous ne pouvons pas quitter pour aller ailleurs, en un sens cette planète est notre prison, et tous les films se déroulant sur cette planète et n'offrant pas aux protagonistes la possibilité de la quitter pour aller ailleurs est potentiellement un huis-clos".

    On peut en discuter, oui, mais pour moi il y a un facteur important : un environnement délimité et RESTREINT.

    Amityville peut être vu comme un huis-clos malgré des scènes extérieures, car toute l'action est concentrée sur la propriété des Lutz et le terrain environnant qui en fait partie intégrante, dont le hangar à bateaux. Ils n'en sortent qu'à la fin.

    Puis comme je l'ai dit, le périmètre peut être délimité par des éléments intangibles. Les murs peuvent ne pas être là mais on peut se les imposer. George Lutz dans Amityville ne veut pas fuir la maison, il est possédé par elle, techniquement il pourrait tout claquer là et partir, il n'est pas physiquement enfermé (sauf sur la fin) malgré que l'action soit cantonnée dans un périmètre restreint, mais il s'impose cet enfermement.

    Donc le huis-clos est plus une vue de l'esprit qu'un enfermement réel.

    Puis, il n'y a pas que ce bon vieux mur de brique (ou autre) ou cette porte fermée qui donne son nom au genre qui puisse faire office d'élément restreignant et concentrateur (qui concentre le suspense et l'ambiance dans le périmètre délimité).

    Les ténèbres et la brume sont autant de murs intangibles qui isolent efficacement un lieu donné de tout ce qui pourrait se trouver à l'extérieur.

    Il y a ça dans The Fog de Carpenter ou The Mist de Stephen King. Il y a ça dans Vanishing on Seventh Street où les ténèbres qui grignotent chaque zone qui leur tombe sous la dent se resserrent comme un étau sur les personnages.

    Et puis il y a le ressenti. Comme j'ai dit, idéalement, pour concentrer l'ambiance et maximiser son potentiel, il faut la concentrer dans un volume réduit et hermétique, ce qui fait que proposer des huis-clos avec un périmètre trop vaste ou trop de scènes d'extérieur permet à l'ambiance-type de s'évaporer et se diluer dans l'atmosphère.

    Par exemple, Screamers (Planète Hurlante), le périmètre est pourtant restreint : les quelques humains restants sur ce bout de caillou pourri au trou du cul de l'univers sont tributaires de navettes qui viennent tous les X temps pour pouvoir se casser et la dernière en date s'est salement crashée... Ils sont vraiment piégés comme des rats.

    Mais bien que restreint, et que le périmètre soit hostile, il est malgré tout encore trop vaste. Si ça c'était passé entièrement dans un bunker de cette planète, ça aurait été un huis-clos, mais y'a toute une facette d'exploration et trop de scènes d'extérieur.

    L'ambiance c'est comme un gaz, si tu veux qu'il reste concentré, faut qu'il soit en proportion supérieure aux autres gaz dans son conditionnement, voir même qu'il soit sous pression tellement il est concentré pour l'espace disponible.

    De même, il y a des huis-clos qui cessent d'en être parce que toute la pression part d'un coup dès qu'on ouvre la porte. C'est le cas des Langoliers, de Stephen King (l'auteur en lui-même a une prose pénible mais qui passe étrangement bien à l'écran). L'action se passe toujours dans des endroits clos, des périmètres délimités, qui rapetissent au fur et à mesure du film. D'abord dans l'avion, puis dans l'aéroport.

    Mais passer du confinement de l'avion à l'aéroport, certes vide et bien cloîtré, mais aussi diablement vaste (sentiment de vasteté qui n'est que renforcé par tout ce vide), ça fait s'échapper la pression tout d'un coup et on cesse d'avoir une ambiance de huis-clos, on a plus la pression, ça offre une sorte de soulagement. Ca n'empêche pas le suspense, juste que ce n'est plus "hermétique". Et ça nique complètement le huis-clos.

    Donc voilà MA perception du huis-clos. Ce n'est pas forcément canonique, et vous pouvez voir les choses autrement de votre côté.

    En conséquence de cette manière personnelle d'aborder ce genre, il se peut que vous ne soyez pas d'accord avec certains des films que je cite ensuite en disant que ce ne sont pas des huis clos. Vous aurez sans doute raison. Mais à chacun sa perception.

    En plus je ne cite que des films que j'ai vu et que j'ai au moins moyennement aimé. Ca n'est pas un recensement systématique de tout ce qui s'est fait dans ce domaine, donc la liste est biaisée d'office.

    Mais bon, je ne suis pas là pour proposer un travail académique, juste répondre à une question de Sisou.

    Une question. Puisque tu sembles bien connaitre ce genre de films, n'y aurait-il pas de film mettant en scène de vieilles bâtisses privées (un peu comme dans Resident Evil) ? Je ne parle pas d'endroits publics comme les hôpitaux. A moins que tu n'aies déjà parlé de ces bâtisses avec Episode 50 ou House of Bones ?
    Donc il me demande idéalement du huis-clos, de préférence dans des bâtiments anciens et appartenant à des particuliers, ce qui exclut les lieux publics.

    Je vais mettre l'accent sur ce genre de films, mais je ne peux pas complètement évincer les lieux publics, parce que bon, que serait le genre huis-clos / hantise sans ses hôpitaux psychiatriques désaffectés?

    Alors commençons cette virée qui va donner des sueurs aux plus claustrophobes d'entre nous. (j'aurai tendance à être un peu claustrophile moi, je n'aime pas les grands espaces dégagés, je préfère des successions de petites pièces bien remplies. Mais aérées huh.)

    1979 - The Amityville Horror / Amityville, la Maison du Diable

    [Horror]



    Type de huis-clos : demeure de particulier, moderne.

    Tremblez escargots et bigorneaux devant cette édifiante histoire vrai... ment bidon. George Lutz durant une partie de sa vie jurera ses grands dieux avoir vécu tout ça. sauf que la majorité des témoins qu'il cite ainsi que les parapsychologues venus voir la maison ont tous avoués que Lutz yoyotait du chapeau et avait un goût prononcé pour les dollars et les bobards.

    Il ne s'est donc rien passé à Amityville, si ce n'est que George Lutz a écrit un bouquin avec l'aide de l'auteur Jay Anson, "vraie", qui raconte le mois qu'il a passé dans la "maison du diable"... C'est la seule chose que George fit de sa vie, il mourut en 2006 alors qu'il constituait un bouquin souvenir de la maison avec des photos.

    L'histoire en gros c'est l'aîné des De Feo, qui n'était pas un garçon très stable, qui un beau soir il décidé d'empoigner sa carabine, et de fumer son papa, sa maman, son frérot et sa frangine.

    Il dira que des voix dans sa tête lui ont dit de le faire.

    Boum, un poil plus tard, les Lutz croient avoir la baraka en achetant cette taule pour une bouchée de pain. Sauf que George va rapidement péter les plombs, voir des trucs bizarre, se réveiller la nuit pour pas de raison... Sa gamine va commencer à parler à "Jodie" une amie imaginaire peut-être plus spectrale qu'imaginaire, et quand même Kathy se rend compte qu'un truc ne va pas, c'est George qui ne veut plus se tailler... Jusqu'à la grande finale où le couple épouvanté, marmots sous le bras, parvient de justesse à sauver sa peau en fuyant l'horreur de ces murs.

