Annonce

Réduire
Aucune annonce.

[Politique] Que pensez vous de ces deux textes?

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • [Politique] Que pensez vous de ces deux textes?

    J'aimerais avoir votre avis sur ces deux textes, que je trouve personnellement exagérés. Y voyez vous du vrai?
    Et c'est quoi le lithium, à part une chanson de Nirvana et un élément chimique?
    Une chose est sûre y'a guère que l'extrême droite qui se frotte les mains de la crise.


    Les gens sont en train de craquer



    par Didier Lestrade - Samedi 14 janvier 2012
    Journaliste, écrivain, co-fondateur d'Act Up Paris et de Têtu, Didier Lestrade a toujours été en dehors du placard, comme gay, comme séropositif ou comme activiste. On dit qu'il est méchant, en fait il dit juste ce qu'il pense.



    Les médias ne cessent de faire remonter un sentiment mondial d'incompréhension et de colère qui prend, chaque jour davantage, plus d'ampleur. Newsweek titre sur un monde devenu mad mad mad mad (quatre fois à la suite) et autour de moi les gens craquent. Dans mon entourage, je n'ai pas vu depuis très longtemps une telle multiplication de déprimes et de problèmes psys graves et même à l'époque dure du sida, je ne crois pas avoir été le témoin de tant de bipolarité, de schizophrénie, de mal être. À trois mois des élections, les gens craquent car le réveillon est passé, le Triple A tombe, comme prévu, et désormais plus rien ne peut cacher les difficultés de l'année qui se présente. Ça va être catastrophique.

    J
    e suis un psy amateur. Depuis plus de dix ans, on m'appelle à la campagne parce que je suis disponible, parce que je suis loin de la ville, parce que je suis fort. Les amis ne suivent pas toujours mes conseils mais je crois que mon point de vue les aide car j'ai du recul, je suis loin de la névrose que vous vivez tous en ville, avec le métro, la pollution, les prix qui flambent. À la campagne, tout est moins cher, l'air est pur, il n'y a pas de bruit, les gens sont gentils. Mais je sens aussi que je sers désormais de token, d'alibi. Les amis sont tellement perdus que cela ne les aide plus de passer juste un week-end au calme. Quand ils repartent, dès leur arrivée dans la grande ville, ils replongent dans l'incertitude de la vie, la perte de leur travail, les enfants qui grandissent, la sexualité toujours plus problématique. Je sers de token car je ne peux pas résoudre de tels problèmes, j'aide sur le moment et c'est tout. Pire, les amis croient que ma parole les aide, mais ils n'ont pas la force de mettre mes conseils en pratique. Je suis comme un mauvais psy : un baume sur le moment, une gangrène sur le long terme.



    Les gens veulent se suicider désormais. Ils le disent. Ils préviennent : « Si ça ne marche pas, j'arrête cette vie, je n'en peux plus ». À 30 ans, ces hommes ont l'impression que les cinq dernières années ont été trop dures et ils n'ont aucun espoir pour les cinq années à venir. C'est une décennie perdue de trop. À Act Up, par exemple, on a toujours eu des freaks et des skyzos et des alcoolos, ceux que Aides nous envoyait parce qu'ils étaient ingérables et certains l'étaient vraiment, ils foutaient le bazar, ils étaient trop paumés. Mais ils pénétraient aussi dans une structure qui était encore solide dans les années 90, avec des règles et surtout un objectif commun. Ils étaient rassurés de sentir qu'ils pouvaient s'appuyer sur des murs en béton. Mais Act Up est mort, personne ne l'a remplacé et surtout la société française dans son ensemble, s'est effondrée. Les fous et les skyzos sont lâchés dans la rue et les structures qui s'occupaient d'eux sont menacées de toute part. À l'hôpital, ça tient toujours mais chaque personne qui perd son travail menace l'équilibre de l'ensemble. La prison, c'est encore pire qu'il y a dix ans. Les associations n'attirent plus de bénévoles.

    À un moment, en 2008, beaucoup d'articles se sont fait l'écho d'un élan de générosité, quand tant de jeunes ou d'adultes sans travail étaient tentés par l'expérience associative, apportant leur savoir et leur générosité. Il valait alors mieux aider que ne rien faire chez soi. Trois ans plus tard, la déception politique est telle que cet élan est brisé. Les gens restent chez eux. Les Américains passent en moyenne 8h30 par jour devant leur ordi. La solitude est immense. On voit que les gens sont sur Facebook, Twitter et Tumblr à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit. Ils sont insomniaques. Ils cherchent partout un endroit pour discuter, pour sortir de la misère. Ils vivent à travers leur ordinateur. C'est le sujet du dernier WIRED : Internet est le seul moteur de changement. Immobile.

    Et tout ça parce que Obama a déçu très profondément et pour toujours, sur TOUS les sujets et que Sarko ne cesse de nous plonger vers le pire. Et il n'y a pas d'alternative car la gauche n'a jamais été aussi nulle, je peux vous le dire, j'ai presque 54 ans et on ne l'a JAMAIS vue si nulle, il faut remonter avant 1958. Cette république laïque et universaliste nous fait du mal. Elle a tué un million de personnes pendant la guerre d'Algérie, elle nous écrase jour après jour dans son incapacité à répondre à la catastrophe écologique et à la criminalité bancaire, elle a laissé les Antilles et la Guyane pourrir dans leurs problèmes, elle refuse le logement décent pour tous, elle oblige des millions de personnes à souffrir debout dans le RER, chaque jour, chaque jour, chaque jour. Total pollue les plages et les fleuves d'Afrique, les trains et le gaz augmentent, et tous les gens brillants en France sont écartés du pouvoir. Les trentenaires d'aujourd'hui, si intelligents, si divers, sont bloqués par les quarantenaires pervers qui sont eux aussi écrasés par les cinquantenaires qui s'entretuent, tout ça pour protéger la mainmise du pouvoir par les soixantenaires. C'est un monde fou et les gens, à la base, voient cette folie grandir malgré la distorsion de TF1, France 2 et France 3 qui persistent à mentir à la nation, soir après soir. Les gens voient leur avenir bloqué et mettent Marine Le Pen à 30% et ce n'est pas Sarko qui met le FN à 30%, c'est la gauche, celle de ma génération, la plus fourbe et inefficace de toutes.


    L'âge du Lithium

    Alors, c'est l'âge d'or du Lithium. Il y a encore cinq ans, personne ne savait ce que c'était le Lithium. Aujourd'hui, ca devient un produit de consommation courante. Tout autour de moi, on voit des petits points qui s'allument. Il y en a un qui en prend. Et un autre aussi. Et celui-là aussi et cet autre va s'y mettre. C'est l'absinthe du 21e siècle. Les gens dorment toute la journée pour ne pas être insomniaques. Ils prennent du poids. Ils n'ont plus d'amour propre. Ils baisent n'importe comment, et de mieux en mieux, mais leur confiance a disparu et sans confiance, c'est IMPOSSIBLE d'aimer. Moi ça va, je suis fort, j'ai deux livres qui sortent et je suis à nouveau amoureux à mon âge, ce qui est inespéré, mais je dois cacher ce bonheur autour de moi, par respect pour ceux qui ne vont pas bien. Et puis, moi aussi je suis au chômage, comme les autres, comme ces millions d'Espagnols qui ne savent plus quoi faire et je ne sais plus quoi dire à ces amis autour de moi qui perdent la boule, qui ne comprennent pas que les autres aussi perdent la boule, qui sont en colère, qui ont des dettes et qui n'ont pas le courage de faire ce que l'on faisait tous à notre époque.

    Partir. Le plus loin possible, comme pendant les guerres, parce que les bombes n'arrivent jamais sur la plage, parce que vous pouvez encore vivre à l'autre bout du monde. Parce que, quitte à perdre cinq années qui viennent, ça sera toujours mieux d'aller sur une île et vivre avec trois fois rien, parce qu'il est encore possible de se nourrir avec un poulailler et un potager vous savez et vous avez amassé assez de fringues et de DVDs et de « chansons » dans votre iPod pour tenir très longtemps. Regardez-moi, je mets toujours les mêmes polos depuis 15 ans. Un T-shirt, plus il est vieux et plus il est beau. Finalement, on n'a besoin que d'une assiette, d'un bol et de quelques couverts. Pauvre ou pas, vous avez déjà tout ce qu'il vous fait pour vivre, des draps, des couvertures, du savon.

    Quand j'étais petit, mon père m'a montré comment les Arabes nettoyaient leurs casseroles avec du sable et de l'eau. Mais qui sait ça encore aujourd'hui? Relisez Thoreau, bordel, et partez, partez tout de suite, avant de devenir fous vous aussi. Parce que lorsque vous serez fous, ce sera trop tard, ce sera le Lithium ou rien.




    Didier Lestrade
    http://www.minorites.org/index.php/2...e-craquer.html


    lundi 16 janvier 2012

    There will be blood


    "Les gens veulent se suicider désormais. Ils le disent. Ils préviennent : « Si ça ne marche pas, j'arrête cette vie, je n'en peux plus ». À 30 ans, ces hommes ont l'impression que les cinq dernières années ont été trop dures et ils n'ont aucun espoir pour les cinq années à venir. C'est une décennie perdue de trop.
    (...) la société française dans son ensemble, s'est effondrée. Les fous et les skyzos sont lâchés dans la rue et les structures qui s'occupaient d'eux sont menacées de toute part. À l'hôpital, ça tient toujours mais chaque personne qui perd son travail menace l'équilibre de l'ensemble. La prison, c'est encore pire qu'il y a dix ans. Les associations n'attirent plus de bénévoles.
    À un moment, en 2008, beaucoup d'articles se sont fait l'écho d'un élan de générosité, quand tant de jeunes ou d'adultes sans travail étaient tentés par l'expérience associative, apportant leur savoir et leur générosité. Il valait alors mieux aider que ne rien faire chez soi. Trois ans plus tard, la déception politique est telle que cet élan est brisé. Les gens restent chez eux.(...)
    Les gens dorment toute la journée pour ne pas être insomniaques."


    (source)


    Il paraît qu'il y aurait des gens pour taxer ce constat lucide et glaçant de "catastrophisme", manière de ne pas trop le prendre au sérieux. Sans doute. J'aimerais pour ma part partager cet optimisme béat mais malheureusement, je crains de trop être au courant de comment ça se passe et dans la tête d'autrui et d'avoir trop lu de bouquins d'Histoire pour m'offrir ce luxe. Ça allait mal. Ça s'aggrave. Ça fonce droit vers le pire. Ensuite oui, on peut très bien fonctionner dans le déni, jusqu'au bout. Il y a très certainement des gens qui ont cherché jusqu'à la dernière seconde à se convaincre que ce monsieur Hitler n'était pas si horrible que ça. On peut même être certain que ce mécanisme de défense est tellement puissant que même juste avant de recevoir leur balle dans la nuque, ils refusaient d'y croire.


    Sauf que la réalité est là et que les gens souffrent. Et ils vont souffrir plus encore.
    La perte du totem triple A sonne l'hallali de la destruction totale de ce qui reste de solidarité dans ce pays. Les libéraux sont au pied du mur et ils vont mettre à profit cette dégradation pour tout ravager dans les années qui viennent et peu importe qui sera au pouvoir en 2012. D'ailleurs, ce sera Sarkozy quand même, il n y a toujours personne en face. Mais quand il y aura un bloc 40 à 50 députés FN ans l'hémicycle, vous verrez qu'il y aura encore des imbéciles pour vous expliquer qu'il ne faut surtout pas être électoraliste parce que "ça ne sert à rien".


    J'aimerais, vraiment, sincèrement, avoir quelque chose d'optimiste à dire mais je ne trouve rien et je ne cherche pas à vendre du rêve. Je passe 6 à 7 heures par jour dans la tête des gens de droite et d'extrême-droite et ils sont en train de devenir fous et enragés comme des chiens : ils veulent du sang et le réclament à corps et à cris. Quand je vois qu'en face notre camp est sidéré de peur et ne trouve plus les moyens de réagir, la mise en parallèle entre les deux états d'esprit fait aboutir à une conclusion inéluctable : there will be blood. Le niveau de haine monte à une telle vitesse et de façon tellement exponentielle que je ne vois pas comment ça finira autrement dans les années qui viennent. Là, en ce moment, quand vous lisez ces lignes vous gens progressistes, des personnes que vous ne connaissez pas, mais qui sont peut-être vos voisins, rêvent de vous voir morts. Pas morts politiquement : morts en cadavres. Parce qu'ils sont sincèrement convaincus qu'avec suffisamment de cadavres, leurs vies iront mieux. Oui, c'est comme ça qu'ils fonctionnent et ne vous faites aucune illusion sur la compassion à attendre d'eux : il n y en aura aucune.


    "C'est pas si pire tu exagère" ? Oh mais excusez moi de ne pas avoir envie de voir en François Hollande le dernier rempart contre la barbarie qui va nous déferler sur la gueule, vraiment. Dans les époques de merde, le pessimisme radical devient une forme de lucidité, et plutôt que me raccrocher à l'illusion qu'on peut éviter le pire en accordant son bulletin à Mimolette, je préfère acter la réalité du pire à venir et me demander comment faire quelque chose concrètement à ce moment là, et pour dire clairement les choses : comment survivre. Mentalement. Moralement. Mais aussi physiquement puisque la question se posera pour la majorité tôt ou tard.
    Je sais aussi que pour moi c'est plus facile, en quelque sorte : je n'ai pas d'enfants. Je n'ai pas cette responsabilité terrible d'avoir charge d'âmes. Et je sais survivre. J'ai appris. Et je ne prends pas de médocs, c'est hors de question. Je préfère encore en prendre plein la gueule et serrer les dents, mais ça c'est moi et je ne me permettrai jamais de juger les personnes qui en ont besoin pour tenir au jour le jour. Juste j'enrage de voir des gens de valeur, de belles personnes intelligentes et désintéressées, obligées de se cachetonner parce que la société devient tellement dure et cruelle que par moments il n'est plus possible de faire autrement pour elles.


    Et de la même façon, il est tout aussi hors de question de "partir", comme incite à le faire Didier Lestrade. Je comprends ce point de vue. Mais je ne le partage pas. Partir pour où, d'ailleurs, comment ? Partir et laisser à la chienlit droitière tout l'espace dont ils rêvent pour encore plus poser aux victimes quand ils régneront en tout et sur tout ?
    Rester et rester pour une seule raison : faire la guerre et se battre contre eux. La guerre nous sommes déjà en plein dedans, donc au final elle ne fera "que" se durcir encore plus. Oui, ce sera ignoble et il faudra devenir ignobles. Du sang et des larmes, ce genre de choses précisément. There will be blood et de toute façon : vous le savez déjà.
    http://comite-de-salut-public.blogspot.com/
    sigpic
Chargement...
X