+ Répondre à la discussion
Page 79 sur 85 PremièrePremière ... 29 69 77 78 79 80 81 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 781 à 790 sur 841

Discussion: Topic de l'actualité politique

  1. #781
    [MOD] Futaba fan forever Supreme Overlord Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Giromu
    Date d'inscription
    January 2004
    Messages
    19 789
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    18 448
    Remercié(e) 30 424 fois dans 10 313 messages

    Par défaut


  2. Les membres suivants ont remercié Giromu pour cet excellent message :

    Corran (04/05/2018)

  3. #782
    [MOD] Futaba fan forever Supreme Overlord Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Giromu
    Date d'inscription
    January 2004
    Messages
    19 789
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    18 448
    Remercié(e) 30 424 fois dans 10 313 messages

    Par défaut

    Très intéressant :

    Ecole: l'apartheid selon Lucette

    Elle s’appelle Lucette Sienne et, hélas, a omis d’inscrire son adresse sur l’enveloppe kraft postée à notre attention. D’elle, on sait juste qu’elle a un certain âge – son parfait anonymat sur internet en atteste - qu’elle a été institutrice toute sa carrière dans la même école primaire du Val d’Oise, et qu’elle a donc "bien connu" l’apartheid scolaire – entre riches et pauvres, entre noirs et blancs – qui sévit à Paris et dans sa banlieue.

    La série d’articles que nous avons consacrée au sujet depuis la mi-avril (et que nous continuerons de publier si l’actualité nous en laisse le temps) m’a valu beaucoup de retours. Il y a eu des réactions sur twitter, facebook, LinkedIn. Et donc, il y a eu la lettre de Madame Sienne qu’on se prend déjà à appeler Lucette. Ces cinq feuillets petits-carreaux rédigés avec une précision calligraphique qu’on ne retrouve guère aujourd’hui que chez les personnels retraités de l’Education nationale sont intéressants à double titre. Parce qu’ils complètent ce que nous avons écrit, le chercheur Julien Grenet et moi-même. Et qu’ils racontent une histoire, son histoire, avec un sens du récit et du dialogue quasi cinématographique.

    Cette histoire, en l’occurrence, commence par une douce pastorale. On est à Argenteuil (Mme Sienne ne le dit pas, mais on le devine) au début des années 60, avant que l’architecte Roland Dubrulle rase vergers et pavillons Sam-suffit pour édifier la dalle du Val d’argent – l’une des plus grandes de France. Mme Sienne est manifestement TRES nostalgique de cette époque bénie des dieux.

    "Quand j’ai débarqué dans cette école de banlieue qui sortait de terre et dans laquelle j’allais passer trente-six ans, je me suis réjouie. Tout autour, des champs avec des vaches, des chèvres, des cerisiers, des pommiers, de la verdure. J’avais un CP de 40 élèves (plus facile à mener qu’un à 25 des années plus tard). Aux beaux jours avec la permission des propriétaires, j’amenais les enfants se détendre après 15h dans un de ces prés. On y lisait des histoires, on dessinait, on peignait. La chouette école !"

    La suite est moins réjouissante :

    "Puis ce petit coin de campagne a cédé la place à la ZUP : du béton partout, plus de pavillons ni de jardins, mais des tours de vingt étages et, pour terrain de jeu, la dalle ! La population scolaire a changé ; avec les Jean, Pierre, Nicolas, Antoine, Aurélie, Sylvie… nous avons eu des Kamel, Youssef, Djamel, Fatima, Karima, Hassiba. Petit à petit nos petits « Français » sont partis, les uns chez les curés, dans le privé, les autres dans le public car les parents s’étaient trouvé une mamie, un tonton, une tata habitant une banlieue plus chic : Enghien, Taverny, Saint-Leu… Une année exceptionnelle – tous les enfants étaient très bons – dix parents sont venus m’annoncer en juin (à la fin de leur CP, ndlr.) qu’ils retiraient leurs enfants de l’école.

    - Pourquoi ? Vous décapitez le CE1.