    Bien qu'il y ait des scènes en extérieur, le film reste cantonné à la propriété des Lutz, et bien qu'il date d'il y a 33 ans, il est nettement meilleur à tous les niveaux (je ris même pas là) que le pathétique remake de 2005 qui ne réussit qu'une chose : faire s'échapper l'ambiance contenue dans le huis-clos en voulant renforcer le dynamisme des scènes.

    1980 - The Fog / Fog

    [Horror]



    Type de huis-clos : murs de brume

    Une petite communauté de pêcheurs vivant en Californie du nord s'apprête à fêter les 100 ans de sa création, elle qui était jadis une colonie de lépreux.

    Mais voilà, soudain, des souvenirs enfouis refont surface, et avec elle, un banc de brouillard d'une densité record, peuplé de choses étranges assoiffées de sang...

    Qu'est-ce que tout cela signifie? Et si l'histoire de ce charmant petit village n'était pas aussi reluisante que ses descendants ont bien voulu le faire croire? Car après tout, les morts cherchent bien à prendre leur revanche sur quelque chose...

    Le remake de 2005 est une simple modernisation du film de 80, je les trouve aussi bons l'un que l'autre, vous pouvez les regarder tous les deux sans problème. Mais commencez par l'original de préférence.

    1985 - Dèmoni / Démons

    [Horror]



    Type de huis-clos : cinéma.

    Un nouveau film d'horreur est sorti. Un homme portant un masque d'argent assure la promotion du film dans la ville en distribuant des flyers.

    Les gens se regroupent au cinéma pour aller voir le film. Un noir très vulgaire genre mac et ses deux putes se radine, une des deux ne peut s'empêcher "d'essayer" un masque d'argent grimaçant de démon qui est mis comme déco à l'entrée.

    Elle s'écorche la joue ce faisant alors qu'il n'y a aucune aspérité dans le masque.

    Au fil du film elle se sent de plus en plus mal, sa blessure prend une drôle d'allure, et finit par dégorger un pus immonde et épais, elle se rend aux toilettes et là finit par se transformer en démon, comme dans le film...

    Les gens paniqués attaqués fuient en vain et finissent par trouver le cinéma complètement muré, tandis que les victimes se relèvent, changées en démons...

    1986 - Dèmoni 2 / Démons 2

    [Horror]



    Type de huis-clos : building.

    Au dixième étage d'un building une fête est donnée, mais la reine de la fête est passablement dépressive et s'enferme dans sa chambre pour regarder la télé.

    Un reportage étrange y est diffusé sur une bande de jeunes qui violent l'interdiction de se rendre en zone interdite ou une infestation de démons eut lieu (apparemment les démons du 1 ont réussi à sortir du cinéma).

    Un des ados découvre le cadavre d'un démon dans les ruines et provoque par inadvertance sa résurrection... Celui-ci utilise alors les ondes de la télévision pour se propager et entrer dans la pauvre fille qui se trouve alors possédée et affamée... Et elle a justement tout un tas de fêtards sous la main qui ne demandent qu'à être dévorés...

    1988 - Night of the Demons

    [Horror]



    Type de huis-clos : vieille morgue abandonnée.

    Night of the Demons se déroule dans la vieille baraque hantée de cette chère Angela... Un "grand méchant" de film d'horreur qui n'a jamais su rivaliser avec les pointures du genre Voorhees, Myers ou Krueger, bien qu'elle ait eu trois films dans les eighties et nineties pour faire parler d'elle, et un remake dans les années 2000.

    De fait, au début, Angela est normale. Elle fait partie d'un groupe de dix des gosses les plus stupides qu'on ait jamais vu dont un gros punk obèse à face de porc.

    Pour Halloween ils décident d'aller faire une fiesta "d'enfer" à Hull House, une vieille morgue désaffectée bâtie sur un terrain réputé impur depuis des siècles dont la famille qui la possédait a été sauvagement assassinée il y a des années.

    Et comme si ce n'était pas assez, ils décident de faire une séance de spiritisme avec un vieux miroir de plain-pied sinistre retrouvé à la cave.

    Une des filles voit un monstre dans le miroir et pète un câble, causant la destruction du miroir... et c'est Angela, une gothique à grande gueule, qui se retrouve possédée, et va transformer ses petits camarades de jeux en victimes de ses appétits démoniaques ou en collègues possédés, selon ses envies...

    Le 2 et le 3 reprennent un schéma identique, sauf qu'ils sont beaucoup moins axés huis-clos, surtout le 3.

    Un remake a eu lieu en 2009, très huis-clos.

    Angela, une goth, loue une vieille baraque ou jadis la très célèbre Evangeline Broussard organisait des festivités, tout ça pour y faire une teuf d'enfer.

    Faut dire aussi que ça a tourné sûr cette affaire, un jour on a retrouvé la Eva pendue au perron de sa maison, et jamais personne n'a retrouvé ses invités...

    Quoiqu'il en soit, Angela devait être mal rencardée car les flics l'entendent pas de cette oreille : elle avait le droit de louer la maison, pas de faire péter une teuf qui fait chier tout le voisinage, et ils font évacuer tout le monde.

    Voyant les flics arriver, John Connor, qui n'ayant plus de Terminators à s'occuper a pris du poids et viré dealer (oui, c'est Edward Furlong, le John Connor de T2. Non je ne l'avais pas non plus reconnu au début), balance la came dans une conduite qui doit mener à la cave.

    Sauf qu'il est partner dans le deal avec un russkoff antipathique qui l'aime pas des masses et il est sur la corde raide. Comme c'est un ancien pote à Angela il essaye de retourner avec elle à la maison pour récupérer sa came, sauf que personne ne sait comment aller à la cave...

    ...Et quand ils le découvrent, ils découvrent aussi ce qui est arrivé aux convives d'Evangeline il y a de cela quelques décennies...

    Angela est fascinée et ne peut s'empêcher d'essayer d'arracher à un des squelettes une sorte de croc en or. Elle se blesse et dit que le cadavre l'a mordue.

    Elle ne tarde pas à se sentir mal et avoir des hallus, puis fini possédée et commence à donner la chasse à ses petits camarades...

    1988 - Prison

    [Crime / Drama / Horror]



    Type de huis-clos : prison désaffectée soudain réaffectée.

    Prison, excellent film des années 80, se déroulant dans l'univers carcéral, dans un pénitencier presque en ruines réouvert après des décennies faute d'institutions pouvant accueillir de nouveaux taulards, dirigée par le même cinglé qui la dirigeait avant sa fermeture, un type paranoïaque doté d'un goût certain pour le sadisme, et hantée par l'esprit d'un taulard qui a un oeuf à peler avec le dirlo... Il y a des scènes en extérieur, mais elles sont toutes dans l'enceinte du pénitencier, ce qui respecte le cloisonnement. Bien que, à nouveau, un pénitencier ne soit pas une propriété privée mais une propriété de l'état.

    1999 - Haunting / Hantise

    [Fantasy / Horror / Mystery]



    Type de huis-clos : demeure de particulier, ancienne.

    Le docteur Qi-Gon-Jin, euh, Marrow, est un spécialiste des troubles du sommeil. Avec une poignée d'insomniaques hardcore, il décide d'aller faire une petite expérience en les faisant dormir dans une vieille baraque gigantesque au passé plus que sombre.

    A la base il avait l'intention de leur faire un peu peur, mais très vite, il semblerait que la maison n'ait pas besoin d'aide à ce sujet... Remake d'un film de 1693 qui se contentait de présenter une équipe d'investigateurs paranormaux décidées à passer une nuit dans cet endroit hanté.

    1999 - House on Haunted Hill / La Maison de l'Horreur

    [Horror / Mystery / Thriller]



    Type de huis-clos : hôpital psychiatrique désaffecté

    Remake d'un film des années 50 dans lequel jouait l'excellent Vincent Price, ce remake dépoussière, rajoute quelques litrons de sang et modernise les SFX.

    Un propriétaire de parcs thématiques à succès marié à une magnifique autant que glaciale et vénéneuse créature (Famke "nom nom nom" Janssen) décide pour son anniversaire d'organiser une petite murder party délirante dans une de ses récentes acquisitions, un vieil hôpital psychiatrique désaffecté stéréotypé. Donc, comprenez : patients frappadingues, personnel médical encore plus cintré, expériences glauques, torture, morts étranges, révolte des patients, directeur massacré, et en plus de ça c'était un cultiste du chaos.

    Pour l'occasion, il invite plein de gens absolument détestables à qui il promet un million de dollars s'ils passent une nuit dans cette baraque de merde.

    Avant même d'y avoir mis les pieds, la maison hacke l'ordinateur de Stephen H. Price (le nom en l'honneur de Vincent Price, dont le personnage dans le film de 1959 s'appelait, lui, Frederick Loren) et reconfigure sa liste d'invités! Balaise, j'avais encore jamais vu d'hôpital psychiatrique hanté hacker à distance le PC d'un quidam!

    Et voilà qu'une belle brochette d'inconnus se trouve réuni dans la demeure, en compagnie de la féroce et plantureuse Madame Price.

    Price n'y comprend pas grand chose, mais s'en fout pas mal. Ce ne sont pas les invités de base, mais qu'importe! Si ça peut emmerder sa femme c'est suffisant!

    Sauf que l'hôpital, lui, a une idée derrière la cheminée, et ça sent pas bon... De plus, il n'y a pas que la maison qui a des idées malsaines, la chère Madame Price n'est pas venue là uniquement pour se faire emmerder par son mari qu'elle hait plus que tout...

    2001 - 13 Ghosts / 13 Fantômes

    [Horror / Mystery / Thriller]



    Type de huis-clos : demeure de particulier, avant-gardiste.

    Quelle idée aussi d'envoyer l'inspecteur Monk là-bas. Enfin, non, c'est juste Tony Shalhoub mais je peux pas voir ce type autrement qu'en Monk.

    Quoiqu'il en soit, le brave oncle Cyrus était un homme versé dans pas mal de domaines ésotériques et disposant dune propriété tout de verre faite, un assemblage de verre et d'acier complètement halluciné.

    Et il est un peu mort. Son distant neveu Arthur se voit soudain hériter de la demeure étrange et n'a pas beaucoup de choix sinon d'y emménager avec sa petite famille, puisqu'ils sont un peu dans al dèche depuis la mort de sa femme dans l'incendie de leur ancienne demeure.

    Sauf que l'étrangeté de la maison ne se borne pas au choix des matériaux, elle est bâtie sur un mécanisme ésotérique pas vraiment sympa et renferme en son sein 13 esprits malins qui vont mener la vie dure à la petite famille qui se perd dans ce labyrinthe de verre qui ne cesse de se reconfigurer...

    2003 - Fear of the Dark

    [Horror]



    Type de huis-clos : demeure de particulier, moderne

    Fear of the Dark, qui comme son nom l'indique traite d'un préadolescent ayant une terreur morbide des ténèbres en tous temps qui se retrouve confronté à son pire cauchemar en compagnie de son frère aîné par une huit d'orage, et ce dernier va devoir admettre qu'il y a bien quelque chose dans cette noirceur. Plus que "la même chose qu'il y a quand c'est allumé". Les peurs intimes prennent forme dans la texture des ténèbres.

    Se passe exclusivement, une fois l'action lancée, dans la demeure du garçon.

    2006 - Altered

    [Horror / Sci-Fi / Thriller]



    Type de huis-clos : demeure de particulier, moderne

    C'est une sorte de reverse-abduction, cette fois c'est pas les aliens qui capturent les humains, c'est les humains qui vont en capturer un.

    Ewann est un type qui se veut normal mais vit au fin fond du désert dans une baraque fortifiée avec sa copine.

    Un soir qu'il ne demandait rien à personne, ses anciens potes d'il y a 15 ans débarquent chez lui "ils en ont eu un".

    De ce qu'on comprend (y'a pas de gros flashback bien gras, l'action ne s'interrompt pas), y'a 15 ans Ewann a coupé les ponts avec les autres après la mort de Timmy.

    A l'époque ils n'étaient que des gamins, mais près d'une ferme (qu'on ne voit jamais) apparemment infestée d'aliens ils ont été enlevés.

    Après deux jours tous ont été relâchés après qu'on ait expérimenté sur eux, seuls Ewann et Timmy sont restés, et Timmy n'a pas survécu.

    Personne n'a cru à leur histoire d'aliens et le frère de Timmy a été accusé de son meurtre en envoyé moisir au trou, après quoi le groupe s’est scindé.

    Mais voilà qu'ils reviennent chez Ewann en catastrophe car "il les connaît mieux que nous".

    En effet ils ont fait une belle connerie, ils ont voulu se venger, ils en ont capturé un, mais ils sont bien emmerdés maintenant qu'ils l'ont, car ils savent pas quoi en foutre... Le tuer? mauvaise idée, provoquer ces aliens qui jusqu'ici se contentent d'étudier l'homme pourrait causer une guerre de laquelle l'homme n'a aucune chance de sortir vainqueur.

    Et pour parachever le bordel, les "autres" sont au cul du groupe d'ex-cobayes en fuite avec leur paquetage extraterrestre...

    2006 - La Hora Fria / Dark Hour

    [Horror / Mystery / Sci-Fi]



    Type de huis-clos : ruines

    Ensuite, encore des espingouins. Faut pas rigoler, ils sont pas mauvais du tout ces enfoirés ibériques. Avec de l'ambiance et tout le bousin. The Dark Hour. Des survivants dans un complexe abandonné. De moins en moins nombreux. Le jour, ça va. Ils essayent de vivre. Mais la nuit, parfois... Il gèle. La température descend extrêmement bas, et "les autres" viennent pour essayer de les emporter.

    C'est pourquoi ils anticipent chaque nuit froide, et lorsque cela arrive ils sont claquemurés dans leurs chambres... Une ambiance oppressante teintée de mystère, et un huis-clos dont la résolution dévoile un autre huis-clos... Dans un monde qui n'a plus de futur.

    2007 - 1408 / Chambre 1408

    [Horror / Thriller]



    Type de huis-clos : chambre d'hotel de luxe, ancienne

    Mike Enslin est bien connu dans le milieu des gogos qui avalent tout et n'importe quoi. Il est l'écrivain qui a rédigé des ouvrages tels que "10 cimetières hantés d'Amérique du nord", "10 maisons hantées", "10 asiles hantés", ... Véritables guides Michelin de la hantise... Ou pas.

    Enslin est cynique et sceptique, depuis la mort de sa fille il a perdu la fois et se venge en faisant s'effondrer les croyances d'autrui... Il reçoit un jour une carte postale étrange d'un hôtel, "Le Dolphin".

    La carte n'a rien d'extraordinaire. Elle représente juste l’hôtel, comme une de ces cartes de vacances pour touristes. Mais derrière... Griffonné à la hâte, les mots "1408 - DO NOT ENTER".

    D'accord se dit Enslin. Je marche. Il téléphone au Dolphin. Demande à réserver la chambre 1408. On lui dit qu'elle n'est pas disponible. Dans une semaine alors? Pas disponible. Un mois? Pas disponible. La saison prochaine? On lui raccroche au nez.

    Enslin marche pas, il court. Contacte son éditeur, qui lui dit que son avocat a trouvé une loi qui oblige le proprio de l’hôtel de lui louer la chambre si il la paye et qu'elle est libre, sous peine d'être accusé de discrimination, même si Enslin est un américain blanc.

    Le patron, Samuel Fuckin' Jackson, le reçoit très cordialement. Il lui explique pourquoi il lui refuse la chambre 1408. Enslin veut cette chambre encore plus et surtout que Olin (le perso de Jackson) cesse ses conneries.

    Pour le même prix, Olin veut lui offrir une suite royale. Ou la chambre 1406, copie conforme non-hantée de la 1408.

    Il lui offre un accès illimité au dossier secret de la chambre 1408 et l'autorisation de tout copier dans son livre, le tout avec un scotch millésimé.

    Tout, du moment qu'il renonce à passer la nuit dans la chambre 1408. Car personne n'a tenu plus d'une heure dans cette chambre.

    Elle est pourtant bien entretenue, lavée une fois par mois... Trois bonnes s'en chargent, tandis qu'Olin surveille la porte, et ils sortent tous après seulement dix minutes.

    Rien à faire. Enslin veut y aller. Et il y va. De prime abord elle est décevante cette chambre, d'une banalité mortelle. Et pourtant... Il n'y a pas de monstres, pas de fantômes, mais la chambre elle-même lui impose un ultimatum après avoir vécu une heure d'horreur, avoir revécu la mort de sa fille, manquer geler, manquer se noyer : revivre cette heure à l'infini... Ou choisir d'en finir.

    Mais Enslin en a vu d'autres et si cette salope de chambre veut jouer, il va jouer...

    2007 - Paranormal Activity

    [Horror / Mystery]



    Type de huis-clos : demeure de particulier, moderne

    Katie et Micah ont emménagé ensemble. Depuis plusieurs semaines des évènements étranges se produisent dans leur demeure.

    Katie dans son enfance, avec sa soeur Kristie, ont vécu une expérience paranormale qui a failli très mal se finir et dont elles refusent de se souvenir ou d'évoquer. Ca a fini par l'incendie de ladite maison.

    Les phénomènes avaient arrêté de se produire un temps, mais ils reviennent en force.

    Micah, trader amateur ayant le vent en poupe, achète une caméra ultra puissante pour se filmer pendant qu'il dort avec sa copine et voir s'il se passe des choses.

    Ca commence par pas grand chose. La porte qui s'ouvre et se referme seule, sans l'action d'un quelconque courant d'air. Les couvertures retirées du corps de Katie.

    Puis ça passe la vitesse supérieure. Katie se lève comme une somnambule la nuit et reste des heures fixe à côté de son lit sans qu'elle se souvienne de quoi que ce soit. Des grognements et des bruits de pas se font entendre...

    Micah provoque le démon, prend tout ça pour un jeu... Katie elle, balise, elle sait que ça ne va pas finir bien...

    Le réalisme dans la manière de filmer et le manque flagrant d'effets spéciaux combiné au huis-clos apportent une atmosphère suffocante.

    Spoiler:
    Micah est tué par Katie possédée à la fin. Katie disparaît.


    Le 2 se concentre sur la soeur de Katie, avant et après les évènements du 1

    Spoiler:
    Katie revient à la fin et enlève Hunter, le fils de Kristie.


    Le 3 est une préquelle qui traite de l'enfance de Katie et Kristie, et comment tout a commencé.

    Le 4 est la suite directe du 2, où des gens sans histoire se voient confrontés à d'étranges phénomènes après qu'une femme bizarre avec un bébé soit venu s'installer à côté d'eux

    Spoiler:
    Il s'agit de Katie et Hunter, le fils de Kristie.


    Tokyo Night est le remake japonais du deuxième film, un gars doit rester seul chez lui avec sa soeur revenue d'un voyage en Amérique avec les deux jambes cassées.

    La soeur a ramené un démon dans ses valises, la possession débute, et le frère va filmer la soeur pour essayer de l'aider... Avant d'être lui-même la cible du démon.

    J'ai pas encore vu le 3, et le 4 doit seulement sortir fin octobre.

    Le 2 est trop dilué. Le Tokyo Night renoue avec les ficelles du premier, mais n'innove pas vraiment...

    2007 - REC

    [Horror / Thriller]



    Type de huis-clos : complexe d'appartements, moderne.

    Une équipe de nuit de la télé espagnole file le train aux pompiers du coin pour faire un docu pour tous les insomniaques devant leur télé.

    C'est du direct.

    Appelés dans un appartement pour une raison X, les voilà soudain confrontés à une vieille pas nette censée avoir fait un malaise et qui se jette sur les pompiers pour les mordre.

    Le début d'une invasion de zombies dans le bâtiment, qui abrite en son sommet un terrible secret... Pas qu'ils voudraient pas fuir, mais apparemment l'état est au jus de ce qui se passe et fait isoler le bâtiment, encerclé par l'armée.

    Du coup, plus qu'une solution : se planquer quelque part pour rester en vie. Et filmer, pour la postérité.

    2007 - Return to the House on Haunted Hill / Retour à la Maison de l'Horreur

    [Horror / Thriller]



    Type de huis-clos : hôpital psychiatrique désaffecté

    Suite du remake en direct-to-video, après la nuit de merde passée dans le vieil hôpital psychiatrique, une bande de masos remet ça.

    Pas question d'aller y faire mumuse, cette fois c'est du sérieux, il est question de retrouver un ancien artefact du chaos qui aurait appartenu autrefois au bon docteur qui dirigeait cette sadique institution à l'époque où elle était encore en service.

    Apparemment seule la frangine d'une des filles qui a failli laisser sa peau dans cette baraque dans le 1 (il y a bien deux survivants à a fin du 1, ils sont piégés à l'extérieur, à l'abri du mal... Mais incapables d'aller plus loin, puisqu'ils sont sur une corniche au-dessus d'une falaise à des dizaines de mètres de haut...) pourrait retrouver l'objet, mais elle n'est pas très conciliante, aussi la bande de crapules qui souhaite retrouver la Statue de Baphomet butte la frangine rescapée pour montrer qu'ils rient pas, même si la version officielle est "suicide".

    Et donc en mauvaise compagnie, la pauvre fille est forcée d'aller dans la fameuse "maison"... Qui est toujours aussi peu sympa que dans le 1... Alors que tout ce beau monde est rentré, la maison se referme, piégeant les humains...

    2007 - The Mist / Brume

    [Horror / Sci-Fi / Thriller]



    Type de huis-clos : murs de brume

    Après une tempête particulièrement violente, un homme, son fils et son voisin, s'en vont au supermarché de leur petite ville acheter ce qu'il faut pour commencer à réparer.

    Alors qu'ils sont tous dans le supermarché, une brume étrange et épaisse se lève. Un homme arrive, blessé, dit que quelque chose dans la brume l'a attaqué et un de ses amis est mort.

    Personne ne veut le croire. Pourtant, les rares qui osent s'aventurer là-dehors rencontrent effectivement des choses indicibles qui les tuent.

    Piégés dans cette pathétique petite cage de verre, que faut-il craindre le plus? L'ennemi dehors, ou celui dedans? Les gens sont sous pression, la terreur fait faire bien des choses, et ce n'est pas cette salope de Madame Carmody, une folle de Dieu, qui va arranger les affaires.

    Au début tout le monde la prend pour une folle. Quelques morts plus tard et une expédition au-dehors particulièrement catastrophique et courte, tout le monde voit en elle une prophétesse, et c'est là que pour les rares sains d'esprit les choses se corsent... Attendre? Et si cette brume ne devait jamais se lever?

    Et qu'est-ce que ce projet "pointe de flèche" dans laquelle l'armée est impliquée? Est-ce la cause de tout ce merdier? Un classique, qui prouve que King a bien plus de talent comme nouvelliste que comme romancier. (et on dit "merci Lovecraft pour ces délicieux tentacules")

    2008 - 13 Hours in a Warehouse

    [Horror / Thriller]



    Type de huis-clos : entrepôt désaffecté.

    Un groupe de gros bras se réunit pour un coup fumant dans un entrepôt désaffecté. Un plan simple et sans faille, une nuit de baby-sitting pour un otage et on raque le cash au petit jour. Mais bien vite la parano s'installe. Inutile de dire que nos enfants de choeur se font pas vraiment confiance et ils ont l'impression de ne pas être seuls dans ce grand entrepôt. Ensuite, l'otage se carapate. Il y a un traître dans leurs rangs. Des séries de chiffres apparaissent sur les murs... Et ils comprennent enfin quel genre de film on tournait dans cet entrepôt... Leur seule chance semble être la lumière du jour, mais alors que s’égrènent les minutes, leurs chances de tous la revoir semble de plus en plus mince...

    2008 - City of Ember / La Cité des Ombres

    [Adventure / Family / Fantasy]



    Type de huis-clos : entrailles de la Terre.

    En huis-clos dans un registre qui fait pas peur, on a le très bon City of Ember, qui aurait pu être le portage en film du DLC de Fable III qui vous permet d'investiguer les voix sous les industries de Bowerstone (ceux qui l'ont fait comprendront). Y'a eu une guerre. La der des ders. La vraie. La surface n'est plus habitable. Alors les habitants décident de vivre sous terre X siècles. Une boîte transmettent des instructions est remise au maire de ce village des derniers survivants, qui ne s'ouvrira qu'au jour J, pour rappeler aux gens ce qu'il leur faut faire le moment venu. Et donc durant plus d'un siècle si je me souviens bien, la boîte passe de maire en maire... Jusqu'au jour où elle disparaît, oubliée, si bien que le jour où elle s'ouvre, personne n'est là pour en lire le message.

    La cité est un cloaque ou vivotent les humains, tous désignés dès leur rite de passage à l'âge adulte pour occuper une tâche précise dans la cité jusqu'au jour de leur mort.

    La génératrice ne se porte pas très bien, les pannes de courant générales sont fréquentes. Les vivres viennent à manquer. Mais le maire se veut rassurant, et les gens marchent.

    Sauf que le jour où une bande de gamins, lointains descendants de la dernière mairesse a avoir réellement occupé son poste autrement que pour s'en foutre, retrouvent la boîte, le maire n'est pas très content... Commence alors la tentative désespérée de foutre le camp des entrailles ténébreuses de la terre pour rejoindre la mythique surface de leurs ancêtres... Comme tout se passe sous terre, ça me semble raisonnablement clos.

    2008 - Midnight Movie

    [Horror]



    Type de huis-clos : cinéma.

    Dans le même genre justement, il y a Midnight Movie, le pitch est sympa mais se noie assez vite dans un slasher que même l'élément de huis-clos ne parvient pas vraiment à faire tenir debout. Un débile d'un asile psychiatrique interné là depuis des années et ne montrant aucun signe de rémission est obsédé par un film qu'il a lui-même tourné. On l'accuse d'avoir sous l'emprise de ce film tué des gens. Le psychiatre en charge de son cas estime que revoir ce film qui le hante pourrait avoir un effet cathartique... Son collègue n'est pas du même avis. Commence le visionnement, le malade, seul, enfermé dans la pièce avec la pellicule du film projetée sur un écran... Il se mord le poignet, fait couler le sang, trace des signes cabalistiques sur le sol... Le psychiatre de retour constate les marquages au sol et l'absence du patient. Ce jour-là, personne ne survécut dans l’hôpital. Sauf le collègue du psychiatre en charge du patient, qui s'était absenté et a trouvé tout le monde mort à son retour.

    Plus tard, dans un petit cinéma miteux spécialisé dans la projection de vieux films d'horreur underground, le film refait surface. Ainsi qu'un flic hanté par cette affaire d'hôpital, à deux doigts de se faire saquer par sa hiérarchie qui le croît fou, et secondé par l'ancien psychiatre de cet hôpital qui avait survécu au massacre.

    Ils sont sûrs que la projection de ce film attirera le dingue, que personne n'a jamais retrouvé, et que le flic comme le psy croient encore dans la nature.

    Commence le film... A priori rien de formidable, un grand type portant un ersatz de masque de Shao Khan sur la gueule et armé d'une vrille aiguisée (original) trucide des hippies défoncés.

    Ah? Tiens? On le connaîtrait pas lui? Aux scènes du film original commencent à se greffer des scènes inédites... Qui se déroulent dans le cinéma. Quand c'est un de leurs amis qui se fait éventrer sur la toile, tous crient au génie, persuadés que c'est une caméra cachée, une télé-réalité, un truc ainsi. Alors ils sortent de la salle pour trouver le mystificateur.

    Quand le grand méchant du film se paye un trip 3D technicolor dans la réalité et remue un peu les tripes du psy (qui pensait avoir affaire à son patient en cavale et essayait de le raisonner), ils sont tous d'un coup beaucoup moins joyeux. Surtout que rien de ce qu'ils peuvent faire n'a d'effet : les vitres semblent être blindées tout d'un coup : impossible de les briser en tapant des chaises dedans ou me^me en tirant au pistolet! Toutes les issues sont fermées!

    Que faire, dès lors? Eh bien, après ces débuts alléchants, ça se résume à une course poursuite qui fait plus penser à une version gore de Scooby-Doo (vous savez, des fuites dans les couloirs, une fois Shaggy et Scooby fuyant le fantôme, se planquant dans une pièce, découvrant que le fantôme est avec eux, fuyant encore dans une autre pièce, etc.). Et encore, pas SI gore. Dommage, le pitch était pas mal mais cet ersatz de Voorhees / Leatherhead qui boîte a le charisme d'une loque humide et dès qu'il entre en scène, l'ambiance retombe comme un soufflé.

    2009 - No-Do / Les Témoins du Mal

    [Horror / Mystery]



    Type de huis-clos : demeure de particulier, ancienne

    Tant qu'à rester dans les espagnols, il y a "les témoins du mal", qui se passe dans une maison ou des gens emménagent, et ils sont dérangés par des phénomènes étranges... Une bonne partie se passe dans la maison, mais des éléments extérieurs viennent s'ajouter.

    A nouveau, une croisée des destins.

    Dans une grande demeure servant d'école, en 1947, trois jeunes orphelines prétendent avoir vu la vierge et pouvoir guérir les gens.

    50 ans plus tard, un prêtre qui vivait dans cette vieille maison, anciennement l'école, meurt.

    Francesca est pédiatre, son mari est médecin. Après son accouchement elle entre en pleine dépression et suivant les conseils de ses collègues, elle et son mari prennent un break et vont s'installer dans la demeure du curé désormais mort, loin de la ville, pour prendre du repos.

    La cave est scellée mais l'Eglise promet de venir rapidement reprendre les affaires s'y trouvant.

    Au même moment dans une institution catholique non loin de là, Bianca se réveille. Elle dormait depuis cinquante ans, de manière inexpliquée, et soudain elle est parfaitement remise.

    Francesca commence à entendre et voir des choses dans la vieille maison et à faire une fixette sévère sur son lardon, tandis que Bianca va s'efforcer d'obtenir sa coopération pour révéler un lourd secret étouffé depuis trop longtemps, d'abord par les services d'information franquistes, ensuite par le clergé catholique.

    Et si c'était pas la vierge Marie que les gamines avaient vues?... Et si les démons pouvaient singer les miracles?

    2009 - REC²

    [Horror / Thriller]



    Type de huis-clos : complexe d'appartements, moderne.

    Rec. Pendant et après.

    Trois collisions de scénarios : Angela Vidal, journaliste du 1... Survivante.

    Trois gosses, un pompier et un type qui profitent de la débâcle pour rentrer dans le complexe d'appartements par les égouts. Eux parce que ça a l'air fun. Le gars parce qu'il veut sauver sa famille présente dans le bâtiment.

    Une équipe du SWAT et un officier médical qui viennent pour contrôler la situation.

    L'officier est en réalité un envoyé du Vatican pour arrêter la patient zéro de cette épidémie, qui était possédé par le diable. Il enferme les zombies avec un crucifix mais les jeunes les libèrent... Tout le monde fout le camp se planquer et ce faisant ils croisent la journaleuse du 1, que tout le monde pensait morte...

    Le 3 rompt la tradition et mise plus sur la surenchère gore que sur la vidéo réaliste en huis-clos.

    2010 - Atrocious

    [Horror / Thriller]



    Type de huis-clos : demeure de particulier & murs végétaux.

    Les corps de la famille Quintanilla sont découverts par la police dans leur maison de campagne. Apparemment les enfants de la famille s'ennuyaient aussi ont-ils filmé pendant 37 heures divers évènements, qui ont été rassemblé de manière à former un film.

    Au départ ça commence comme du Blair Witch, des jeunes, une caméra, l'envie de faire un reportage sur une légende locale dans les bois de Garraf...

    Ca finit en slasher, tandis que les enfants se croient harcelés par l'esprit local, pourtant réputé bienveillant...

    2010 - Don't Be Afraid of the Dark

    [Horror / Thriller]



    Type de huis-clos : demeure de particulier, ancienne.

    Continuons dans le registre des ténèbres.

    "Don't be afraid of the dark", très beau film sous forme de conte noir pour enfants, dans la veine de Grimm, qui est aussi espagnol je pense. C'est donc un père cette fois, divorcé mais de nouveau en couple, avec ses filles de son premier mariage, qui doivent apprendre à cohabiter sous le même toit dans une nouvelle maison. La fillette libère par inadvertance de petits esprits terrestres ténébreux qui sont la source même de la légende travestie en histoire naïve, de la petite souris. Les ténèbres sont omniprésentes car les petites créatures, comme des Gremlins mais en plus malin, plus cruel et plus petit, ne supportent aucune forme de lumière.

    Le vieil homme qui sert d'homme à tout faire savait, lui, l'histoire de ce lieu, il a bien essayé de les prévenir, mais personne ne l'a écouté... Remake d'un film de 73.

    2010 - Vanishing on 7th Street / L'Empire des Ombres

    [Horror / Mystery / Thriller]



    Type de huis-clos : murs de ténèbres.

    Soudain les Ténèbres deviennent vivantes et absorbent tout. Un groupe de survivants menés par Anakin Skywalker (la malédiction des Skywalker a de nouveau frappé, tout comme Mark Hamil, on ne voit Hayden Christensen dans quasi aucun film depuis Star Wars il fait environ un film / an, et jamais rien de très connu) doit faire son possible pour essayer de se sortir de ce merdier. Sans savoir si c'est seulement possible, car quand la lumière s'éteint, elle ne se rallume plus...

    Les gens ne sont plus qu'un souvenir dans cette détroit fantomatique, la seule vocation qui en reste sont des ombres trop longues qui rampent pour obliger les vivants à les rejoindre.

    Pas un huis-clos à proprement parler, mais la ville devient un endroit fermé cerné par quatre murs de ténèbres.

    2011 - Episode 50

    [Horror / Mystery / Thriller]



    Type de huis-clos : hôpital psychiatrique désaffecté

    Une équipe d'investigateurs paranormaux de la télé-réalité décide de voir les choses en grand pour leur cinquantième émission, et répondent à la demande d'un riche héritier qui n'a plus que six mois à vivre et voudrait qu'ils investiguent l'asile d'aliénés de West Virginia. La joyeuse bande de sceptiques voit ça comme du pain béni. LA baraque la plus hantée des USA, rien que ça! Sur le terrain, première déception : ils ne sont pas seuls. Eux cherchent à démystifier le surnaturel, mais la deuxième équipe sur les lieux est une bande d'amateurs pétris de religion qui au contraire veulent prouver l'existence de Dieu à travers le surnaturel. Alors que l'asile se réveille doucement et concocte son lot de coups foireux aux gens, les deux camps commencent à s'accuser de toute sorte. Pourtant, s'ils veulent survivre, faudra bien qu'ils fassent front commun... Car l'asile a pas l'intention de faire des prisonniers.

    2011 - Grave Encounters

    [Horror]



    Type de huis-clos : hôpital psychiatrique désaffecté

    Une équipe de télé-réalité qui gagne de l'audimat décide pour son sixième reportage de s'attaquer à l'hôpital de Collingwood, qui a un passé bien lourd chargé de meurtres bizarres, d'expériences interdites, de directeurs suspects, tortionnaires et vaguement cultiste du chaos. Et tout ce beau monde va se faire enfermer là pendant une nuit, pensant que ce n'est qu'une grosse blague. Ils filment en en faisant des tonnes, en rajoutant de l'horrifique bas de gamme à l'aide d'un Medium bidon... Jusqu'à ce que l’hôpital décide de leur donner du frisson authentique. Quand les choses partent en sucette tout le monde juge plus prudent de battre en retraite... Mais la sortie semble introuvable. Ils tournent en rond dans les ténèbres de cet endroit glacial sans espoir de sortie, et le jour semble refuser de se lever, par dessus tout...

    2011 - Livide

    [Fantasy / Horror]



    Type de huis-clos : demeure de particulier, ancienne

    La p'tite Lucy commence sa première journée comme aide-soignante à domicile en suivant son mentor, une infirmière à domicile chevronnée.

    Elles arrivent à la vieille baraque d'une prof de danse autrefois très renommée mais en coma cérébral depuis perpète.

    L’infirmière à grande gueule lui explique qu'elle est pétée de thune et que sa volonté a été d'être tenue en vie, là, à sa baraque.

    Ladite baraque dissimulerait un trésor, mais elle-même n'a jamais réussi à le trouver, pas faute d'avoir cherché pourtant.

    La gamine revient chez elle après sa journée, parle à son copain, apprenti matelot pêcheur qui est pas très emballé par ses perspectives d'avenir.

    Elle lui parle de sa journée.

    Le gamin flashe : une vieille baraque perdue dans la lande avec une vieille à l'état de légume dedans et un trésor? Et si on braquait mamy?

    Crac, après quelques explications, le petit copain, son frangin, et la p'tite Lucy crapahutent sur la lande brumeuse et enténébrée.

    Après une fouille en règle des lieux, il se trouve broucouille. Et passablement vénère. Il voit alors que la vieille carne a un truc autour du cou, une sorte de clé, pour la seule porte de cette baraque qu'ils n'ont pas pu ouvrir.

    Quand il découvre que le trésor est une sorte de reproduction de ballerine grandeur nature, le jeune pas content d'être ainsi roulé décoche un pain dans le "mannequin"...

    ...Tiens, la vieille ne devait pas être si morte que ça. Ni si humaine que ça, finalement.

    ################################################## #########


    C'est tout pour cette première partie, mais y'a encore beauuuucouuuup d'autres films dont il faut que je vous parle, oh oui, des tas.


    "Wijn is venijn, bier is plezier"

  2. Les 10 membres suivants remercient Bal-Sagoth pour cet excellent message :

    ADN san (11/03/2018), bluipiah (11/10/2012), Corran (11/10/2012), darkkoeurby (11/10/2012), Giromu (11/10/2012), linounette (11/10/2012), Lizandrya (11/10/2012), makko (11/10/2012), sisou (11/10/2012), Valae (11/10/2012)

  3. #2
    [MOD] Futaba fan forever Supreme Overlord Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Giromu
    Date d'inscription
    January 2004
    Messages
    19 575
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    18 258
    Remercié(e) 29 818 fois dans 10 124 messages

    Par défaut

    Il manque les deux meilleurs films de maison hantée de l'univers à la liste:

    Trauma
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Trauma_%28film,_1976%29

    et l'enfant du diable
    http://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Enfant_du_diable

    Deux films à l'ambiance géniale, plus flippants que gore. Merci pour la liste, ça va me donner des idées.


    Amytiville c'est nullissime par contre. J'ai vu que le 1, je sais pas pour les autres.

    Prison ets super sympa. Demons 1 et 2 aussi.
    On peut rajouter à la liste les autres avec Nicole Kidman!
    Dernière modification par Giromu ; 11/10/2012 à 19h10.

  4. Les membres suivants ont remercié Giromu pour cet excellent message :

    makko (11/10/2012)

  5. #3
    Rakan Powa! Supreme Overlord Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Bal-Sagoth
    Date d'inscription
    September 2003
    Localisation
    Charleroi
    Messages
    53 738
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    25 763
    Remercié(e) 30 069 fois dans 14 252 messages

    Par défaut

    Amityville 1 est un classique de la maison hantée.

    Oublie les autres, ce sont des séries Z sans grand intérêt, surtout le 2.

    Sinon j'ai encore une kyrielle d'autres films à traiter dont :

    100 Feet
    A L'intérieur
    Alien
    Alien 3
    Altitude
    Apollo 18
    Autopsy
    C.C.A.
    Cabin in the Woods
    Captivity
    Cold Prey
    Collector
    Cornered
    Cottage
    Creep
    Cube 0
    Cube 1
    Cube 2
    Dead Set
    Deepstar Six
    Descent 1 + 2
    Devil
    Doom
    D-Tox
    event Horizon
    Feast
    Fragile
    Hard Candy
    Hybrid
    Identity
    Insanitarium
    Insidious
    Iron Doors
    LD 50
    Leviathan
    Maléfique
    Megalodon
    Meurtres
    Moon
    Mortuary
    Night Train
    Nine Dead
    Pandorum
    Penny Dreadful
    Pitch Black
    Plane Dead
    Pontypool
    Profession profiler
    Salvage
    Saw 1
    See no Evil
    Session 9
    Shutter Island
    Snakes on a Plane
    Spirit Trap
    Stag Night
    Steel Trap
    Terminus de l'Horreur
    The Dreams in the Witch-House (short)
    The Incite
    The Task
    The Thaw
    The Violent Kind
    The Ward
    Toolbox Murders
    Train
    Un cri dans l'océan
    Vacancy 1
    Vacancy 2
    Vaisseau de l'angoisse
    Wilderness
    Wind Chill
    Wrong Turn 4


    "Wijn is venijn, bier is plezier"

  6. Les 2 membres suivants remercient Bal-Sagoth pour cet excellent message :

    Giromu (11/10/2012), sisou (11/10/2012)

  7. #4
    Great Old One Godslayer sisou Most fuckin' badass in the entire multiverse ever sisou Most fuckin' badass in the entire multiverse ever sisou Most fuckin' badass in the entire multiverse ever sisou Most fuckin' badass in the entire multiverse ever sisou Most fuckin' badass in the entire multiverse ever sisou Most fuckin' badass in the entire multiverse ever sisou Most fuckin' badass in the entire multiverse ever sisou Most fuckin' badass in the entire multiverse ever sisou Most fuckin' badass in the entire multiverse ever sisou Most fuckin' badass in the entire multiverse ever sisou Most fuckin' badass in the entire multiverse ever
    Date d'inscription
    April 2004
    Messages
    5 493
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    19 574
    Remercié(e) 8 581 fois dans 3 038 messages

    Par défaut

    Eh ben. Je m'attendais à ce que tu me répondes dans le topic "Cinéma". Et que tu nous sortes une longue liste des films sur le huis-clos. O.O

    Merci beaucoup pour tes fiches.


    Citation Envoyé par Bal-Sagoth Voir le message
    1979 - The Amityville Horror / Amityville, la Maison du Diable
    Ah ouais, ce film me plairait.


    2006 - La Hora Fria / Dark Hour
    Ce scénario me plairait bien. A voir donc.


    2007 - 1408 / Chambre 1408
    Alors là, j'ai bien envie de voir ce film, savoir comment va s'en sortir Enslin face à une petite chambre. XD



    2007 - Paranormal Activity
    Ahhhh.... Le film qui m'a bien plu. La fin m'a fait sursauter.


    Le 2 est bien aussi (le sacré coup de poing à la fin. ). En revanche, ça part un peu en couilles dans le 3, je dirais. :-/ En attendant le 4e film que je n'ai pas vu...


    2007 - REC
    Bonne au début, l'histoire devenait prévisible durant le film. Ce n'est qu'à la fin qu'elle devenait plus intéressante.


    2007 - Return to the House on Haunted Hill / Retour à la Maison de l'Horreur
    Mmmh... ça me tenterait bien.


    2008 - Midnight Movie
    Que faire, dès lors? Eh bien, après ces débuts alléchants, ça se résume à une course poursuite qui fait plus penser à une version gore de Scooby-Doo
    Tu m'as tué avec Scooby-Doo en mode horreur.


    2009 - No-Do / Les Témoins du Mal
    Le film avec ses secrets inavouables me plairait.


    2011 - Episode 50
    Haha, la concurrence entre deux équipes obligées de s'entraider m'incite plutôt à vouloir voir le film en premier.


    2011 - Grave Encounters
    ça aussi, le scénario me plait bien. * hop, coche le film sur ma liste *


    2011 - Livide
    Faut pas faire chier mamie. Je prends aussi.


    C'est tout pour cette première partie, mais y'a encore beauuuucouuuup d'autres films dont il faut que je vous parle, oh oui, des tas.
    Bal va être enfermé dans le huis-clos du répertoire des films du huis-clos. Tirons-le de là. \0/

  8. Les 2 membres suivants remercient sisou pour cet excellent message :

    Bal-Sagoth (11/10/2012), Giromu (11/10/2012)

  9. #5
    [MOD] Futaba fan forever Supreme Overlord Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Giromu
    Date d'inscription
    January 2004
    Messages
    19 575
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    18 258
    Remercié(e) 29 818 fois dans 10 124 messages

    Par défaut

    Message subliminal on
    http://www.dailymotion.com/video/x35...orah-1991_news
    Message subliminal off

  10. Les membres suivants ont remercié Giromu pour cet excellent message :

    Bal-Sagoth (11/10/2012)

  11. #6
    Cosmic Awareness Vampireslayer Valae 4D Being Valae 4D Being Valae 4D Being Valae 4D Being Valae 4D Being Valae 4D Being Valae 4D Being Valae 4D Being Valae 4D Being Valae 4D Being Valae 4D Being Avatar de Valae
    Date d'inscription
    October 2009
    Localisation
    France
    Messages
    1 960
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    141
    Remercié(e) 3 270 fois dans 1 223 messages

    Par défaut

    Une liste de huis-clos sans Shining, Evil Dead, The Thing, Assault, Prince des ténèbres, La nuit des morts-vivants et ses 2 suites, Halloween II, Abyss, Misery etc...

    Faudrait peut-être commencer par voir ceux-là avant de se taper des DTV fauchés mais chacun fait comme il le sent.


  12. Les membres suivants ont remercié Valae pour cet excellent message :

    Bal-Sagoth (11/10/2012)

  13. #7
    Rakan Powa! Supreme Overlord Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Bal-Sagoth
    Date d'inscription
    September 2003
    Localisation
    Charleroi
    Messages
    53 738
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    25 763
    Remercié(e) 30 069 fois dans 14 252 messages

    Par défaut

    Une liste de huis-clos sans Shining, Evil Dead, The Thing, Assault, Prince des ténèbres, La nuit des morts-vivants et ses 2 suites, Halloween II, Abyss, Misery etc...
    C'est parce que tu les as présentés sur le topic cinéma que je ne les ai pas faits tout de suite.

    Ceux-là maintenant Sisou les connaît déjà, je lui propose d'abord d'autres trucs.

    Mais j'incorporerai les titres que tu as mentionné dans la liste, of course.

    Ma liste est pas définitive.

    Halloween II je m'en souviens même pas, j'ai revu tous les Halloween y'a quelques mois et ils m'ont royalement fait chier, sauf le III... Où y'a pas Michaël Myers

    Abyss faudra que je le fasse même si je déteste ce film. Le fait que les aliens soient gentils CA GACHE TOUT.


    "Wijn is venijn, bier is plezier"

  14. #8
    Cosmic Awareness Vampireslayer Valae 4D Being Valae 4D Being Valae 4D Being Valae 4D Being Valae 4D Being Valae 4D Being Valae 4D Being Valae 4D Being Valae 4D Being Valae 4D Being Valae 4D Being Avatar de Valae
    Date d'inscription
    October 2009
    Localisation
    France
    Messages
    1 960
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    141
    Remercié(e) 3 270 fois dans 1 223 messages

    Par défaut

    Halloween II m'a gonflé aussi mais c'est bien un huis-clos se déroulant dans un hosto et comme j'imagine que tu veux faire un truc complet ça serait bien d'en parler aussi.

    Après tu devrais peu-être commencer par présenter les essentiels à voir absolument, puis tout le reste. Mais si tu préfères par ordre alphabétique, tu peux aussi c'est ton sujet. Par contre je sais pas si tu vas avoir le courage d'aller jusqu'à Z.

    Et puis commencer avec une fiche de The Thing puis enchainer sur Alien, Shining et Evil Dead ça aurait eu plus de gueule à mon avis.

    Bon allez j'arrête de t’emmerder


  15. Les membres suivants ont remercié Valae pour cet excellent message :

    Bal-Sagoth (11/10/2012)

  16. #9
    Mad Man with Nekomimi Daemonslayer makko God of War makko God of War makko God of War makko God of War makko God of War makko God of War makko God of War makko God of War makko God of War makko God of War makko God of War Avatar de makko
    Date d'inscription
    March 2005
    Localisation
    (sors une carte) là!
    Messages
    4 851
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    3 580
    Remercié(e) 2 393 fois dans 1 342 messages

    Par défaut

    il y'a pas de The Descent part 2, c'est une erreur filmique, une aberration, une suite pondue par rapport a la fin américaine du film qui n'aime pas les fins ouvertes et qui veut du Happy End a en chier des arc en ciels et vomir des petits coeurs roses.....

    Pour moi, c'est clair: CE FILM N'EXISTE PAS!!!!

    The Descent se suffit a lui même, point barre!!!

    avoir une assistante comme ça vous motive, croyez moi ^_^

  17. #10
    Rakan Powa! Supreme Overlord Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Bal-Sagoth Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Bal-Sagoth
    Date d'inscription
    September 2003
    Localisation
    Charleroi
    Messages
    53 738
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    25 763
    Remercié(e) 30 069 fois dans 14 252 messages

    Par défaut

    Halloween II m'a gonflé aussi mais c'est bien un huis-clos se déroulant dans un hosto et comme j'imagine que tu veux faire un truc complet ça serait bien d'en parler aussi.
    Oufti non! T'imagines dit? Non je fais juste une liste biaisée des films que j'ai aimé / vu dans ce genre.

    Halloween II et Abyss et Misery j'en parlerai sans doute pas j'ai trouvé ça chiant!

    Mais tu lui en as parlé alors il regardera s'il a envie


    "Wijn is venijn, bier is plezier"

+ Répondre à la discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages