Annonce

Réduire
Aucune annonce.

[Cinéma] J’ai testé pour vous…les films musicaux cultes

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Giromu
    a répondu
    Euh, je l'ai vu une fois. Pas envie de le voir deux. C'est pas un chef d'oeuvre non plus et il n'y aura plus le plaisir de la découverte...

    Laisser un commentaire:


  • Lizandrya
    a répondu
    Envoyé par Giromu Voir le message
    Alors, les effets spéciaux sont très réussis à l’exception des mains, qui restent humaines
    Du coup faudrait que tu y retournes, le studio à sortis une version amélioré du film justement en corrigeant certains détails (comme certaines mains qui n'étaient pas remplacés par de la 3D et des accessoires qui flottaient sur les corps des personnages)

    Envoyé par Bal-Sagoth Voir le message
    Ah? Tout le monde a défoncé ce film.
    Même les furry que je suis sur Twitter, c'est te dire... D'après tout le monde il vaut surtout pour l'uncanny valley tout le long du film.

    Laisser un commentaire:


  • Bal-Sagoth
    a répondu
    Ah? Tout le monde a défoncé ce film.

    Laisser un commentaire:


  • Giromu
    a répondu


    Cats (2019)

    Une chatte est abandonnée par sa maîtresse humaine dans une ruelle de Londres. Nous adoptons alors son point de vue : les chats sont des humanoïdes félins qui passent leur temps à chanter et danser en chœur. Les Gentilis chats (Jellicle cats en VO) sont une bande de chats qui attend un grand évènement : leur chef doit choisir l’un d’entre eux qui va obtenir une nouvelle vie en passant par la mystérieuse Gentilisphère (jellicosphère en VO). Les nombreux prétendants aussi hauts en couleur que clichés vantent leurs mérites auprès de la reine, la vieille Deuteronome. Mais le méchant Macavity est prêt à toutes bassesses pour ressusciter, quitte à faire disparaitre ses concurrents…

    Vous le constaterez, c’est pas le scénario qui fait courir dans les salles mais plutôt la réputation de classique de la comédie musicale de Broadway que j’avais jamais vue jusque là. Pourquoi pas le faire dans une scéance du matin au ciné, vous savez celles qui coûtent presque rien car il n’y a personne ? Je suis allé voir le film deux jours après sa sortie. Il avait déjà été relégué dans une de ces petites salles longues avec des rangées de 4 places, vous voyez ? On était deux. Le Star wars 9 que je suis allé voir dans les mêmes conditions, on était quand même 7 dans une grande salle alors qu’il était déjà sorti depuis deux semaines…Pour un blockbuster, ça dit tout du flop catastrophique attendu.
    Alors, les effets spéciaux sont très réussis à l’exception des mains, qui restent humaines et des visages, rarement dotés de poils ou même parfois de moustaches. Ça casse carrément l’effet attendu et on a l’impression d’être devant des humains ayant enfilé une pelure. Vraiment dommage. Les acteurs cabotinent à mort (Idriss Elba en méchant est vraiment super, Ian Mc Kellen à l’air de se demander dans quel guépier il s’est fourré…), les numéros de danse sont dans l’ensemble très conavaincants et la bande-son est plutôt de qualité si on excepte les nombreux clichés qui abondent et jeux de mots pourris ! Les meilleures chansons sont situées dans la deuxième partie du film et c’est tant mieux : on a « Beautiful ghosts » par Taylor Swift (l’héroïne du film), « Macavity » (meilleur numéro dansé du film, avec des voix féminines et masculines très bien choisies, notamment un Elba qui s’amuse bien) et surtout la seule chanson ultra célèbre du musical, « Memory », que tout le monde a au moins entendu une fois et qui est chantée par une Jennifer Hudson en état de grâce, que ne renierait pas la défunte Whitney Huston. Rien que ce morceau sauve un film assez fadasse qui dispose certes de superbes décors très marquants et d’une photographie très réussie. Bref, ce film est parti pour rester dans les mémoires comme un sympathique film maudit qui a coûté bien trop cher pour ne pas être un naufrage. La scène des cafards m’a fait penser à Téléchat !

    Histoire : 10/20 Plus cliché tu meurs
    Personnages : 12/20 Des clichés ambulants mais plutôt bien mis en scène
    Réalisation : 14/20 C’est assez mal monté mais les numéros dansés sont impressionnants
    Bande-son : 14/20 Plutôt bonne. On est rarement entraoné par la musique mais ça va. Et puis l’extraordinaire « Memories » !
    Fun : 12/20 Honnêtement, c’est un peu trop long et un peu chiant par moments. Une heure trente aurait suffi au lieu de près de deux.
    Note finale: 12/20 Un film assez raté mais pas l’étron décrit par la plupart des gens qui n’en ont entendu parler que sur internet

    Le vrai titre du film : Mutants félins clichés
    Si vous aimez : les films bizarres, les films musicaux qui tentent quelque chose, les comédies musicales de Broadway, les furries flippants, Téléchat

    3 morceaux de bravoure. Vu que le film est très récent, je n'ai que des chansons sans extraits du film :

    Le top du top, "memories", que tout le monde connaît



    "Beautiful ghosts", très réussi



    "Macavity", le plus réussi des numéros musicaux

    Laisser un commentaire:


  • Giromu
    a répondu


    Hello Dolly ! (1969)

    En 1890, à New-York, nous suivons les aventures d’une maîtresse femme, Dolly Gallagher Levi, reine des marieuses et personnage enjoué et aimé de tous. Veuve de l’amour de sa vie, elle entend bien épouser en secondes noces l’acariâtre Horace Vandegelder, qui ne l’envisage pas du tout comme épouse possible et lui a demandé de lui trouver une épouse…
    Adapté d’une pièce à succès de Broadway, ce film est celui qui a vraiment lancé Barbra Streisand qui illumine le film de sa bonne humeur. Avec le vétéran danseur Gene Wilder aux manettes et une brochette d’acteurs talentueux, Hello Dolly ! est encore aujourd’hui considéré comme un chef d’œuvre du genre et il faut bien avouer que le talent combiné de toutes ces personnes fait de ce film plein de bonne humeur et de fabuleux numéros de danse un vrai petit bijou dans son genre. SI musicalement, peu de chansons restent en tête, certaines scènes fabuleuses et les costumes époustouflants compensent ces carences et le scénario est suffisamment bien construit et divertissant pour donner le change. Dolly est un personnage un peu trop pipé et puissant socialement pour être vraiment attachante (on cherche encore ses défauts) mais les deux commis et leurs promises sont heureusement là pour un peu plus de réalisme et d’identification des spectateurs. Le film fait quand même deux heures et demi et c’est un peu trop long.

    Histoire : 15/20 Une histoire très bien écrite
    Personnages : 16/20 Les deux commis et leurs promises comme Vandegelder font tout le sel de ce film. Streisand incarne très bien la parfaite Dolly
    Réalisation : 16/20 Beacoup de plans d’ensemble très beaux et des décors et costumes époustouflants.
    Bande-son : 16/20 Les chansons sont toutes réussies mais peu convainquent pleinement
    Fun : 14/20 Le film est clairement trop long (il y’avait même une entracte !) et cela nuit à sa qqualité globale
    Note finale: 16/20 Un film qui mérite bien sa très bonne réputation. Je retiens surtout la scène du service ultra rapide, une merveille

    Le vrai titre du film : Dolly veut se remarier
    Si vous aimez : les personnages rayonnants et parfaits, les seconds rôles bien campés, les numéros de danse époustouflants

    Quelques scènes marquantes:

    Avec Louis Armstrong



    It only takes a moment, intimiste et très joli



    Difficile de trouver les meilleures scènes à vous montrer mais voilà le trailer d'époque :

    Laisser un commentaire:


  • Giromu
    a répondu


    Hair (1979)

    Adapté de la comédie musicale du même nom, le film de Milos Forman est légendaire pour la chanson qui le clôt (Let the sun shine in) et aussi un peu pour celle qui l'ouvre (Aquarius). Y'a il autre chose entre les deux?
    Un jeune fermier de l'Oklahoma veut visiter New York avant d'aller faire son "tour" au Vietnam en guerre. Il se lie d'amitié dès le premier jour avec des hippies de son âge qui lui font découvrir un univers inconnu...

    Ode à une époque déjà révolue au moment du film, Hair idéalise les hippies et leur mouvement. Le film vaut surtout pour le jeu de Treat Williams, le charismatique George Berger, leader du petit groupe de contestataires. Très plaisant à suivre, il pâtit surtout de chansons très oubliables à l'exception des deux précitées. Celle qui donne son nom au film est notamment amusante mais un peu nanarde de nos jours.
    La fin est très marquante et assez surprenante et les numéros musicaux, plutôt réussis, dont une scène de rêve surréaliste.
    Au final, un bon film mais très dispensable. Marrant de se dire que la version française du spectacle a fait de Julien Clerc une star!


    Histoire : 14/20 Simple et efficace
    Personnages : 14/20 Sorti du héros et de Berger, ils sont assez fades
    Réalisation : 15/20 ça reste du Forman donc efficace
    Bande-son : 13/20 Des chansons décevantes à l'exception des deux gros hits
    Fun : 15/20 On ne s'ennuie pas et le film est bien rythmé
    Note finale: 14/20 Une bonne comédie musicale qui a un peu vieilli

    Le vrai titre du film : Je fais ce que je veux avec mes cheveux
    Si vous aimez : les films "historiques", la comédie musicale d'origine, les bons acteurs

    2 morceaux de bravoure :

    Aquarius : bienvenue chez les hippies new-yorkais! C'est le début de l'ère du verseau...



    La chanson qui a fait la légende de Hair



    et la VF très chouette de Julien Clerc

    Laisser un commentaire:


  • Bal-Sagoth
    a répondu
    C'tait cool Phantom of the Paradise.

    J'aime toudi bé.

    Laisser un commentaire:


  • BaXter
    a répondu
    Phantom of the Paradise fait parti de mes films fétiches. En même temps, je l'ai vu très très jeune. J'avais même pas 8 ans, alors un film d'horreur, à cet âge là, j'en avais jamais vu. C'était limite de la folie pour moi.

    Sinon, pour la petite histoire plus que de l'industrie de la musique, De Palma critiquait surtout celle du cinema, après s'être fait évincer d'un film sur lequel il s'était beaucoup donné par un gros studio. Se sentant déposséder de son oeuvre, il en a fait ce film.

    Autre truc marrant, le compositeur des chansons du film n'est nul autre que Paul Williams, akka Swan. Une situation des plus ironiques quand on se dit que son rôle est donc de voler ses propres musiques (d'ailleurs, dans la chanson Faust (robot), c'est la voix de Paul Williams qu'on entend chanter. C'est pour ça que Swan, ce grand amoureux de lui-même, dit "Perfect" )

    Laisser un commentaire:


  • Giromu
    a répondu



    West side story (1961)

    Modernisation de Roméo et Juliette d'après un musical de Broadway sortie en 59, West side story raconte l'histoire d'amour impossible entre un jeune américain d'origine polonaise et ancien membre du gang des Jets d'une part et une jeune immigrée portoricaine dont le frère est le chef des sharks, un groupe de la même origine ethnique.
    Le film a marqué son époque par ses très bons numéros de danse, ses chansons restée célèbres (America, Somewhere, Maria, Tonight...), son histoire simple mais prenante et réaliste, ce qui était assez rare à l'époque. Elle parle des problèmes de la société, pauvreté, intégration, violence...

    Honnêtement, le film est un peu long mais en a encore sous le capot et vaut d'être vu au moins une fois. J'ai bien aimé, je dirais sans plus. La fin est assez forte et les chansons toutes excellentes ou presque. Les personnages sont simples mais marquants. La réalisation est impressionnante avec notamment un plan long impressionnant de survol du New York de l'époque

    Histoire : 14/20 Ben, c'est Roméo et Juliette refait, quoi
    Personnages : 14/20 Là aussi, c'est simple et classique
    Réalisation : 17/20 Une maîtrise superbe avec beaucoup d'inventivité et de force
    Bande-son : 16/20 Dans l'ensemble un peu datée, ça reste très bon
    Fun : 13/20 Là où le bât blesse
    Note finale: 15/20 Un bon film et même un très bon mais je me suis un peu ennuyé par instants

    Le vrai titre du film : Un classique qui a bien vieilli
    Si vous aimez : les films vintage, les films qui parlent de leur époque, les films très bien filmés, les chansons excellentes

    2 morceaux de bravoure :

    America reste la meilleure chanson et le meilleur numéro du film, un classique qui a inspiré des milliers d'artistes par son ironie humoristique légère et lourde à la fois. les paroles sont assez fabuleuses



    Maria est un très beau numéro solo et une des meilleures chansons du film, celle qui m'a le plus marqué







    Phantom of the Paradise (1974)

    Ce film est fou! Ce film est une perle! Vendu à l'époque comme un film d'horreur gothique ET comme un Rocky horror picture show, il est à la fois les deux, une référence gratinée à trois classiques indémodables ET un film totalement barré qui ne pouvait que sortir à l'époque des hippies sous acide...

    Swan est le mystérieux propriétaire de Death records et il fait la pluie et beau temps sur les tendances musicales de l'Amérique (et du monde occidental, quoi). Un jour où il cherche la sensation nouvelle qui lui permettra d'ouvrir enfin son studio d'enregistrement qui tient aussi de la boîte de nuit, le Paradise,il tombe sur le jeune Winslow Leach, un artiste aussi rêveur et passionné qu'ambitieux qui refuse de lâcher quoi que ce soit aux majors et de trahir sa musique et l'opéra rock qu'il a écrit. Swan décide de le dépouiller de tout ce qu'il possède et notamment sa musique et sa muse...Winslow va très vite revenir pour se venger et ça ne peut que mal finir.

    Un film complètement barré par un jeune Brian De Palma en roue libre. Le scénario est un modèle de créativité. Il fait du neuf avec du vieux de manière très intelligente, usant et abusant volontairement de kitsch ringard, de clichés horrifiques, d'humour et de pathos. C'est bien sûr une critique acide de l'industrie du disque mais aussi des artistes en général, surtout ceux qui ne veulent rien lâcher. Les chansons, que je n'avais JAMAIS entendues auparavant, constituent une bande-son fabuleuse et la réalisation a de moments de pur génie. Facilement un de mes films musicaux favoris.

    Histoire : 16/20 Un mélange de classiques très goûteux
    Personnages : 15/20 Des archétypes simples mais marquants, assez extrêmes
    Réalisation : 17/20 Le jeune De Palma était déjà un grand
    Bande-son : 17/20 Franchement magnifique
    Fun : 17/20 On ne s'ennuie pas une seconde
    Note finale: 17/20 Un chef d'oeuvre

    Le vrai titre du film : Le portait du fantôme de l'opéra faustien
    Si vous aimez : les années 70 et leur folie créative, les films cultes, les références intelligences au répertoire classique, les OVNIS filmiques

    2 morceaux de bravoure :

    J'ai eu du mal à sélectionner tant le film en regorge

    "Special to me". Jessica Harper est la seule voix féminine du film mais quelle voix!



    La recréation de la voix du Phantom. Quelle meilleure métaphore de l'industrie de la musique?

    Laisser un commentaire:


  • Giromu
    a répondu


    Mamma mia! (2008 )

    Une jeune femme va se marier sur une petite île grecque appartenant à sa mère qui y tient un hôtel et qui va accueillir une centaine de personnes. Sa mère étant une ex hippie adepte de l'amour libre, elle n'a pas connu son père mais a retrouvé son carnet intime de l'époque. Bien décidée à rencontrer son géniteur, elle invite à son insu les 3 géniteurs potentiels qui ont tous follement aimé sa mère...

    Le scénario est navrant et les scènes non chantées le sont en général tout autant. Tiré d'un spectacle sur les planches monté à la fin des années 90 afin de relier les chansons d'ABBA entre elles, ce film est un nanar revendiqué (ou presque) qui séduit surtout pour l'enthousiasme de ses interprètes féminines (une Meryl Streep, qui a l'air de s'éclater, en tête).
    Les comédiens hommes ont l'air de s'ennuyer dans ce film de copines qui vise assez clairement les femmes. Les numéros de chant et de danse sont en général très réussis et donnent la pêche tant ils débordent d'énergie.

    Histoire : 09/20
    Personnages : 12/20
    Réalisation : 12/20
    Bande-son : 16/20
    Fun : 15/20
    Note finale: 13/20

    Le vrai titre du film : Abba, la comédie musicale inattendue
    Si vous aimez : les chansons d'Abba, les ambiances vacances, les nanars détendus, Meryl Streep complètement en live

    2 morceaux de bravoure :

    Dancing Queen forcément



    Et comme il y'a des Belges ici...

    Dernière modification par Giromu, 05 mars 2019, 19h48.

    Laisser un commentaire:


  • Giromu
    a répondu


    La la land (2016)

    De nos jours, à Hollywood, une actrice débutante travaille dans un café pour joindre les deux bouts et se désespère de réussir un jour. Un soir, elle fait la rencontre d'un pianiste qui rêve de monter son propre club de jazz et vient de divorcer. Il a lui aussi bien du mal à se relancer. Dans la plus pure tradition hollywoodienne, ils se détestent d'abord et s'envoient des piques puis deviennent inséparables. Parviendront ils à réaliser leurs rêves?

    Le réalisateur clame partout qu'il est un fan des parapluies de Cherbourg (mon post précédent). Ben, ça se voit.
    Le film est décomposé en 4 saisons (printemps, été, automne, hiver) et moult détails du film (le début du film, l'histoire d'amour, le ton mi joyeux mi réaliste, la fin) font clairement penser à ce film de référence. Par le ton général, il fait aussi énormément penser à un autre film de Demy, les demoiselles de Rochefort.
    La la land est pourtant avant tout une déclaration d'amour au genre désormais désuet de la comédie musicale (les parapluies de Cherbourg référençait le début de Chantons sous la pluie, lui aussi) et à Hollywood, tentant de prouver qu'on peut moderniser ce genre (et au vu de la pluie d'oscars et du succès critique, il semble que l'objectif soit réussi).

    Pour parler vrai, ce film est techniquement très réussi et la bande-son très sympathique et assez belle mais il ne m'a pas parlé. est ce que notre époque me parle moins que les années 60 à 90? Est ce que ce sont juste les deux personnages principaux qui m'ont trop agacé? EN tout cas, le film ne prend pas sur moi.
    En tout cas, pas plus que ça. Peut-être que j'en attendais trop au vu des éloges qu'il a eus mais je lui reconnais pas mal de qualités quand même, malgré ses longueurs.
    Je m'attendais aussi à ce que tout le film soit chanté et ce n'est malheureusement pas le cas...

    Histoire : 14/20 Un décalque des parapluies de Cherbourg avec plein de références à Hollywood
    Personnages : 14/20 Pas trop mal dépeints, mais ils m'ont agacé fortement. Ils ne m'ont pas touché
    Réalisation : 16/20 Rein à redire de ce côté-là. Le réalisateur est très fort, avec des chorégraphies superbes et un très bel hommage à ses films cultes, dont il parvient à se différencier pour imposer sa patte
    Bande-son : 16/20 De très bonne qualité, entrainante mais qui manque un peu de variété par instants (trop de variantes des deux thèmes principaux, certes les meilleurs)
    Fun : 15/20 Si on excepte les deux quasi têtes à claques de héros, je me suis bien amusé, malgré quelques temps morts dus à la longueur du film
    Note finale: 15/20 Un très bon film mais je n'ai pas le même avis que Lizandrya dessus...

    Le vrai titre du film : Les parapluies de Cherbourg 2016
    Si vous aimez : Hollywood et les mythes qu'il charrie, les films de Jacques Demy, les histoires d'amour tristes, les films jazzy

    Deux morceaux de bravoure :

    Le début du film met tout de suite dans le bain. Les bouchons seraient presque funs vu comme ça, avec le thème du film, repris souvent



    Un passage rigolo avec plein de chansons des années 90 et que j'ai bien aimé. Il apporte un peu de variété musicale bienvenue



    Bonus : le meilleur thème instrumental du film et l'un des deux thèmes les plus utilisés dans le film

    Laisser un commentaire:


  • Giromu
    a répondu



    Les Parapluies de Cherbourg (1964)

    Ce film se décompose en 3 actes et s'étale de 1957 à 1963, racontant la relation tumultueuse entre Guy, un jeune garagiste et Geneviève, la fille de la patronne d'un petit magasin de parapluies qui sont séparés par la guerre d'Algérie (Guy étant appelé 2 ans sous les drapeaux) et continuent d'entretenir la flamme vaille que vaille.

    Film qui a convaincu Catherine Deneuve de faire carrière en tant qu'actrice, film préféré du réalisateur de La la land (si Lizandrya est dans les parages, il y'a une surprise pour lui dans les prochains jours), premier film français entièrement chanté et en couleurs, palme d'or 1964, un des premiers films à évoquer la guerre d'Algérie... N'en jetez plus!
    Les parapluies de Cherbourg est une histoire d'amour marquante et un drame. Ceci imprègne le film dans ses chansons aux paroles et au rythme tristes dans l'ensemble.
    On est loin d'un "Les demoiselles de Rochefort" qui le suit quelques années après et qui en aura les codes couleurs joyeux et l'ambiance mi réaliste mi enjouée graphiquement.

    Un superbe film parfois un peu lent mais aux personnages très convaincants (j'ai un faible pour celui de Roland Cassard).

    Histoire : 16/20 Une histoire simple mais très bien racontée
    Personnages : 15/20 On ne sait pas grand chose d'eux malgré 4 seulement qui ont un rôle important
    Réalisation : 17/20 Enlevé et triste quand il faut, parfois même mélancolique
    Bande-son : 16/20 Moins variée que celle des demoiselles qui sortira quelques années après et c'est dommage mais la tristesse du thème imprègne de belle manière le film
    Fun : 16/20 Quelques longueurs dues à la nature de fresque du film et à la simplicité des personnages mais on ne s'ennuie pas
    Note finale: 16/20 Un film marquant mais que j'aime moins que les demoiselles de Rochefort (ça s'est vu, je crois )

    Le vrai titre du film : Les amants de Cherbourg
    Si vous aimez : les films de Jacques Demy, les histoires d'amour tristes, les films jazzy

    Deux morceaux de bravoure :

    La chanson culte du film!



    Le thème du film version instrumentale puis, à 2'50, la visite chez le garagiste la plus jazzy que vous avez vue!

    Dernière modification par Giromu, 23 janvier 2018, 18h48.

    Laisser un commentaire:


  • Giromu
    a répondu


    Les demoiselles de Rochefort (1967)

    A Rochefort, un vendredi, deux soeurs jumelles se préparent pour le grand festival de la ville et vont faire la rencontre de deux sympathiques forains, d'un marin romantique en train de finir son service militaire, croisent un marchand d'instruments et de partitions de musiques ainsi qu'un Américain en goguette.

    A la recherche de l'âme soeur, leur vie va changer lors du week end mémorable qui débute...


    Sorti en une période où le genre était déjà en désuétude et où le pari de sortir une comédie musicale était risque, Les demoiselles de Rochefort furent un immense succès du bouche à oreilles.
    Rendant hommage aux comédies musicales américaines des années 50 (on y trouve un grandiose Gene Kelly parlant Français quand même!!!), ce film incroyablement fun respire la joie de vivre comme un "Chantons sous la pluie" auquel il emprunte ses chorégraphies joyeuses (supervisées par Kelly) et ses couleurs pétulantes.

    L'histoire reflète très bien l'optimisme de l'époque, tout comme la bande-son absolument géniale de Michel Legrand. J'ai rarement été aussi conquis par toutes les chansons d'un film comme celui-ci. Il est quasi impossible d'en sélectionner uniquement deux, je vous jure!

    Les deux soeurs sont jouées par Catherine Deneuve et sa soeur Françoise Dorléac, tristement décédée 3 mois après la sortie du film dans un accident de la route.
    On y trouve également Danielle Darrieux, grande actrice française qui a fêté ses 100 ans hier, jour de sa diffusion par Arte, qui m'a permis de le voir enfin.

    C'est pas compliqué: si vous voulez voir un film qui vous donne la pêche et vous rend euphorique, le "Chantons sous la pluie" français qui exploite magnifiquement bien notre belle langue dans les paroles de ses chansons.

    Un film simple, romantique et beau.

    Histoire : 15/20 Une tranche de vie remplie de personnages attachants dans un monde presque (tout est dans le presque) parfait
    Personnages : 16/20 Des archétypes bien faits et beaux
    Réalisation : 18/20 Des chorégraphies magnifiques et très dansantes
    Bande-son : 18/20 Il doit y'avoir à peine une chanson que j'ai pas aimé et encore
    Fun : 18/20 On ne voit pas le temps passer
    Note finale: 18/20 Une énorme claque que j'aurais dû voir il y'a bien longtemps

    Le vrai titre du film : Les jumelles de Rochefort
    Si vous aimez : Chantons sous la pluie, les comédies musicales des années 50, Gene Kelly, Catherine Deneuve

    Deux morceaux de bravoure :

    La chanson phare du film, immanquable



    Gene Kelly en grande forme et en Français!




    Allez, je triche! Le vendeur du magasin de musique

    Dernière modification par Giromu, 23 janvier 2018, 18h47.

    Laisser un commentaire:


  • Giromu
    a répondu



    French cancan (1954)

    J'ai profité de la diffusion hier soir sur Arte de ce classique de Jean Renoir pour le voir.
    C'est l'histoire romancée de la création du célèbre moulin rouge, en 1900 et les tribulations de son patron joué par l'excellent Jean Gabin, notre John Wayne à nous, habitué de la vie mondaine parisienne de la fin 19ème à la recherche d'un spectacle inédit apte à lui permettre de lancer son établissement.

    Un soir qu'il s'encanaille dans un bal populaire avec quelques bourgeois, dont une comtesse amoureuse de lui et très jalouse mais aussi son mari (badinage libertin for great justice), son regard est attiré par le talent d'une jeune blanchisseuse au talent et à la souplesse prodigieuse. Au grand dam du compagnon jaloux de celle-ci et de la comtesse, il ne fait pas que la recruter dans son spectacle modernisant la danse populaire du Cancan sous un nouveau nom...

    Un film d'une grande classe qui a le mérite de nous replonger dans une époque ancienne en appuyant sur son monde de la nuit. La légèreté des interprètes n'a d'égale que leur talent d'acteurs, avec un Gabin impérial en patron cool mais qu'il ne faut pas énerver. La chorégraphie autour des spectacles de French cancan et des numéros de cabaret est magistrale et permet d'apprécier des classiques musicaux français particulièrement beaux.

    Un des meilleurs films du genre par chez nous.

    Histoire : 16/20 Une histoire simple mais enlevée et bien écrite
    Personnages : 16/20 Bien brossés. Celui de Gabin est le plus attachant
    Réalisation : 16/20 ça claque toujours bien
    Bande-son : 16/20 Des classiques de la fin 19ème siècle et des standards d'Offenbach entre autres
    Fun : 16/20 Un film léger comme une flute de champagne
    Note finale: 16/20 Un bel hommage à la belle époque

    Le vrai titre du film : French cancan, une histoire romancée
    Si vous aimez : le french cancan, Gabin, les films à l'ancienne, le Paris de la fin 19ème siècle

    Deux morceaux de bravoure :

    La complainte de la butte, un classique de la fin 19ème siècle magnifiquement interprété



    Le film offre une minute d'Edith Piaf quand même!

    Laisser un commentaire:


  • linounette
    a répondu
    Je me rappelais qu'Eva Peron était morte jeune d'un cancer mais je ne pensais pas que c'était à 33 ans à peine.

    Le film dans mes souvenirs se résume à la chanson Don't cry for me Argentina et la bonne prestation de Banderas pour le reste Madonna m'avait un peu laissée de marbre.

    Laisser un commentaire:

Chargement...
X