    - Parce qu’il y a trop d’Arabes, et ces gens-là ne vivent pas comme nous.

    - Mais ce sont des enfants, ils vivent comme les vôtres, sont aussi doués que les vôtres et plus polis en plus, plus respectueux.

    Et ces parents ont bel et bien retiré leurs enfants."

    Que nous dit notre lectrice ? Que la ségrégation sociale et raciale est en place depuis de longues années dans les écoles des quartiers populaires d’Ile-de-France. Dans mon enquête, je me suis concentré sur le cas de Paris intra-muros et sur la période contemporaine. Volontairement. Avec 51% de familles très favorisées (cadres et enseignants) pour 16% de défavorisées (ouvriers et chômeurs), notre capitale a – sur le papier – toutes les clés pour mélanger les publics et faire fonctionner l’ascenseur social et scolaire. Or, dans les faits, c’est tout le contraire que l’on constate : ségrégation record et échec scolaire massif.

    Ceci étant posé, Mme Sienne a parfaitement raison. Le séparatisme social est encore plus poussé en banlieue qu’à Paris. Pour la bonne et simple raison que les classes moyennes et supérieures y sont très minoritaires. La plupart des parents CSP+ qui y résident - souvent des bobos de gauche chassés de la capitale par la flambée des prix immobiliers – oublient leurs beaux principes devant l’absence de mixité prévalant dans leur établissement de secteur et se voient contraints de déménager ou d’inscrire leurs enfants dans le privé… à l’insu de leur plein gré. Ces états d’âme ont été assez largement documentés (lien avec la tribune de l'habitant de Saint-Denis en réponse à la tribune de Becquembois dans Libé), nombre de journalistes parisiens étant directement concernés par la question. Mais, trente ans plus tôt, leurs aînés - profs, fonctionnaires ou cadres moyens - qui habitaient, eux, au cœur des cités nouvellement construites ont été confrontés aux mêmes questionnements, sans qu’on ne s’intéresse particulièrement à leur sort. En 15 ans, de 1975 à 1990, les Grands ensembles, ces utopies modernistes des Trente Glorieuses, se sont ainsi vidées de leurs classes moyennes et ont fini par constituer un archipel de ghettos constellant le territoire français. La gauche miterrandienne et la droite chiraquienne n’ont pas su ou voulu en prendre la mesure. Et nous en payons aujourd’hui le prix.

    Les parents ne sont pas les seuls coupables dans ces histoires d’apartheid. Sont aussi en cause l’appétence du système scolaire français pour le tri social dès le plus jeune âge (ce que, dans le jargon Educ Nat, on appelle joliment la "constante macabre"), ainsi que les attitudes – parfois ambiguës - du corps enseignant. A Paris, les politiques de discrimination positive mises en place discrètement par le rectorat depuis 10 ans permettent aux élèves boursiers issus de quartiers populaires d’intégrer les grands lycées de l’hypercentre parisien, destiné à former les élites de la nation. Mais, trop souvent encore, ils sont perçus comme un fardeau. Là encore, Mme Sienne nous rappelle que le mal est profond. Et que le système scolaire parisien, élitiste et hiérarchisé, a largement déteint sur les périphéries.

    "Une anecdote qui en dit encore long sur les préjugés. Ma fille était en 1ere A3 (trois langues vivantes, le bac A étant l’ancêtre du bac L, ndlr.). Sa voie était toute tracée : une terminale A3 puis la fac de lettres. Voilà qu’elle envisage Sciences Po. Pourquoi pas ? Sciences Po nécessite une prépa. Elle fréquentait le lycée de notre banlieue, un lycée normal (Romain-Rolland devenu Julie-Victoire Daubié en 2010, ndlr.). Je me dis que pour faire une prépa il faudrait peut-être qu’elle aille en terminale dans un lycée plus célèbre. J’essaie Enghien-les-bains : pas de troisième langue dans ce lycée. Je téléphone à Pasteur à Neuilly.

    - Oui, nous avons une section A3, cette jeune fille peut venir, je vous envoie un dossier d’inscription. D’où vient-elle ?

    - De Romain-Rolland à A…

    - Romain-Rolland ! On ne prend pas ces élèves-là.

    - Et pour quelle raison ?

    - Parce qu’ils font baisser notre niveau

    - Puisque vous ne les prenez pas, comment pouvez-vous dire qu’ils font baisser le niveau ? Si je vous dis que je suis instit et que son père est directeur de CES, vous répondez quoi ?

    - Fallait le dire que cette jeune fille a des parents enseignants, ça change tout, je fais partir le dossier ce jour-même.

    - Le dossier, vous vous le gardez, elle fera sa terminale A3 à Romain-Rolland chez les miteux, on verra bien.

    En définitive, ma fille a eu son bac avec mention et a intégré sans histoires une prépa à Paris. Preuve que les lycées de banlieue forment des élèves aussi bons que Louis-le-Grand, Pasteur, Fénelon, Henri IV, et que leurs professeurs sont dévoués, courageux et n’ont pas la grosse tête."

    Mme Sienne, on le voit, a des opinions bien tranchées. Avec ses mots toujours très directs, elle nous raconte enfin ce que le séparatisme social génère : un renversement des stigmates dans le meilleur des cas (l’entre-soi subi devient revendiqué) et une racialisation des rapports humains dans le pire.

    "Quand je suis partie de mon école, nous n’avions plus que des Maghrébins (Mme Sienne a vécu à une époque où on ne parlait pas encore des musulmans de manière générique, ndlr.) et des Noirs qui ne peuvent pas se supporter (la généralisation est un peu rapide, mais, pour qui connaît les quartiers populaires, elle s’appuie sur une part de vérité, ndlr.). "Fils d’esclaves", lançaient les premiers aux seconds.

    Un jour, à la récré, arrive un petit noir en pleurs.

    - Pourquoi tu pleures ?

    - Il m’a traité de noir, il a dit que ma mère ne m’avait pas lavé ce matin.

    - Qui c’est "il" ?

    - Lui, là-bas.

    - Va nous le chercher.

    Et il revient avec… un noir, moins noir que lui, disons "marron". Une instit sort une glace de son sac.

    - Arrive ici. Qu’est-ce que tu vois dans la glace ?

    - Moi

    - Oui, et de quelle couleur tu te vois ?

    - Ben, noir.

    - OK et lui qui pleure, il est de quelle couleur ?

    - Noir, plus noir que moi.

    - Les nuances, je ne connais pas, vous êtes noirs tous les deux et pour l’insulte faite à sa mère qui ne l’aurait pas lavé, tu vas être puni, deux jours sans récré, ça te va ? Tu es content ?

    L’un était antillais, l’autre gabonais.

    Sincèrement. Lucette Sienne"
    https://www.nouvelobs.com/education/...n-lucette.html

  4. Les 3 membres suivants remercient Giromu pour cet excellent message :

    darkkoeurby (06/05/2018), Kuwagata Raijer (06/05/2018), sisou (06/05/2018)

  5. #783
    [MOD] Futaba fan forever Supreme Overlord Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Giromu
    Date d'inscription
    January 2004
    Messages
    19 789
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    18 448
    Remercié(e) 30 424 fois dans 10 313 messages

    Par défaut

    Chef d'oeuvre!


  6. Les membres suivants ont remercié Giromu pour cet excellent message :

    Corran (15/05/2018)

  7. #784
    Illegal Lolistep Vampireslayer Abdul Eternal Champion Abdul Eternal Champion Abdul Eternal Champion Abdul Eternal Champion Abdul Eternal Champion Abdul Eternal Champion Abdul Eternal Champion Abdul Eternal Champion Abdul Eternal Champion Abdul Eternal Champion Abdul Eternal Champion Avatar de Abdul
    Date d'inscription
    May 2011
    Localisation
    GRENOBLE
    Messages
    1 705
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    494
    Remercié(e) 2 031 fois dans 878 messages
    Necrobestial Sadobreaks

  8. #785
    Homer Simpson Skavenslayer Kuwagata Raijer Strategist Kuwagata Raijer Strategist Kuwagata Raijer Strategist Kuwagata Raijer Strategist Kuwagata Raijer Strategist Kuwagata Raijer Strategist Avatar de Kuwagata Raijer
    Date d'inscription
    March 2004
    Localisation
    Dans le TARDIS
    Messages
    499
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    3 729
    Remercié(e) 499 fois dans 234 messages

    Par défaut

    Dafuq ? C'est quoi, ce truc ?
    Hyakkiyako o buttagiru...
    Jigoku no Banken! Deka Master!

  9. #786
    vampigeek-garou polygonal Godslayer florentp83! Most fuckin' badass in the entire multiverse ever florentp83! Most fuckin' badass in the entire multiverse ever florentp83! Most fuckin' badass in the entire multiverse ever florentp83! Most fuckin' badass in the entire multiverse ever florentp83! Most fuckin' badass in the entire multiverse ever florentp83! Most fuckin' badass in the entire multiverse ever florentp83! Most fuckin' badass in the entire multiverse ever florentp83! Most fuckin' badass in the entire multiverse ever florentp83! Most fuckin' badass in the entire multiverse ever florentp83! Most fuckin' badass in the entire multiverse ever florentp83! Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de florentp83!
    Date d'inscription
    April 2009
    Localisation
    gassin
    Messages
    6 697
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    4 650
    Remercié(e) 6 736 fois dans 3 279 messages

    Par défaut

    du concentré d’Amérique en vidéo :0
    avec des vidéo comme ça on a bien une bonne moitié d’américain qui bande ><"
    ne pas juger un homme d un simple regard apprend a le connaitre il deviendra ton ami(e), après il restera toujours des cons ...

    /!\ Les loli ont un truc en plus dans leurs truc en moins. /!\

  10. #787
    Fan de Giromu-sama Overlord Corran Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Corran Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Corran Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Corran Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Corran Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Corran Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Corran Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Corran Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Corran Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Corran Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Corran Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Corran
    Date d'inscription
    January 2008
    Localisation
    Tenez la ligne !
    Messages
    12 122
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    13 008
    Remercié(e) 10 941 fois dans 5 546 messages

    Par défaut

    Vraie liberté de parole. On a le droit de tout dire.



  11. #788
    [MOD] Futaba fan forever Supreme Overlord Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Giromu
    Date d'inscription
    January 2004
    Messages
    19 789
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    18 448
    Remercié(e) 30 424 fois dans 10 313 messages

    Par défaut

    La fraternité, c'est très surfait




    Dernière modification par Giromu ; 19/05/2018 à 13h20.

  12. Les membres suivants ont remercié Giromu pour cet excellent message :

    Corran (19/05/2018)

  13. #789
    [MOD] Futaba fan forever Supreme Overlord Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Giromu
    Date d'inscription
    January 2004
    Messages
    19 789
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    18 448
    Remercié(e) 30 424 fois dans 10 313 messages

    Par défaut

    J'aimerais poster cet excellent article en zone débats mais vu les sous-entendus, il sera mieux en zone politique, loin de Bal. C'est malheureux car j'aimerais avoir son avis, vu qu'il était lui-même dans le milieu, mais bon.

    Pourquoi brûle-t-on des bibliothèques ?

    Denis Merklen, professeur de sociologie à l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, a recensé 70 incendies volontaires de bibliothèques en France ces vingt dernières années. Dans l'ouvrage « Pourquoi brûle-t-on des bibliothèques ? », il tente de comprendre les origines de cette violence dirigée contre les lieux de culture. Entretien réalisé en 2014.


    Combien de bibliothèques ont-elles été incendiées en France au cours de ces vingt dernières années ?

    J’ai recensé 70 bibliothèques incendiées ce qui laisse supposer qu’il y en a en réalité plus car de nombreux cas m’ont été rapportés par des bibliothécaires alors que la presse n’en avait pas parlé. Ces incendies ont lieu exclusivement dans des cités HLM et les grands ensembles, jamais dans les quartiers pavillonnaires. En revanche, il n’y a pas de prééminence dans une région particulière : on en recense en Ile-de-France mais également à Brest, à Lyon, à Marseille, à Grenoble… C’est une forme de conflit spécifique aux grands ensembles et cela correspond à l’historicité des émeutes ou des violences urbaines comme on les appelait à l’époque.

    Comment peut-on expliquer ces actes de violence ?

    Les incendies de bibliothèques, et toute la conflictualité qui l’accompagne (caillassages…) s’inscrivent dans une économie de conflit à l’intérieur des quartiers. Cette économie conflictuelle a trait à la présence d’institutions publiques. L’incendie vient dire aux bibliothèques : « vous êtes de l’autre côté, pas du nôtre ! ». Le cas des bibliothèques incendiées ne peut pas s’expliquer si on ne comprend pas la place de l’écrit et le rapport à l’écrit au sein de ce segment des classes populaires. Ce rapport à l’écrit présente plusieurs aspects dont celui de l’école qui est considérée comme une voie de garage condamnant une partie importante de la population sur le marché du travail (environ 35 % de la population de ces quartiers).

    Les bibliothèques sont également associées à un groupe social qui contrôle les ressources essentielles à cette population à travers l’écrit. Elles prennent un statut profondément ambigu : tantôt c’est la bibliothèque du quartier, tantôt c’est la bibliothèque de l’Etat. Leur statut n’est pas stable et bascule en fonction des conjonctures et des politiques. Un habitant m’a dit un jour : « je me demande si vous n’avez pas mis une bibliothèque ici pour nous endormir… »

    Ce sont des propos douloureux à entendre pour les bibliothécaires qui portent une mission de service public et de transmission des connaissances…

    Oui, les bibliothécaires sont profondément blessés et très peu armés pour comprendre ce qui leur arrive. C’est d’ailleurs une raison pour lesquelles on parle peu et mal de ces problèmes car les bibliothécaires ne veulent pas stigmatiser leur public. Ils souffrent également d’une faible fréquentation qui, dans ces quartiers, est de l’ordre de la moitié de la moyenne nationale. Les bibliothécaires sont dans une situation de grande perplexité quand ce public leur jette des pierres ou des cocktails molotov. Mais il faut également souligner que les bibliothécaires ne sont presque jamais visés physiquement. Il existe une frontière morale. Ces actes de violence épargnent les personnes physiques : c’est l’institution qui est visée.

    Comment les bibliothèques sont-elles perçues par les habitants des quartiers populaires ?

    Elles sont perçues comme un lieu d’intégration, comme une ressource, et comme un lieu de projection de la vie personnelle. Il y a une vision majoritairement très positive avec tout de même une connotation d’âge et de genre : pour le dire vite, les bibliothèques sont plutôt considérées comme destinées aux enfants et aux femmes. Mais la bibliothèque peut basculer du côté de l’institution étrangère aux habitants qui se sentent dépossédés. La politique de lecture publique au niveau local joue un rôle fondamental : les habitants n’ont aucune prise sur le budget, ni sur les collections, ni sur le recrutement du personnel. La bibliothèque apparaît alors comme un lieu construit pour les habitants mais qui n’est pas à eux. Ils ont le sentiment d’entrer dans un espace contrôlé par un autre groupe social qui n’est pas le leur.

    Un autre modèle de bibliothèque existe : celui de la bibliothèque populaire qui se pense comme étant du côté du peuple et pour le servir.
    Étonnamment, une part importante des bibliothécaires (30 %) estime que la bibliothèque et le livre « peuvent faire violence à quelqu’un… » Comment comprendre ce sentiment ?


    Les bibliothécaires sont souvent de très fins observateurs de la réalité dans laquelle ils travaillent. Ils constatent une étrangéité, une séparation entre le modèle de la lecture qui est le leur et les formes de lecture et d’écriture de ces nouvelles classes populaires. A la différence d’autrefois, nous ne sommes pas en présence d’une population analphabète ; nous sommes face à une population scolarisée malgré un taux élevé d’élèves décrocheurs. D’autres formes d’écriture viennent concurrencer celles des bibliothèques. Elles sont omniprésentes et tentent de contourner la langue écrite institutionnelle : celle de l’administration, celle de l’école qui est associée au milieu du travail, celle de la politique… Je souligne tout de même les immenses efforts et les très grands progrès réalisés dans les médiathèques ces dernières années : acquisitions, architecture, animation, médiation…


    Ces incendies rencontrent peu d’écho dans la presse et la société… Vous écrivez même que « les incendies et les attaques de bibliothèques sont passées sous silence.

    Les maires font tout pour qu’on en parle le moins possible ». Comment expliquer cette indifférence et ce déni ?
    Il y a une première explication très pratique : les maires ne veulent pas stigmatiser des populations déjà stigmatisées. Ils ne veulent pas non plus discréditer leur ville et leur propre politique. Ce serait un aveu d’échec.

    Il y a ensuite une explication plus profonde. Le livre et la forme de culture que véhicule la bibliothèque se situent au cœur de notre vie politique. Il est très difficile de considérer ces violences comme un message qui nous est adressé car cela signifierait renoncer à une partie de ce qui nous constitue comme démocratie et comme république.

    Une partie de la population remet cela en question car elle se sent profondément exclue. Il est donc beaucoup plus économe de reconstruire une bibliothèque et de penser ces attaques comme un coût de fonctionnement que de prendre acte de nous poser la question : qu’est-ce que ces gens veulent nous dire ?


    Depuis la sortie de votre ouvrage, comment les bibliothécaires réagissent-ils ?

    Lors de conférences que je donne dans le monde de la lecture publique, le livre est très bien accueilli. Les bibliothécaires ont la sensation que l’on peut enfin parler d’un aspect de leur vie professionnelle qui n’était pas évoqué. En effet, ces conflits sont profondément traumatisants pour eux. La professionnalisation a coupé les bibliothécaires des outils politiques leur permettant d’entrer en contact avec ces nouvelles classes populaires. Le traumatisme vient de l’impossibilité de donner un contenu politique à ce conflit. La seule réponse des bibliothécaires et des maires c’est « redoubler d’effort, faire plus… » Ce qui est très bien et très noble … mais insuffisant.


    Constatez-vous des incivilités ou des agressions moins spectaculaires que incendies ?

    Oui mais il faut être prudent : quand un usager agresse un bibliothécaire, il peut y avoir plusieurs types de raisons. Ces conflits quotidiens sont très fréquents et ne doivent pas être négligés.



    Denis Merklen est professeur de sociologie à l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3. Ses travaux portent sur les classes populaires et l’ont conduit à publier plusieurs ouvrages sur les milieux populaires en France et en Amérique latine.

    Il est l’auteur du livre « Pourquoi brûle-t-on des bibliothèques ? » (Presses de l'Enssib).
    http://www.archimag.com/bibliotheque...ioth%C3%A8ques
    Dernière modification par Giromu ; 21/05/2018 à 10h23.

  14. Les membres suivants ont remercié Giromu pour cet excellent message :

    sisou (21/05/2018)

  15. #790
    [MOD] Futaba fan forever Supreme Overlord Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Giromu Most fuckin' badass in the entire multiverse ever Avatar de Giromu
    Date d'inscription
    January 2004
    Messages
    19 789
    Messages Remerciés / Appréciés
    Remerciements
    18 448
    Remercié(e) 30 424 fois dans 10 313 messages

    Par défaut

    Encore Chypre, Malte et Andorre mais un autre pays européen devient pro avortement
    https://www.lemonde.fr/idees/article...5276_3232.html
    Dernière modification par Giromu ; 27/05/2018 à 10h31.

  16. Les membres suivants ont remercié Giromu pour cet excellent message :

    sisou (27/05/2018)

+ Répondre à la discussion

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages